Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Lecture : Un entretien avec Victor Hugo...

samedi 8 mars 2008


ENTRETIEN AVEC VICTOR HUGO

Vous semblez vous tenir très informé de l’actualité politique française. Quel regard portez-vous sur notre nouveau président ?

Victor Hugo : Depuis des mois, il s’étale ; il a harangué, triomphé, présidé des banquets, donné des bals, dansé, régné, paradé et fait la roue ! Il a réussi. Il en résulte que les apothéoses ne lui manquent pas. Des panégyristes, il en a plus que Trajan. Une chose me frappe pourtant, c’est que dans toutes les qualités qu’on lui reconnaît, dans tous les éloges qu’on lui adresse, il n’y a pas un mot qui sorte de ceci : habilité, sang-froid, audace, adresse, affaire admirablement préparée et conduite,instant bien choisi, secret bien gardé, mesures bien prises. Fausses clés bien faites. Tout est là ! Il ne reste pas un moment tranquille ; il sent autour de lui avec effroi la solitude et les ténèbres ; ceux qui ont peur la nuit chantent, lui il remue. Il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète.

Derrière cette folle ambition personnelle décelez-vous une vision politique de la France, telle qu’on est en droit de l’attendre d’un élu à la magistrature suprême ?

Victor Hugo : Non, cet homme ne raisonne pas ; il a des besoins, il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse. Ce sont des envies de dictateur. La toute-puissance serait fade si on ne l’assaisonnait de cette façon. Quand on mesure l’homme et qu’on le trouve si petit, et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve si énorme, il est impossible que l’esprit n’éprouve quelque surprise. On se demande : comment a-t-il fait ? On décompose l’aventure et l’aventurier ! On ne trouve au fond de l’homme et de son procédé que deux choses : la ruse et l’argent ! Faites des affaires, gobergez-vous, prenez du ventre ; il n’est plus question d’être un grand peuple, d’être un puissant peuple, d’être une nation libre, d’être un foyer lumineux ; la France n’y voit plus clair. Voilà un succès.

Que penser de cette fascination pour les hommes d’affaires, ses proches ? Cette volonté de mener le pays comme on mène une grande entreprise ?

Victor Hugo : Il a pour lui désormais l’argent, l’agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort et tous les hommes qui passent si facilement d’un bord à l’autre quand il n’y a à enjamber que la honte ! Quelle misère que cette joie des intérêts et des cupidités ! Ma foi, vivons, faisons des affaires, tripotons dans les actions de zinc ou de chemin de fer, gagnons de l’argent ; c’est ignoble, mais c’est excellent ; un scrupule en moins, un louis de plus ; vendons toute notre âme à ce taux ! On court, on se rue, on fait antichambre, on boit toute honte ! une foule de dévouements intrépides assiègent l’Elysée et se groupent autour de l’homme ! C’est un peu un brigand et beaucoup un coquin. On sent toujours en lui le pauvre prince d’industrie.

Et la liberté de la presse dans tout çà ?

Victor Hugo (pouffant de rire) : Et la liberté de la presse ! Qu’en dire ? N’est-il pas dérisoire seulement de prononcer ce mot ? Cette presse libre, honneur de l’esprit français, clarté de tous les points à la fois sur toutes les questions, éveil perpétuel de la nation, où est-elle ?

*Toutes les réponses de Victor Hugo, montées, sont exactes. Elles sont extraites de son ouvrage « Napoléon le Petit », le pamphlet républicain contre Napoléon III, un grand moment d’indignation. L’interview complète sera publiée dans la revue RAVAGES.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Lecture : Un entretien avec Victor Hugo...
8 mars 2008, par pehache  

Le passage sur la liberté de la presse, publié dans A@P aujourd’hui, est assez savoureux.

  • > Lecture : Un entretien avec Victor Hugo...
    8 mars 2008, par lulu  
    stupefiant !

  • > Lecture : Un entretien avec Victor Hugo...
    8 mars 2008  

    L’interview de Monsieur Victor Hugo dans les colonnes d’A@P ne pouvait laisser Monsieur Hollande indifférent. Il vous adresse sa réaction :

    Alexandre passe le Granique, César passe le Rubicon ; Lui enjambe l’égout Montmartre.

    Pas de confiance réelle, pas de stabilité, pas de durée, pas de lendemain possible. Cela n’a pas la figure de ces établissements qui, même mauvais pour les idées, rassurent les intérêts. Tout le monde sent que c’est une aventure.

    Il a frappé de son stylet la République, mais la République est comme les déesses d’Homère, elle saigne et ne meurt pas. Je sais bien que telle industrie, telle banque et tel commerce ont voté pour Lui ;

    le faux poids a acclamé le faux serment.

    (Choses Vues)

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
    Lire - Ça passe ou ça casse
    Plus de musique !
    Au pays des rêves
    Pour les livres et les contes, le lieu compte
    Projet Frankenstein
    Pau - Histoire(s) de Printemps
    A découvrir ou redécouvrir : les champignons
    La grande migration
    « Les Musicales de Thèze »
    Demain samedi, allons danser !
    L’histoire de la Librairie Tonnet
    Une autre campagne ?
    Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
    Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
    Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
    Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
    Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
    A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
    Pau, les Etoiles au firmament



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises