Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

l’écrevisse à pattes blanches

mardi 1 avril 2008


Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées

Jean Louis Borloo, suite à l’avis défavorable du « Conseil National de la Protection de la Nature », vient d’annoncer que le groupement d’entreprises Aliènor, chargé de la mise en place de l’A 65, devait adapter ses ouvrages à la protection d’espèces telle l’écrevisse à pattes blanches. Les travaux de défrichement ont donc immédiatement été bloqués. Pour combien de temps ?

L’Association Béarn Adour Pyrénées qui milite pour le désenclavement de notre région est monté au créneau par un communiqué de Presse dénonçant le diktat des protecteurs de la nature.

Reste à voir combien de temps, il va falloir aux services de l’état pour dire clairement à Aliènor ce qu’il convient de faire. Ensuite, Aliènor devra présenter sa nouvelle copie qui aura, à nouveau, à passer devant l’avis du « Conseil National de la Protection de la Nature »... et, pendant ce temps les opposants au projet parlent de recours suspensif devant le Conseil d’Etat voire devant la Cour de justice européenne. Voir à Alternative Régionale Langon Pau.

On a attendu 30 ans ce lien rapide avec Bordeaux. Combien d’années supplémentaires l’écrevisse à pattes blanches fera-t’elle perdre ? Un désastre se profile t’il à l’horizon ?

Pour mettre une note d’humour dans le propos, pourquoi ne pas la déplacer dans nos vallées pyrénéennes ? On l’acceptera plus volontiers que les ours ; à moins que la cohabitation avec le desman ne soit pas possible !

Ah, qu’il avait raison cet ancien préfet des Pyrénées-Atlantiques qui découvrant l’Espagne me parlait du pragmatisme du peuple espagnol par rapport à nos querelles stériles !


- par Robert Cazenave


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



après l’ecrevisse le Grand Paon de nuit
29 avril 2008, par Virginie  

Je suis hors sujet, mais ce que je viens de croiser doit être dû au réchauffement climatique.....

j’ai trouvé en fin d’après midi le plus grand papillon d’Europe "le grand paon de nuit", en plein centre ville sur le trottoir. Impressionnante béstiole. Tout en velour fauve et fourrure, avec pour motif, deux gros yeux.

Je l’ai transporté délicatement (sur mon carnet de chèque pour ne pas le toucher)sur un arbre dans la cours, en espérant qu’il survive. Il fait la joie de tout les voisins, qui rêvent de le mettre sous vitre... mais je veille.

Est-ce normal de trouver de tels specimens à Pau ?

  • > après l’ecrevisse le Grand Paon de nuit
    29 avril 2008, par CV  
    Virginie, vous devriez signaler votre jolie découverte à l’Observatoire des Papillons, c’est utile. Vous verrez comment procéder sur ce site du CNRS : http://www2.cnrs.fr/presse/journal/3486.htm

  • > après l’ecrevisse le Grand Paon de nuit
    29 avril 2008, par CV  

    Pardon, je n’ai pas su mettre le lien direct... smiley

    J’essaye de faire mieux en vous communiquant le site même de l’Observatoire...

  • > après l’ecrevisse le Grand Paon de nuit
    30 avril 2008, par Virginie  
    Merci pour ce lien CV, je m’occupe d’enregistrer ma trouvaille dès ce soir.

  • > après l’ecrevisse le Grand Paon de nuit
    30 juin 2008  
    nom pa du tout smiley smiley smiley

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    17 avril 2008, par Collectif A65  
    Ecolo ou citoyen ? That is the question !

    Monsieur "Lamda" qui régulièrement paie ses impôts, qui fait son maximum pour être conforme à la législation, qui essaie d’élever ses enfants dans un esprit de loyauté, qui travaille pour faire vivre sa famille, qui respecte les principes de notre démocratie, qui respecte ses voisins, ... enfin qui fait le maximum pour vivre en bon français, ...est-il dans le droit chemin ?

    Monsieur "Ecolo" qui détruit le travail des paysans, qui démoli des restaurants, qui fait fi des enquêtes d’utilité publiques, qui décide unilatéralement de l’avenir de ses concitoyens, qui bloque les grands projets utiles à la majorité des français, qui sali les routes et les murs des ses graffitis, qui préfère réduire à néant le travail d’une entreprise au risque de mettre des centaines de personnes au chômage, ...enfin qui ne pense qu’à lui, aux écrevisses et autres petites bêtes à poils qui servent à mettre son épouse à l’abri du froid, ...est-il dans le droit chemin ?

    Voilà la grande question de la France d’aujourd’hui et qui fait doucement rigoler nos voisins !!!

    Arrêtons ces discussions stériles, laissons pour le bien de tous l’A65 se construire et par là même reconstruire notre région !

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    17 avril 2008  

    Monsieur "Lamda" qui régulièrement paie ses impôts, qui fait son maximum pour être conforme à la législation, qui essaie d’élever ses enfants dans un esprit de loyauté, qui travaille pour faire vivre sa famille, qui respecte les principes de notre démocratie, qui respecte ses voisins, ... enfin qui fait le maximum pour vivre en bon français, ...est-il dans le droit chemin ?

    Monsieur "Bétonneur" qui détruit le travail des paysans pour faire passer ses autoroutes, qui exproprie et démolit des maisons sur son passage, qui extermine des espèces vivantes que l’on sera infoutu de recréer, qui décide unilatéralement de l’avenir de ses concitoyens, qui pompe l’argent des collectivités publiques et donc des contribuables pour ses funestes projets, qui sali les discussions avec l’inanité crasse de sa pensée primaire, qui préfère réduire à néant le patrimoine naturel qui appartient à tous, ...enfin qui ne pense qu’à lui, à sa bagnole, et à l’autoroute pour emmener son épouse faire des courses à Bordeaux...est-il dans le droit chemin ?

    Voilà la grande question de la France d’aujourd’hui et qui fait doucement rigoler nos voisins nordiques à la conscience écologique bien plus développée que la nôtre !!!

    Arrêtons ces discussions stériles, arrêtons pour le bien de tous le chantier de l’A65 et par là même reconstruire notre région en utilisant mieux cet argent !

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    18 avril 2008, par Le paysan landais  

    Merci Monsieur "Bétonneur" l’indemnité que je vais percevoir pour être exproprié va enfin me permettre de faire des réparations et des investissements dans mon exploitation agricole.

    Les détracteurs de cet autoroute ne comprennent rien à la réalité de notre région et devraient sortir un peu dans nos campagnes pour comprendre la vrai réalité de l’écologie ! C’est nous les paysans qui sommes les garants de la sauvegarde de la nature et non pas les citadins bien au chaud l’hiver au coin de leur cheminée et bien au frais l’été au bord de leur piscine.

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    18 avril 2008  

    "paysan landais", je pense surtout que vous n’êtes pas plus paysan que moi.

    Je ne connais aucun agriculteur qui se réjouisse de voir ses terres amputées, même contre indemnité : vous seriez bien le premier.

    Et au prix de l’expropriation des terrains agricoles, je doute que vous puissiez investir beaucoup plus que dans 2 pneus neuf pour un tracteur !

    Bref, vous ne connaissez visiblement rien au monde agricole et êtes autant paysan que je suis pape smiley !!!

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    8 avril 2008  

    Entre tous ces partisans du "Béton Autoroutes et Pognon" (CCI + lobby du BTP + grands zélus), cette pauvre écrevisse est tombée dans un vrai panier ce crabes...

    > Alain Rousset avait raison...
    6 avril 2008, par jeunes chercheurs  

    Nous sommes une classe ce CM2. Après une recherche bibliographique minutieuse, nous sommes en mesure de confirmer les affirmations du Président Rousset :

    Il n’y a pas de castors sur le tracé.

    Il n’y a pas de bisons non plus.

    On pourrait ajouter si certains en doutaient encore, qu’il n’y a pas davantage de girafes, d’éléphants, de rhinocéros, de tigres du Bengale ou de gorilles des montagnes.

    Par contre, il se murmure chez les écologistes qu’il y resterait quelques visons d’Europe, quelques papillons, libellules et coléoptères protégés, des reptiles et amphibiens tous protégés, des hérissons, des chauves souris de différentes marques, des écureuils, des genettes ainsi qu’une foultitude d’oiseaux protégés.

    Et bien sûr aussi, les écrevisses à pattes blanches qui font couler beaucoup d’encre (noire). smiley

    Voili, voilou. Y’a pas d’lézard.  smiley

    L’écrevisse et sa fille
    6 avril 2008  
    Christian Lemarcis

    Dame Ecrevisse un jour eut une fille,

    Honte de la famille

    Car elle marchait à reculons.

    « -Quoi ? dit-elle courroucée,

    Est-ce ainsi qu’une crustacée

    Suit de sa mère les leçons ?

    Vous ne faîtes que reculer

    Et vous allez

    En tout lieu la queue en arrière !

    Y a-t-il une autre manière,

    Fit l’ingénue ? - Oui : En avant ! »

    Et pour le bien enseigner à l’enfant,

    De reprendre sa triomphale marche.

    On glose encore de sa démarche...

    > l’écrevisse à pattes blanches
    5 avril 2008, par Laurent  

    Et au lieu de penser BX-Pau, si on pensait Pau-Oloron-Bedous, Pau- Laruns, Morlaas, Lembeye

    150 km de 4 voies, la moitié du prix d’une autoroute, 300 millions d’Euro pour desservir 300 000 habitants,

    1000 euro par habitant sur 20, 50 euros par an par habitant, c’est trop ? Ou pas assez de béton ?

    BAP n’est pas intéressé à examiner la question ?

    > pour déloger l’écrevisse, faut montrer patte blanche
    5 avril 2008  

    Il y a un morceau de carapace d’écrevisse dans la belle mécanique du rouleau compresseur des bétonneurs, et ça commence à grincer, à coincer, à gripper. La machine a des ratés. Va-t-elle réussir à écraser le vison, le papillon des landes humides, les tortues, les chauves souris, les rainettes et autres tritons, ou va-t-elle caler ?

    Au risque de peiner l’auteur de cet édito, ça risque de caler et ce sera tant mieux pour nous tous.

    > l’écrevisse à pattes blanches
    1 avril 2008, par Pierre-Henri  

    Bravo, continuez. Enfin quelqu’un qui a non seulement les pieds sur terre mais en plus de l’humour. L’éco-terrorisme ambiant commence à devenir "gavant" comme disent les enfants.

  • terrorisme...
    1 avril 2008  

    il ne manquait plus que la référence au terrorisme...

    Les enfants en question, il faudra leur expliquer dans 30 ans qu’on a bousillé, parmis d’autres, les derniers specimens d’écrevisses et de visons de la région et le climat de la planète pour pouvoir gagner du temps en bagnole, ce n’est pas dit qu’ils vous trouvent seulement "gavant"... et qu’ils situent les terroristes du même côté que vous.

  • > terrorisme...
    4 avril 2008, par Pierre-Henri  
    Du calme, voyons...

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    1 avril 2008  
    Pierre-Henri, l’outrance rend le propos inopérant. Les victimes du terrorisme, du vrai, ne vous disent certainement pas merci.

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    2 avril 2008  

    C’est sûr qu’en Chine, dont on parle par ailleurs sur ce site, ils ne se laissent pas emmerder par les écolos quand il s’agit d’implanter une route (ou autre) : ceux qui protestent un peu trop fort, on les coule dans le bitume.

    Ce merveilleux modèle semble en faire saliver certains d’envie, ici...

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    4 avril 2008, par Pierre-Henri  
    Du calme, voyons...(bis)

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    4 avril 2008, par Pierre-Henri  
    du calme, voyons...(ter)

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    4 avril 2008, par D  

    Pierre-Henri, j’espère que vos appels au calme concernent d’abord les pro autoroute, car apparemment ce sont eux qui commencent à paniquer. On dirait des animaux de ferme avant un séisme. javascript :emoticon(’ smiley’)

     smiley Ça fait pitié.

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    7 avril 2008  
    il serait temps de calmer nos "grands élus aquitains " qui font un vilain caprice pour un gros joujou qui coute trop cher .( à l’état , à la terre) ! allez messieurs, séchez vos larmes et soyez raisonnables !

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    1 avril 2008  

    Tiens, cet article est passé en "Tribune libre à l’écrevisse à pattes blanches".

    Vu la teneur de l’article, il faudrait plutôt titrer :

    "L’écrevisse à pattes balanches au Tribunal"

     smiley

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    1 avril 2008  

    Le président du tribunal : "Nom : Ecrevisse, Prénom : Blanche-Patte, vous êtes ici pour répondre des chefs d’accusation suivants... Levez-vous : obstruction à travaux de bétonnage, pénétration par effraction sur un chantier, entrave au dévelopement économique. Reconnaissez-vous les faits ?"

    l’Ecrevisse : "Monsieur le juge, j’essaie juste de nourrir ma famille et de profiter des quelques ruisseaux à l’eau merveilleusement claire que je trouve encore dans la région..."

    Le président : "De l’eau claire ! Voyez-vous ça : madame veut de l’eau claire ! Mais n’êtes-vous pas au courant que nos usines de traitement de l’eau peuvent fournir de l’eau claire à volonté et à partir de n’importe quel cloaque ? Nul ne vous oblige à rester ici pour trouver de l’eau claire !"

    L’Ecrevisse : "Mais, monsieur le juge, j’ai toujours vécu ici, et mes ancêtres habitaient ici aussi, et leurs ancêtres aussi..."

    Le président : "Mensonges ! Avant 2006 on ne vous avait pas découvert dans le coin, preuve que vous n’existiez pas ! Vous êtes arrivés clandestinement dans la région dieu sait comment, dans le seul but de perturber les travaux ! Sans doute grâce à l’aide de terroristes écolos qui vous ont larguées par hélicoptère..."

    L’Ecrevisse : "..."

    Le président : "J’en viens d’ailleurs au chef d’accusation le plus grave : entrave au développement économique. A cause de votre attitude non coopérative, vous avez empêché l’installation de 50 entreprises sur Pau, représentant 5000 emplois, et plongeant dans la misère noire 50000 béarnais. C’est BAP qui nous a fourni les chiffres, ils sont donc exacts."

    L’Ecrevisse : "Je ne sais que dire, monsieur le juge..."

    Le Président : "Ah ah, vous ne savez que dire, je le savais ! Vous reconnaissez ainsi vos torts, en étant incapable d’apporter des éléments contradictoires !"

    L’Ecrevisse : "Mais, nos amis de la sepanso ont montré que l’aménagement de la route actuelle suffirait à..."

    Le président : "Il suffit ! Vous offensez le tribunal ! Ce ne sont tout de même pas quelques hurluberlus peints en vert et le poireau entre les dents qui vont nous donner des leçons de dévelopement économique !"

    Le président encore : "Et ce n’est pas tout : suivant des témoins bien informés, il paraitrait que vous vous réjouissez chaque fois qu’un automobiliste empruntant la route actuelle verse dans le fossé. Et pire, on vous aurait vu en boulotter certains qui auraient croupis trop longtemps dans les ruisseaux des bas-côté en attendant les secours ! Ces forfaits expliquent le mobile réel de votre opposition à l’autoroute : elle vous priverait de cette chair humaine dont vous vous repaissez !"

    L’Ecrevisse : "Ah ça monsieur le juge, j’avoue que..."

    Le président : "Greffier, notez bien : elle avoue."

    L’Ecrevisse : "...j’avoue donc que nous autres les écrevisses sommes des fines gueules. Mais vous faites erreur : dans notre tribu des pattes blanches, nous sommes plutôt végétariennes et n’apprécions rien qu’une bonne pousse de laitue lavée à l’eau claire. Vous devez confondre avec notre lointain cousin le homard..."

    Le président : "A d’autres ! Qui croyez-vous tromper ainsi ? Il suffit de regarder ces pinces terrifiantes et ces mandibules hideuses pour comprendre que vous êtes de vrais fauves ! Quand je pense qu’il y a des promeneurs insouciants qui côtoient sans le savoir des prédateurs comme vous... Que se passerait-il en cas de rencontre avec un enfant ? Ca me fait froid dans le dos !"

    L’Ecrevisse : "Le dernier enfant que j’ai vu a ramassé mes deux frères pour les passer à la poêle"

    Le président : "Il a été très courageux, c’est évident. Bon, mais passons au verdict. Vous savez sans doute que dans notre pays, la peine de mort a été supprimée, même pour les monstres comme vous. C’est regrettable, mais c’est ainsi. Aussi, je vous condamne ainsi qu votre tribu à la déportation à perpétuité dans un aquarium, aquarium qu’Aliénor placera sur l’aire d’autoroute de son choix pour distraire les touristes. Gardes, emmenez le condamné !"

  • > l’écrevisse à pattes blanches
    4 avril 2008, par des associatifs divers et variés  

    Excellent, génial, etc. !

    Si l’auteur pouvait se faire connaître auprès de l’ARLP ou de la SEPANSO (voir contacts sur sites respectifs)...

    Les webmasters de ces assoc seraient ravis d’être autorisés à placer ça sur leurs sites.

    D’avance merci.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par Gilbert  
    la page en question sur l’a65

    Aie, aie, aie ! Heureusement que le ridicule ne tue pas, sinon la route Langon Pau aurait encore fait une victime en la personne de Robert Cazenave... Oui, heureusement que ça ne tue pas.

    Comment en 2008, peut-on défendre un projet aussi ringard ? C’est affligeant !

    Non, ce n’est ni le vison, ni l’écrevisse, ni même le castor (du Canada, dont rêve le président du conseil régional pour se mettre dans la peau du maire de Bordeaux, à défaut de son fauteuil), qui s’opposent à la réalisation de ce chantier débile. Il y a aussi le simple bon sens qui dicte de ne pas engloutir de l’argent (que nous n’avons même pas), dans un projet inutile et aussi destructeur de ce qui fait la qualité de notre région, son environnement.

    D’ailleurs après le site de l’arlp où tout est abordé, je viens de jeter un coup d’œil au site Internet d’une pure asso écolo régionale, la Sepanso, et je vois qu’au dossier qui traite de l’autoroute, on parle de bien d’autre chose que de l’écrevisse. Au moins c’est limpide. Apparemment pour des "obscurantistes", ces écolos y voient plus clair que bien des esprits éclairés qui veulent décider tout à notre place. Merci à eux.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008  

    En fait tout est dit en 3 lignes sur le site de la Sepanso, et on ne saurait mieux résumer la situation :

    Un pari « perdant - perdant »

    Si le trafic double, les émissions de gaz à effet de serre doubleront...

    Si le trafic ne double pas, le contribuable devra payer après coup, jusqu’à 1 milliard d’euros...

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par Stéphan Carbonnaux  

    Comment se prévaloir d’alternatives quand on défend d’aussi vieilles lunes (pardon pour la Lune) ?

    Le désastre n’est pas l’absence de nouvelle route, mais bien l’effondrement de quantité de formes de vie, telle l’écrevisse, que les gens "sérieux" raillent, sans jamais sentir que leur disparition est un signal d’ALARME.

    La véritable alternative, c’est de penser et de réaliser un monde sans expansion économique et démographique. Chacun peut avoir sa part dans ce formidable défi qui nous est imposé par la seulé réalité qui vaille : le monde est fini, il a des limites très concrètes que nous ne pourrons outrepasser.

    Stéphan Carbonnaux, Pau

    Un projet déficitaire et ruineux pour les collectivités
    31 mars 2008  

    Mais combien de fois faudra-t-il répéter que cette autoroute, au delà ce son impact environnemental, coutera une fortune aux contribuables français et aquitains ! Tous les rapports d’expertise de l’Etat (Inspection Générale des Finances, Conseil Général des Ponts et Chaussées, Ministère de l’écologie et du développement durable, Direction régionale de l’équipement (DRE)) ont montré depuis des années que le trafic ne serait jamais suffisant pour rentabiliser cet équipement. Nous avons aujourd’hui 7000-8000 véhicules en moyenne sur l’axe Langon Pau (chiffres DRE) et ce trafic stagne depuis 3-4 ans.

    Lors de l’enquête publique sur l’A65,en 2005, la DRE prévoyait une augmentation de trafic de 35% d’ici à 2020 sur l’autoroute et une subvention d’équilibre de 500 millions d’euros versée par la collectivité car ce trafic est insuffisant pour rentabiliser un équipement de ce type.

    Dans le contrat de concession signé entre l’Etat, les collectivités locales et Aliénor, le constructeur base ses hypothèse d’équilibre financier sur un doublement du trafic d’ici à 2020 (prévision de 14500 véhicules/jour) avec un péage (16€30 en euros 2005) bien supérieur à celui utilisé dans les prévisions de la DRE (environ 12€ 2005). Ces prévisions de doublement de trafic sur un axe régional, alors que le trafic national diminue depuis trois ans est tout simplement irréaliste. Mais la sortie de crise est déjà prévue dans le contrat : l’article 40 prévoit la déchéance du concessionnaire et la récupération des dettes par la collectivité.

    La vrai question dés lors est celle ci : est-on prèt à dépenser prés d’un milliard d’euros de fonds publics, dans une période de rareté des deniers publics pour un équipement qui ne répond à aucun besoin en terme de trafic et alors qu’il existe une alternative plus écologique, moins chère et qui garantirait en plus la sécurité pour tous les usagers ?

    Si vous doutez de la véracité des chiffres et infos annoncées ci-dessus : tous les rapports officiels que je cite sont disponibles sur le site de l’ARLP : www.asso-arlp.org

  • > Un projet déficitaire et ruineux pour les collectivités
    17 avril 2008, par sofsof  
    evidemment il est plus facile de faire l’autruche, car si le trajet est plus facile et moins dangereux il y aura davantage de monde et l’exploitation sera plus rentable...CQFD Les petites communes traversées par la nationale seront plus tranquilles : voir villeneuve de marsan captieux... C’est aussi leur apporter davantage de sécurité et de confort. Mais qui n’entend qu’une cloche n’a qu’un son...

  • > Un projet déficitaire et ruineux pour les collectivités
    17 avril 2008  

    C’est fatiguant de répéter toujours les mêmes choses : un aménagement de la route actuelle, avec des contournements de villages, aurait atteint le même résultat en termes de tranquillité pour les villages et de sécurité sur la route. Et qui plus est, cette sécurité aurait été pour tout le monde, et pas seulement pour ceux qui vont emprunter l’autoroute !

    Des gens continueront à se tuer sur la route actuelle, et d’autant plus qu’elle ne sera pas améliorée si l’autoroute se fait !

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par doudou  
    l ecevisse qui barre la route

    On fait beaucoup pour l écologie si cela continue a ce rythme on va revenir a la lampe a huile et au feu de bois dans les cheminées c est sur c est dommage que dans ce pays les lobies de toutes sortes prennent l avantage sur la modernisation car vraiment pour une écrevisse arreter l autoroute LANGON ou entre parenthes habite une partie de la famile de ma femme PAU c est vraiment faire l autruche.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008  

    Mais oui Doudou c’est évident : tout le monde sait que le lobby écolo manie des centaines de milliards d’euros et met à genoux les grands groupes industriels et autres multinationales qui ne savent pas se défendre.

    Vous en avez d’autres comme ça ?

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par AD  

    Doudou exagère peut être un peu...

    MAIS

    1- tout d’abord le lobby écologiste n’est pas si faible que vous le laissez entendre.

    2- êtes vous sur que l’écrevisse est vraiment défenfu par des écolo ou par des associations qui cherchent n’importe quels prétextes pour faire échouer le projet...

    3- En tout cas, comme toutes positions extremistes, elle est aussi inutile que dangereuse.

    Peut on vraiment mettre en balance le désenclavement indispensable de Pau et une écrevisse...

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008  

    Toute l’arnarque ici consiste à faire croire que le désenclavement de Pau passe obligatoirement par cette nouvelle autoroute.

    Vous voulez d’autres suggestions pour désenclaver Pau ?
    -  aménagement progressif de la route Pau-Bordeaux existante (mise à 2x2 voies, contournement des villages, et peut-être une portion nouvelle entre Pau et Aire)
    -  réaliser le chaînon autoroutier manquant entre Peyrehorade et St-Geours pour rejoindre l’autouroute de la côte.
    -  Mettre des TER cadencés (toute les heures) Pau-Bordeaux et Pau-Bayonne

    Et vous savez quoi ? Avec le prix de l’autoroute on peut sans doute faire tout ça ! Vous n’avez pas l’impression qu’en défendant exclusivement une autoroute qui va apporter à peine plus que la route aménagée, BAP joue en réalité contre Pau et le Béarn ?

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par PhG  
    Facile pour cet Anonyme de "prendre" l’argent de la construction de l’autoroute (argent privé gagé sur les péages à venir) pour l’utiliser à combler des finances publiques... Avec cette idée saugrenue que le "maillon manquant de 43 km Peyrehorade-StGeours" résoudrait le problème constant de la saturation de l’A10 et de son mur de camion. C’est ça l’arnaque.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008  

    Argent privé ? Allons bon, allez voir les montants des subventions publiques pour ce projet !

    Quant au mur de camions de l’A10, il faut voir un peu plus loin : dans 10 ans, quand le gasoil coutera 2 ou 3 fois plus cher qu’aujourd’huin croyez-vous qu’il y aura toujours des murs de camions ?

    Gouverner c’est prévoir, dit-on.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par Rose-Anne  
    Nationale = DANGER

    Rien n’est plus sûr qu’une autoroute. Nos jeunes palois qui étudient à Bordeaux en font la lourde expérience dans leurs mortelles rencontres avec le gibier qui traverse la nationale ou les platanes qui la bordent. Que vaut la vie d’une écrevisse en face de la leur ?

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008  

    Et allez, encore de la démagogie, avec la vie des étudiants ce coup-ci...

    Car encore une fois qui a dit qu’il ne fallait pas aménager la route actuelle ??? Personne.

    D’ailleurs si l’autoroute se fait, que croyez-vous que les étudiants qui vont à Bordeaux feront ? Vous croyez qu’ils paieront toutes les semaines 40 euros pour faire l’aller-retour ? Et bien non : la majorité d’entre eux continuera à prendre la route gratuite, mais toujours aussi dangereuse ! C’est ce que vous voulez ?

    Maintenant c’est aussi une question de choix de société : si j’avais des enfants qui étudient à Bordeaux, je ne leur paierais certainement pas une voiture, et leur dirais d’y aller en train, à Bordeaux. Comme beaucoup le font, d’ailleurs.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par nono  

    Cher Anonyme,

    Ta position de fonctionnaire travaillant et résidant à Pau ne te qualifie particulièrement pas pour dire ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire à ceux qui sont dans l’obligation familiale ou professionnelle de se déplacer entre Pau et Bordeaux. Les donneurs de leçon à la trappe !

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008  

    Cher nono, je vous sens tout aussi anonyme que moi, à moins que "nono" soit votre patronyme...

    Par ailleurs je ne suis pas fonctionnaire. Et si aujourd’hui je travaille sur Pau, il se trouve que j’ai travaillé longtemps loin de Pau. Pour autant, il ne me serait jamais venu à l’idée d’exiger de la collectivité un équipement non justifié et coûteux (aussi bien financièrement qu’environnementalement) pour la simple raison que moi personnellement j’en avais besoin !

    La collectivité n’est pas là pour répondre aux besoins égoïstes de quelques palois qui veulent aller vite sur Bordeaux en bétonnant tout sur leur passage, et après eux le déluge...

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    1 avril 2008, par Gaston  

    PhG

    1) Pour la distance PeyreHorade - St Geours, utilisez Google Maps, qui vous donnera 22,5 km et pas 43, à moins que vous ayez compter l’aller et retour.

    La A641 dépasse Peyrehorade et arrive à la D33. Il y a au maximum 20 km d’autoroute manquante.

    2) le passage à 2*3 voies est déjà prévu pour l’A10 ( RN10) entre A63 et Bordeaux.

    Il faudrait pas rejeter ce projet et regarder de près. Il a des avantages : plus rapide ;

    Personnellement il y a une éternité que je ne passe plus par Aire pour aller à BX en voiture. Et en plus cette route BX-Pau on en a fait une route encore plus dangereuse qu’avant : plein d’obstacles béton sur la route pour délimiter les carrefours, les rétrécissements. Très dangereux et en plus il y a souvent du brouillard. Ces obstacles sont très dangereux.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    1 avril 2008, par Ben  

    @ Gaston,

    le système google-map donne la distance à partir de l’église . Il faut aussi prendre en compte à chaque bout les distances aux autoroutes.

    Et google n’indique pas une zone de protection qui interdira le passage en ligne droite du chainon manquant. On aura alors environ 40 km, sauf à reconstruire le péage de Peyrehorade pour chercher à gagner un peu.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par Clo  
    l’A65

    Avec quel argent allons nous faire ce doublement de la voie actuelle. Il n’y a plus d’argent dans les caisses. Rappellez-vous, Jospin qui voulait aménager la RN10 entre Bordeaux et Bayonne. On attend toujours !!!

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008  

    Clo, et avec quel argent va-t’on indemniser le concessionnaire de l’A65 pour cause de traffic et donc de rentabilité insuffisants, comme cela est prévu dans le contrat ?

    Pas fou le privé, sur ce coup : si il y a des bénéfices c’est pour lui, si il y a des pertes c’est pour les collectivités. Bien joué...

  • Enclavement
    31 mars 2008, par Le petit Robert  

    Le Petit Robert donne pour « enclavé(e) » la définition suivante : "Région enclavée, isolée du reste du pays, sans voies de communication".

    Certainement issu du vocabulaire des corps d’ingénieurs du 19eme siècle qui devaient relier à l’aide d’infrastructures de transports des régions de France alors réellement difficilement accessibles, ce mot est resté dans le champ lexical des projets de transport. Il serait pourtant raisonnable d’arrêter d’utiliser ce mot lorsqu’on parle de villes comme Pau qu’on peut atteindre sans avoir besoin d’une jeep, d’une pirogue ou d’un hélicoptère.

    Des routes existent et sont en bon état pour venir à Pau des quatres coins de la région. Ce qu’apporterait une autoroute serait seulement un gain de temps.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008  

    Alors là Doudou dis donc, tu me cloues !

    Mais comment donc ta femme qui a une partie de sa famille à Langon et toi qui es un vrai Palois, avez-vous pu vous rencontrer alors qu’il n’y avait pas d’autoroute ??????

    Comment la fusion d’êtres aussi éloignés géographiquement a-t-elle été possible sans l’A65 ?

    Ah, c’est fort la nature... Du coup ça me donne espoir pour nos ours, peut-être pourront-ils, sans autoroute des cimes, rencontrer des ourses ariégeo-slovènes de seconde génération et fonder une famille pour remplacer Canelle.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008  

    Cet article est un condensé de passéisme : vision rétrograde du dévelopement local par béton et grand travaux à gogo(s), faune sauvage considérée avant tout comme des géneurs (ours et écreviss, même combat)...

    Bétonnez-moi tout ça qu’on n’en parle plus !

    Le grenelle de l’environnement était bien peu ambitieux, mais on sent que c’est déjà beaucoup pour certains...

    Et Aliènor savait pertinemment que son dossier était non conforme : pourquoi l’a-t’elle soumis en l’état ?

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par Autochtone palois  

    Alienor cherchait le refus pour obtenir des rallonges de subventions de la part des collectivités locales (région, communes, départements)pour faire face aux les exigences écologiques évidentes. Business is business, right ?

    4 voies bien aménagées et le contournement d’Aire seront bien suffisants, mais BAP c’est Béton Acier Pétrole.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par 10cre  
    Prendre exemple sur l’espagne n’est pas forcément une bonne idée. L’écologie en Espagne est un notion complètement abstraite. Il suffit de regarder les centaines de km de béton de la cote méditerranéenne pour s’en persuader.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    31 mars 2008, par Clo  
    l’A65

    J’attends toujours l’avis de Mme LIGNERES CASSOU et M. BAYROU sur le sujet. Quels silence assourdissant

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    2 avril 2008, par Max  

    Cher Autochtone, MLC est pour l’autoroute, David Habib est pour l’autoroute, la CCI et BAP (très umpéïsante) militent pour l’autoroute. Tous des c..s aveuglés par les pétrodollars qu’ils vont toucher sous la table ?

    Une telle communion d’esprits si divers me laisse perplexe et je me demande si le dossier n’est pas aussi simple que ces "esprits bien pensant" ultra-écologistes (en pendant aux ultras libéraux) le martèlent.

    En outre, la future LGV n’est-elle pas calquée sur la même emprise ?

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    2 avril 2008  

    Max, il existe un précédent : la défunte autoroute A400, qui devait "désenclaver" (elle aussi !) un bout de Haute-Savoie. Là aussi, tous les élus "sérieux" en appelaient à la réalisation in-dis-pen-sa-ble de cet ouvrage, fustigeant les quelques "ultra-écolos" (pour reprendre vos termes) rétrogrades qui contestaient le projet.

    Le projet avait déjà sa Déclaration d’Utilité Publique depuis 2 ans, quand coup de théâtre, le conseil d’état l’annula, pour cause de faiblesse prévisible du traffic futur. L’autoroute fut alors enterrée.

    Donc non : la quasi-unanimité des élus ne signifie pas qu’un projet soit pertinent.

    Et devinez quoi ? Un des arguments des opposants A65 est justement la faiblesse prévisible du traffic.

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    2 avril 2008  

    J’ajouterais que les élus et lobbys locaux sont finalement dans un rôle facile : ils réclament un équipement qu’ils n’auront à pas à financer.

    Et si la rentabilité s’avère insuffisante pour le concessionnaire (ce qui est à peu près assuré !), c’est l’état qui paiera !

    Mais ce petit détail (l’état qui paie), l’élu local s’en fiche : il pourra fanfaronner devant ses électeurs pour avoir avoir décroché l’autoroute : c’est le Français qui régale.

    Vieille histoire...

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    3 avril 2008  

    Erreur : les collectivités locales auront aussi à payer, le contrat de concession prévoit ainsi le partage de la dette après déchéance du concessionaire : 50% pour l’Etat (environ 500 millions d’€) 25% pour le Conseil Régional (250 millions) et le reste pour les départements (les 250 millions restants).

    Le problème avec les élus locaux est que tout aveuglé par leur volonté de faire cette liaison ils ignorent les détails techniques du dossier, dont entre autres le trafic existant et les prévisions de trafic permettant de rentabiliser l’ouvrage (15 000 veh/jour en 2020) qui ne seront jamais atteintes. Incompétence donc, plutôt que malhonneteté ! Une incompétence qui risque de nous couter cher !

  • > Autoroute A 65 : De l’écrevisse à pattes blanches à l’ours des Pyrénées
    5 avril 2008, par Laurent  

    J’ai lu le contrat ce concession et en paritulier l’article 40 concernant la déchéance du concessionnaire. J’ai rien compris ou pas grand chose, et il faut bien un expert comptable pour comprendre.

    Ce qui est certain par contre c’est que la concession sera en déficit, cela rappelle le tunnel sous la Manche ;

    Si on reprend les différents chiffres, _8000 véhicules jour à 16 Euro le passage ( pour tout le parcours), 130 000 Euros de ca par jour, 40 ME par an, 250 personnes à l’exploitation, 30 ME par an de frais d’exploitation, il reste 10 ME par an pour rembourser, 1 milliard d’emprunt bancaire, à 6 % d’intérêt, soit plus d’un siècle pour rembourser.

    C’est cela que BAP devrait nous expliquer. On conçoit que BAP a l’espoir que le trajet BX-Pau attirera le fret routier vers une autoroute Pau-Huesca et que cela devrai doubler le trafic. Espoir ?

    On conçoit que BX-PAU c’est une pression pour faire Pau-Huesca. Mais les dés ne sont-ils pas pipés aujourd’hui.

    Les transports routiers venant du Nord et allant en Espagne (Madrid, Saragosse, Barcelone ) n’auront-ils pas intérêt à faire Paris-Toulouse-Saint Gaudens - Val d’Aran Lérida :

    Paris-Toulouse ; pratiquement gratui Toulouse Saint-Gaudens : à peine une vingtaine de km à payer ; Paris - St Gaudens ( 5 E au total ?) St gaudens - Lérida , travaux déja commencés,

    En face Paris- Bordeaux- Pau, 40 Euros environ. 35 Euros de handicap par rapport à Paris-St Gaudens.

    Il y a pas photo. Le trafic européen ne passera pas par Pau. Le flux du Nord par les Pyrénées centrales passera par Toulouse.

    Cette autouroute aurait été bien il y a 30 ans. Aujourd’hui trop tard, il ne nous reste que Peyrehorade.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Max Moreau
    Martine Lignières-Cassou
    Marc Cabane
    Georges Labazée
    Nathalie Chabanne
    Jean-François Maison
    Gérard Trémège
    Jean-Paul Matteï
    Jean Glavany
    Yves Urieta
    Christian Pèes
    Mariano
    L’or ne pourrit pas.
    Nathalie Chabanne
    Questions à Jean-Pierre Bel
    Pascal Boniface et Julien Pardon
    Georges Labazée
    Sylvie de Sury
    André Cazetien
    Xavier CEYRAC



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises