Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Lettres de Pékin

mardi 8 avril 2008


A Alternatives paloises, la promotion de simple chroniqueur à grand reporteur est aussi simple que celle qui conduit un lecteur au statut de contributeur. Les émolutions sont les mêmes et le contrat est une simple suggestion : « Tu devrais nous envoyer une lettre quotidienne de là-bas ». J’essaie de rétorquer : « Et toi, Bernard, ne devrais-tu pas... ». C’est que je ne suis pas certain de pouvoir tenir la gageure. Je reconnais que cela pourrait avoir un intérêt pour les lecteurs d’avoir une relation personnelle de ce que le voyageur peut découvrir à Pékin. Pas seulement pour ceux qui envisagent un voyage à l’occasion des jeux olympiques, mais aussi pour ceux qui sont curieux de l’évolution du monde. Mais je sais bien que je n’ai pas le talent de Montesquieu, qui, à travers ses « Lettres persanes » faisait découvrir la France à ses lecteurs en l’éclairant du regard de prétendus étrangers. Autrement dit, qui allumait les éclairages du « Siècle des Lumières ».

Ce qui me préoccupe en ce vendredi 4 avril, c’est de devoir partir sans avoir fini de préparer ma présentation au congrès de programmation mathématique qui m’a invité. C’est que désormais, les communications ne se font plus devant un tableau avec une craie, mais à l’aide d’un fichier informatique qui permet de concentrer l’information, et en particulier des formules mathématiques complexes, sur une courte période de temps et en permettant à une large audience d’avoir une vision de bonne qualité sur un grand écran. Pas question de revenir en arrière et de donner une mauvaise image de soi et de son université ! Seule notre ministre imagine qu’il n’y a pas assez de compétition entre les scientifiques et les universités...J’enrage cependant d’avoir à consacrer tant de temps à des questions de présentation, au risque de perdre de vue le fond. Une simple parenthèse mal placée et le logiciel refuse de compiler le fichier écrit en latex, une sorte de langage inventé par Knuth pour l’écriture de textes scientifiques et la musique. Je m’en veux aussi d’avoir donné la priorité à des activités secondaires ces derniers jours, mais je m’excuse volontiers : ne pas l’avoir fait aurait été être moins humain.

Quoi qu’il en soit, le vin est tiré, il faut le boire. Je me dis que je finirai ces mises en page lors de l’escale à Roissy. C’est pas sympa pour ma compagne, je sais bien. De plus, arrivé à l’aéroport, je découvre que les trois heures de correspondance ne pourront être mises à profit car le vol de Pau arrive à Orly tandis que le vol vers Pékin part de Roissy. Voilà ce que c’est que de s’être établi dans une ville qui a si peu de liaisons avec Roissy ! Mais ce ciel si lumineux d’avril palois lave la ville de tout grief...

L’avion part avec retard, un passager n’ayant pas embarqué (comment a-t-il fait pour se perdre dans l’aéroport de Pau ?), et comme les bagages ne sont déchargés à Orly qu’avec une vitesse assez peu à la hauteur des taxes d’aéroport, nous voilà en danger de manquer le décollage vers Pékin ! Heureusement, Air France affrète un taxi pour nous vers Roissy. Le coût équivaut à celui du vol, et je trouve le geste aimable. D’autant que la vitesse de croisière sur le périphérique ne dépasse guère celle du car. Mais les embouteillages nous permettent d’observer les tentes nichées entre les troènes qui bordent les voies et un mur lépreux. Nous allons quitter notre pays sur cette image de son hospitalité et de ses efforts à l’égard des sans logis.

Samedi 5 avril. Le jour se lève sur un paysage montagneux, tourmenté et vide. Les marches du Tibet ou une région plus septentrionnale ? Cette seconde interprétation est plus vraisemblable, mais comment éluder de ses pensées ce pays maltraité ? Et, comme tout bon français, mon sens de la géographie n’est pas à 1000 kms près. J’avais oublié mes leçons sur les géodésiques du globe terrestre lorsque la Suède et la Finlande me les ont rappellées hier soir : le plus court trajet ne suit pas les parallèles. Court ? si l’on veut : 8200km. Mais la nuit a été courte, d’autant que le film que j’ai choisi dure un bon moment. Mais, avec un écran de 7x10 cm et un bruit d’ambiance élevé, je regrette de n’avoir pas vu « There will be blood » au cinéma. J’aurais dû suivre plus attentivement la chronique de Marylène sur le site d’A@P...

L’avion frôle les immeubles voisins de l’aéroport de Pékin. Pas très enviables ni très pittoresques. Les avions déversent par centaines leurs passagers. Je m’inquiète de la longueur de la queue devant les contrôles de police. J’ai le souvenir de tant d’attentes interminables dans les couloirs de Roissy au petit matin...Pour l’accueil de nos visiteurs, il est inutile de déranger plus de 2 fonctionnaires de police. Autant les garder pour quelque cortège officiel (ou quelque tâche moins reluisante...). Les Chinois n’en jugent pas ainsi. Non seulement ils ont des files spéciales pour les personnalités et les sportifs, mais même le commun des mortels est traité avec célérité et sans tâtillonnement. Je suis de ce commun, même si j’ai bien pagayé pour arriver là. Un scientifique n’arrive pas à la cheville d’un champion de canoé, et pas à l’orteil d’un footballeur. Je n’en ressens aucune amertume, et je regrette de ne pas apercevoir Tony Estanguet : son frère n’a-t-il pas annoncé au Conseil municipal que notre héros local arriverait ce samedi à Pékin ? J’aurais aimé lui souhaiter bonne chance, moi qui n’ai manié la pagaie que sur la Seine au Pont Alexandre III et sur la Marne, à part une expérience mouvementée sur le gave...


- par Jean-Paul Penot


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Lettres de Pékin
9 avril 2008, par Autochtone palois  

Ce doit être l’effet du climat pékinois. JPP, à la manière de Ségolène et sa "gravitude", nous invente un mot qui résulter du croisement de deux autres, comme la mule est le croisement d’une jument et d’un âne, ou quelque chose comme ça.

Il nous a inventé le mot "émolution", qui doit résulter du croisement entre l’émolument et la rétribution.

C’était mon contribument au sujet sur la Chine, qui a généré des contrepèteries célèbres. Et j’espère que, après tout ça, perdu dans ses équations, notre JPP n’arrivera pas à pied de la Chine.

  • > Lettres de Pékin
    11 avril 2008, par Perplexe  
    Il me semble que Ségolène avait parlé de bravitude après avoir gravi la muraille ; c’est pas grave, ça vaut une contrepèterie belge : il fait beau et chaud.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Offre d’emploi
    Alexandre - Il n’y a pas de mot
    Je suis partout... un media à part
    La boussole des politiques : Le pouvoir
    Habemus Papam !
    Réformer la France : Un travail de Titan
    Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
    Jaurès, m’entends-tu ?
    Le couple Algérie France
    Déjà demain !
    Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
    Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
    Noël en famille
    Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
    Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
    Les Français sont-ils des ânes ?
    Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
    Les terriens n’ont rien compris



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises