Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

L’Art Scène Théâtre investit le Théâtre St Louis

lundi 28 avril 2008



L’ART SCENE THEATRE INVESTIT LE THEATRE SAINT LOUIS

Pour sa troisième saison, l’Art Scène Théâtre investit le théâtre Saint Louis et sa salle de spectacles afin de présenter les travaux de l’année. Cette année, 5 créations voient le jour, fruit du travail assidu des comédiens amateurs palois. Six de nos plus grands auteurs contemporains sont mis à l’honneur, pour à la fois enrichir le travail de découverte des comédiens, mais aussi pour faire découvrir au public le théâtre d’aujourd’hui, à travers ses multiples facettes.

La première pièce des ateliers adultes, qui ouvre le samedi soir au Théâtre Saint Louis est « MUSEE HAUT MUSEE BAS » de Jean-Michel Ribes. La rencontre physique avec cet auteur prolifique, férocement génial et inventif au début de la saison a sublimé la rencontre théâtrale des ateliers avec ce texte étonnant, qui autour du thème du musée, nous fait nous poser tellement de questions sur nous... L’humour décalé, la griffe de l’auteur font de cette pièce un élément imparable de notre répertoire contemporain.

C’est en Isräel que nous amène le deuxième spectacle des ateliers, "QUE D’ESPOIR", autour d’un des auteurs les plus remarquables de notre siècle. Hanokh Lévin, mort prématurément, a vu son œuvre théâtrale -magistrale- traduite et éditée en France. Son travail, forme unique d’humour noir, de dérision, de férocité et d’émotion a inspiré une quête de liberté, de dénonciation, auprès des ateliers, qui ont relevé le défi d’un alternement de théâtre joué et chanté. Pleurer les maux d’un peuple opprimé par les mots décalés d’un humour surprenant a été d’abord déroutant pour les ateliers, qui se sont investis dans cette œuvre comme les témoins imaginaires d’un peuple que nous connaissons finalement très peu.

La troisième pièce adultes "CONSOMMATORS" est un montage de textes d’auteurs contemporains autour de notre société de consommation, des rapports sclérosés entre riches et pauvres, maîtres et esclaves. Des sujets très clairs comme celui d’un homme et d’une femme qui rentrent d’une soirée et qui de leur fenêtre regardent un SDF transi de froid dehors, au décalage poussif de deux clochards qui festoient dehors avec des produits de luxe, en passant par l’allégorie des clients d’un supermarché figurés par des gladiateurs des temps modernes dans l’arène déroutante d’un supermarché, où la course des caddies n’a qu’un seul but : acheter, posséder, jeter, recommencer. Le montage continue par l’exploration d’un thème fort, celui du maître-patron à l’esclave-employé, travaillé à son paroxysme par l’écriture de Florian Zeller. Enfin, le dernier texte trouve une solution dans le problème des pauvres sur notre terre. Il s’agit d’une réflexion sur un problème de plus en plus d’actualité par des choix de textes d’auteurs qui bien plus que des images, proposent une écriture crue ou exacerbée qui a dépassé le stade de la dénonciation, pour en venir à l’urgence du cri de la vérité. Le théâtre, dans sa dimension politique, trouve alors tout son sens.

Parallèlement à ses 3 pièces, le festival des ateliers commence avec « HISTOIRES DE SUPERMARCHE », un montage de quatre scénettes, présentées par les apprentis comédiens enfants et adolescents de l’Art Scène Théâtre. Les 40 jeunes comédiens appréhendent les planches souvent pour la première fois, et mettent à profit le travail du corps, du rythme, de la voix, autour de scénettes qu’ils auront créé tout le long de l’année. Puis le festival se termine les 6 et 7 juin prochains avec « LES DECHETS » de Guy Foissy, grand prix Courteline de l’humour noir, qui nous présente des personnages actuels dans la banalité de leur quotidien, pour mieux faire ressortir leurs échecs, leur fantasmes, leurs impuissances à communiquer ou leur autosatisfaction. Cet auteur a la particularité remarquable de partir de la platitude des existences pour aboutir à des situations des plus insolites.

Cette cinquième saison est pour la soixantaine de comédiens adultes des ateliers de l’Art Scène, une immersion dans une écriture théâtrale très actuelle, un questionnement qui se prolonge bien au-delà des planches, quand le fait de les présenter au public devient plus que le simple fait du spectacle : l’urgence de présenter réellement, sans l’artifice du virtuel, par la présence physique, des questionnements d’aujourd’hui. Et c’est là que le travail proposé par l’Art Scène Théâtre prend tout son sens : le théâtre est peut-être aujourd’hui la seule révolte, la seule parole résistante face au virtuel, qui au-delà d’un univers figé et d’une fausse image de liberté sans limite menace d’un enfermement des esprits.

Frédéric Fuertes
Metteur en scène
Directeur de L’Art Scène Théâtre

DATES ET RESUME DES SPECTACLES

Samedi 17 mai 2008 à 15h00
Théâtre Saint-Louis, Pau
HISTOIRES DE SUPERMARCHE
4 scénettes dans un supermarché présentées par les ateliers enfants et adolescents de l’Art Scène Théâtre. Mise en scène de Frédéric Fuertes et Séverine Poulot-Cadet
Opération place nette : La nuit, au supermarché, un commando étrange, muni de lampes torches, s’introduit dans le magasin...Il s’agit en réalité d’un groupe d’enfants, bien décidés à vider les rayons des aliments encombrants, pour que leurs parents n’aient plus d’autres choix en faisant leurs courses qu’acheter leurs aliments préférés...
Consommez ! Ca tourne ! : Il faut que les clients achètent plus ! C’est le mot d’ordre de la grande directrice du supermarché. Toute son équipe va rivaliser d’idées publicitaires pour attirer le chaland...Tous les moyens sont bons !
Verts, oranges et zizanie : Dans une ville lointaine, deux groupes s’affrontent : les verts qui vivent à gauche de la rivière, et les orange qui vivent à droite. Le seul point central, la seule zone commune, c’est le supermarché. Il faut alors que l’établissement s’organise pour accueillir le matin les clients verts et l’après-midi les clients orange...
Par ici la monnaie ! : Comment un cambriolage dans un supermarché finit en prise d’otage...Comment les clients prisonniers des ravisseurs dans le magasin s’organisent pour sauver leur peau, et le stock si précieux du magasin...
___________________________________________________________________
Samedi 17 mai 2008 à 20h30
Théâtre Saint-Louis, Pau
MUSEE HAUT, MUSEE BAS
De Jean-Michel Ribes, mise en scène de Frédéric Fuertes
Le musée est-il chaud, froid, haut, bas ? Que viennent faire tous les visiteurs dans ce lieu ? Visiter, se montrer, s’aimer, pisser, manger, chuchoter, s’extasier, copier ?
Le musée est-il un espace de liberté ou une prison pour aliénés ? Qui peut y habiter ? Le passé, le présent, des chefs-d’œuvre, des œuvres improbables, des voleurs, des Saintes-Vierges, Mickey, la lumière...Ou personne ?
Et l’art dans tout ça ? L’art est un scandale et « musée » se glisse dans « s’amuser ».
La pièce, conçue comme « un grand songe toboggan » par l’auteur, propose un parcours guidé « rapidement car les musées sont amusants »... L’humour bien particulier de Jean-Michel Ribes propose une pièce qui met en scène une douzaine de personnages dans un décor de musée. Artistes, visiteurs, conservateurs, guides et œuvres s’éparpillent dans le grand bazar de la culture d’aujourd’hui exposée dans toutes ses facettes.
Présenté par les Ateliers adultes de l’Art Scène Théâtre


Dimanche 18 mai 2008 à 15h00
Théâtre Saint-Louis, Pau
QUE D’ESPOIR !
De Hanokh LEVIN (traduit de l’hébreu et adapté par Laurence Sendrowicz), mise en scène de Frédéric Fuertes, composition musicale de Carole Irigoin.

Hanokh Levin est né à Tel-Aviv en 1943 et mort prématurément en 1999. Il est l’auteur d’une œuvre considérable qui comprend pièces, sketches, chansons, poésie... Co-fondateur de l’Association des auteurs dramatiques israéliens, il a milité activement dans son pays pour l’amélioration du statut et des droits du dramaturge dans son pays.
Cette pièce, cabaret satirique, est un montage de textes courts et de chansons qu’Hanokh Levin a écrits tout au long de sa vie. C’est un hommage rendu à un des auteurs contemporains les plus talentueux de son époque. Son écriture possède une force et un humour rares. Comment ne pas se reconnaître dans ce miroir qu’il nous tend ?
Ces sketches nous emportent dans un autre univers, dans le quotidien de peuples, de pays confrontés à la guerre, avec une irrévérence décalée. Se succèdent des personnages qui peinent à appréhender la vie, aussi bien face à de grandes questions politiques qu’aux situations banales du quotidien. Il nous renvoie de son pays l’image féroce d’une société séduite par le pire.
Les textes oscillent entre un humour parfois noir et des situations dérangeantes. Le conflit israélo-palestinien présenté comme un conflit de salle de bains dérange, déroute mais reste dans une réalité plus que troublante. Les chansons, jouées, prêtent souvent au sourire, mais ne cachent pas longtemps l’écho de la voix de l’auteur, puissante, féroce et terriblement humaine. Que d’espoir !
Présenté par les Ateliers adultes de l’Art Scène Théâtre


________________________________________________________________________
Dimanche 18 Mai 2008 à 20h30
Théâtre Saint-Louis, Pau
CONSOMMATORS, LE GRAND CHARIOT
Textes de Fabrice Roger-Lacan, Florian Zeller, Guy Foissy et Jacky Viallon. Mise en scène de Frédéric Fuertes.

« Consommators, le Grand chariot » : à l’heure actuelle de la grande société de consommation, symbolisée par les hypermarchés, les grands espaces de vente et la rupture entre deux groupes de la population indispensables à son bon fonctionnement : les riches et les pauvres.
Dans la grande arène des supermarchés, les clients, gladiateurs des temps modernes sur leurs chars-caddies, veulent à tout prix posséder, stocker...Les maîtres des jeux, publicitaires et banquiers, s’en donnent à cœur joie dans cette tragique décadence qui trouve sa force dans le déclin d’une société qui ne s’émeut plus , ou qui ne veut plus voir le malheur des autres.
Après avoir subi la grande boulimie de l’achat, un groupe de consommateurs se trouve privé de désirs. Le grand dégoût. Heureusement, pour retrouver le goût de la dépensette et de la chéquinette, intervient la publicité. Grande déesse de la consommation, elle réussira à convaincre les clients d’acheter le droit de considérer le monde à travers un tuyau... un tuyau de contemplation.
Il est de bon ton de s’émouvoir sur les pauvres, mais ces derniers font-ils partie de notre paysage, deviennent-il des éléments invisibles du mobilier urbain ? Dans quelle logique nous trouvons nous, le patron est-il maître, l’employé est-il esclave ? Quelle finalité à tout ça : supprimer tous les malheureux pour que le monde devienne heureux ?

Présenté par les Ateliers adultes de l’Art Scène Théâtre


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Pierre Palmade et Michèle Laroque "Ils se RE-aiment"
L’écume des jours
Le temps de l’aventure
Lendemains de fête
The place beyond the pines
Anne Sofie von Otter avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse
Sunderland
Memori Terhapus
Babx
"A Yiddishe Mame"
« Étudier, aimer, révéler, Pyrénéistes protestants au XIXe siècle »
L’avare de Molière
Jean Michel Pilc
Khaos
Laure O "La Femme "
Camille Claudel 1915
Les Amants Passagers
La nuit tombe...
Beijing Danse Theater
"Apache"



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises