Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le Bobo Palois

dimanche 27 avril 2008


A la base, le Bobo palois n’est pas né à Pau.

INTEGRATION

On reconnaît le Bobo palois car il est toujours le premier à enfiler le foulard d’Hestiv’oc.
Le sandwich à la ventrêche, à 15 euros, c’est pittoresque.

A l’Epiphanie, le Bobo palois cherche la galette sur la table. Dépité, il prend un morceau de brioche comme tout le monde.

Le Bobo palois n’a pas encore rencontré de Béarnais. D’abord il l’ignore. Il lui faut environ 3 à 4 ans pour s’en rendre compte. Mais cette prise de conscience ne change rien. Car il ne sait pas où chercher le palois.

Le Bobo palois est surpris qu’on lui dise adieu alors qu’il vient d’arriver.

Le Bobo palois s’est offert un béret à la fête du béret de Nay, et un saucisson à la fête du cochon à Oloron. Il a même pris une photo qu’il a envoyée par mail à sa famille.

Le Bobo palois regarde les matchs de rugby tout seul à la télévision.

A un moment il a compris : le Bobo palois a fini par prendre sa carte au Parti Socialiste. Maintenant il peut croiser des gens qu’il connaît.

CONSOMMATION

Le Bobo palois mange Bio.
Vous les trouverez en groupe tous les samedi matin aux Halles de Pau. En effet il pense qu’acheter des légumes terreux aux paysans, c’est manger Bio...

Si par hasard, l’un d’eux se trouve dans une grande surface, vous le reconnaîtrez rapidement, car il opte pour un petit panier plutôt qu’un caddie. Et surtout, il feint d’être perdu dans les rayons, pour faire croire que non, il ne vient jamais faire ses courses ici.

Le Bobo palois ne fume pas et ne boit pas. Cependant il s’accorde avec délice, un petit verre de vin rouge entre bobos au Vin/20 ou à la Tireuse.

Le Bobo palois ne prend pas de café non plus. Quand vous lui en proposez un, il vous rétorque fier comme un Paon : « Non merci, je ne bois pas de café ! »... on sent bien le (MOA) non prononcé, et on culpabilise de devoir avaler son 5ème café de la matinée.

CULTURE

Le Bobo palois adore la lecture, au point qu’il se rue dans les salles du Mélies pour lire les films ! Même s’il préfèrerait les lire en VO pour devenir Super Bobo Palois.

Le Bobo palois prend des cours de théâtre et de cuisine. Il trouve formidable le tissu associatif de Pau.

Le Bobo palois fréquente les Journées du Patrimoine. C’est bon d’être chez soi !

Le Bobo palois est certain que la carapace d’Henry IV est une fausse.

POLITIQUE

Le Bobo palois a été, au moins une fois dans sa vie, à un meeting d’Eric Shatz.

Le Bobo palois trouve qu’André Labarrère était un vrai socialiste.

Le Bobo palois cherche une maison dans la banlieue de Pau pour payer moins d’impôts.

Le Bobo palois a serré la main « du prochain président de la République ». D’ailleurs quand il en parle, il l’appelle François.

FAMILLE

Le Bobo palois se méfie des hôpitaux de province. Il finit sa grossesse dans sa famille en région parisienne.

Le Bobo palois aime les enfants. Mais pas trop ceux des autres. Et encore moins les autochtones. Les enfants du Bobo palois ont des prénoms hors du commun. Il va même jusqu’à les affubler de prénoms basque !

Quand il reçoit sa famille du nord, le Bobo palois se DOIT de cuisiner du canard... Même s’il n’aime pas plus que ça le canard. Il aime ensuite surprendre ses visiteurs en les amenant chez Francis Miot où ils rient beaucoup.
Quand c’est lui qui va chez eux, on ne comprendrait pas qu’il ne ramène pas de foie gras !
Il aime aussi être la curiosité de ses hôtes.


ENVIRONNEMENT

Le Bobo palois prend son vélo dès qu’il fait beau. Il a une voiture, mais petite. Presque rien. De loin elle ne se voit même pas.
A ce propos, le Bobo palois est très dangereux en voiture ! Il a les yeux rivés sur les montagnes quand il conduit.

Le Bobo palois est très préoccupé par les questions de l’environnement. Que de questions !

Le Bobo palois est un défenseur de l’ours. Surtout depuis le balcon du boulevard des Pyrénées.

Le Bobo Palois rêve de pouvoir emprunter l’A65 pour amener sa famille admirer les écrevisses blanches que l’on aperçoit derrière les rambardes de sécurité.

PAU

Le Bobo palois se demande qui a pu construire des immeubles Staliniens sur la place Clemenceau. Ça devait être pour la mixité sociale.

Le Bobo palois sait où se trouve la préfecture. Pour la mairie, c’est plus compliqué.

Le Bobo palois vient de découvrir le quartier de la gare. Il cherchait le parking Clemenceau.

Le Bobo Palois trouve que les palmiers font pittoresques.

Le Bobo palois fait bisquer ses amis : il a la fibre optique lui.

Le Bobo palois croit que 2 semaines sans pluie est une période de grande sècheresse.


Prochaine enquête :

Quelle est la durée de vie d’un palois béarnais en dehors de la Mairie, de la CDA ou du CG ?


- par Beñat VanBoer


Bobo Palois

[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le Bobo Palois
28 avril 2008, par Autochtone palois  

Bof... Beauf ? Qui est donc l’auteur de cet article ? Un bobo refoulé ? Un qui a mal digéré la chingare et la défaite de Bayrou ? Un qui se demande comment on porte le béret ? Un qui n’arrive pas à distinguer le béarnais de l’espagnol ? Un qui pense que le jambon de Bayonne est fait à Bayonne ? Un qui vient de la banlieue parisienne et se fait passer pour un parisien ? Un Palois qui s’est acclimaté au pays grâce à Pau-Accueil ?

En tout cas il lui reste à apprendre sur la ville qu’il croit connaître : les tours qu’il dit staliniennes de la place Clemenceau, il ne doit pas savoir que nous les devons au dernier maire officiellement de droite de Pau (oublions Urieta), Monsieur Sallenave... qui voulait "moderniser" la ville.

  • > Le Bobo Palois
    28 avril 2008, par Bobo pas Bo  
    ça sent la frustration tout cet acharnement , non ? Un chanteur a récemment traité ce sujet avec plus de classe et de tact. Merci à F&V

  • > Le Bobo Palois
    29 avril 2008, par Yakelkin Kimadi  
    Je suis un peu d’accord. Je me demande qui, au juste, a écrit cet article. Et je pense que s’il y a du vrai, c’est justement à ce titre là que l’on se doit d’être silencieux. Ce même auteur plaindrait les palois. Pourquoi ne pas dire plutot qu’il ne les aime pas ?

  • > Le Bobo Palois
    29 avril 2008, par Bobo tarbais  

    Cet article m’a beaucoup fait rire.

    En fait :relate-t-il les difficultés qu’ont les non-palois à s’intégrer dans la diaspora paloise ? Je crois comprendre cela. Le lien avec ce qu’on appelle le "bobo", je ne le saisi pas tout à fait.

  • > Le Bobo Palois
    7 mai 2008, par Estranger  

    Bravo bobo tarbais !

    Enfin un qui a compris ... la meme chose que moi ! A croire que tous les bearnais qui ont reagi avant etaient sur la defensive !!! smiley

    Etant non-palois, un peu bobo sur les bords (bourgeois de par le mode de vie confortable commun a beaucoup d’entre nous, boheme de par certains choix volontaires : le bio, le canard envers et contre tous...) et ayant cherche a m’integrer a Pau, je me retrouve bien dans certains aspects et dans l’impossibilite TOTALE de nouer des liens facilement avec les bearnais ! Las : apres 3 ans d’efforts je tire ma reference et je m’en vais ...

    Amis bearnais, a vous de tirer. smiley

  • > Le Bobo Palois
    9 mai 2008  

    Je ne suis pas palois d’origine ni même béarnais. J’ai sans doute par ailleurs quelques côtés bobo que je reconnais sans problème (sans non plus les mettre en avant, en un mot je m’en fous).

    Je ne trouve cet article ni vraiment drôle ni vraiment pertinent (ceci expliquant d’ailleurs cela). Quelques clichés, mais aussi pas mal de faux-clichés inventés de toute pièce. On se demande finalement après qui l’auteur en a ?

    De toutes façons, à Pau même les palois d’origine sont probablement une minorité aujourd’hui. Donc ne serait-ce que l’intégration soit-disant difficile me fait un peu rigoler...

  • > Le Bobo Palois
    21 mai 2008, par Bruno  

    Vous ne saisissez pas non plus exactement le sens de "diaspora", semble-t’il : il signifie dispertion et sert principalement à nommer les juifs expulsés de Palestine, puis d’un peu en partout en Europe, durant de nombreux siècles. En ce sens, employé avec exagération, on peut dire qu’il existe à Pau une part des diasporas Basque, Portugaise, Marocaine, Espagnole, voire même Ossaloise ou Aspoise, (qui ne sont pas qu’à Pau), mais pas paloise. Il existe cependant une diaspora paloise, mais ailleurs qu’à Pau.

    Probablement vous vouliez dire microcosme palois.

    Quand à Bobo, on peut supposer que pour l’auteur le mot est à relier à bio, culture, couleur locale et parti socialiste.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Max Moreau
    Martine Lignières-Cassou
    Marc Cabane
    Georges Labazée
    Nathalie Chabanne
    Jean-François Maison
    Gérard Trémège
    Jean-Paul Matteï
    Jean Glavany
    Yves Urieta
    Christian Pèes
    Mariano
    L’or ne pourrit pas.
    Nathalie Chabanne
    Questions à Jean-Pierre Bel
    Pascal Boniface et Julien Pardon
    Georges Labazée
    Sylvie de Sury
    André Cazetien
    Xavier CEYRAC



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises