Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Les langues régionales entrent dans la Constitution

vendredi 23 mai 2008


L’Assemblée Nationale a voté ce jour, 22 mai, un amendement à l’article 1 de la constitution de la République. L’article 1 dira dorénavant : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. Les langues régionales appartiennent à son patrimoine »


Enfin un cadre légal est posé pour l’enseignement immersif de Calandreta qui permet à nos enfants d’apprendre en même temps que le français une langue qui peut apparaître desuète à certains mais qui est la langue que nous parlerions encore - en bilingue avec le français - si le jacobinisme des instituteurs du début du siècle dernier n’avaient pas interdits qu’elle soit parlée, même dans les cours de récréation.

Entendre mon fils parler avec son arrière grand mère a été un moment de bonheur rare dans ma vie de père de famille. Cela m’a complètement conforté dans mon choix de donner des racines à mon fils : la base d’une culture est sa langue ; pour transmettre la fameuse culture "vasconne" comment faire sans des langues, même si elles ne sont peut être pas celles du tout début.

Et arrêtons de nous faire peur avec le spectre de la Yougoslavie et d’autres séparatismes violents. Notre avenir est à la fois dans nos racines, mais aussi dans notre capacité à communiquer avec le reste du monde ; aujourd’hui la question que je me pose est la suivante : grâce à une capacité accrue à l’étude des langues due à l’immersion précoce, quelle est la langue - ou les langues que devra apprendre en plus mon fils pour assurer son avenir :

- l’anglais : ce n’est plus une langue étrangère mais la langue de base
- le chinois, le sanscrit, l’arabe, le portugais version Brésil, l’espagnol

En fait je ne sais pas, mais ce dont je suis convaincu c’est qu’il aura des racines.

- par Baliste


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Les langues régionales entrent dans la Constitution
23 mai 2008, par pehache  

"L’Assemblée Nationale a voté ce jour, 22 mai, un amendement à l’article 1 de la constitution de la République. L’article 1 dira dorénavant..."

N’allez pas plus vite que la musique. Pour que la constitution intègre réellement cette modification, il faut encore que le sénat valide cet amendemement, puis que le congrès vote avec une majorité des 3/5è pour l’ensemble du projet de révision de la constitution.

Sur le fond, l’ajout concernant les langues régionales est d’un ridicule consommé : si on se met à lister dans l’article 1, le plus important, tout ce qui constitue le patrimoine de la France, on n’a pas fini... Voilà ce que ça pourrait donner :

"La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. Les langues régionales, le camembert, la cathédrale de Chartes, le képi du Général de Gaulle, la forêt de Fontainebleau, appartiennent à son patrimoine national."

Mais finalement ce qui compte, c’est que l’article 2, qui définit le français comme l’unique langue officielle, ne soit pas modifié : "La langue de la République est le français".

> Les langues régionales entrent dans la Constitution
23 mai 2008  

Baliste, si les Romains de Jules César ne nous avaient pas envahis et imposé leur langue nous parlerions nous aussi l’euskara, langue des Vascons, et pas l’"occitan".

-  par Autochtone Palois

  • > Les langues régionales entrent dans la Constitution
    23 mai 2008  

    Baliste, vous imposez la langue de l’envahisseur romain à votre fils. redonnez-lui ses vraies racines et sa vraie culture : apprenez-lui l’euskara smiley smiley smiley

    -  par Pehache

  • > Les langues régionales entrent dans la Constitution
    23 mai 2008, par LOU TILLOUS  
    Heureusement qu’il y a l’article 2 qui prévoit que le Français est la langue officielle. Sinon vous pouvez imaginer des enquiquineurs qui exigeront que les contrats, les jugements, les textes de lois et documents administratifs soient traduit en langue régionale.Il faut se méfier : le ridicule ne connait pas ses limites. smiley

  • > Les langues régionales entrent dans la Constitution
    23 mai 2008, par pehache  

    Et pour ma part, je vais me mettre au gaulois : ce sont mes vraies racines.

    Boutons la romanitude hors de France, ne nous laissons plus imposer le français et l’occitan par les suppots nostalgiques de l’empire romain !

    Nous sommes Gaulois, parlons gaulois ! Vive La Gaule ! vive Astérix !

  • > Les langues régionales entrent dans la Constitution
    23 mai 2008, par BALISTE  
    prenez le temps du recul

    et cela serait un plaisir ; mon fils prend racine là où il grandit et grâce à une culture occitane en général, l’historie de notre famille ne se résumant pas aux Pyrénées.

    Quant à ceux qui trouvent les langues régionales ringuardes ou dépassées, prenez juste le temps de vous renseigner sur les bienfaits de l’enseignement le langue occitane grâce à l’immersion précoce sur l’apprentissage ultérieure des autres langues ;; ; après nous reparlerons de qui est moderne et qui est tourné vers le passé

  • > Les langues régionales entrent dans la Constitution
    23 mai 2008, par pehache  

    "et cela serait un plaisir ; mon fils prend racine là où il grandit et grâce à une culture occitane en général, l’historie de notre famille ne se résumant pas aux Pyrénées."

    Je suis né et ai grandi en Haute-Savoie, fait des études à Nancy puis Paris, et suis maintenant installé à Pau. Mes racines, c’est la France, et je le ressens vraiment comme ça.

    D’autres, qui ont vécu à l’étranger et en France, vont se sentir européens, ou je ne sais quoi d’autre.

    Pourquoi toujours réduire les racines à un petit terroir local ? Suivant les personnes les racines peuvent être perçues très différemment.

    "Quant à ceux qui trouvent les langues régionales ringuardes ou dépassées, prenez juste le temps de vous renseigner sur les bienfaits de l’enseignement le langue occitane grâce à l’immersion précoce sur l’apprentissage ultérieure des autres langues ;; ; après nous reparlerons de qui est moderne et qui est tourné vers le passé"

    Je suis sans doute d’accord, mais deux réflexions :

    Pourquoi cette immersion devrait-elle nécessairement se faire dans la langue régionale locale ? Pourquoi pas une immersion en anglais, en espagnol, en arabe, en chinois, ou que sais-je encore en fonction des souhaits de chacun ?

    Et surtout, quel rapport entre l’enseignement et l’inscription de la reconnaissance des langues régionales dans la constitution ? Si l’apprentissage des langues vivantes ne se développe pas plus vite à l’école primaire aujourd’hui, c’est principalement pour une question de moyens (humains et financiers).

    Vous voulez peut-être, en faisant reconnaître les langues régionales dans la constitution, obliger l’état à financer les postes nécessaires en occitan à Pau (ou en breton en Bretagne, etc, ...) pour accéder aux souhaits d’une minorité ? Ainsi la majorité, ceux qui aimeraient aussi un enseignement immersif des langues à l’école pour leurs enfants, mais pas forcément dans LA langue locale, se retrouveraient à financer par leurs impôts les occitanistes (ou autre chose ailleurs) sans que rien ne soit fait pour eux (c’est déjà un peu le cas aujourd’hui, notez bien).

    Offrez le choix aux parents entre une immersion en anglais ou en espagnol et une immersion en occitan, et vous verrez quel pourcentage choisira l’occitan. Je n’ai rien contre l’occitan et ceux qui veulent l’apprendre ou le pratiquer, mais ça m’irrite qu’on envisage de faire beaucoup pour une minorité au détriment des autres qui eux n’auront rien.

  • > Les langues régionales entrent dans la Constitution
    24 mai 2008, par BALISTE  

    La reconnaissance des langues régionales va simplement permettre de commencer à exister "légalement"

    je suis d’accord avec vous mais il ne faut pas confondre racine : là où l’arbre a commencé à pousser et culture qui est ce que la vie nous apporte tout au long de nos rencontres et de nos expériences personnelles ou professionnelles. Pour l’enseignement, je suis d’accord avec vous que l’enseignement immersif en anglais ou espagnol est séduisante ; d’ailleurs je crois que cela existe à Pau (Morlaas) ; mais c’est payant et cher alors que Calandreta est laïque et gratuit, les parents assurant par leurs actions un complément de financement s’ajoutant aux financements publics dus aux établissements privés sous contrat avec l’Etat ; pour ce qui est du financement de nos structures, c’est plutôt celui des locaux et des personnels non enseignants qui est notre souci permanent ; avec une reconnaissance officielle, peut être pourrons nous espérer une amélioration de côté là ;

  • > Les langues régionales entrent dans la Constitution
    26 mai 2008, par pehache  

    "La reconnaissance des langues régionales va simplement permettre de commencer à exister "légalement""

    Ce qui laisse sous-entendre que les langues régionales sont actuellement "illégales". C’est faux, bien entendu.

    "je suis d’accord avec vous mais il ne faut pas confondre racine : là où l’arbre a commencé à pousser et culture qui est ce que la vie nous apporte tout au long de nos rencontres et de nos expériences personnelles ou professionnelles. "

    Ce que je voulais dire va plus loin que ça : j’ai passé mon enfance en Hte-Savoie, mais je ne ressens que mes racines soient plus là qu’ailleurs en France.

    "pour ce qui est du financement de nos structures, c’est plutôt celui des locaux et des personnels non enseignants qui est notre souci permanent ; avec une reconnaissance officielle, peut être pourrons nous espérer une amélioration de côté là ;"

    Donc vous espérez grâce à la reconnaissance officielle un espèce de "traitement de faveur" : c’est bien ça qui me pose problème.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Offre d’emploi
    Alexandre - Il n’y a pas de mot
    Je suis partout... un media à part
    La boussole des politiques : Le pouvoir
    Habemus Papam !
    Réformer la France : Un travail de Titan
    Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
    Jaurès, m’entends-tu ?
    Le couple Algérie France
    Déjà demain !
    Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
    Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
    Noël en famille
    Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
    Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
    Les Français sont-ils des ânes ?
    Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
    Les terriens n’ont rien compris



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises