Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Pour ou contre la marchandisation de l’éducation ?

lundi 27 octobre 2008


Eric Schatz s’insurge sur les importantes subventions reçues par l’EISTI, école d’ingénieur privée à Pau, et l’absence de réaction de la gauche « traditionnelle »...

« Il y a quelques années, les subventions proprement astronomiques votées par les collectivités territoriales de gauche (Conseil Régional, Mairie de Pau et Communauté d’agglomération) en faveur d’une école privée d’ingénieurs (l’EISTI), basée au "Piano" à Pau, avaient soulevé l’indignation et la colère de syndicats de l’enseignement public et de partis politiques (Verts, PCF, LCR). Une dizaine de communiqués de protestation signés conjointement ou séparément par les organisations politiques ci-dessus avaient été publiés dans la presse.

L’EISTI, c’était entre 2003 et 2006 des frais de scolarité proches de 6000 euros... Pour la seule année 2003, le conseil régional lui attribue 300 000 euros pour ses bâtiments, 228 000 euros pour ses équipements et 152 000 euros pour sa plate-forme pédagogique pour ... 27 ELEVES inscrits !!! On imagine le tollé qu’aurait provoqué l’attribution de telles sommes pour si peu d’élèves, s’il s’était agi d’une école publique !

L’Europe devait lui attribuer l’année suivante 815 000 euros mais n’a pas donné suite ... c’est donc la communauté d’agglomération de Pau qui décide de s’y substituer et qui versera la somme en trois fois. Opposition de quelques élus communautaires mais la subvention présentée sera votée sans manquer de susciter de nouvelles réactions dans la presse.

Or, à l’ordre du jour du dernier conseil municipal de Pau, la délibération n°7 nous informe que l’EISTI se trouve à l’étroit dans ses 2682 m2 puisque l’école revendique 265 élèves cette année et attendrait 350 élèves à la rentrée 2010 !

L’EISTI se tourne donc à nouveau vers la ville de Pau pour qu’elle lui consente un bail emphytéotique sur un terrain proche l’Université afin d’y construire un immeuble de 4000 m2. Et la Mairie lui propose tout simplement de s’installer sur les parcelles de l’ancienne cuisine centrale (juste en face de la fac de droit) et s’engage à y détruire les vieux bâtiments.

Il n’est bien sûr aucunement question des sommes gigantesques englouties dans le projet initial, pas plus qu’il n’est question des frais d’inscription dans cette école, (6550 euros affichés sur le site), qui emploie essentiellement des enseignants vacataires.

Martine Lignières-Cassou, qui a présenté la délibération en personne, a évoqué le fait que "l’EISTI participait au rayonnement de la ville dans le secteur de l’enseignement supérieur" et que "la localisation proposée permettrait à l’EISTI d’optimiser et de renforcer les partenariats noués avec l’UPPA".

Elle aura, avec ces quelques mots, réussi à convaincre tous les élus socialistes mais aussi les 3 élus VERTS et les 3 élus COMMUNISTES, désormais alliés inconditionnels de la marchandisation de l’éducation. Ceux-ci ont voté cette délibération sans broncher ... »

- par Eric Schatz


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



Mode d’emploi : à Mr AUZAT-MAGNE
7 novembre 2008, par P. AUZAT-MAGNE  

***************************************

Bonjour Monsieur Klondike,

Merci d’avoir posé cette question.

Je prends mon exemple personnel, même si je n’ai pas été formé avec des cadors, dans une institution "pétée de thunes".

Tous les mercredis après-midi, je donne 4 heures de mon temps pour aider des personnes en difficulté informatique au sein du Centre Social "La Pépinière". Je fais cela depuis 4 années.

Dans d’autres temps et d’autres lieux, j’ai donné de mon temps dans d’autres domaines.

Je sais que beaucoup de nos concitoyens veulent faire du fric avec tout.

Ma différence, chaque jour, j’essaie de faire une bonne action au minimum, depuis mon adolescence.

J’ai voyagé beaucoup, dans d’autres pays, et je fus très heureux de trouver de l’aide désintéressée, dans des moments essentiels.

Je sais qu’aujourd’hui, une personne qui viendra chez vous, pour vous dépanner en informatique, vous prendra 50 de vos euros, pour un résultat parfois très aléatoire.

Si notre cité laisse autant d’argent pour si peu de personnes, je trouve juste que celles-ci redonnent - appelez cela comme vous voulez - dans une activité d’intérêt général.

L’intérêt Général... Beaucoup d’entre vous ne savent pas ou ne savent plus ce que c’est.

Trop isolés dans votre individualisme, voire qui confine à l’égoisme mesquin, vous commencez à paniquer quand vous vous faites virer de votre emploi, quand l’ostracisme commence à vous toucher ; alors que celui-ci vous convenez très bien quand il ne touchait que l’autre, cet inconnu.

Je m’amuse beaucoup de ce bâteau qui tangue, parce que des salopards irresponsables ont joué avec l’argent du Peuple, et que maintenant le Peuple doit renflouer. Des têtes auraient dû tomber.

Ce sont vos enfants, et petits enfants qui vont raquer...

Ils peuvent vous dire merci.

Quand vous donnez de l’argent, sans aucun contrôle, ne vous étonnez pas que l’élastique vous revienne dans la gueule.

Je fais beaucoup de choses qui ne me rapportent rien ; mais par contre qui rapportent à la Communauté.

Par exemple, en Décembre 2003, j’ai fait un procès à la Société LIDL. Pour non respect de la chaine du froid et vente de produits avariés.

Le Groupe LIDL fut condamné à payer 78 amendes de 250 euros minimum, chacune à l’Etat Français.

Deux incompétents furent virés. La responsable, et le directeur régional, et depuis, dans tous les LIDL, vous avez à l’entrée du magasin deux pancartes :

"Satisfait ou Remboursé" et Un N° vert en cas de problème.

J’ai gagné la satisfaction que certains de mes concitoyens soient mieux servis dans le respect de nos lois.

J’ai mis ma connaissance du Droit et ma pugnacité au service de tous. Beaucoup s’en seraient "foutus" comme toujours.

Je n’ai fait , entre autres matières, que du Droit avec copain Jean-Michel APATHIE. Et nous n’avions pas les moyens financiers de tous ces "beni-oui-oui" de l’E.I.S.T.I. Je regrette que Jean-Michel ait un peu "mal tourné" !

P. AUZAT-MAGNE

Pau, vendredi 07 novembre 2008

******************************

> Pour ou contre la marchandisation de l’éducation ?
30 octobre 2008, par Lou Tillous  

@ Lafitole

Bourdieu a écrit "Les Héritiers", d’accord. Mais ses trois fils ont fait Normale Sup de la rue d’Ulm.

Comme quoi : faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Bel exemple d’intellectuel faux-cul !

  • > Pour ou contre la marchandisation de l’éducation ?
    30 octobre 2008, par pehache  

    Vous nous aviez habitués à des remarques plus pertinentes, Lou Tillous.

    Je serais curieux de savoir où Bourdieu aurait dit qu’il ne fallait pas faire Normale Sup si on pouvait ? A-t’il professé un seul instant qu’il fallait dédaigner les hautes études ? Jusqu’à preuve du contraire, non.

    C’est un bien mauvais procès que vous lui faites là.

  • > Pour ou contre la marchandisation de l’éducation ?
    28 octobre 2008, par nina  

    bravo eric !

    on a besoin de gens comme toi pour redresser cette ville

    E.I.S.T.I. , un nouvel O.R.E.P. ?
    28 octobre 2008, par Patrick AUZAT-MAGNE  

    Merci à Eric Schatz d’attirer notre attention sur ce coût de l’ E.I.S.T.I.

    Quelles sont les retombées pour la cité de PAU ?

    Vous vous demandez ce qu’est l’ E.I.S.T.I ?

    Allez faire un tour ici :

    http://www.vger.eisti.fr/pres/camp/index.dim ?session=6619461

    Vous y verrez que cette école chère et privée est le pendant de l’autre entité parisienne.

    Donc, j’ai une question : l’argent investi à PAU sert-il uniquement à l’école paloise ou bien va-t-il aussi à CERGY ?

    J’ai eu l’occasion de visiter les locaux. Ils ont du super matériel pas donné.

    Je pense que l’école devrait mettre à la disposition de la commune, les cadors qu’ils forment à longueur d’années pour la cité puisse retrouver une partie de son investissement.

    Savez-vous qui est le directeur de l’école aujourd’hui ? C’est l’ancien directeur de l’ O.R.E.P.

    C’est quoi l’ O.R.E.P. ? C’était l’ancien Office Régional de l’Education Permanente financé à grand frais par Le Conseil Général de François Bayrou.

    A l’époque, avec mon collègue Jean-Vincent Mineo nous avions aménagé un studio de télédiffusion pour que le Président Bayrou puisse "télédiffuser depuis son fief".

    Ah ah ah ! J’en ris encore... Le Président Bayrou ne s’en est jamais servi.

    Appelons cela de la gabegie.

    Aujourd’hui qu’est devenu l’ O.R.E.P. ? : Le Centre Nelson Paillou.

    Et le directeur de l’Office dirige maintenant l ’E.I.S.T.I.

    J’en vois qui ricanent.

    Les investissements ne sont pas perdus pour tout le monde.

    Patrick AUZAT-MAGNE

    ***************************************

  • > Mode d’emploi ; à Mr Auzat-Magne
    28 octobre 2008, par Klondike  
    Mode d’emploi

    Vous pouvez expliquer comment vous appliqueriez ce que vous recommandez ?? : Vous citez : "Je pense que l’école devrait mettre à la disposition de la commune, les cadors qu’ils forment à longueur d’années pour la cité puisse retrouver une partie de son investissement."

    Est-ce un défoulement ou une vraie perle d’idée.. Allez, on prend les cinq meilleurs et on en fait quoi ?? On leur donne un CDI à la Ville ??

  • > Mode d’emploi ; à Mr AUZAT-MAGNE
    7 novembre 2008, par P. AUZAT-MAGNE  

    Bonjour,

    Merci d’avoir posé cette question.

    Je prends mon exemple personnel, même si je n’ai pas été formé avec des cadors, dans une institution "pétée de thunes".

    Tous les mercredis après-midi, je donne 4 heures de mon temps pour aider des personnes en difficulté informatique au sein du Centre Social "La Pépinière". Je fais cela depuis 4 années.

    Dans d’autres temps et d’autres lieux, j’ai donné de mon temps dans d’autres domaines.

    Je sais que beaucoup de nos concitoyens veulent faire du fric avec tout.

    Ma différence, chaque jour, j’essaie de faire une bonne action au minimum, depuis mon adolescence.

    J’ai voyagé beaucoup, dans d’autres pays, et je fus très heureux de trouver de l’aide désintéressée, dans des moments essentiels.

    Je sais qu’aujourd’hui, une personne qui viendra chez vous, pour vous dépanner en informatique, vous prendra 50 de vos euros, pour un résultat parfois très aléatoire.

    Si notre cité laisse autant d’argent pour si peu de personnes, je trouve juste que celles-ci redonnent - appelez cela comme vous voulez - dans une activité d’intérêt général.

    L’intérêt Général... Beaucoup d’entre vous ne savent pas ou ne savent plus ce que c’est.

    Trop isolés dans votre individualisme, voire qui confine à l’égoisme mesquin, vous commencez à paniquer quand vous vous faites virer de votre emploi, quand l’ostracisme commence à vous toucher ; alors que celui-ci vous convenez très bien quand il ne touchait que l’autre, cet inconnu.

    Je m’amuse beaucoup de ce bâteau qui tangue, parce que des salopards irresponsables ont joué avec l’argent du Peuple, et que maintenant le Peuple doit renflouer. Des têtes auraient dû tomber.

    Ce sont vos enfants, et petits enfants qui vont raquer...

    Ils peuvent vous dire merci.

    Quand vous donnez de l’argent, sans aucun contrôle, ne vous étonnez pas que l’élastique vous revienne dans la gueule.

    Je fais beaucoup de choses qui ne me rapportent rien ; mais par contre qui rapportent à la Communauté.

    Par exemple, en Décembre 2003, j’ai fait un procès à la Société LIDL. Pour non respect de la chaine du froid et vente de produits avariés.

    Le Groupe LIDL fut condamné à payer 78 amendes de 250 euros minimum, chacune à l’Etat Français.

    Deux incompétents furent virés. La responsable, et le directeur régional, et depuis, dans tous les LIDL, vous avez à l’entrée du magasin deux pancartes :

    "Satisfait ou Remboursé" et Un N° vert en cas de problème.

    J’ai gagné la satisfaction que certains de mes concitoyens soient mieux servis dans le respect de nos lois.

    J’ai mis ma connaissance du Droit et ma pugnacité au service de tous. Beaucoup s’en seraient "foutus" comme toujours.

    Je n’ai fait , entre autres matières, que du Droit avec mon copain Jean-Michel APATHIE. Et nous n’avions pas les moyens financiers de tous ces "beni-oui-oui" de l’E.I.S.T.I. Je regrette que Jean-Michel ait un peu "mal tourné" !

    P. AUZAT-MAGNE

    Pau, vendredi 07 novembre 2008

    ******************************

  • > Pour ou contre la marchandisation de l’éducation ?
    27 octobre 2008, par Chat qui dort  

    Ses analyses tranchaient dans le ron-ron des conseils municipaux. Il doit y manquer cruellement ! Bienvenue à bord, Erik Schatz, s’il s’agit de donner des informations lucides et un point de vue original, plein de bon sens, même s’il est cruel pour nos décideurs !

    > Merchandisation ? Quésaco ??
    27 octobre 2008, par Klondike  
    Merchandisation ? Quésaco ??

    Alternatives Paloises donne dans le pathos socialo-révolutionnaire (le même n’arrive pas à assurer la survie du Parti Communiste, trouvez autre chose..)je m’explique.

    Il y a peu, AP traitait d’"ultralibéralisme". C’est quoi cet ultra-machin" ?? On se doute que c’est pire que le machin. Seule chose qui est claire c’est que c’est Sarko qui en est coupable, on ne cherche pas à en dire davantage. Sarko plus capitalo que Bush ?? à voir...

    Maintenant le "merchandising" c’est quoi au juste ? Ca doit être grave, c’est sûr, mais c’est quoi ?? Donner des subventions à l’EISTI, est-ce pire que de financer l’Ecole Privée ? Sinon, on n’a rien inventé !

    Quand une entreprise fait une ristourne sur un PC à l’education nationale, c’est du "merdanchismatique" ??

    En balançant des mots epouvantails de la sorte, on est sûr d’atteindre son but : sans que le peuple sache vraiment de quoi il en retourne, on lui demande de réagir à la mesure de la gravité supposée. C’est parler pour ne rien dire sauf faire monter la peur en suscitant le doute et l’incompréhension : (agitation, manipulation).

    La merchandisation je croyais que c’était placer l’enseignement face à ses responsabilités, à savoir former le mieux possible tout en gérant de façon responsable ses dépenses quitte à séduire des industriels pour qu’ils s’associent au projet en apportant les fonds qui manquent tant sur le terrain (et pas au Ministère, notez-le).

    Alors, oui, je suis pour la merchandisation de l’Enseignement, car dépenser à fonds perdus dans nos chères Universités pour les piètres résultats qu’elles affichent au niveau mondial, ça n’est pas rendre service à nos jeunes mais cultiver le fond de commerces de nos idéologues bien planqués dans le système !

    Financer une école qui apporte quelque chose à la ville et aux jeunes d’ici, pourquoi pas ?

  • > Merchandisation ? Quésaco ??
    27 octobre 2008  
    Klondike ! Mar-chan-di-sa-tion et non mer-chan-di-sa-tion. Encore un qui a dû apprendre à lire avec la méthode globale ... et qui a compris l’article de travers. Pas de salut dans le supérieur à part les écoles de commerce ou ... l’EISTI !!!

  • > l’EISTI : une boite privée pour fils à papa ?
    28 octobre 2008, par Alan Turing  

    Précisément : Eric Schatz ne parle pas pour ne rien dire. Il donne des chiffres éloquents (droits d’inscription faramineux pour les étudiants de l’EISTI, subventions publiques tirées de nos impots...). Ces chiffres méritent que l’on y porte attention, tout autant que les subventions largement distribuées à des clubs de sport, ou plutôt de jeu-spectacle. Il faut savoir que si le ratio enseigné/enseignant rapporté par la presse est étonnant, car proche de 2, cette école fonctionne essentiellement avec des vacataires. Beaucoup d’entre eux n’ont pas été retenus lors des concours ouverts dans les universités. Ce n’est pas infamant, car la sélection des maitres de conférences dans les universités est très sévère. Mais qu’en est-il de la contribution de cette école en matière de recherche ? Qu’en est-il du soutien qu’elle apporterait au pôle universitaire palois ?

    Pour ce qui est des universités : La France est en 5e position pour le nombre de publications et en 16e pour le financement de la recherche académique. Notre système de recherche est-il inefficace ou insuffisamment financé ?

  • > Pour ou contre la marchandisation de l’éducation ?
    27 octobre 2008, par doudou  
    MARCHANDISATION

    Je suis tout a fait d accord avec cette idée c’est meme une grace de voir ques des industriels s intéressent a nos pauvres universités car on ne peut pas n avoir que les deniers de l ETAT il n en a pas les moyens aussi c’est un don du ciel que le privé en l occurence les industries puissent donner quelques subsides pour que nos étudiants etudient dans la sérénité cela se fait au USA pourquoi cela ne se ferait pas chez nous aussi je ne peux qu approuver cette initiative qui honore la personne qui l a prise.

  • > Pour ou contre la marchandisation de l’éducation ?
    27 octobre 2008  

    Pas tout à fait compris le problème , Doudou !

    L’EISTI est une école PRIVEE. Elle est d’ailleurs très coûteuse pour les familles qui y inscrivent leurs jeunes.

    C’est essentiellement à partir de vos fonds publics qu’elle a été financée.

    Le problème est de savoir si une mairie, une communauté de communes ou une autre collectivité publique a pour mission d’injecter des fonds à cette hauteur et de soutenir ce type d’entreprise de formation à but lucratif.

    Développer cette offre dans le secteur public aurait été bien moins coûteux et plus démocratique car moins cher pour les familles (à défaut d’être gratuit).

    C’est donc aussi un problème de gestion d’argent public par nos édiles !

  • > Pour ou contre la marchandisation de l’éducation ?
    27 octobre 2008, par Robert  

    Je cite Doudou : "C’est même une grâce de voir..." "c’est un don du ciel"... Amen !

    On comprend bien pourquoi Doudou est d’accord avec l’idée la marchandisation de l’éducation.

  • > Pour ou contre la marchandisation de l’éducation ?
    27 octobre 2008, par Bernard Castagnet  
    Je suis contre la marchandisation de l’éducation et adhère à 100% au texte d’Eric Schatz .Je pense que beaucoup de nos concitoyens y adhéreraient d’ailleurs également s’ils étaient au courant et s’y on prenait le temps de leur poser la question . Au moment de l’orientation post-bac les élèves de terminale reçoivent des informations sur toutes les structures capables de répondre à leur souhait d’orientation . C’est alors un vrai dédale entre les propositions émanant du secteur privé et celle émanant du secteur public .Pour le premier les propositions sont très souvent alléchantes avec mise en avant, avec force photos ou vidéos, des activités péri-scolaires proposées . C’est un choix rassurant pour les élèves que le hasard a fait naitre dans un milieu social favorisé financièrement d’autant plus que la sélection ne se fait pas sur le niveau de compétence évalué en terminale .L’ambiance générale étant au rejet du service public il ne faut pas s’étonner que des structures de l’Etat se sentent autorisées à favoriser un établissement privé d’éducation . Ceux qui se retrouvent encore dans les valeurs autrefois mises en avant par notre République " Liberté , Egalité , Fraternité" doivent inlassablement rappeler que d’autres choix sont possibles .

  • Ce que nous voulons pour nos enfants...
    27 octobre 2008, par lafitole  
    Pour mémoire, ces dérives d’attribution de fonds publics à des établissements privés ne concernent pas uniquement l’enseignement supérieur. Des écoles, collèges et lycées privés font l’objet d’aides de la part de municipalités dites de gauche. ça peut toujours aider, par la suite, dans le cadre d’une réélection, par exemple...Rappellons enfin qu’aux États Unis, la somme de ces petites dérives depuis une cinquantaine d’années a conduit à une erradication de l’enseignement public qui n’est plus que l’ultime refuge des laissés pour compte du miracle économique américain (enfin, miracle jusqu’à ces dernières semaines...). le tout est de savoir si, au-delà des partenariats indispensables entre recherche publique et privée, on souhaite favoriser par le biais de l’enseignement une sorte de "reproduction sociale" déjà décriée en son temps par quelqu’un comme Pierre Bourdieu dans "Les Héritiers". L’ascenseur social est aujourd’hui en panne, et ce n’est pas en déshabillant Paul pour habiller Pierre, ou l’inverse, comme le fait en l’occurence la ville de Pau, qu’on parviendra à inverser une tendance mortifère pour l’accès au savoir.

  • > Ce que nous voulons pour nos enfants...
    27 octobre 2008, par Vince  

    ...Rappellons enfin qu’aux États Unis, la somme de ces petites dérives depuis une cinquantaine d’années a conduit à une erradication de l’enseignement public qui n’est plus que l’ultime refuge des laissés pour compte affirmation rapide et simpliste, car à côté d’université pivées prestigieuses (Harvard, etc), l’enseignement supérieur est dispensé dans des "colleges" et des "universities" gérées par les Etats ou par les villes. Il faut se renseigner car le nom ne suffit pas pour savoir si c’est public ou bien privé

    Et pour moi qui suis "hors jeu" je m’étonne de cette forme de remarque, où parmi les plus véhéments à dénoncer le privé beaucoup ont fait Sciences Po, une école éminemment privée avant de se retrouver à des postes enviés !

  • > Ce que nous voulons pour nos enfants...
    28 octobre 2008, par lafitole  
    je parlais surtout ici de l’enseignement dans les petites classes. On en est arrivé à un stade où il faut se positionner pratiquement dès la conception du gamin pour postuler dans les écoles privées, un peu comme en france pour les crèches. Est-ce ça que l’on veut chez nous ? Les enseignements Montessory et autres ont certes fait leurs preuves, une école comme l’École Internationale à Pau / berlanne est certes séduisante avec son enseignement bilingue, mais qui peut financièrement approcher ce type d’établissement ? C’est ça qui se passe aux états unis, c’est la réalité, et ce n’est pas une affirmation simpliste, même s’il faudrait plus de temps pour développer les systèmes éducatifs états - uniens.

  • > De la qualité de l’enseignement
    28 octobre 2008, par Klondike  
    De la qualité de l’enseignement

    La "mArchandisation" sous-tend l’idée de financement (de fric diront certains, ça fait plus rentre dans le lard) et amène au dilemme public-privé. Il est de bon ton de pleurer sur le mauvais sort fait au public et de lui opposer l’inévitable amalgame privé-fric. On dit que le privé est cher mais par ailleurs on refuse qu’il soit payé par l’Etat : rien de surprenant que seuls les argentés se le paye !

    La doctrine a tenté (Mimi 81) de casser le thermomètre en abolissant l’intru à la morale laique. Levée de boucliers !!! L’enseignement privé est toujours là avec ses défenseurs (laics pour beaucoup) Pourquoi ?

    De la primaire à la fac, l’enseignement est devenu un lieu de combats politiques dont les élèves sont otages. A côté des bons profs non reconnus sévissent des fumistes (absentéisme, détachement total de l’avenir des élèves, refus de changer ses méthodes, etc..) outrageusement protégés par les syndicats.

    Qui veut assurer sérieusement son avenir evitera la case "fac", sauf à rechercher la formation "lutte des classes". Seuls les plus pragmatiques s’en sortent. A écouter certains, il suffirait d’abolir les filières d’excellence pour restaurer de facto le prestige des facs ! Casser le thermomètre, encore !

    Le vrai remède exige lucidité et courage : que l’enseignement public démontre sa réelle qualité et sa superiorité et les clients oublieront le privé et les filières d’excellence. Pleurer sur les moyens et le "marchandising" est futile, manipulateur et propagandiste !

  • > De la qualité de l’enseignement
    29 octobre 2008, par Robert  
    Fonds publics uniquement à l’école publique, pas un centime à l’école privée !!! L’enseignement public n’aurait pas à démontrer sa réelle qualité car il EST de qualité mais on lui retire tous les moyens.

  • > De la qualité de l’enseignement
    29 octobre 2008, par Klondike  
    De Qualité ??

    L’enseignement en France "est de qualité" Point Barre, circulez, y’a rien à voir ! En 14 et en 39 on avait déjà les meilleures armées, aujourd’hui le meilleur enseignement, etc, etc,

    Tant d’affirmations pour eviter (empêcher ?)d’ouvrir les yeux. Qui protège-t-on ? Nos jeunes ou bien une caste qui refuse y compris l’ouverture de l’Enseignement sur le monde réel ?

  • > De la qualité de l’enseignement
    29 octobre 2008  

    Succulent de lire des propos les plus stéréotypés et les plus Sarkozistes sur l’éducation (facs =repaires de gauchistes, profs souvent absents, incompétents et conservateurs, syndicats rétrogrades)venir au secours des choix politiques de Martine Lignières-Cassou en matière d’éducation.

    Il est vrai que sans Sarko, Martine n’aurait jamais été élue !

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Offre d’emploi
    Alexandre - Il n’y a pas de mot
    Je suis partout... un media à part
    La boussole des politiques : Le pouvoir
    Habemus Papam !
    Réformer la France : Un travail de Titan
    Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
    Jaurès, m’entends-tu ?
    Le couple Algérie France
    Déjà demain !
    Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
    Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
    Noël en famille
    Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
    Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
    Les Français sont-ils des ânes ?
    Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
    Les terriens n’ont rien compris



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises