Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Artistes et artistes

lundi 24 novembre 2008 par Le Masque de Pau


Evolution annoncée dans l’affichage artistique à Pau, avec la décision annoncée par la Mairie de « spécialiser » les lieux d’expression culturels de la Ville.

Celle-ci, partant du principe que l’on doit désormais distinguer les expositions amateurs des prestations professionnelles, souhaite en effet réorienter l’affichage dans les principaux lieux publics.

Information destinées aux citoyens au péristyle de la Mairie, expositions sur les grands projets urbains et espace de débats au Pavillon des Arts, suppression de la mise à disposition de l’entrée du Théâtre Saint Louis pour les peintres amateurs, voilà les décisions projetées.

Elles auront pour conséquence d’enlever aux artistes les panneaux qu’ils ont l’habitude d’utiliser gratuitement.

Solutions de repli envisagée : la Salle Nouste Henric (payante et déjà très sollicitée), l’Hippodrome, le Zénith...

Rien n’a encore filtré concernant le Hall du Palais Beaumont.

Cette orientation fait débat.

En effet, à première vue, l’optique suivant laquelle il faudrait séparer exposants amateurs et professionnels paraît refléter une ségrégation artificielle entre deux milieux, là où la confrontation, le mélange et la diversité sont sources d’enrichissement et de progression.

Il ne faut pas oublier que la fréquentation des lieux donnant une forte visibilité aux expositions, il serait dommage que les 25 amateurs utilisant ces lieux publics perdent une vitrine utile pour eux.

Comme il serait regrettable de ne plus donner à un public qui ne va pas spontanément pousser la porte d’un musée ou d’une galerie l’accès à des oeuvres d’art : il y a une différence entre aller voir la culture là où elle se trouve, et l’amener là où se trouve le plus grand nombre.  

Ainsi, la bonne question semble surtout être celle de la qualité des œuvres exposées, et là, il est vrai qu’on ne s’y retrouve pas. Allez faire un tour à l’entrée du théâtre, et vous verrez des peintures pas vraiment exaltantes, et surtout de curieux agrandissements de vieux billets de banque, avec des petits bandeaux explicatifs écrits à la main et peu lisibles, accompagnés de quelques poèmes... Mais pourquoi tant de billets provenant des anciennes colonies françaises sont ils exposés ? Sans un effort aujourd’hui nécessaire de pédagogie dans la présentation, et faute d’être resituées dans le contexte de l’époque, les images véhiculées laissent une impression de malaise...  

D’autre part, mieux utiliser l’espace du Pavillon des Arts est une bonne chose. Cependant, si on veut le nourrir avec les projets urbains de Pau, encore faudra t’il que ceux-ci soient conséquents ! Ce type d’exposition n’est pas nouveau, il existe déjà à Paris, par exemple, avec le Pavillon de l’Arsenal, mais la matière à traiter est loin d’être la même.

Pourquoi ne pas l’ouvrir plus également à « tout ce qui bouge » en Béarn, par exemple, pour faire une vitrine de notre région, destinée à mieux la faire connaître aux habitants et aux visiteurs ?  

Une autre suggestion : pourquoi ne pas profiter également d’un lieu comme le Palais Beaumont publics pour exposer les plus belles œuvres réalisées par les élèves des écoles et collèges de Pau, sur des thèmes choisis périodiquement, cela donnerait un souffle de jeunesse et de créativité...

Comme quoi, un tel sujet, en apparence anodin, reflète bien la difficulté de mettre en œuvre une politique culturelle de proximité de qualité, ouverte à tous, et suffisamment renouvelée.

- par Le Masque de Pau


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Artistes et artistes
27 novembre 2008, par Jakes  

CORRECTION et COMPLEMENT :Ce ne sont pas 25 peintres "amateurs" qui sont concernés par les expositions dans les lieux publics palois chaque année,mais plus de 200 professionnels et amateurs confondus dont 150 venant du milieu associatif (amis des Arts , Seuil de l’Art, la plume et le pinceau etc...)

> Artistes et artistes
27 novembre 2008, par LPK  

Allez voir "le clip qui déchire" sur dailymotion. C’est luisant, brillant, lumineux !

> Artistes et artistes
25 novembre 2008, par Loïc  
ma conception de l’art.

Qu’importe de comprendre une oeuvre !L’art n’est-il pas fait d’abord pour susciter une émotion ? Faut-il tout soustitrer. Qu’importe que l’artiste soit amateur ou professionnel si au bout du compte on ressent quelque chose au contact de l’oeuvre. Je crains plus que tout le politiquement correct et en matière d’art le conformisme bien-pensant.

  • > Artistes et artistes
    25 novembre 2008, par Le Pti K.(art-touche)  
    Loïc, tout-à-fait d’accord.Plus on crée -par plaisir- moins on se revendique artiste, l’essentiel est de vivre dans sa création, pas d’en vivre financièrement. Néanmoins, pouvoir en vivre permet d’approfondir le travail, mais la constante mouvance de l’ouvrage remet sans cesse l’homme à sa place -ce n’est pas péjoratif, au contraire- ; c’est ce parcours qui est passionnant, loin des clivages et des petits fours. Les artistes, on s’en fout, l’Art Brut est parfois sublime et anonyme, ce qui n’enlève rien à Goya ou Velasquez. L’art est un partage non marchand, où tout le monde a sa place, le créateur comme le spectateur.C’est ma conception immaculée de la toile format raisin (sans critique d’art toxique). Bon vent !

  • > Artistes et artistes
    24 novembre 2008, par Jakes  

    10000 personnes visitent chaque année les expositions des peintres" amateurs"se produisant à Pau ( dont environ 7000 au pavillon des Arts. C’est la preuve à la fois d’une vitalité exceptionnelle de la peinture à Pau et de l’interet des palois pour les peintres locaux. Celà contribue à l’animation du centre ville. Le pavillon des Arts par sa situation , sa lumière ,ses volumes est un endroit exceptionnel pour exposer des tableaux. Il faut le maintenir à la disposition de tous les peintres palois amateurs et professionnels (cette distinction a t’elle d’ailleurs une réelle justification ?)

    > Artistes et artistes
    24 novembre 2008, par anne  

    Si la séparation professionnels/ amateurs induit une volonté de politique culturelle forte, je trouve que la démarche est plutôt intéressante. En effet, il est important de distinguer les deux car tout le monde ne peut pas s’improviser artiste. Pour autant, il ne faut pas délaisser les lieux de diffusion destinés aux amateurs et je trouve que ceux qui existent déjà fonctionnent plutôt bien. Il faudrait peut-être trouver d’autres lieux destinés aux professionnels.

    > Artistes et artistes
    24 novembre 2008, par aldin almudi  

    Curieuse façon de faire. Rappel de la page 23, du programme de la liste "Cap et coeur" : "nous fédèrerons l’ensemble des acteurs, institutions et associations autour d’un Office des Arts et de la Culture, instance de concertation, de mutualisation et de médiation". On semble encore loin des mots à la mise en pratique. Aurait-on peur des acteurs de la culture au point de les placer devant des diktats ?

  • > Artistes et artistes
    24 novembre 2008, par carmontelle  

    Il y a loin de la coupe aux lèvres...

    Je vous renvoie au proverbe de Musset...

    Au reste, toute cette soi-disant politique culturelle, n’est qu’un joli badinage !

    Il est curieux de constater qu’avec une maire socialiste et une adjointe à la culture communiste, nous cheminions sereinement vers une culture municipale, dispendieuse, officielle et bourgeoise : artistes professionnels inaccessibles, OPPB, Zénith et Monte-charge chèrement subventionnés - malgré des places à 25, 30, 45 euros... - et à diffusion de stand-up au parisianisme effréné, culture underground des Abattoirs, festival du cinéma français pour happy-few, avant-premières avec entregents et petits fours, j’en passe et des meilleurs (réservés aux bonnes bouches, évidemment, celles qui se goinfrent aux soirées de monsieur Durand).

    A quand le retour de Roger Hanin ?

  • > Artistes et artistes
    24 novembre 2008  

    "A quand le retour de Roger Hanin ?"

     smiley Carmontelle, t’es devenu fou ? Dis pas des choses comme ça, tu vas leur donner des idées smiley

  • > Artistes et artistes
    24 novembre 2008, par Karl M  

    C’est dans la droite ligne du vieux principe marxiste de l’encadrement des masses. A Pau on ne doit pas s’en étonner, il faut revenir à l’orthodoxie

    les intelectuels et les artistes au service du Parti des forces révolutionnaires et de progrès

    En effet on ne doit plus encourager la prolifération de la création artistique bourgeoise déjà condamnée et en cours de liquéfaction dans les poubelles de l’Histoire.

    De façon inacceptable pour les masses populaires on voit que « actuellement, les esthéticiens bourgeois révisionnistes, se donnent beaucoup de peine pour cacher les symptômes de la crise de leur esthétique et pour les présenter comme une expression de sa « vitalité ». Leur argument essentiel, c’est la rapidité avec laquelle les nouvelles petites écoles du post-modernisme se substituent l’une à l’autre. Ces 20 à 30 dernières années, on a vu se répandre nombre de variantes et de termes nouveaux comme le pop’art, l’op’art, l’art cinétique, la poésie concrète, l’alittérature, l’art cybernétique, l’art électronique, le body-art, le kitch-art, le hyperréalisme et l’art sans barrières. Mais ils passent de mode relativement très vite. Alors que les premières écoles du modernisme exerçaient leur influence pendant deux ou trois décennies, les variantes du post-modernisme ne vivent que deux ou trois ans. Mais la rapidité avec laquelle elles se succèdent n’est pas un signe de leur « vitalité » et de leur « esprit novateur », elle démontre, par contre, leur stérilité créatrice, elles n’apportent pas de valeurs proprement dites, importantes et durables, et, par conséquent, elles ne tardent pas à faire faillite pour céder la place à de nouvelles modes. La métamorphose permanente du modernisme et du post-modernisme est devenue l’une des expressions les plus importantes de la crise qui s’est abattue sur l’art bourgeois-révisionniste. » Enver Hoxha in La crise de l’esthétique bourgeoise-révisionniste, Tirana 1989

    Par conséquent que la pensée de la Gauche unie reprenne en main à Pau l’Art et la Création, pour montrer qu’il y a une autre voie d’utiliser les subsides dans le respect de l’idéal révolutionnaire.

  • > Artistes et artistes
    24 novembre 2008  

    A défaut d’avoir une politique culturelle ça permet à la municipalité de mettre son grain de sel en gagnant du temps.

    > Artistes et artistes
    24 novembre 2008  

    Tant qu’à renvoyer les amateurs du péristyle, on pourrait songer aussi à refaire le plafond du Théatre Saint Louis ! Bonjours la honte à chaque fois que j’y lève les yeux.

  • plafon...
    24 novembre 2008  
    NOOOOOOON smiley Lacaye-Burato auprès de Molière, c’est savoureux smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
    Lire - Ça passe ou ça casse
    Plus de musique !
    Au pays des rêves
    Pour les livres et les contes, le lieu compte
    Projet Frankenstein
    Pau - Histoire(s) de Printemps
    A découvrir ou redécouvrir : les champignons
    La grande migration
    « Les Musicales de Thèze »
    Demain samedi, allons danser !
    L’histoire de la Librairie Tonnet
    Une autre campagne ?
    Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
    Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
    Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
    Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
    Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
    A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
    Pau, les Etoiles au firmament



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises