Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Quand on marche sur la tête

lundi 2 février 2009 par Arnau Calatayud


- « Tu fais quoi aujourd’hui ? Grève ?

- Ben oui, pas toi ?

- Non, j’attends la fin des soldes. »

C’est un ami britannique de passage à Pau qui me racontait récemment cette  blague. Selon lui, elle ferait fureur outre-manche et pour tout dire, dépeindrait assez bien l’environnement dans lequel vivent les français. Force est de constater que la grève est un monument  incontournable du patrimoine français et il n’est donc pas étonnant de constater que, dans les esprits de nos contemporains, les arrêts de travail ont remplacé la gastronomie en matière de spécialité typiquement française. Un soupçon de honte et une grande lassitude s’emparent alors de moi.

Et Mr Smith de continuer, m’apprenant ainsi que prévoir un voyage dans notre beau pays relève de la loterie. Incrédule, mon ami ne comprend pas que l’image du gaulois rebelle et frondeur se soit à ce point dégradée. Aujourd’hui à l’étranger, on ne parle plus que de cette France malade de ces conflits sociaux à répétition sur les lesquels les syndicats prospèrent alors même que leur représentativité reste marginale. Et ce n’est pas là le moindre de nos paradoxes.

Perdant pied dans la conversation, je tente à tout prix d’argumenter en faveur de ma paroisse mais les idées manquent pour tenter de lui expliquer le bien-fondé de certaines revendications aboutissant à la grève. Smith, lui, enchaîne et m’explique que les ravages de la crise financière ont les mêmes conséquences partout dans le monde et qu’il va falloir se retrousser les manches si l’on veut croire en des jours meilleurs. Il faut dire que les anglais ne sont pas à la fête tant ils sont mal lotis sur le plan des aides sociales ; se colleter à la réalité, ils connaissent. L’anglais est avant tout pragmatique et a vraiment du mal à comprendre le français chez qui tout est forcément politique donc biaisé. La conversation dérape et je commence à avoir hâte qu’elle se termine.

Pourtant il fait mouche quand il me questionne au sujet du but de cette mobilisation et surtout sur ce qu’il faut en attendre compte tenu que la crise financière a rétamé tout le monde. Je lui explique alors que le pouvoir d’achat est la motivation première des manifestants bien qu’en général ce type de mouvement soit plus ou moins fourre-tout et que les règlements de compte en tout genre soient légions. Mais bon, je lui précise que, grosso modo, les revendications devraient tourner autour d’un concept simple : « de l’argent pour les gens, pas pour les banques ». Sa réponse fuse : donner de l’argent hors investissement c’est s’endetter sans contrepartie et creuser le déficit commercial en faveur des chinois. Retors l’animal. Puis il continue, catégorique : on ne relève pas une économie sans sacrifices et la démagogie accompagnant les grèves à répétition que nous connaissons devrait être bannie. Il persiste : les français sont des gens responsables et adultes, il faut leur dire la vérité, à savoir que les années à venir s’annoncent « durailles ».

Enfin il signe et me livre le fond de sa pensée : l’Occident et ses richesses ont vécu et si l’on veut sortir la tête de l’eau, il faut savoir renoncer à certaines inepties d’un autre temps, en particulier à ce cocktail détonnant et unique en Europe que sont le droit de grève et l’emploi à vie des fonctionnaires français et assimilés. Il est vrai qu’en Europe les fonctionnaires ne bénéficient pas du beurre et de son argent. Ils ont en effet soit le droit de débrayer -auquel cas ils ont des contrats de droit privé- soit une garantie concernant la pérennité de leur emploi mais dans ce cas la grève leur est interdite.

En France, par lâcheté politique, on fait perdurer un système inique  et réellement injuste. Les salariés du privé ont certes des droits mais ceux-ci font l’objet d’une application mesurée compte tenu des contraintes économiques inhérentes à ce secteur. On est donc en droit de se demander ce que font les syndicats. Mon ami a la réponse : que dalle car pas assez porteur et insuffisamment nocif pour la société, à croire que le chaos est leur fonds de commerce. Concernant le privé, les syndicats auront beau clamer haut et fort que ce secteur aura  bien été un acteur majeur de ces grèves,  leur présence dans les défilés reste largement minoritaire au regard du nombre d’employés  des hôpitaux, de la Poste, d’EDF, des transports...

Déboussolé par la perfide Albion, je pense un temps déposer les armes. Se rejoue dans ma tête les matchs de rugby perdus contre nos amis britishs. Ont-ils raison et avons-nous à ce point tort ? Mais j’y pense, on a déjà tous perdus...  

- par Arnau Calatayud


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Quand on marche sur la tête
2 février 2009, par pehache  

il faut savoir renoncer à certaines inepties d’un autre temps, en particulier à ce cocktail détonnant et unique en Europe que sont le droit de grève et l’emploi à vie des fonctionnaires français et assimilés. Il est vrai qu’en Europe les fonctionnaires ne bénéficient pas du beurre et de son argent. Ils ont en effet soit le droit de débrayer -auquel cas ils ont des contrats de droit privé- soit une garantie concernant la pérennité de leur emploi mais dans ce cas la grève leur est interdite.

Encore un texte écrit à la va-vite sans le moindre souci de vérifier les affirmations énoncées. Ou alors le sont-elles en connaissance de cause à des fins de propagande ?

Cette généralité "les fonctionnaires en statutaires en Europe (sauf en France) n’ont pas le droit de grève" est fausse. Autant de pays, autant de réglementations et de cas particuliers (même si la France est effectivement dans le groupe des pays les plus permissifs pour le droit de grève, mais le cas n’a rien d’"unique").

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/comprendre-le-droit-de-greve-decrypte/1597/0/311360

http://www.euractiv.fr/europe-sociale/dossier/variation-europeenne-service-minimum

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Offre d’emploi
Alexandre - Il n’y a pas de mot
Je suis partout... un media à part
La boussole des politiques : Le pouvoir
Habemus Papam !
Réformer la France : Un travail de Titan
Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
Jaurès, m’entends-tu ?
Le couple Algérie France
Déjà demain !
Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
Noël en famille
Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
Les Français sont-ils des ânes ?
Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
Les terriens n’ont rien compris



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises