Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..

lundi 30 mars 2009 par Jean Yves Spinelli


Quand, le 8 février 2007, TOTAL annonçait le lancement du projet pilote de Capture et Stockage du CO2 (CSC) dans le bassin de Lacq, avec l’appui inconditionnel du gouvernement, pouvait-il imaginer l’ambiance deux ans plus tard ? Si oui, se serait-il alors lancé dans cette galère ? Rien n’est moins sûr !...


En 2007, que pouvait peser l’opposition de quelques dizaines de Jurançonnais, face :
➢ au soutien de toute la classe politique locale,
➢ à la volonté politique de tous les gouvernements des pays développés qui, sans exception, faisaient du CSC un axe stratégique de recherche pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre,
➢ aux perspectives de pouvoir poursuivre le développement de l’exploitation pétrolière et gazière au même rythme,
➢ aux perspectives de ventes de cette technologie à l’étranger,
➢ au rêve de la nouvelle image de TOTAL qui, de pollueur non payeur, se changeait brusquement en écologiste, sauveur du dérèglement climatique et adepte du développement durable.
Mais, depuis 2007, bien des choses ont changé :
➢ les expériences menées ailleurs dans le monde se sont avérées décevantes et ont singulièrement refroidi l’enthousiasme des gouvernements (cf. mon article précédent) ;
➢ le marché à l’export est moins prometteur qu’il n’y paraissait, en raison principalement de l’éloignement entre les zones potentielles de captage et celles de stockage ;
➢ l’opposition, non pas au projet, mais au principe du CSC lui-même, se développe, tant dans le monde politique que scientifique ;
➢ enfin l’image de TOTAL dans l’opinion publique ne s’est pas améliorée, c’est le moins que l’on puisse dire : son appel dans le procès Erika, son annonce quasi simultanée de bénéfices records (14 milliards d’euros) et d’un plan de restructuration qui supprime 555 emplois dont 25 en Béarn ne la positionne pas vraiment comme une société solidaire des préoccupations actuelles des français, en pleine crise économique et envolée du chômage...

Le 3 mars dernier, l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) a rendu son rapport au gouvernement et à l’Assemblée Nationale, dans lequel il est dit notamment : « Pour le CSC, il faut revenir à l’esprit initial de la coopération internationale plutôt que de promouvoir une approche agressive du marché potentiel à l’export, et il faut compléter la piste du stockage par un chantier de la même logique que celle prévoyant, pour les déchets radioactifs, l’axe de transmutation à côté de celui du stockage. » Cette simple phrase annonce clairement que, pour l’ OPECST, le CO2 est bien un déchet dangereux et doit être traité comme tel. Alors, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? On continue comme si de rien n’était, avec le seul Code Minier et en négligeant les possibilités de traitement avant stockage ou on retarde de quelques mois dans l’attente d’une position claire du gouvernement sur ce sujet ? J’imagine que la CLIS devra aborder ce point lors de sa prochaine réunion, lundi 30 mars...

Le 13 mars dernier, l’association Coteaux de Jurançon Environnement a adressé au préfet une lettre ouverte dénonçant des « Manquements à l’Ethique », avec notamment :
➢ une absence d’évaluation indépendante et un conflit d’intérêts, le BRGM étant rémunéré par TOTAL pour évaluer un projet dans lequel il est lui-même impliqué,
➢ des comportements cavaliers de la part de la CLIS en réponse aux demandes de l’association,
➢ une enquête publique biaisée, dont l’avis favorable ne faisait pas ressortir l’opposition franche des jurançonnais au projet
➢ un financement litigieux, TOTAL achetant le « droit de polluer » par l’octroi d’une importante somme d’argent la commune de Jurançon,
➢ des insuffisances sur la sécurité et le devenir à long terme.
Le texte intégral de cette lettre au Préfet se trouve sur le site :
http://blog.ifrance.com/coteauxdejuranconenvironnement
Le 27 mars, le Conseil Municipal de Jurançon a approuvé la conclusion d’un contrat de « Mécénat » entre TOTAL et la commune de Jurançon, qui prévoit le versement, par TOTAL, d’une somme de 1 500 000 € sur 5 ans (la durée du projet pilote) dont 850 000 en 2009, avec pour seules conditions que cet argent soit utilisé par la commune pour financer des actions « développement durable » .

Alors, que faut-il penser de tout cela ?
1. Total est une entreprise de droit privé dont le métier consiste à exploiter les ressources pétrolières et gazières. Qu’y a-t-il d’anormal dans le fait qu’il cherche à défendre son business ? Qu’y a-t-il d’anormal dans le fait qu’il fasse du bénéfice ? Combien de milliers d’emplois directs ou indirects dépendent, dans le Béarn, de sa bonne santé ?
2. Qu’y a-t-il d’anormal dans le fait que David Habib, député maire de Mourenx se batte pour préserver les emplois de ses habitants dans le secteur de la pétrochimie. Faut-il lui reprocher de privilégier la défense de l’emploi à Mourenx par rapport au problème de la lutte contre le réchauffement climatique dans le monde ? D’autant plus que cela va sérieusement se compliquer avec l’affaire Celanese qui risque, en plus, de toucher Air liquide, lequel est impliqué dans le captage du CO2.
3. Qu’y a-t-il d’anormal dans le fait que Michel Bernos qui, après avoir posé des réserves dans le seul domaine de son ressort, n’ayant plus aucun moyen légal de s’opposer au projet, cherche à en tirer un avantage financier pour sa commune, pour le plus grand profit des Jurançonnais ? Au point que les autres habitants de la CDA, qui, jusqu’à présent, ne se sentaient pas concernées par le projet découvrent brusquement que la poche de stockage ne s’arrête pas au sous-sol de Jurançon et aimeraient bien que le contrat de mécénat s’étende à toute l’agglo...
4. Qu’y a-t-il d’anormal dans le fait que l’association CJE, créée pour s’opposer au projet, cherche à s’y opposer par tous les moyens et Michel BERNOS peut la remercier car on peut penser que son action n’est pas étrangère au montant lâché par TOTAL dans le contrat de Mécénat.
Tout cela me ravit car les conditions me paraissent maintenant réunies pour un véritable débat citoyens où toutes les opinions peuvent s’exprimer démocratiquement. L’expérience a montré que, si cela demande plus de temps pour aboutir, la solution finale est toujours le meilleur compromis possible entre des intérêts divergents. Le débat est ouvert !...


- par Jean-Yves SPINELLI
 


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
31 mars 2009, par cordebrume  
4ème dimension

Comme disent certains LE CO2 n’est pas dangereux pour la végétation, sans doute en petite quantité, mais pour les ANIMAUX c’est autre chose. Alors puisque la végétation rejette la nuit du CO2 dans l’atmosphère de façon considérable sans risque majeur. Je propose que ce CO2 industriel soit diffusé au-dessus des forêts équatoriales denses, il n’y aurait aucune incidence en % supplémentaire par rapport aux rejets naturels. Le CO2 s’utilise aussi pour remplir des extincteurs, avec tous les incendies de l’été ne peut-on pas faire quelque chose avec lui ? messieurs les chercheurs à vos neurones.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    31 mars 2009, par georges2  

    1°)La végétation verte respire la nuit et le jour ; elle rejette donc du CO2 le jour comme la nuit mais, en plus, le jour, elle"mange" ; pour cela elle absorbe du carbone sous forme de CO2. Comme elle absorbe plus de C02 pour se nourrir qu’elle n’en rejette pour respirer, le bilan est un un prélèvement global positif, c’est l’inverse pour l’oxygène ; c’est pour cela que le jour une plante verte rejette globalement de l’O2 et prélève du CO2. A vos neurones cher collègue ! 2°) Je crains que le transfert du CO2 de nos pays coûte plus cher en énergie, donc en rejet de CO2, que la forêt pourrait capter pendant le même temps ! Et puis la forêt dense équatoriale est en diminution ultra rapide, au Brésil par exemple ; pourquoi faire ? de la canne à sucre pour les agrocarburants donc pour les voitures ! On tourne en rond ! 3°) Le Co2 comprimé dans les extincteurs serait restitué au moment des incendies !!

    Il n’y a qu’une solution, diminuer la production de CO2 et investir massivement dans la recherche des énergies renouvelables. Avec ses déchets ultra dangereux et notre dépendance vis-à-vis des pays possesseurs du minerai,( pourquoi Sarkosy était-il au Niger ?) le nucléaire est peut-être encore plus redoutable !

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    30 mars 2009, par Perplexe  

    CONTRE L’EFFET DE SERRE : faut-il enfouir le CO2 ?

    Le GIEC vient d’apporter son soutien à l’idée d’enterrer une partie de nos rejets de CO2. Une option qui ne fait pas l’unanimité, et qui ne sera de toutes façons pas facile à appliquer

    L’ensemble de ces travaux a récemment été épluché par le GIEC, institution internationale d’expertise climatique reconnue indépendante des Etats. Et le verdict est clair : « la capture et le stockage du carbone (CSC) offre la possibilité de réduire nos émissions de façon moins coûteuse et plus souple », écrit le GIEC dans son rapport.

    Entre l’avis du GIEC et "Sciences et Vie", il faut choisir.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    2 avril 2009, par robert giraudon  
    Ecologie la grande arnaque

    Enfouir le CO² coûte très cher et majore de 70 à 80 % le coût du Kwh, pour un bilan CO² très mince. Et comme l’hypothèse défendue par le GIEC de la cause du réchauffement (pardon du "changement" )climatique par les émissions anthropiques de CO² n’est qu’une présomption non validée (tant s’en faut !), cela revient à enfouir pour rien des millions d’euros pour l’éternité. Que ce soit un bon business pour TOTAL est une autre affaire. Pourquoi cette société ne profiterait-elle pas du délire écologique actuel ? Un bémol à cette réflexion : utiliser le CO² pour booster l’exploitation des champs pétrolifères en fin de vie fait du sens à condition que producteurs et utilisateurs de ce CO² ne soient pas trop éloignés l’un de l’autre... R. Giraudon Géologue

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    3 avril 2009, par Perplexe  
    Tiens, voilà un disciple de Claude Allegre, c’est la solidarité des géologues. On leur rappellera simplement qu’ils n’ont jamais publié d’études sur le climat, qu’ils n’ont aucune compétence reconnue dans ce domaine et que leur crédibilité serait tout autre s’ils s’exprimaient dans leur domaine de compétence. Parler d’hypothèse défendue par le GIEC montre bien les limites de l’auteur sur la connaissance de son fonctionnement. Quant à l’emploi de l’expression " délire écologique actuel " elle nous rappelle Georges Bush et ses obsessions.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    3 avril 2009  
    Robert le géomancien, pardon, le géologue, et la terre elle est plate ?

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    30 mars 2009, par georges2  

    1°) Cette technologie ne permettra pas de faire face de manière suffisante au réchauffement climatique. En effet, les 11 projets de CSC dans le monde qui pourraient voir le jour dans le monde en 2015-2020, permettraient d’éviter l’émission de 15 millions de tonnes de CO2, ce qui équivaut à seulement 0,2% des émissions de centrales thermiques au charbon et à 0,06% des émissions mondiales de CO2. En outre la technique du CSC va induire plus de 40% de consommation d’énergie supplémentaire, et occasionnera donc une production de CO2 supplémentaire.

    2°) Le projet de Rousse conforte la stratégie de Total : les tonnes de CO2 qui seront enfouies donneront lieu à des permis d’émettre le même nombre de tonnes de CO2. Ces permis seront utilisés par Total ou seront vendus au plus offrant sur le marché très spéculatif du Carbone mis en place dans le cadre du Protocole de Kyoto. C’est donc une opération blanche pour l’Environnement, mais juteuse pour les spéculateurs.

    3°) C’est aussi un projet qui va détourner des fonds publics qui auraient pu bénéficier aux énergies renouvelables. L’argent mis dans la recherche sur le CSC est autant de perdu pour les fonds de recherche dédiés aux énergies renouvelables. Les fonds publics doivent aller en masse à la recherche utile sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables alors que la France continue à prendre du retard sur ces technologies d’avenir.

    4°) Le CSC ne peut avoir une utilité -même discutable- que pour les pays émergents qui se lancent dans des programmes très rapides de développement énergétique (Chine). La France n’a pas besoin de développer de nouvelles centrales au charbon. Cette disposition a été actée lors du Grenelle de l’Environnement. L’amélioration de l’efficacité énergétique et la suppression des gaspillages doivent être la priorité.

    5°) Il faut refuser que le CSC soit soumis au code minier. En effet, ce régime permet le transfert de la propriété et de la charge de l’entretien du stockage à l’Etat (collectivité publique) au bout d’un certain nombre d’années. Il convient au contraire de rechercher la mise en place d’un système de garanties financières et de responsabilité à long terme de l’exploitant lui-même ou de la filière industrielle bénéficiaire. Aujourd’hui c’est bien l’Etat qui assumera sur fonds publics la reprise, la maintenance, la surveillance et l’intervention en cas de problème du puits abandonné. Est-il prévu que la mairie de Jurançon, qui touchera de l’argent de Total, prendra en charge l’entretien ???

    6°) Par ailleurs l’étude de sécurité fournie par TOTAL comporte de nombreux points faibles et ne prévoit aucun plan de protection des populations. Pas de fiabilité à long et très long terme, risque sismique négligé, risque de fuite, contamination possible des aquifères. Le BRGM a relevé un grand nombre d’insuffisances, des études supplémentaires doivent être menées : étude des aquifères, états de corrosion des pipe-lines, étudier la réactivation des failles par la température et la pression, étudier la saturation en eau des réservoirs, baser les scénarios d’accident sur la gravité et non sur la probabilité.

    7°) Les associations demandent en outre une étude pédologique sur la modification des sols et du terroir par les fuites de CO2. Une acidification des sols est en effet envisageable, ce qui modifierait le terroir exceptionnel des vins de Jurançon.

    8°) Il faut obtenir un bilan énergétique et carbone des consommations des projets de CSC, et notamment celui de Rousse : en comptant :

    a) toutes les consommations d’énergie dépensée dans le cadre de la totalité des travaux et des opérations d’exploitation : nouveau forage, nouveau puits, travaux sur la ligne électrique et d’approvisionnement en eau, capture, oxydation.

    b) la fabrication des 240 tonnes d’oxygène nécessaires par jour, compression et transport y compris, du C02, protection cathodique du pipe, enfouissement, surveillance et maintenance à long terme ;

    Il importe de cumuler toutes les consommations d’énergie supplémentaire et de les comparer aux risques de relargage à moyen ou long terme.

    c) il convient également d’indiquer les consommations d’eau supplémentaires

    Pour diminuer la production de gaz à effet de serre, il s’agit de rentrer dans un processus d’économie d’énergie, donc de décroissance énergétique. Il faut favoriser la recherche dans la mise au point des énergies renouvelables . L’utilisation massive des micro algues déjà commercialisée et utilisé aux USA, en Espagne.., peut constituer un puits de carbone transitoire très efficace, beaucoup moins polluant que les agro carburants dont on nous vente les mérites pour vendre les surplus de maïs et faire monter les prix. Cette technologie, tout en fournissant de l’énergie (huiles ), donne des résidus riches en protéines...etc.. C’est une autre approche de nos besoins en énergie qui est à repenser et à appliquer. Ce n’est pas une lubie, c’est une nécessité. D’accord absolument pour un référendum, après une explication objective et non filtrée, dans tous les médias.

  • On ne nous dit pas tout !
    31 mars 2009, par Autochtone palois  

    Mise à part le risque toxique (qui semble faible d’après le GIEC), la question principale porte sur le bilan écologique de l’opération : Total, en enfouissant du CO2, s’offrirait le droit de polluer par ailleurs de l’équivalent de ce qu’il a enfoui.

    Donc, pour la Planète, et notre santé, le bilan écologique serait neutre, mais pour le bilan financier de Total, qui empocherait des sommes importantes pour l’enfouissement, ce serait tout bénéfice. Et de s’offrir gratuitement une image écolo...

    On ne nous dit pas tout !

  • > On ne nous dit pas tout !
    31 mars 2009  

    bilan écologique de l’opération : Total, en enfouissant du CO2, s’offrirait le droit de polluer par ailleurs de l’équivalent de ce qu’il a enfoui.

    On ne vous pas entendu quand la Ville de Pau a revendu il y a 1 mois ses droits à polluer (cf dossier chaufferie )

  • > On ne nous dit pas tout !
    31 mars 2009, par Autochtone palois  

    On ne vous pas entendu quand la Ville de Pau a revendu il y a 1 mois ses droits à polluer (cf dossier chaufferie )

     ??? Vous faites allusion au contrat signé avec EDF ? Merci d’être plus clair. Je ne sais pas tout...

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    31 mars 2009, par pehache  

    @georges2 :

    1-2-3-4-5-8 : d’accord avec vous

    6 : les risques pour la population sont néanmoins de l’ordre du fantasme. Le CO2 va utiliser des réservoirs et des conduites qui jusque là étaient plein de H2S, bien plus dangereux que le CO2. Et le risque de libération massive et soudaine du CO2 (seul cas réellement dangereux pour la population) depuis son réservoir souterrain est nul.

    7 : fantasme encore : vu la profondeur de stockage, les sols et terroirs sont complètement épargnés.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    31 mars 2009, par Contaminator  

    George2,

    Comme vous dites, ce projet est négligeable au niveau écologique. Ce n’est qu’une question d’image pour Total, auprès du grand public. "enfouissement de CO2", ça fait bien. Ils passeront sans doute aux JT de 13h et 20h.

    Effectivement, que Total mette davantage d’argent dans la recherche pour les énergies renouvelables, plutôt que dans ces mascarades.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    30 mars 2009  

    Tout ça pour ça ?????

    Tout ce remue-ménage depuis des mois sur la dangerosité démoniaque du CO2 pour finalement se satisfaire d’un soit-disant compromis où Total fait ce qu’il voulait faire en échange d’une enveloppe de 1,5M€ ??

    > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    30 mars 2009, par cordebrume  
    POUDRE AUX YEUX

    Tout le monde a compris les méthodes utilisables pour que les ELUS arrivent à leurs fins. Ce dossier mérite un RÉFERENDUM LOCAL AU NIVEAU DE LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMERATION. Vous avez fait assez de conneries sur le plan de tout ce qui est infrastructures à Pau pour continuer dans le même style et engager la polution éventuelle du sous-sol. Regardez ce qui s’est passé avec les décharges de minerai d’uranium dans le Limousin et vous comprendrez que les problèmes ne sont réglés que pour du court terme . Ensuite le temps passe et les responsables se lavent les mains. Les antennes de relai de téléphone c’est pareil - il n’y avait aucun risque, on connaît la suite. On voulait même aménager au nord de Pau un énorme élevage de porc pour soulager la Bretagne totalement polluée par le lisier. Alors CA SUFFIT. Il faut une consultation de tous les CITOYENS. C’est cela aussi la DEMOCRATIE ET LA RESPONSABILITE SOLIDAIRE. Quant aux 1,5 millions d’€ pour faire taire le Maire de Jurançon...c’est du manque de compétence pur et simple. Il doit demander annuellement des contrôles à charge de Total et une REDEVANCE DE RISQUE indexée sur la quantité déposée éventuellement. Ceci sous réserve d’acceptation du projet par les citoyens et les Jurançonnais.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    30 mars 2009, par Ferdi  
    Votre comparaison du CO² et de l’uranium démontre bien que vous ne comprenez rien au problème. Jusqu’à présent, le CO² ne vous a pas tué puisque vous en produisez vous même chaque jour comme tout bon mammifère ! Il ne s’agit pas du tout d’un gaz toxique. Simplement, certains pensent qu’il est partiellement responsable de l’effet de serre, ce qui n’est pas prouvé, et souhaitent en limiter la quantité dans l’air. C’est donc à quoi Total essaie d’apporter une solution en réinjectant ce CO² dans les puits de gaz qui ont été vidés. Je ne vois vraiment pas où est le problème. Vous ne vous êtes pas manifesté parce qu’il y avait dans le sous-sol de la région du gaz avec plein d’H²S qui lui est un gaz mortel ! Alors rassurez-vous et ne vous énervez pas. Il n’y a pas de quoi faire monter votre tension avec ce projet. Quant à vos critiques des relais de téléphones portables, si vous êtes logique avec vous-même, vous devriez renoncer à utiliser votre téléphone !

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    31 mars 2009, par cordebrume  
    monsieur je sais tout

    M. Ferdi ( ?). C’est parce qu’il y a des "gens de certitudes" comme vous, que toutes les conneries sont DIGESTES. Moi je ne suis pas payé pour les avaler alors que d’autres le sont POUR LES FAIRE AVALER. Si la seule hypothèse qui puisse éventuellement se comprendre selon vous serait de réinjecter le CO2 dans les roches à la place du gaz prélevé (H2S) ce qui permettrait "éventuellement " de limiter les effondrements dans les couches profondes, le coût serait très supérieur à celui de l’extraction qui était naturelle quand on avait fait le "trou". La pression de sortie était très importante. Bref je ne suis pas "spécialiste de certitudes" MOI mais les VOTRES ne sont pas une garantie, surtout quand vous écrivez et contestez les experts qui ont amené les installateurs d’antennes relais de téléphonie à les démonter (décisions du tribunal) pour nuisances. La COGEMA garantissait aussi qu’il n’y aurait aucune nuisance après enfouissement des déchets..(condamnation en raison des suites médicales).les normes de sécurité ne sont pas respectées et comme les maires ont acceptés quelques compensations COGEMA se dégage de sa responsabilité : c’est prouvé aussi (reportage télé) . Je peux citer aussi, l’amiante (inoffensive) les résultats pour la population des expériences nucléaires, l’acide fluoridique à l’époque épandu sur Lannemezan, .... il y en a d’autres pour vous donner de la mémoire Monsieur "je sais tout". Einstein refusait la physique quantique..alors ne nous chantez pas votre ’cantique". Bizarre que BOVE ne vienne pas soutenir les opposants ! Il doit y avoir moins à gagner qu’avec le maïs. Enfin nous aurons bientôt du" Jurançon avec des bulles" produit naturellement sans sucre de canne, car les canes ce sera nous ! Je préfère "ne rien comprendre au problème qui va en DEVENIR UN SI ON ADMET VOS CONCLUSIONS . . Pour conclure vous avez raison de dire que je produis du CO2 comme tout mammifère, vous oubliez les végétaux qui en rejettent davantage, mais surtout le scientifique en herbe que je suis n’a jamais dit qu’il fallait récupérer les "pets" des ruminants pour assainir l’atmosphère et faire des économies de pollution - merci les scientifiques. Tout le monde sait qu’il y a des trous noirs et des caisses noires et aussi en plus des idées noires.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    31 mars 2009, par pehache  

    Il [le CO2] ne s’agit pas du tout d’un gaz toxique.

    A partir d’une certaine concentration, si.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    2 avril 2009, par pehache  

    Simplement, certains pensent qu’il [le CO2] est partiellement responsable de l’effet de serre, ce qui n’est pas prouvé,

    Ce passage m’avait échappé... Non mais qu’est-ce qu’il ne faut pas lire, c’est incroyable !!!!

    Il y a très longtemps que l’effet de serre du au CO2 est prouvé, bien avant les polémiques sur le réchauffement climatique ! Il intervient pour presque la moitié de l’effet de serre total, sans lequel la température moyenne sur terre serait de -20°C au lieu de +13°C (de mémoire).

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    31 mars 2009, par pehache  

    D’accord avec Cordebrume : un référendum local sur le sujet serait la meilleure solution.

    Mais ça impliquerait que les élus, industriels, et même associations, respectent le citoyen et ne le prennent pas pour un immature incapable de comprendre et de décider. Et ça, ce n’est pas gagné.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    2 avril 2009, par cordebrume  
    question :

    PH tu déconnes : Allons, allons, tous les citoyens sont reconnus aptes au choix du Président de la République et tu penses qu’ils sont débiles pour juger de leurs intérêts... à se faire "gazer" ou pas ?

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    30 mars 2009, par Arthur  
    Quand les folles s’organisent.

    Celanese Ferme ,

    Le bassin de lacq souffre. et le peuple des nantis s’émeut pour un projet industriel.

    J’aimerai les les folles fragiles m’expliquent comment on paye les fonctionnaires et les retraités si l’économie française est sinistrée ?

    Une faillite de l’Etat français vous ferait le plus grand bien !

    Le CO2 est présent dans l’athmosphere à hauteure de 2%. c’est une mollécule innofensive , et remplacer du méthane par du CO2 dans une poche géologique fermée depuis 100 millions d’année...

    je pense que les folles précieuses veulent que les autres crèvent pour garder leur petit confort médiocre.

    Puissent les travailleurs en souffrance reveiller les nantis inutiles aux émotions fragiles inutiles dans leur villae Trespoy à coup de corne de brume.

    Artur.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    30 mars 2009  
    L’économie est une compétence communautaire. Total devrait verser cette somme à l’agglomération, c’est logique, non ? Le risque, si il existe ne s’arrete pas aux frontières de la commune. Encore une preuve que la solidarité des territoires reste à construire mais le maire est un bon négociateur.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    30 mars 2009, par Alex  

    1 - Le débat n’est pas là. Pour Célanèse, je comprend mais des gens opposés au stockage y travaillent : en plus du licenciement c’est une déchet sous les pieds qu’ils vont avoir

    2 - Dire que le CO2 est inoffensif me paraît un peu facile, que proposez-vous s’il y a une fuite massive : d’abord personne ne le saura puisque pas d’odeur, ensuite en supposant qu’il y ait des moyens d’alerte efficaces qui à ce jour ne sont toujours pas prévus, que faire ? un masque à gaz ? cela ne sert à rien, s’enfuir ? les voitures ne démarreront pas puisque plus d’oxygène alors si vous avez une solution dépêchez-vous de nous la donner car jusqu’à présent ni Total, ni les pouvoirs publics ont prévu quelque chose. A part le "on verra ..." rien ne vient donc plûtot que de jeter votre dévolu sur les "nantis" (jalousie mal placée ?) trouvez une solution ...

    3 - Tous les gens des coteaux ne sont pas des nantis et sûrement moins que vous

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    31 mars 2009, par pehache  
    @Alex : encore une fois, le risque de fuite massive est nul et relève du fantasme.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    2 avril 2009, par Alex  

    Cet ALEX 2 (il ne m’a demandé mon avis) aime donner dans le catastrophisme ! que proposez-vous s’il y a une fuite massive : d’abord personne ne le saura puisque pas d’odeur, ensuite en supposant qu’il y ait des moyens d’alerte efficaces qui à ce jour ne sont toujours pas prévus, que faire ? un masque à gaz ? cela ne sert à rien, s’enfuir ? les voitures ne démarreront pas puisque plus d’oxygène alors si vous avez une solution dépêchez-vous de nous la donner car jusqu’à présent ni Total, ni les pouvoirs publics ont prévu quelque chose.

    Le "réservoir d’injection" a été étanche pendant des millions d’années avec de l’H2S+CO2, puis pendant 40 ans de production de l’H2S+CO2 par SNPA et il deviendrait fuyard au CO2 du stockage ??? cet "Alex" ne confondrait-il pas avec le Perrier de son whisky (à consommer avec beaucoup de modération) car au fond du puits le CO2 est un liquide (loi de physique qu’on apprend au lycée). Et les vannes de fond qui resistent aux tremblements de terre ont-elle l’agrément de GreenPeace alors qu’elles contiennent du chrome ? ça c’est la question qu’il faut poser !

    Quant à sa voiture, qu’il en change au plus vite pour un modèle électrique ; ça sera bon pour la planète. Pour sa gouverne un moteur à explosion fonctionne mal s’il y a excès de CO2 dans l’atmosphère mais tourne toujours ; par contre les animaux et l’homo bearnensis se sentent mal bien avant que le moteur cale par manque d’O2 (c’est d’ailleurs comme ça que beaucoup de gens meurent bêtement dans leur garage où tourne leur moteur). Donc Alec 2 prudence avec le PERRIER, le champagne , le Coca, toutes boissons qui donnent mal à la tête, perturbent le raisonnement !

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    1 avril 2009, par cordebrume  
    treve pascale

    Et Arthur...je ne suis pas sur tous les coups et je ne m’habille pas à Trespoey ...laisse-moi souffler un peu. J’ai beaucoup travaillé cette semaine !

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    2 avril 2009, par OTIN  
    Vous vous excitez tous à torts et , ou ,à raison mais vous ne savez peut être pas que TOTAL réinjecte depuis des décennies tout un tas de déchets plus ou moins toxiques dans ce qu’il est convenu d’appeler le "Lacq profond".C’est même un service payant qui est fourni au industriels présents sur le complexe tout comme le H2S au robinet.Le CO2 à coté de cela c’est du pipi de chat et il faut , peut être, arrêter de fantasmer à son sujet car, sans lui, nous ne serions pas là. Il y a d’autres gaz à effet de serre qui sont infiniment plus nocifs dont le méthane dont nous devrions davantage nous soucier tout en abaissant nos émissions de CO2 car si le permafrost se décongèle ce sont des milliards de tonnes de méthane qui vont être libérées et là ça va chauffer 20 fois plus vite qu’avec le CO2. Arrêtez de pêter Mmes et Messieurs ou alors faites le dans des bouteilles de gaz vides pour pouvoir vous chauffer car à 20 grammes jour et par habitant cela fait 44 millions de tonnes de CH4/an soit l’équivalent de 43.800.000 tonnes de C02. Vous pouvez rouspéter mais cessez donc de pêter à l’air libre S.V.P.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    3 avril 2009, par cordebrume  
    pétodrome municipal....nouveau projet.

    OTINTIN .. Je suis admiratif à la lecture de ta démonstration écologique nous invitant à ne plus pétéer à l’air libre.... Tu as cependant oublié un paramètre car l’écologie c’est aussi lutter contre le bruit alors combien de décibels sont produits par ces pets et y a - t-il un programme de lutte contre les dépressions du fait de ces manipulations dangereuses ? Et pas de réponse à pet près, j’ai vu que tu es un scientifique.

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    3 avril 2009, par une jurançonnaise  
    c’est bien beau tout ça messieurs mais peut être un tard !!!!!!!!!!!!

  • > Le CO2 à Jurançon : le débat s’organise..
    5 avril 2009, par cordebrume  
    la dure loi de la mesure

    C’est bien la première fois que j’entends dire une femme "c’est trop tard pour bien faire"...je croyais qu’elles étaient l’avenir de l’homme ? preuve que NON. Il ne faut plus avoir de complexes les hommes, si une femme n’a pas d’idées ...prenez-en deux ou trois...point trop pour éviter que cela devienne vraiment complexe quand même.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Un sociologue et l’occitan
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises