Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Une affaire personnelle

lundi 6 avril 2009 par AK Pô


Comme dit la légende : "Il est souvent difficile de démêler le vrai de l’avenue DUFAU". Vu que plus les rues sont longues, plus les histoires sont courtes, celle-ci est à lire en courant, en lieu et place concernées, ou en calèche, dans le sens centre ville-hippodrome. Allez, fouette, cocher !

1990 est l’année où je vis pour la dernière fois miss Liliane Crivel. Bien qu’elle fût morte depuis plusieurs décennies, elle m’accueillit avec cette élégance tapageuse qu’ont les grandes dames des petites sociétés anglophiles. Dans sa jupe de mousseline flottant sous la brise d’Eté son corps sculptural semblait recueillir les dernières douceurs de la nature environnante, venues se réfugier sur sa peau fraiche après les turpitudes nocturnes dont Liliane était coutumière, disait-on.

Du perron de sa grande bâtisse de l’avenue Dufau je la découvris moins souriante qu’à l’habitude. Sur le palier de l’étage qui menait aux chambres son visage hâve et sa chair évanescente me surprirent. Son lipstick, si séduisant sur ses lèvres vermillonnes, parut teinté de sombre violacé, rendant à l’éclat de ses dents une dureté plus encline à la morsure qu’au baiser langoureux. Nous nous regardâmes. Certes, ne restait du grand escalier de chêne que le limon et le profond des mortaises cicatrisant la volée, les marches étant depuis des années devenues cendres dans le silence de la bibliothèque. Les yeux dans les yeux.

Certes, les murs lépreux désormais s’ornaient de larges plaques de moisissure, les tableaux représentant les chasses au renard dans le bois de Pau décoraient d’autres castels, les tentures, les lourds rideaux de velours mauves, les lustres en verre de Murano, les tapis, les falbalas des robes du soir, s’oubliaient comme des hirondelles enfuies laissant place aux chauve-souris du néant. Nous nous regardâmes les yeux dans les yeux. Dehors, le soir descendait à peine, colorant le parc étonnamment entretenu par un invisible jardinier (Cueco ?), de rais de lumières capricieuses racontant dans le bruissement des feuilles le parcours tumultueux de sa propriétaire.

Curieusement, une bague sertie de diamants qu’elle portait à sa main gauche lança un éclair dans l’obscurité. Liliane, d’un mouvement des paupières, m’invita à en suivre la direction. Le rayon brillant achevait son tracé sur un papier blanchâtre, visible par le constraste qu’il opérait sur le sol obscur et poussièreux du grand salon. D’un autre clignement, la beauté de ses yeux remplissant alors tout cet espace délabré, elle m’ordonna de saisir le papier et d’en prendre connaissance, ce que je fis.

Ce document n’était autre qu’un acte de vente, rédigé manuellement, comme cela se faisait à l’époque, avec une encre violette dont l’humidité ambiante avait effacé quelques mots. Ma stupéfaction grandissante la fit sourire, du haut de l’escalier, et je sentis fondre sur mes épaules toute la passion sensuelle de cet être désespéré. Je connaissais cette écriture. Les pleins et les déliés, cette manière si typique qu’avait mon grand-père quand il consignait les actes notariés. Cela ne faisait aucun doute. Mais que ce papier data de plusieurs décennies, alors que j’avais devant moi, en chair et en os, miss Liliane Crivel en personne, me rendit fou ; de cette folie dont on sent les parfums exquis qui jamais ne meurent, de cette folie qui emporte l’advenu dans les bras du palpable, cette symphonie amoureuse qui toujours tourne la tête des amants.

La signature apposée au bas du document certifia mon inquiètude : J.P.K, Notaire et Notable. Je relevai mes yeux brouillés de larmes : Miss Liliane Crivel avait disparu.

A jamais.
  - par AK Pô
   05/04/09

PS : écrit sur de vagues souvenirs (entendus il y a longtemps) de la Belle, dont, en faisant ma recherche pour la retrouver, je n’ai trouvé qu’un lien direct : "le prix de poésie Liliane Crivel" décerné le 13 mars au Parlement de Navarre, à Pau. Rajoutons un peu de pub pour la lauréate : Sylvie OUSSENKO, "les madrigaux de Bellone" éditions France Univers. (une bise me suffira, Sylv.). Si quelqu’un peut me renseigner sur Liliane Crivel, je l’en remercie par avance.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Offre d’emploi
Alexandre - Il n’y a pas de mot
Je suis partout... un media à part
La boussole des politiques : Le pouvoir
Habemus Papam !
Réformer la France : Un travail de Titan
Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
Jaurès, m’entends-tu ?
Le couple Algérie France
Déjà demain !
Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
Noël en famille
Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
Les Français sont-ils des ânes ?
Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
Les terriens n’ont rien compris



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises