Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU

dimanche 21 juin 2009 par Michou64


OTIN contez nous l’histoire passionnante des jardins du Château de Pau :


"C’est surtout sous le règne de Jeanne d’Albret et Antoine de Bourbon que les jardins du château furent développés. Une immense volière y est construite en , le Jardin de la garenne est enclos de murs et on y édifie une galerie longue de prés de 200 mètres (1559). Le jardin du haut (Haute Plante = Place de Verdun) est tracé et entouré de canaux. Jeanne d’Albret fait construire son « Petit Trianon » dans le petit parc, le « Castet Beziat » ou « château chéri ».
Plus tard Henri III de Navarre (Henri IV de France) et sa sœur Catherine de Bourbon devaient encore embellir les espaces verts du château qui étaient alors qualifiés de « plus beaux jardins d’Europe » par les nombreux voyageurs qui étaient reçus à la cour des souverains de Navarre.
On comptait alors :
  • Le Petit Jardin (jardin actuel) planté de myrtes, orangers, genévriers, lauriers, grenadiers et rosiers et équipé de tonnelles et pavillons.
  • Le Jardin des Parterres (place Gramont actuelle + côte de La Fontaine et rive droite du Hédas) avec un grand bassin circulaire entouré de buis teillés en formes humaines ou animales. On pouvait aussi y admirer un bois de pins plantés en échiquier.
  • Le Verger ou Jardin du Haut (Haute Plante = Place de Verdun actuelle + Caserne + Cimetière) entouré des trois cotés et quadrillé par des canaux peuplé de cygnes ,pigeons d’inde et autres oiseaux rares et planté d’arbres fruitiers, de grands pins et d’une châtaigneraie, à l’ouest, à l’emplacement du cimetière actuel.
  • Le Petit Parc (Basse Plante ) entièrement clos de murs et abritant plusieurs pavillons dont le Castet Besiat, des fontaines, une tortuguère, etc., auxquels on accédait par un labyrinthe d’allées sablées dont l’ ‘’Allée de Madame ‘’ qui vient d’être reconstituée.
  • Le Grand Parc, vaste terrain situé à l’Est de Billère ( qui fut coupé en deux par la percée de la route de Bayonne par l’intendant d’Etigny plus de deux cent ans plus tard.).
A noter que le Parc actuel fut sauvé du démantèlement par des citoyens palois qui se mirent en société pour l’acheter et le restituer un peu plus tard au Roi de France Louis XVIII..."
 
 Et maintenant OTIN, je vais indiquer quelques bribes, à cause de sa longueur, du récit du voyageur Jacques ESPRINCHARD 17ème s, que vous m’avez adressé....
 
« Au dehors du château, du côté des jardins, il y a aussi une autre basse-cour, où on voit un beau jeu de paume 4, (bien que maintenant on y en bâtit un petit vers la porte du jardin) et de belles petites maisons couvertes d’ardoises où logent de très excellents artisans.
Au bout de cette cour se voit le petit jardin qui est rempli de beaux simples5, et qui a deux grandes galeries couvertes, pavées de beaux carreaux, qui par plusieurs fenêtres regardent le Gave et sur les grands jardins. Item6 une petite porte, et un pont-levis, lequel étant passé, on entre dans des tonnelles qui sont toutes remplies de beaucoup de belles allées et de divers beaux cabinets7.
 
Un peu plus haut que ces tonnelles, au chemin qui tire vers le faubourg, il y a de très grandes et superbes galeries avec nombre de cabinets, ornés de quelques figures d’animaux, le tout toujours vert tant en été qu’en hiver. Prés de là, tirant vers la fontaine qui est en lieu bas, il y a quantité de pins fort artificiellement arrangés.
Outre toutes ces choses [...] on voit une très plaisante petite forêt, et tout la joignant9, la coudraie10 remplie de petites chambres11, et de longues allées en forme de labyrinthe, car on se trouve quelquefois en un lieu qui a sept chemins conduisant en divers lieux ; il y a surtout les deux grands chemins qui sont ordonnés en croix, et non loin de là un très beau cabinet rond, que Madame12 y a fait dresser. A côté de ce lieu, tirant vers13 la galerie de marbre commencée par le roi Antoine14, se voit le jardin fruitier, où il y a une très grande quantité de toutes sortes de bons fruits. Ce jardin est environné de grands fossés remplis de très bons poissons..."
 
 Comme vous le savez le Château de Pau était une résidence princière, Louis Philippe et Napoléon III y ont souvent séjourné, et c’est à ces princes que l’on doit la restauration du château, pour lui redonner vie. C’est à cette époque que l’on doit la création de fenêtres sur le donjon et sur la façade sud du château (face aux Pyrénées), transformation du château médiéval, lui donnant l’aspect que nous lui connaissons maintenant. Ainsi que la création du jardin XIXe qui entoure la statue de Gaston Phébus : gazon et arbustes de clôture.
 
 Le Château de Pau était également la résidence des Présidents de la République jusqu’aux années 1920. Il fut ensuite classé monument historique.
 
 C’est sur la décision du Ministère de la Culture, il y a 20 à 25 ans, que Monsieur COZE Architecte des Monuments Historique, Conservateur des Domaines, Architecte des Palais Nationaux, a mené à bien la restauration du jardin au pied du château. C’est Monsieur Robert MANGADO qui lui a succédé à ce Poste et continue cette œuvre. Réalisée grâce à des descriptions trouvées dans des manuscrits, un jardin est mentionné à l’époque de Gaston Phébus, mais rien de précis : tel des gravures nous est parvenu à ce sujet.
 
 Ce jardin est en continuelles évolutions, et changements d’aspects, si vous y allez en Février vous y verrez certaines plantations, en Mars, elles seront différentes, c’est un travail ahurissant : taille des mini bordures de buis, changement des plantes dans les plates bandes. Les plantes qui y sont présentées, nous viennent souvent de l’ époque médiévale. Et sont privilégiées les plantes dont la description nous est parvenue par des écrits. En juin la vigne a poussé sur les tonnelles. J’aime souvent aller admirer ce jardin dès que j’ai un moment.
 
 Nous continuerons ensuite par la Basse Plante, et entrerons dans le Parc du château, promenade très agréable, de nombreuses allées cheminent à différentes hauteurs, passant souvent sous des arbres, avec pour la partie haute, une vue magnifique sur nos Pyrénées, et également sur le gave, où s’entrainent encore des kayakistes (photo témoin), et vous arriverez au dessus du tunnel qui passe sous le Parc du château, ainsi que du Pont d’Espagne qui mène à Jurançon. En continuant vous arriverez au fond du Parc à une porte qui vous permettra d’arriver Près du PAU GOLF CLUB créé en 1856 par la colonie Anglaise qui séjournait à PAU.
 
 C’est une promenade très agréable que je vous recommande spécialement. Avec la certitude que vous en garderez un bon souvenir.
 
   - par MICHOU64

PS : Avec mes remerciements à Monsieur Robert MANGADO (Architecte des Monuments Historiques, et conservateur du domaine du château) pour l’accueil qu’il m’a réservé, et pour ses renseignements , qui me permettent d’étayer la partie restauration du jardin au pied du Château.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU
21 juin 2009  

L’anachronisme, où le meilleur historien se fait pièger par son envollée :

Jeanne d’Albret fait construire son « Petit Trianon »

alors que le Petit Trianon fut construit deux siècles plus tard par Louis XVI !

Allez, on vous pardonne

  • > Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU
    21 juin 2009, par OTIN  
    Mais l’historien comme vous dites cher anonyme, il vit lui au 21 èmè siècle et c’est lui qui raconte, pas Jehanne.. L’histoire est toujours une interprétation de l’historien et celle d’aujourd’hui n’est pas forcément celle de demain... Amen !

  • > Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU
    21 juin 2009, par Lou Tillous  
    Cher Otin, vous qui connaissez beaucoup de choses, savez vous comment étaient alimentés les canaux de la Haute Plante ? Mon père et moi même nous nous y sommes intéressés sns trouver de réponse. L’eau était elle prise dans ces ruisseaux est-ouest du nord de Pau ?  smiley

  • > Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU
    21 juin 2009, par Autochtone palois  
    Lou Tillous, les canaux de la Haute-Plante ont été creusés en 1859 pour drainer l’eau de pluie qui ne s’infiltrait pas dans le sol argileux. Si tu es sage je donne ma source d’information.

  • > Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU
    21 juin 2009, par Lou Tillous  
    Cher Autochtone palois, j’ai consulté aux archives municipales ce qui intéresse la Haute Plante et j’avais vu la question de ces canaux de drainage au siècle dernier, ainsi qu l’abattage du mur au nord de la place et les histoires de la propriété Manescaud ( l’ancien maître de poste). Mais ce qui m’intrigue, c’est ce dont parle Otin et dont j’avais déjà entendu parler, l’existence de canaux plus ancies, du temps du domaine royal, qui devaient avoir un rôle double : le décor et la possibilité d’irriguer les plantations. Il fallait bien que l’eau arrive de qq part ! smiley smiley

  • > Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU
    21 juin 2009, par Autochtone palois  
    Les canaux plus anciens devaient AUSSI être alimentés par le drainage de la Haute-Plante. Et à Pau, avec l’eau qui nous tombe tout naturellement du ciel, les plantations n’ont pas besoin d’être irriguées ! smiley

  • > Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU
    21 juin 2009, par Phil  

    Soyez beau joueur Monsieur Otin, vous avez mérité le reproche (bien aimable) qui vous a été fait. Vous auriez pu écrire "Petit Trianon avant l’heure".

    Par ailleurs pouvez-vous justifier le Château de Pau était une résidence princière, Louis Philippe [et Napoléon III ] y ont souvent séjourné ?

    Louis Philippe lança la restauration mais à ma connaissance la Révolution de 1848 le contraignit à l’exil avant qu’il ait pu venir au château

    Quant au résumé Le Château de Pau était également la résidence des Présidents de la République jusqu’aux années 1920. Il fut ensuite classé monument historique il semble fantaisiste, le premier classement datant de 1840 (cf Base Mérimée du Ministère de la Culture) et le dernier( ?) Président a y avoir couché étant Sadi Carnot en 1891

    Sans malice...

  • > Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU
    21 juin 2009, par OTIN  

    A Lou Tillous : La seule chose que je sais vraiment c’est que je ne sais rien (elle n’est pas de moi)... et malheureusement pas l’origine de l’au qui alimentait les canaux de la Haute Plante par gravité. Peut être du Laherrère qui passe tout prés (foire Expo/ rue des Marnières) car le Hédas est beaucoup trop bas mais ce n’est qu’une hypothèse.

    A Phil : Beau je ne sais pas mais joueur oui ; il faut que je le sois, en effet, pour venir devant vous tous jouer à l’historien de service moi qui ne le suis point... J’y prend d’ailleurs beaucoup de plaisir, le plaisir de partager un peu de ce que je sais sur l’histoire si riche et si singulière de ce beau pays de Béarn. Mais au fait !... N’avais-je point pris un joker en mettent mon petit Trianon anticipé entre guillemets ? Et puis de Henri le quatrième à Louis le quatorzième "ça" reste dans la famille, non ?

    Adishatz !

  • > Allons nous promener dans les jardins et le Parc du Château de PAU
    26 juin 2009, par GEO  

    Pour clore le magnifique sujet de Michou64

    A lou tillous : Dans sa "Petite histoire de Pau" l le Docteur A. SAUPIQUET évoque les ruisseaux du Laü et de l’Ousse des Bois qui auraient servis à alimenter les canneaux de la Haute Plante mais cala me parait improbable compte tenu de leur éloignement, en revanche, c’est tout a fait plausible pour le La Herrère qui était tout proche.

    A Phil : Le Château de Pau est une résidence royale (souverains de Navarre)et donc, qui peut le plus peut le moins... Je ne sais si Louis Philippe Egalité à résidé quelque peu au château mais c’est fort probable, tout comme Eugènie, la moitiée de notre Napoléon le troisième.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
    Lire - Ça passe ou ça casse
    Plus de musique !
    Au pays des rêves
    Pour les livres et les contes, le lieu compte
    Projet Frankenstein
    Pau - Histoire(s) de Printemps
    A découvrir ou redécouvrir : les champignons
    La grande migration
    « Les Musicales de Thèze »
    Demain samedi, allons danser !
    L’histoire de la Librairie Tonnet
    Une autre campagne ?
    Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
    Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
    Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
    Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
    Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
    A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
    Pau, les Etoiles au firmament



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises