Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le sport, un rôle fédérateur...

samedi 10 décembre 2005


Je ne sais pas si 2 millions d’Euros, c’est trop ou pas assez, ou si c’est mal dépensé...
Il me semble simplement qu’il y a une différence entre le sport amateur, pratiqué pour le plaisir, et le sport de haut niveau (professionel ?) qui a un rôle fédérateur au sein d’une communauté. 
C’est ce rôle social et fédérateur qui doit être rémunéré par la collectivité. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est rémunéré par les sponsors qui pensent y trouver une certaine efficacité. 
Est ce une obligation pour la communauté de financer ce sport de haut niveau en raison de cet impact fédérateur ? Je crois qu’il faut le faire pour conserver une identité commune. Regardez les crises actuelles, regardez comment certains regrettent la disparition du service militaire dans le cadre de cet esprit fédérateur. 
Ce qu’on peut regretter, c’est que le monde politique, conscient certainement de ce besoin fédérateur, n’ait pas le temps, le courage d’expliquer. Et ce manque d’explications peut conduire à des pratiques budgétaires peu orthodoxes. 
C’est la marque de ce manque général de débat aujourd’hui.
- Par Bernard Salsé


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le sport, un rôle fédérateur...
13 décembre 2005, par pehache  

Un rôle fédérateur, oui sans doute. Mais d’abord celui que l’on pratique. je ne suis pas sportif, mais le lien social se tisse à mon avis plus sûrement dans les clubs amateurs qu’autour de club professionnels (sauf quand ces derniers sont issus de longues traditions populaires, ce qui est peut-être le cas de l’EB).

De plus, l’aspect fédérateur des grands clubs professionnels tient quand même à un côté "jeux du cirque" incontestable. Les jeux du cirque, pourquoi pas, mais il faut garder cela à l’esprit au moment de mettre en perspective les montants des subventions par rapport aux autres besoins locaux. Et 2M€ par an je trouve personnellement cela cher payé, s’ajoutant de plus aux coûts d’infrastructures pour ces sports professionnels.

> Le sport, un rôle fédérateur...
10 décembre 2005, par Bernard Boutin  

Bernard Salsé,

Tout à fait d’accord avec votre approche. Le sport est fédérateur. Il faut cependant une limite aux disciplines aidées. A Pau, il y en a trop et ceci se fait au dépens de cela. Rappel : l’état lamentable des Halles de Pau, le manque criard de parkings au centre, le commerce malade, le patrimoine immobilier en ruine, la voirie. La subvention de 400000 euros votée par PAU pour la Section en octobre, si je ne me trompe pas, n’avait pas lieu d’être puisque la Section dépend de la CDA !... Histoire de reparler de la méthode. Cela s’est fait au dépens de notre quotidienneté... Par contre, il est clair qu’à vouloir supporter trop d’équipes, on tombe dans la médiocrité. Nous n’avons pas les moyens de financer suffisament chacunes d’entres elles. Les palois ne rèvent que de vibrer pour une équipe qui gagne. Pour cela, il faut que les financements le lui permettent. Le choix n’est peut-être pas moins d’argent, mais surtout qui voulons-nous voir "gagner" (car il lui faudra plus d’argent) ?

  • > Le sport, un rôle fédérateur...
    12 janvier 2006, par Daniel Sango  

    Le sport professionnel et les subventions publiques

    Votre petit article a le mérite d’attirer l’attention sur la manière dont est dépensé l’argent public. Il est certain que la complexité du fonctionnement des organismes territoriaux empilés les uns sur les autres ne permettent plus au citoyen de comprendre « qui fait quoi ? » et « combien ça coûte ? » (commune, intercommunalité, pays, département, région, état, europe, chacun y va de sa subvention mais au final, c’est toujours le citoyen qui paye) Est ce que l’habitant de Lescar sait qu’il paye (et combien) pour les joueurs professionnels de rugby et de basket de Pau ? Et encore, votre analyse est incomplète car le Conseil Général subventionne lui aussi ces équipes, et peut être aussi la Mairie de Pau, et peut être aussi ... Pour être complet, il serait nécessaire de cumuler ces aides directes, ou indirectes (qu’en est il des installations sportives utilisées par ces professionnels ?) dans le temps. Au delà de cette opacité il reste une question claire : le contribuable doit il subventionner des joueurs professionnels ? Le sport professionnel est un spectacle, et les acteurs perçoivent des salaires très (trop ?) élevés. La démarche s’inscrit dans le « marché » du spectacle. Pour simplifier, les acteurs récoltent un salaire en ligne avec leur capacité à remplir les salles (ou les stades) Si la prestation est bonne, ils en retirent les bénéfices, comme toute entreprise. Faut il que les entités territoriales soient des sponsors, comme les entreprises, pour en récolter une « image » ? Cela est discutable, d’autant que les motivations fiscales des entreprises sont bien différentes et que la quantification des résultats n’a jamais été faite. Et le rôle fédérateur ? Il est loin le temps où la Section Paloise recrutait exclusivement en Béarn ! Evidement, à cette époque l’identification, « l’esprit de clocher » allait de soi, et les quelques subventions ou facilitées étaient plus des indemnités qu’un complément à un salaire de star. Et nos amateurs, bien béarnais eux ? La comparaison entre le montant ramené à chaque professionnel et à chaque amateur serait sans doute très édifiante...

    A une époque où une grande majorité des citoyens vit dans des conditions difficiles, la subvention par les deniers publics de joueurs professionnels déjà grassement payés paraît anormale, voire indécente. Il existe de nombreuses autres priorités, qui sont bien elles dans le cœur des activités de ces entités, qui ne sont sans doute pas satisfaites. Et si c’était le cas, le sport amateur serait bien heureux de récupérer une partie de ces fonds.

    Daniel Sango

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
    Lire - Ça passe ou ça casse
    Plus de musique !
    Au pays des rêves
    Pour les livres et les contes, le lieu compte
    Projet Frankenstein
    Pau - Histoire(s) de Printemps
    A découvrir ou redécouvrir : les champignons
    La grande migration
    « Les Musicales de Thèze »
    Demain samedi, allons danser !
    L’histoire de la Librairie Tonnet
    Une autre campagne ?
    Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
    Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
    Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
    Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
    Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
    A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
    Pau, les Etoiles au firmament



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises