Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Bernard LACLAU-LACROUTS

lundi 14 septembre 2009 par Bernard Boutin


Bernard LACLAU-LACROUTS est un des élus verts qui siègent dans la majorité municipale de MARTINE LIGIERES-CASSOU. Architecte urbaniste, il est naturellement responsable de l’urbanisme auprès du Maire de Pau. S’il semble à l’aise dans son rôle, il n’en oublie pas son enracinement écologiste qui ne date pas d’hier. Les dernières élections européennes ont donné aux Verts à Pau un très bon score de 16,55 %. De quoi être écouté par la majorité des élus socialistes à la ville qui n’ont fait que 17,75 % ! En attendant les régionales, B2L nous parle surtout projets pour la ville et, il y en a...

Le sondage de la semaine a pour thème les "projets urbanistiques" de la ville. Quels sont ceux qui vous paraissent prioritaires ?

Par ailleurs, si vous souhaitez en savoir plus sur Bernard LACLAU-LACROUTS, reportez-vous au témoignage de GIBET mis en ligne en même temps que cet interview.


Alternatives Paloises - Pouvez-vous d’abord nous rappeler quelles sont vos attributions premières au sein de la majorité de Martine Lignières-Cassou ?
Bernard Laclau-Lacrouts - Je suis adjoint à l’urbanisme, aux parcs, jardins, espaces verts et paysage et délégué auprès des anciens combattants.

Alternatives Paloises - C’est une attribution qu’on vous connait moins...
Bernard Laclau-Lacrouts - Ma mère était pupille de la nation. Je suis très honoré de cette mission.

Alternatives Paloises - Tout d’abord une question qui s’adresse à un élu Vert. Que pensez-vous de la taxe carbone ? Va-t-elle suffisamment loin ?
Bernard Laclau-Lacrouts - Il faut prendre cette taxe dans le cadre du Grenelle de l’environnement que tous les grands partis ont signé. Elle n’est certainement pas assez élevée pour avoir un effet de levier efficace sur l’environnement mais c’est déjà un pas. Cette mesure peut paraître impopulaire mais vu les menaces qui arrivent sur notre planète, il fallait la prendre.

Alternatives Paloises - La taxe carbone nous conduit directement à l’écologie. Parlez-nous de votre projet d’éco-quartier de la Porte des Gaves...
Bernard Laclau-Lacrouts - C’est un projet à multiples composantes, extrêmement original par la variété de ses facettes. Une sportive avec le stade d’Eaux Vives qui est un équipement de niveau international qu’il faut maintenant faire vivre. Il appelle à un hébergement touristique et sportif en plein centre de l’agglomération. Situé à proximité du Haras de Gelos, il pourrait se créer une synergie. L’UCPA qui est responsable de son exploitation par délégation est en même temps le plus grand gestionnaire d’équipements équestres de France. Des passerelles entre les deux activités sont imaginables ...

Autre facette, cette friche va permettre le développement de logements en mixité sociale qui sera très apprécié, car à proximité immédiate du Centre Ville. Ce potentiel de construction devra être associé avec des activités de type tertiaire adossées au pôle multimodal de la ville de Pau situé à la gare. Il y arrivera les trains, TGV, navettes, ainsi que les bus en sites propres.

Il ne faut pas oublier la facette environnementale. Les saligues, traversées par une rivière à caractère torrentiel, sont la dernière « forêt préhistorique » qui nous reste, .... en plein cœur d’agglomération. Même si elle est mal en point, on peut lui redonner une santé en veillant à lui conserver et (ou) lui rendre son biotope d’origine, .... le même qu’il y a 3000 ans. L’agglomération paloise possède en son sein des paysages préhistoriques de proximité, ce qui est très singulier, et l’on se doit de réhabiliter et de conserver cette richesse naturelle.

En plein cœur de ville, c’est un quartier complet et original qui va se développer.

Alternatives Paloises - A deux pas de là, il y a le projet d’entrée par l’avenue Bonaparte du Parking Aragon. Cela va se faire ?
Bernard Laclau-Lacrouts - Oui, à plus ou moins long terme. C’est une question d’argent. On a des fourchettes de prix qui sont très élevés. L’enjeu en vaut-il la chandelle ? Les études en cours nous le diront. Cet accès, quand les Transports en Commun en Site Propre seront en place, permettra de développer pleinement la vocation piétonne du centre de la ville.

Alternatives Paloises - Les transports en commun en site propre (TCSP), c’est quoi exactement ?
Bernard Laclau-Lacrouts - C’est l’équivalent d’un tramway (fréquence élevée, prix très bas -voire gratuité-, service tard le soir..) sous forme d’un autobus. Ce sont des autobus à quai qui ont pour première vocation de capter la population qui vient à Pau en voiture -création de silos de stationnement aux terminus- . Le terme Site Propre signifie que les bus ne s’arrêtent pas aux feux (ceux-ci passent au vert à leur arrivée) et roulent sur des couloirs réservés.. On est certain d’arriver à destination très rapidement... Il faut savoir que plus de 60% des voitures qui circulent au centre ville ne sont pas indigènes. Si un tiers des voitures « étrangères » était capté, cela libèrerait énormément la prégnance automobile et permettrait de développer une bien meilleure qualité de vie au centre par rapport à ce qu’elle est aujourd’hui.

Alternatives Paloises - Il y a beaucoup de projets urbanistiques pour la ville, quelles sont les priorités pour vous ?
Bernard Laclau-Lacrouts - L’OPAH-RU et les TCSP. L’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat de Renouvellement Urbain sera peut-être le plus gros chantier entrepris depuis la construction du Boulevard des Pyrénées. Cela représente des dizaines de milliers de m2 de plancher. C’est la traque au logement indigne. Un logement sur cinq au centre-ville est inoccupé et sur le reste, près de la moitié ne sont pas aux normes hygiéniques normales. De plus, nos immeubles sont des naufrages thermiques.

L’ambition de la OPRH-RU, c’est de traquer cela, rue par rue, ilot par ilot, quartier par quartier. L’objectif étant de repeupler le centre-ville tout en respectant la RT (Règlementation Thermique) 2005, qui permettrait à la ville de consommer 2 à 3 fois moins d’énergie qu’actuellement.

Alternatives Paloises - Autre objectif prioritaire du moment : Les Halles, elles se déplacent ?
Bernard Laclau-Lacrouts - Pour l’instant, elles restent à leur place. Je pense qu’elles seront toujours là ou du moins qu’il restera un marché central à cet endroit, quelle que que soit l’évolution. Le système de marché évoluera peut-être, amenant à des créations ailleurs, mais aujourd’hui cela ne se justifie pas. Telles qu’elles existent, elles ne créent pas de nuisances insupportables. Le quartier est très animé. Les Halles devraient rester et être restaurées sur place surtout qu’elles seront à proximité de la Médiathèque. En plus du ventre, on aura le cerveau dans le quartier !

Alternatives Paloises - Toujours sur Pau, le nouveau projet d’espace aquatique, où le voyez-vous ?
Bernard Laclau-Lacrouts - Il a de fortes chances de rester là où il est (ndlr : à la place du stade nautique au Buisson). On a tourné autour de la ville en différents endroits.
Il y a plusieurs sites pouvant accueillir ce type d’équipement fortement structurant...
Parmi eux, l’emplacement de l’Hôpital « La Hérrère » (ndlr : Situé au milieu de l’avenue Saragosse, il est occupé actuellement par des associations) était un bel emplacement à la convergence de la cité administrative, du quartier Saragosse, de l’université, et proche du centre-ville. Voilà un endroit stratégique qui peut accueillir un équipement structurant. Il est assuré de marcher.
Mais, là où se trouve le stade nautique actuel, l’emplacement est stratégique aussi. Et, si on n’y fait rien, que va-t-on faire du stade fermé ? Déconstruire va couter très cher, ce qui plomberait d’autant l’éventuel futur programme qui se dessinerait à cet endroit... L’argument économique comptera aussi. D’après moi, le projet a tendance à venir là, mais je ne mets pas ma main à couper...

Alternatives Paloises - Une question béarnaise, vous n’êtes pas très satisfait du projet d’axe routier Lescar-Oloron...
Bernard Laclau-Lacrouts - C’est un projet départemental qui prend le relais de l’Etat qui a abandonné cet axe suite au Grenelle de l’environnement. Nous écologistes sommes farouchement opposés à ce projet destructeur qui prolonge la gabegie que représente la création du Tunnel du Somport alors qu’il va falloir un jour se réveiller et prendre des mesures, de gré ou de force, de décroissance forte (plus on tarde et plus cela sera difficile et impopulaire..).
Le Conseil Général rêve toujours de la croissance économique de nos grands pères ! J’ai l’impression qu’il est assis à l’envers sur le cheval. Le cheval va dans un sens, le CG regarde dans l’autre. En plus, nous allons perdre du temps et de l’argent qui va servir à des multinationales de camions (le fameux lobbie routier). Les contribuables béarnais et basques vont payer pour que les camions de toute l’Europe puissent traverser le Béarn et monter leurs 40 tonnes à 1100 m d’altitude (bonjour le CO2 !!..)... On ferait mieux d’utiliser cet argent et ce temps à la mise en service d’une navette rapide (200 km/h) mettant Pau et Bayonne à 25 mn !.. Cela doublerait le bassin d’emploi et aiderait ainsi au développement d’un solide petit bassin économique à échelle européenne. Mais sur ce type de désenclavement local, d’économie de proximité, PAS UN MOT, pas un euro ! On dirait que nos cousins basques n’existent pas !..

Alternatives Paloises - Mais pour le barreau 4 de la LGV, les contribuables locaux vont être sollicités et vous y êtes pourtant favorables...
Bernard Laclau-Lacrouts - C’est simple. Les LGV prennent la place de l’avion et le passager LGV consomme infiniment moins d’énergie que le passager avion. C’est incomparable. Il est aussi du coup infiniment moins producteur de C02...
La vallée d’OSSAU produit 2 fois plus d’énergie qu’en consomme la ville de Toulouse. Il va y avoir une remise à niveau par la SHEM de ses centrales (ndlr : La société hydroélectrique du Midi ). Elle devrait augmenter ses capacités de 25% , soit l’équivalent de la consommation de la ville de Pau ou de la future LGV Paris-Pau, sans émettre un gramme de C02 !
Il est cependant regrettable qu’aucun débat n’ait été provoqué au Conseil Général lorsqu’il a été décidé d’utiliser l’eau du lac d’ Artouste pour alimenter les canons à neige de la station de ski .. autant d’énergie propre détournée.., ce qui une fois de plus n’est pas trop dans le sens du cheval.. 


propos recueillis par Bernard BOUTIN


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Bernard LACLAU-LACROUTS
16 septembre 2009, par pehache  

J’ai zappé ce passage :

L’OPAH-RU et les TCSP. L’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat de Renouvellement Urbain sera peut-être le plus gros chantier entrepris depuis la construction du Boulevard des Pyrénées.

Je crois vraiment que ça n’a strictement rien à voir. Car au-delà de l’importance du chantier (du point de vue génie civil, le bd des pyrénées était un sacré gros morceau pour l’époque), la réalisation du bd des pyrénées a complètement transformé la ville au 19ème siècle, à un point que l’on a tous du mal à imaginer aujourd’hui. Avant et après ce n’était plus la même ville, en exagérant à peine.

Par ailleurs il faut savoir que pour le construire, il a fallu auparavant exproprier les terrains des belles villas des notables locaux, qui étaient aux premières loges de la vue sur les pyrénées. Ce n’a pas du être une petite affaire.

La bataille a fait rage pendant des années autour de ce projet, car une partie des élus et de l’opinion, effrayés sans doute par le côté "révolutionnaire" du bd, voulait plutôt élargir la rue Tran (à l’intérieur de la ville). Finalement, les "boulevardiers" l’ont emporté.

Le maire (je ne me souviens plus de son nom) qui a fait réaliser le bd des Pyrénées était donc non seulement un visionnaire, mais il était en plus doté d’une énorme volonté politique pour faire passer des projets "risqués".

Alors vraiment, je ne vois pas comment on peut comparer à ça une opération d’amélioration de l’habitat et de renouvellement urbain, qui n’entraine pas de débats passionnés (tout le monde est en gros pour, non ?) et qui ne va pas non plus révolutionner la ville.

On se prend d’ailleurs parfois à rêver d’un maire visionnaire et volontaire, qui déplacerait les halles, qui profiterait de l’opportunité de la porte des Gaves pour changer vraiment la face de la ville, sans tabous... Mais j’imagine que réfléchir comment dynamiser le grand prix occupe déjà beaucoup les esprits.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    16 septembre 2009, par Maximo  
    Le maire° (je ne me souviens plus de son nom) 5qui a fait réaliser le bd des Pyrénées...
    N’était-ce pas Henri Faisans ?

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    16 septembre 2009, par pehache  

    N’était-ce pas Henri Faisans ?

    Si

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    16 septembre 2009, par AK Pô  
    C’est bien Henri Faisans (1847-1922), qui initia le boulevard des Pyrénées, le parc Beaumont, le palais d’hiver, l’hotel des postes, en tant que maire (1888-1908). Il fut élu sénateur (1909-1922) ensuite, les fauteuils sont (sans doute) plus confortables. On ignore par contre s’il fît repeindre tous les bancs publics en vert, mais gageons que monsieur Laclau-Lacrouts, s’il ne finit pas lui-même sénateur, saura être son digne successeur, un siècle plus tard, en ces domaines. smiley

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    16 septembre 2009, par Rêveur des villes  

    Ca me fait penser à une idée, que j’ai entendue souvent : que serait Pau sans le Bd des Pyrénées ???? (et le château) smiley Euh, pas grand chose. smiley

    C’est peut-être le Bd des Pyrénées qui fait illusion tellement il est beau, qui aveugle beaucoup de monde sur ce qui se passe à côté : la gestion catastrophique de la ville. "Pau est une belle ville"... mais enlevez le château et la vue sur les Pyrénées et imaginez ce que ça donne...

    un stade d’eaux vives, un complexe de pelote, une mediathèque surdimensionnée, une place Clémenceau aux allures d’esplanade de la défense : tellement d’âneries...

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    16 septembre 2009, par AK Pô  

    Ca me fait penser à une idée, que j’ai entendue souvent : que serait Pau sans le Bd des Pyrénées ???? (et le château) Euh, pas grand chose.

    Ajoutons : Que serait Pau sans les Pyrénées ? c’est tout simple (et ce, depuis 1700) : Le Mercure Galant, dans sa relation de l’épisode, attribue à Rios-ambassadeur d’Espagne- la fameuse phrase : « Quelle joie Sire ! Il n’y a plus de Pyrénées ! » Il n’est pas certain que Rios ait jamais prononcé cette phrase. Elle sera plus tard attribuée quelquefois à Louis XIV lui-même.(in Hérodote.net) Mais alors, bonjour les dégâts ! Violentés par l’harmattan, le ghibli, le haboob, le khamsin et le sirocco, le boulevard des Pyrénées serait notre seul rempart contre la désertification de la ville. A moins de construire sur les coteaux une grande muraille, que les chinois s’occuperont de maçonner. Ne désespérons pas, mieux vaut dire des âneries que les faire, non ? smiley

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    16 septembre 2009, par le coq  
    Alcool-test, et pisse-vinaigre

    Il y a des "culturels" qu’il vaudrait mieux IGNORER ! Alors AK Pô une fois de plus tu te distingues ? Pau c’est Le Béarn, c’est Henry IV, c’est la poule au pot, c’est notre folklore, nos chansons ey tout ce qui va avec. Si tu crois que c’est un Boulevard et un château toujours vide (...) il vaut mieux que tu te fasses PETIT si tu ne veux pas recevoir un beau couplet de MONTAGNES PYRENEES sur la tête. Louis XIV tu le laisse à St Jean de Luz. Allez, ce soir je suis content alors rattrapes-toi vite. Il est vrai qu’a la tête de Pau plus personne n’est Béarnais, il valait même mieux les Anglais mais bon tout à une fin à qui sait attendre.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    14 septembre 2009, par Maximo  

    ""on dirait que nos cousins basques n’existent pas !.."
    îl est rigolo, ce monsieur Lacau Lacrouts... C’est du comique troupier, ça ! Personne lui a dit, à ce monsieur, que c’est exactement le contraire ? Que le Béarn n’existe pas pour les Basques ?

    -  Le TGV ? ici, on parle d’un "barreau", de la connexion avec les basques, mais regardez ce que fait la Cote ! lisez Sud-Ouest Pays basque de temps en temps : au Pays basque, quand on parle de LGV, on parle de l’axe Paris - Hendaye et le reste, on s’en tamponne LOL

    Et pour le reste, c’est pareil :
    -  un palais des congrès ? Biarritz en a 2, Bayonne 1 qui super marchent
    -  une foire expo ? : le BAB en inaugure une superbe dans 6 mois
    -  des bus propres en site propre ? : ouverts cet été, le Chronobus
    -  un musée ? la cité de l’océan/musée de la mer est en travaux et ouvrira ses portes dans qqs mois scientifique, universitaire et... écolo !
    -  un autre musée ? l’espace Bellevue reçoit d’extraordinaires expos l’été dont on parle partout
    -  les relations avec l’espagne ? Biarritz a le "foro de Biarritz" biennale politico-économique Europe-Amérique latine où les gouvernements sud américains se battent pour être (quand on en est ici à Béarn-Aragon LOL)
    -  une autoroute ? ils en ont deux qu’ils sont en train d’agrandir à 3 voies (travaux colossaux)
    -  la culture ? 6 salles de spectacles de 200 à 1500 places à Bayonne, Biarritz Anglet, une scène nationale, un centre de danse national, un conservatoire national, des festivals LE festival de danse en vogue
    -  un "centre" économique ? Bayonne a le Centre européen de frêt quui drague des millions d’euros
    -  une technopole hyper pointue ? Issarbel à Bidart (celle de Pau meurt sous dirigée par un brave gars que l’on dit historien)
    -  un stade nautique ??? smiley ils ont l’océan.........
    -  etc... etc...

    Et avec tout ça, plus les projets Pays basque XXI et autres, structurés, volontaires, unis ou pas, le Pays basque Truste les subventions. Pas parce que c’est eux ! PARCE QU’ILS SAVENT OÙ ILS VONT, POURQUOI IL Y VONT ET QU’ILS SE DONNENT LES MOYENS D’Y ALLER !

     smiley non, monsieur Lacau Lacrouts, les pauvres cousins béarnais n’existent pas pour les basques

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    14 septembre 2009, par Maximo  
    Monsieur LacLau Lacrouts, je vous prie de m’excuser, mes doigts ont fourché.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    16 septembre 2009, par Autochtone palois  

    Merci Maximo pour ce tableau très éclairant.

    En complément il serait tout à fait intéressant de comparer les subventions allouées par le Conseil général aux 2 entités ("concurrentes" pour le clientélisme pratiqué par les élus) que sont le Béarn et le Pays basque, en particulier pour les activités culturelles.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    16 septembre 2009, par Maximo  

    Eh bien Autochtone, aussi étonnant que cela paraisse, je crois que la disparité n’est pas si grande que ça !

    Et de toute manière, ce n’est pas ce pauvre petit Conseil général avec ses finançounettes qui va faire la différence. Une fois payé sa part de social et 15 km de départementale (bien béarnaise), il ne reste que les limousines des vice-présidents pour faire Pau-Oloron  smiley

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    16 septembre 2009, par Autochtone palois  
    Maximo, je suis étonné. As-tu des chiffres pour conforter ton "je crois" ? Parce qu’il ne suffit pas de croire en Dieu pour qui existe.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    17 septembre 2009, par Maximo  
    J’avais des chiffres en effet, mais déjà un peu anciens. C’est pour ça que je ne les donne pas.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    17 septembre 2009, par Maximo  
    "il ne suffit pas de croire en Dieu pour qui existe.
    En es-tu si sûr Autochtone ? En es-tu si sûr ?...  smiley

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    17 septembre 2009, par Autochtone palois  
    Maximo, je ne suis plus très sûr, je crois que j’ai un doute, mais je ne sais plus de quoi je doute. Peut-être je doute de mon doute.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    14 septembre 2009, par pehache  

    Parlez-nous de votre projet d’éco-quartier de la Porte des Gaves...
    -  C’est un projet à multiples composantes, extrêmement original par la variété de ses facettes. Une sportive avec le stade d’Eaux Vives ... Autre facette, cette friche va permettre le développement de logements en mixité sociale ... associé avec des activités de type tertiaire adossées au pôle multimodal de la ville de Pau situé à la gare.... Il ne faut pas oublier la facette environnementale. Les saligues,...

    Personnellement je n’ai pas compris quel était la dimension "éco-" de tout ça (à part les saligues) ? Il faut dire que les informations sur ce projets sont quasi-inexistantes, un jour on verra sortir un projet tout ficelé qu’il sera impossible de discuter ?

    Une sportive avec le stade d’Eaux Vives... Situé à proximité du Haras de Gelos, il pourrait se créer une synergie. ...Des passerelles entre les deux activités sont imaginables ...

    Une descente en eaux-vives à cheval ?

    A deux pas de là, il y a le projet d’entrée par l’avenue Bonaparte du Parking Aragon. Cela va se faire ? Bernard Laclau-Lacrouts - Oui, à plus ou moins long terme. C’est une question d’argent. On a des fourchettes de prix qui sont très élevés. L’enjeu en vaut-il la chandelle ?

    Franchement ce n’est pas acceptable de lire cela. L’ouverture de ce parking au sud faisait l’objet d’un large consensus pendant la campagne pour désengorger le centre-ville. La ville prélève par ailleurs des impôts extrêmement élevés, et on nous dit maintenant qu’il n’y aurait pas d’argent pour cette mesure indispensable ?? Mais où passe donc l’argent ??

    Remarquez, on connait la réponse : tant qu’on n’acceptera pas de toucher aux 10 millions d’euros annuels que nous coûte le sport pro et évènementiel, on n’en sortira pas. On ne peut pas avoir à la fois le grand-prix (que vous soutenez, pour 2,5 millions d’euros à lui seul) et un centre-ville désengorgé, c’est ce qu’il faut retenir.

    Les Halles devraient rester et être restaurées sur place surtout qu’elles seront à proximité de la Médiathèque.

    J’avoue ne pas bien voir la synergie entre les halles et la médiathèque ?

    Par ailleurs ce quartier est peu accessible de l’extérieur et le restera largement. Tout en conservant un marché de quartier à cet endroit, on aurait pu envisager des grandes halles d’agglomération ailleurs.

    On ferait mieux d’utiliser cet argent et ce temps à la mise en service d’une navette rapide (200 km/h) mettant Pau et Bayonne à 25 mn !.. Cela doublerait le bassin d’emploi et aiderait ainsi au développement d’un solide petit bassin économique à échelle européenne. Mais sur ce type de désenclavement local, d’économie de proximité, PAS UN MOT, pas un euro !

    Là-dessus on est bien d’accord ! http://forum.lespatouspalois.fr/viewtopic.php ?f=35&t=539

    Les LGV prennent la place de l’avion et le passager LGV consomme infiniment moins d’énergie que le passager avion. C’est incomparable.
    Non : la consommation énergétique d’un TGV par passager est inférieure à celle d’un avion, mais on est dans les mêmes ordres de grandeur. Ce document par exemple indique une différence de 35% en faveur du TGV : c’est bien, mais pas "incomparable". Si on y ajoute l’infrastructure nécessaire au TGV (qui correspond à une dépense énergétique aussi), je ne suis pas convaincu que le bilan final soit toujours à l’avantage des LGV sur les destinations à fréquentation moyenne comme Pau.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    14 septembre 2009, par Rêveur des villes  

    d’une navette rapide (200 km/h) mettant Pau et Bayonne à 25 mn !..

    Oui, à ceci près que 25 minutes, c’est un gros mensonge. Oubliés les temps d’accélération et de décelération.

    Avec une ligne aménagée, on aurait peut-être 40 minutes.

    Avec une LGV à 320 km/h ça serait au moins 30 minutes.

    Comment voulez-vous que la ville progresse avec de hauts responsables qui ont un tel niveau en "calcul" (je dis même pas en "mathématiques"...) ?

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    14 septembre 2009, par pehache  

    Oui, je n’avais pas vraiment percuté sur le temps de parcours Pau-Bayonne, qui est aussi farfelu que les temps indiqués par la CCI.

    Et atteindre le 200km/h sur Pau-Bayonne impliquerait de redessiner presque complètement la ligne : irréaliste... Avec le profil de ligne actuelle, atteindre le 160km/h partout (ce qui impliquerait sans doute du pendulaire) serait déjà très bien.

    Mais sur le principe d’une ligne Toulouse-Pau-Bayonne modernisée, on est d’accord.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    14 septembre 2009, par le coq  
    les voies célestes

    PH regarde l’évidence...Tu ne "percutes pas " et c’est la chasse, tu n’amorces pas à la pêche...rien d’étonnant vu la vitesse qui est la tienne pour parcourir le temps et l’espace. Revient un peu sur terre, prends un bâton et sillonne routes et chemins, tu apprendras à éviter les écueils, ce qui te manques grand illusionniste des voies célestes.

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    14 septembre 2009, par Maximo  


    -  Des passerelles entre les deux activités sont imaginables ...

    -  Une descente en eaux-vives à cheval ?

    ......................................... sur une passerelle smiley smiley

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    14 septembre 2009, par Maximo  

    J’avoue ne pas bien voir la synergie entre les halles et la médiathèque
    Avec une cinémathèque, encore, on pourrait aller voir des navets smiley

    Ah, au fait................... vous avez vu PAL ?????

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    14 septembre 2009, par Rêveur des villes  

    Même discours que pendant la campagne. On dirait que c’était hier. Rien n’a avancé apparemment en un an et demi (à quel stade en est-on dans ces fameuses "études techniques" ?). Et dans 4 ans, la bande à Martine nous ressortira le même, comme d’hab.

    "Merci" à ce monsieur pour reporter ou annuler l’ouverture du parking Aragon sur la gare, pour avoir laisser s’installer une banque à côté du Berry, pour n’avoir rien dit au sujet du nouvel immeuble sur le Bd des Pyrénées, et pour soutenir le GP. smiley

  • > Bernard LACLAU-LACROUTS
    15 septembre 2009, par gerard manvuça  
    Bernard Laclau Lacrouts

    En ce qui concerne le "nouveau quartier de la porte des gaves" qu’on devrait plutot appeler "l’arlésienne", l’une des seules réalisations de la nouvelle municipalité est l’installation d’une important camp de gitans. Je conseille à Monsieur Laclau Lacrouts d’aller le long de l’avenue Léon Heid. On est loin de la "haute qualité environnementale". La vue du boulevard des pyrénées, lorsque les feuilles des arbres vont tomber sera de "toute beauté" Que dirait Lamartine à La Martine ? En ce qui concerne La Saligue vous avez tout le temps de réfléchir puisque la municipalité a été assigné e au tribunal administratif.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Max Moreau
    Martine Lignières-Cassou
    Marc Cabane
    Georges Labazée
    Nathalie Chabanne
    Jean-François Maison
    Gérard Trémège
    Jean-Paul Matteï
    Jean Glavany
    Yves Urieta
    Christian Pèes
    Mariano
    L’or ne pourrit pas.
    Nathalie Chabanne
    Questions à Jean-Pierre Bel
    Pascal Boniface et Julien Pardon
    Georges Labazée
    Sylvie de Sury
    André Cazetien
    Xavier CEYRAC



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises