Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Quand est-ce que ça commence ?

lundi 26 octobre 2009


Quand est-ce que ça commence ?
Au théâtre Alexis Peyret le samedi 7 novembre à 21h.

Avec la Compagnie 123 Soleil

Ce soir là, Fanny rentre chez elle heureuse ! La concierge lui a fait un cadeau : « Deux billets de théâtre pour Faust ! » Le mari ne veut pas y aller. Puis se résigne. Il faut donc se préparer. Mais « avant, on mange » puisque c’est l’heure de la soupe trop chaude et de la choucroute quotidienne ! Il faut en plus prévenir le « gamin » ! Et bien sûr ... S’habiller !
Commence alors une aventure burlesque et rocambolesque. Le mari et la femme s’agitent, discutent, ergotent, s’affrontent jusqu’à devenir deux misérables pantins au milieu d’un champ de bataille !
Ni amour, ni tendresse dans ce couple pourtant inséparable. La cruauté perce de temps en temps. Chacun connaît les manies de l’autre. Les accepte ou le déteste. Mais s’ils se disputent sans cesse n’est-ce pad autant par habitude que par besoin de se sentir encore vivants ?

On pourrait résumer cette pièce en une phrase : un événement apparemment banal surgit banalement dans la vie ordinaire d’un couple également ordinaire mais se transforme en une aventure extra-ordinaire.
Les deux billets offerts sont en effet l’élément perturbateur, le cadeau empoisonné qui bouleverse les habitudes, les rituels, le train-train quotidien qui, pour l’auteur, nous rendent stupides, médiocres mais aussi dangereux. Nous avons choisi de jouer sur cette médiocrité des personnages, leur étroitesse d’esprit mais en montrant également que chacun dans le couple coupe chaque élan de l’autre, chaque petite folie, chaque petit écart du quotidien. 
Comme tout ce qui dérange, cette sortie au théâtre devient révélateur de la vie de ces deux personnages et permet à Karl Valentin de décrire les relations qui unissent le couple et de nous peindre cette petite bourgeoisie qu’il méprisait tant et qu’il n’a eu de cesse d’égratigner dans ses sketches et courtes pièces. Cette petite bourgeoisie hypocrite et bien pensante, prônant la droiture et le bon sens, qui, entre autres choses, a permis au fascisme de s’installer au pouvoir en Allemagne.
Magicien du verbe et de l’humour, Karl Valentin démonte le langage dans une écriture originale unique et pleine : pleine de mots, de mouvements, d’absurdités, de drôlerie, de ruptures de tons, de jeux de mots ...sous lesquels la cruauté perce à chaque instant.
Pendant 1 heure, le mari et la femme passent leur temps à discuter, ergoter, s’affronter, se disputer, s’agiter dans tous les sens. L’amour et la tendresse sont absents dans ce couple. Le mari et la femme ont besoin l’un de l’autre mais ils se détestent comme chien et chat. Ils restent ensemble par habitude. Ils se sont habitués à l’univers de l’autre, à ses manies, ses tics ou, au contraire, ne les supportent plus. Ils se frustrent l’un l’autre méprisant les envies de l’autre, ses petits rêves. Mais s’ils se disputent c’est autant par habitude que par besoin de se sentir encore vivants.
La scénographie jouera sur l’idée d’oppression tout en jouant sur le vide au départ. Tout est en ordre. Rangé. Rien ne dépasse. Puis au fur et à mesure la scène se remplira jusqu’à devenir un fouillis.
Dans cette courte pièce Karl Valentin donne une fois de plus toute la mesure de son talent et nous finirons par ce que Brecht disait de lui « l’une des figures intellectuelles les plus pénétrantes de l’époque ».

Mise en scène :
Dominique Chevaucher
 Avec : 
Bénédicte Lafond
François Patissier
Dominique Chevaucher
 Scénographie : 
Emmanuelle Sage-Lenoir
 Costumes : 
Sylvaine Mouchère
 Lumières : 
Dominique Prunier

Tarif : 14€, 10€(Abonnés), 5€(Réduit)
Gratuit pour les moins de 6 ans
Tél : 05.59.33.11.66

Association "Vie et Culture"
Théâtre Alexis Peyret
2, rue Aristide Finco
64121 Serres-Castet
  


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Pierre Palmade et Michèle Laroque "Ils se RE-aiment"
L’écume des jours
Le temps de l’aventure
Lendemains de fête
The place beyond the pines
Anne Sofie von Otter avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse
Sunderland
Memori Terhapus
Babx
"A Yiddishe Mame"
« Étudier, aimer, révéler, Pyrénéistes protestants au XIXe siècle »
L’avare de Molière
Jean Michel Pilc
Khaos
Laure O "La Femme "
Camille Claudel 1915
Les Amants Passagers
La nuit tombe...
Beijing Danse Theater
"Apache"



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises