Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Philippe GUILHEMSANS

lundi 14 décembre 2009 par Bernard Boutin


Pour préparer notre futur, apprenons d’abord à connaitre notre passé. Une vieille institution paloise, crée il y a 291 ans, se penche avec constance sur notre patrimoine qu’il soit littéraire, scientifique ou artistique. Rencontre avec Philippe GUILHEMSANS, vice-président et chargé de la communication, de la vénérable « Société des Lettres, Sciences et Arts de Pau et du Béarn ».

Alternatives-Paloises - Qui a crée en 1718 la « Société des Lettres, Sciences et Arts de Pau et du Béarn » et pourquoi ?
Philippe GUILHEMSANS - Les initiateurs de la société sont quelques gentilshommes et des membres du barreau de Pau. Ils ont très vite été rejoints par des ecclésiastiques et des bourgeois qui s’intéressaient au siècle des lumières. En fait par toutes personnes qui avaient des connaissances ou étaient à la recherche de connaissances et qui ont eu plaisir à se retrouver et à partager des expériences scientifiques et à débattre sur les propositions philosophes. Ils ont rapidement eu le souci de diffuser ces expériences et leurs échanges.

Alternatives-Paloises - La société s’est vite centrée sur un territoire...
Philippe GUILHEMSANS - Oui, Pau dès le démarrage s’inscrit dans une démarche de société académique. Il y en a quelques dizaine qui se sont mises en place en France dès le début du 18e siècle. Il y a en a eu à Agen, à Bordeaux, à Pau... toujours dans des villes d’une certaine importance ou ayant un rayonnement par rapport au territoire qui était le leur. Ces sociétés académiques ont souhaité porter les valeurs du siècle des lumières et les diffuser.

Alternatives-Paloises - La société académique est en « stand-by » pendant la révolution française...
Philippe GUILHEMSANS - Oui, pendant la révolution la plus part des sociétés ont connu une période d’interruption ou de quasi interruption et il faut attendre le début du 19e siècle pour qu’elles redémarrent puisqu’il y avait toujours à ce moment là un gout prononcé pour la culture et son partage.

Alternatives-Paloises - Une curiosité de la société est qu’elle réside aux Archives Départementales. C’est surprenant.
Philippe GUILHEMSANS - Cela dépend des sociétés académiques qui peuvent être dans des lieux privés ou des lieux prêtés. A Pau, il y a une longue tradition pour que nous soyons hébergés aux archives départementales. Notre fond historique d’archives documentaires se trouve également hébergé aux Archives Départementales. Par une longue tradition, le conservateur des archives, est membre du bureau et secrétaire attitré de la société des lettres, sciences et arts de Pau et du Béarn.

Alternatives-Paloises - Pouvez-vous nous dire combien de documents vous avez entreposés aux Archives Départementales ?
Philippe GUILHEMSANS - Nous venons d’en faire un historique et avons près de 2000 revues depuis 1841 jusqu’à ce jour avec des collections très complètes depuis 1970 et quelques manques dans les primitives. Chaque revue actuelle fait entre 300 à 450 pages avec environ une quinzaine d’articles.

Alternatives-Paloises - Combien d’adhérents avez-vous et qui sont-ils ?
Philippe GUILHEMSANS - Nous avons 300 adhérents actuellement à jour de leur cotisation. Ce sont des gens qui sont des passionnés d’histoire et qui viennent d’horizons différents. Nous touchons un public large.

Alternatives-Paloises - Des béarnais de Pau ou des Béarnais d’ailleurs ?
Philippe GUILHEMSANS - De Pau et d’ailleurs et la revue annuelle est un « clin d’œil » pour ceux qui sont loin de leur pays natal.

Alternatives-Paloises - Vous pouvez nous en dire plus sur votre revue...
Philippe GUILHEMSANS - Elle a une parution annuelle et est composée par des passionnés, des universitaires, des prêtres, des personnes de conditions sociales différentes qui ont toutes le goût pour l’histoire et qui consacrent leur énergie à effectuer des recherches. Nous avons un comité de lecture qui choisit les articles, les relit et un échange se fait avec les auteurs.

Alternatives-Paloises - Où trouve-on la revue ?
Philippe GUILHEMSANS - Elle est d’abord envoyée à nos 300 adhérents. Mais on peut aussi la retrouver à la Librairie Marrimpouey, Place de la Libération à Pau où elle peut-être consultée et achetée.

Alternatives-Paloises - Vous avez aussi un cycle de conférences annuelles...
Philippe GUILHEMSANS - Ce sont des conférences centrées essentiellement sur l’histoire de notre patrimoine au sens large et nous avons souhaité renouer avec les différentes lettres de notre société : Lettres, Sciences et Art de Pau et du Béarn. Cette année, les conférences ont un thème scientifique plus prononcé. (ndlr : voir programme en pièce jointe)

Alternatives-Paloises - Quand vous abordez des thèmes scientifiques, ce sont des thèmes d’hier, aujourd’hui ou de demain ?
Philippe GUILHEMSANS - Ce sont des thèmes d’hier qui forcément ont une continuité aujourd’hui et qui peuvent expliquer demain. Par exemple, pourquoi TOTAL et TURBOMECA se sont installés chez nous et qu’est-ce qui a permis la greffe ? Quand on sait que Nay et Oloron avaient déjà un bassin industriel important et méconnu au 18e et 19e siècle, cela explique pourquoi les mentalités étaient préparées. Une ouverture était possible et le pragmatisme béarnais a fait le reste...

Alternatives-Paloises - Comment se procurer votre programme de conférences ?
Philippe GUILHEMSANS - Il est envoyé aux adhérents. Les conférences sont annoncées par la Presse et bien entendu il est disponible à la Librairie Marrimpoey, place de la Libération qui est un carrefour pour la société.

Alternatives-Paloises - A@P, c’est aussi la « chose publique ». Alors, quels sont vos financements ?
Philippe GUILHEMSANS - Nos adhérents d’abord mais aussi des partenaires comme les collectivités territoriales qui sont heureuses d’avoir des sociétés comme la nôtre qui contribuent au rayonnement culturel de notre pays.
Ce qui me semble important de signaler, c’est que si au début du 18e siécle, la société se composait de ce que l’on pouvait appeler « l’élite », désormais la société depuis des décennies a ce souci d’être ouverte à tous les milieux et à toutes les personnes passionnées par leurs racines.

Alternatives-Paloises - Avez vous prévu d’intervenir pour l’anniversaire de l’assassinat d’Henri IV ?
Philippe GUILHEMSANS - Nous avons plusieurs conférences actées dont une de notre Président d’Honneur, Christian DESPLAT sur Henri IV. Nous avons aussi prévu une conférence forte intéressante sur Bernadotte.

Alternatives-Paloises - Un dernier mot !
Philippe GUILHEMSANS - Vous remercier de vous intéresser à nous dans un monde de « zapping » , dans un monde où la superficialité et l’immédiateté priment. Il est important qu’on puisse comprendre la société dans laquelle nous vivons et qu’on puisse anticiper celle qui se profile.
Notre travail, c’est d’éclairer ces racines pour mieux comprendre ce que nous sommes et où nous allons.


-  propos recueillis par Bernard BOUTIN

Contact :
SSLA
Archives départementales des Pyrénées Atlantiques
Boulevard Tourasse 64000 PAU
Tel : 05 59 84 97 60
Courriel : revue.paubearn@orange.fr

et bien entendu Librairie Marrimpouey, Place de la Libération à Pau

Documents liés
  LES CONFÉRENCES DU 1ER SEMESTRE
PDF - 22.5 ko
 

[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Philippe GUILHEMSANS
14 décembre 2009, par Marc  

"La société académique est en « stand-by » pendant la révolution française..."

Cher BB, il vaut mieux se servir de mots français que d’utiliser à contre-sens des termes anglais :

"Stand-by" signifie "en alerte", "prêt à intervenir", en réserve", et ne décrit pas une interruption passive d’activités, comme celle qu’a connue sur une longue période la Société des sciences, lettres et arts.

  • > Philippe GUILHEMSANS
    14 décembre 2009, par Maximo  

    "il vaut mieux se servir de mots français"

    la plus part
    et les écrire avec la bonne aurtograffe , surtout pour une société dite savante

  • > Philippe GUILHEMSANS
    14 décembre 2009, par claudiqus  

    vi ...

    comme aurtographe ...volontaire ?...

  • > Philippe GUILHEMSANS
    14 décembre 2009, par Maximo  

    deux ff pas ph, banane !

    bien sûr que oui, vaulontère, patate !

  • > Philippe GUILHEMSANS
    15 décembre 2009, par claudiqus  

    crootte de caniche !

    j’ai fait involontairement une faute ...

  • > Philippe GUILHEMSANS
    14 décembre 2009, par claudiqus  

    ça peut aussi se résumer ainsi :

    "La devise générale de l’histoire devrait être Eadem sed aliter (les mêmes choses mais d’une autre manière.)" Schopenhauer.

  • > Philippe GUILHEMSANS
    14 décembre 2009, par Louis H  

    Claudiqus , à défaut de son propre cerveau, utilise largement celui des autres. Moins risqué.

    Il pourrait cependant donner ses sources ! Quand il sort "la devise générale de l’histoire devrait être Eadem sed aliter (les mêmes choses mais d’une autre manière.)" Schopenhauer , ça ne lui est pas revenu naturellement à la mémoire.

    Ses sources préférées (plus vraissemblablement les bonnes adresses utilisées par les filles de M. Claudiqus) , bien utiles quand il faut faire illusion :

    http://www.aide-en-philo.com/

    http://www.devoir-de-philosophie.com/

    http://www.maphilo.net/

    http://www.site-magister.com/

    Avec Google pas de mérite à jouer à l’homme instruit. Il y avait autrefois en librairie les "recueils de discours pour toutes les circonstances de la vie", il y a aujourd’hui grâce au Web les aides mémoire à l’usage des prétentieux qui "savent" sortir à tout propos des sentances savantes et définitives. Peu de gens sont dupes. Heureusement.

  • > Philippe GUILHEMSANS
    14 décembre 2009, par Maximo  

    Peu dupes non plus de votre bassesse, Louis H.

    Votre procès d’intention, à C. et à ses enfants est bien pire est pire que ce que vous dénoncez.

    Vous êtes à dégueuler

  • > Philippe GUILHEMSANS
    15 décembre 2009, par claudiqus  

    merci, Maximo !

    n’en prends pas l’habitude, hein ?... j’avais déjà eu l’occasion d’apprécier le personnage ...

  • > Philippe GUILHEMSANS
    14 décembre 2009, par Lou Tillous  

    Ce que dit Monsieur Guilhemsans, peut se résumer par cette phrase de notre compatriote Léon Bérard, que j’avais d’ailleurs découverte dans la revue de la société :

    "La faculté de prévoir appartient à celui qui se souvient"

  • > Philippe GUILHEMSANS
    14 décembre 2009, par Marc  

    "La faculté de prévoir appartient à celui qui se souvient"

    Cher LT, c’est exactement ce que dit BB à l’entame de son papier : "Pour préparer notre futur, apprenons d’abord à connaitre notre passé".

    J’espère donc que vous soutenez la juste révolte contre la suppression de l’enseignement de l’histoire (et de la géographie) en classe terminale.

  • > Philippe GUILHEMSANS
    14 décembre 2009, par le coq  
    toute vérité n’est pas bonne à dire.

    Le souvenir de ce que l’on a vécu est plus important que celui qui nous est servi par les médias et l’enseignement, arrangé pour du politiquement correct (exemple : la Résistance était en France partout...après la guerre !) . Il n’y a pas de corruption politique en France. Les paradis fiscaux sont un fléau.....Si on se réfère à l’histoire bon nombre de procès ne sont que manipulations et scandales reconnus au bout de trente ans et plus. A ce compte on peut douter de la valeur de MEMOIRE de l’hISTOIRE écrite . (nos ancètres les Gaulois en Afrique ...) Je préfèrerai que soit réalisée une référence historique neutre et plus courte mais qui montre les plus et les moins des cas importants : guerres, scandales économiques, grandes affaires d’Etat et que ce projet soit présenté de façon identique aux différentes parties en cause pour validation. Les mensonges de la guerre en Irak doivent être rendus publics avec les conséquences et surtout les motivations. Le cours de l’histoire ne sera pas changé mais nous aurons tous une base commune de références. Il en est de même pour la religion mais le sujet est plus sensible. Faire de l’histoire, BCBG "pour foyers aisés", remplie de contre-vérités c’est inutile.

  • > Philippe GUILHEMSANS
    15 décembre 2009, par claudiqus  

    5/5, le Coq !

    mais tu sais bien que la vérité met toujours un certain temps (et souvent un temps certain) à ressurgir ...

  • > Philippe GUILHEMSANS
    16 décembre 2009, par Lou Tillous  
    En réponse au pauvre Marc : si l’histoire est honorée comme il se doit, les lycéens pourront apprendre ceci http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaston_IV_de_B%C3%A9arn

  • > Philippe GUILHEMSANS
    17 décembre 2009, par Lou Tillous  
    Rectificatif, le lien est mal passé. Il suffit de consulter sur Wikipedia :Gaston IV de Béarn smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Max Moreau
    Martine Lignières-Cassou
    Marc Cabane
    Georges Labazée
    Nathalie Chabanne
    Jean-François Maison
    Gérard Trémège
    Jean-Paul Matteï
    Jean Glavany
    Yves Urieta
    Christian Pèes
    Mariano
    L’or ne pourrit pas.
    Nathalie Chabanne
    Questions à Jean-Pierre Bel
    Pascal Boniface et Julien Pardon
    Georges Labazée
    Sylvie de Sury
    André Cazetien
    Xavier CEYRAC



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises