Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?

lundi 4 janvier 2010 par Georges Vallet


La promotion 2010 de la légion d’honneur vient de paraître. À cette occasion, une petite compilation dans Wikipedia, très incomplète, à confirmer peut-être, pour vous inviter à aller plus loin.

Elle a été instituée le 19 mai 1802 par Bonaparte. Elle récompense depuis ses origines les mérites éminents, militaires ou civils, rendus à la Nation. Sa devise est Honneur et Patrie. Le Président de la République est le grand maître de l’Ordre. Aujourd’hui, on dénombre plus de 110 000 légionnaires. En 2009, la rente annuelle était de :chevalier : 6,10  ; officier : 9,15 € ; commandeur : 12,20 € ; grand officier : 24,39 € ; grand-croix : 36,59 €.

L’attribution est presque automatique pour les anciens ministres, les préfets honoraires, les

anciens députés ou sénateurs, les hauts magistrats et les membres du corps diplomatique. L’obtention d’une médaille d’or aux Jeux olympiques fait l’objet d’une promotion spéciale. L’armée obtient cinquante pour cent des places et les autres professions bien représentées sont les policiers, les pompiers, les élus, les hauts fonctionnaires et les représentants des cultes. Depuis le décret du 21 novembre 2008, la dignité de grand officier appartient de plein droit aux anciens Premiers ministres qui ont exercé leurs fonctions durant deux années au moins ».

De plus, à l’origine, les descendants de trois générations successives de décorés de la Légion d’honneur obtenaient ladite décoration par l’hérédité. Cette disposition, tombée en désuétude depuis, n’a cependant jamais été abolie.L’ordre est très majoritairement masculin.

Refus de la décoration

Le Curé d’Ars la refusa au motif que la croix ne rapporterait pas d’argent pour les pauvres. La Fayette, le poète Jean-François Ducis qui préférait « porter des haillons que des chaînes ». Mgr Maurice Jean Madeleine de Broglie, Gérard de Nerval, Nadar, George Sand (qui écrivit au ministre qui lui proposait la croix : « Ne faites pas cela cher ami, je ne veux pas avoir l’air d’une vieille cantinière ! »). Honoré Daumier déclara : « Je prie le gouvernement de me laisser tranquille ! ». Émile Littré, Gustave Courbet, Guy de Maupassant, Maurice Ravel, Pierre et Marie Curie (Pierre, à qui l’on proposait la croix, rétorqua : « Je n’en vois pas la nécessité »). Claude Monet, Georges Bernanos, Eugène Le Roy, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Albert Camus, Antoine Pinay , Brigitte Bardot , Catherine Deneuve, Claudia Cardinale. Hector Berlioz s’écria : « Je me fous de votre croix. Donnez-moi mon argent ! ».

Des poètes comme Jacques Prévert, Georges Brassens qui en fit une chanson ou Léo Ferré, qui a brocardé « ce ruban malheureux et rouge comme la honte  ».

Geneviève de Fontenay, la présidente du Comité Miss France , l’a aussi refusée pour des raisons inverses : « C’est vraiment désacraliser le ruban que de le distribuer à n’importe qui... comme des médailles en chocolat. »

L’écrivain Bernard Clavel a fait savoir qu’il préférait rester « dans le clan de ceux qui l’ont refusée ». 

En 1949, le Ministère de l’Éducation nationale propose la décoration à Marcel Aymé. La réponse se termine par ces mots : « ... pour ne plus me trouver dans le cas d’avoir à refuser d’aussi désirables faveurs, ce qui me cause nécessairement une grande peine, je les prierais qu’ils voulussent bien, leur légion d’honneur, se la carrer dans le train, comme aussi leurs plaisirs élyséens.  »

Certaines personnes choisissent d’accepter la décoration, mais refusent de la porter : 

Jean d’Ormesson, de l’Académie française déclarait : « Les honneurs, je les méprise, mais je ne déteste pas forcément ce que je méprise »

De même, lorsque Aragon la refuse, Jacques Prévert, feignant la sévérité, lui dit : « C’est très bien de la refuser, mais encore faudrait-il ne pas l’avoir méritée. »

Edmond Maire la refusa en déclarant « Ce n’est pas à l’État de décider ce qui est honorable ou pas. »

Quelques promus en 2010

Maurice Allais, Président exécutif du groupe européen EADS, Prix Nobel d’économie.

Pierre Fabre, président du groupe pharmaceutique du même nom. Le couturier Paco Rabanne.

Nombre de dirigeants de grands groupes français :

Louis Gallois, président exécutif d’EADS,  Jean-Cyril Spinetta, PDG d’Air France-KLM.

L’ancien patron des patrons Ernest-Antoine Seillière, président du conseil de surveillance de la société d’investissement Wendel. .

Anne Lauvergeon, présidente du groupe nucléaire Areva. 

Guillaume Pépy, président de la SNCF, René Carron, président du Crédit Agricole.

L’avocat Serge Klarsfeld, vice-président de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, comme son confrère Mario Stasi, ancien bâtonnier du barreau de Paris.

Michel Gaudin, préfet de police de Paris. Le photographe de la Terre vue de Ciel et réalisateur du documentaire "Home", Yann Arthus-Bertrand.

Roger Karoutchi, président du groupe UMP au conseil régional d’Ile-de-France, Fatiha Benatsou, première préfète issue de l’immigration et préfète déléguée à l’égalité des chances. .

Aucun sportif ne figure dans cette promotion du Nouvel An.

Aucun chômeur non plus, pourtant ils rendent service à la nation en assurant la compétitivité des entreprises !!

Le débat est ouvert

- par Georges VALLET


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
5 janvier 2010, par Georges Vallet  

Georges à Georges

Mon cher Georges

Tous tes malheurs viennent de N.Sarkosy ou N Sarkozy ( j’ai encore oublié !!!. Marc aidez-moi !) et E. Besson !

S’ils n’avaient pas demandé aux Français de donner leur avis sur l’identité nationale, tu n’aurais, je suppose, jamais osé poser la question de la relation entre légion d’honneur et l’identité nationale et tu ne serais pas en pleine exclusion, rejeté par tous les internautes, dit-on, d’A@P !

Honte à toi, tes censeurs te refusent la légion d’honneur !

Réponse de Georges à Georges

"De toute manière, j’aurais allongé la liste de ceux qui l’ont refusée, comme A.Camus par exemple. ! C’est plutôt cela que je regrette car j’avais une chance d’être enterré au Panthéon, sur la demande de qui vous savez.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    6 janvier 2010, par Marc  

    1. Sarkozy

    2. Et la relation entre l’identité nationale et la légion étrangère, y avez vous réfléchi ?

    "tiens voilà du boudin, voilà du boudin, nous les alsaciens, les suisses et les lorrains..."

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    6 janvier 2010, par le coq  
    la Légion d’HONNEUR.

    Sarkozy on s’en fout pour aujourd’hui... par contre la Légion Etrangère est une Armée de MERCENAIRES au service de la Nation Française. Elle a le droit aux privilèges de l’Armée française mais reste une ENTITE à part entière avec ses règles et ses principes d’honneur et de service. Une grande famille qui mérite le plus grand respect. Un Légionnaire n’est pas Français mais Légionnaire. Comme un curé...appartient à son Ordre.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Louis H  

    Monsieur Vallet

    Vous souhaitez nous faire profiter du fruit de votre réflexion.

    Encore faudrait-il que vous n’y introduisiez pas vos propres erreurs
    -  "Maurice Allais, Président exécutif du groupe européen EADS, Prix Nobel d’économie". Il faut oser ! ou encore
    -  "L’armée obtient cinquante pour cent des places", affirmation péremptoite (il suffit de consulter la publication au JO ) mais fausse : dans la pratique c’est environ 30% en incluant les anciens militaires qui ont poursuivi "dans le civil" ou dans l’Administration et tous ceux qui ont fait le Service Militaire, cités précisemment avec ce fameux "tant d’années de services civils et militaires" des citoyens méritants

    Pas de sportifs notez-vous : et les rugbymen André Carrère et Michel Crauste, le pilote Bugalski, ils n’existent pas ?

    pas de chômeurs persifflez-vous : ceux qui ont la Croix sont généralement au delà de 60 ou 70 ans, on ne va pas aller contrôler où ils en sont de leurs annuités. Mais rassurez-vous : des individus actifs dans le bénévolat social, dans l’aide aux démunis, dans l’insertion sociale sont reconnus et seront bien épinglés de Rouge

    Il suffit de passer "votre" texte à la moulinette anti-plagiat pour découvrir que vous n’avez fait que pomper intégralement les articles de Wikipedia "légion d’honneur", "ceux qui ont refusé la légion d’honneur" et tutti quanti...

    Montrez-nous la qualité de votre exégèse, surprenez-nous avec des synthèses qui décoiffent. Sinon aucun intérêt à persévérer dans ce copié-collé juste bon pour le jeu des mille francs

    Remarque : vous ignorez apparemment que les sportifs, comme les syndicalistes et les méritants qui n’appartiennent pas "à la haute", se voient plutôt accorder la Légion d’Honneur à la promotion du 14 juillet. D’ici là, ravalez votre bile.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par pehache  

    Il suffit de passer "votre" texte à la moulinette anti-plagiat pour découvrir que vous n’avez fait que pomper intégralement les articles de Wikipedia "légion d’honneur", "ceux qui ont refusé la légion d’honneur" et tutti quanti...

    On peut aussi ajouter comme "source d’inspiration" du copié-collé une dépêche récente de l’AFP, reprise par plein de journaux (mais qui eux citent l’AFP).

    C’est pas mal comme nouvelle façon d’écrire un article : 99% de copié-collé, une phrase personnelle, et "je lance le débat".

    Pas de sportifs notez-vous : et les rugbymen André Carrère et Michel Crauste, le pilote Bugalski, ils n’existent pas ?

    Ah oui mais là Georges s’est fait piégé par la dépêche qu’il a copié-collée et qui contenait cette erreur smiley

  • > Georges n’aura pas la légion d’honneur
    4 janvier 2010, par Marc  

    Là, Georges, vous nous décevez beaucoup. On attendait mieux du professeur, du penseur, de l’intellectuel éclairé !

    Comprenez que la suspicion est maintenant jetée sur l’ensemble de vos contributions, au sein et en dehors de A&P. L’UPPA va sans doute mener une enquête sur la qualité de votre enseignement.

    Ah, cela n’est pas facile de jouer au journaliste et de faire le pigiste de Bernard Boutin ! Si cela peut vous consoler, pensez que vous n’êtes pas seul, hélas, et que vous n’avez fait qu’imiter ce que nombre de journalistes professionels font tous les jours.

  • > Georges n’aura pas la légion d’honneur
    5 janvier 2010, par le coq  
    Tout à fait d’accord avec toi Marc.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Georges Vallet  

    Réponse à tous :

    Je rappelle l’introduction que vous pouvez relire.

    "À cette occasion, une petite compilation dans Wikipedia, très incomplète, à confirmer peut-être, pour vous inviter à aller plus loin."

    Je n’ai donc jamais nié le pompage, le copier coller ni l’éventualité des erreurs ; c’était juste une documentation d’appel, pour lancer le débat sur l’identité nationale : le titre.

    Que vous corrigiez des erreurs, tant mieux, c’est le principe de Wikipedia ; je vous invite à vous y rendre pour compléter et éventuellement répondre à la question posée,si toute fois,c’est votre choix.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Contribuable Palois  

    Monsieur Vallet,

    Vous avez voulu lancer un débat, et, à l’appui, vous avez proposé un texte de compilation. Fort bien.

    1ère erreur : choisir Wikipédia, encyclopédie contributive "libre" où écrivent tous ceux qui veulent, sans aucune garantie de qualité et sans harmonisation des contributions. Le site legiondhonneur.fr , la Britannica ou l’Universalis, ou à la rigueur Larousse, auraient présenté de meilleures garanties puisque les auteurs y sont (en principe) qualifiés pour le sujet qu’ils traitent

    2ème erreur : une compilation ne peut concerner une seule source. Voici la définition qu’en donne votre Wikipedia : D’une manière générale, une compilation est le regroupement de plusieurs productions en une seule dans un contexte donné (par exemple d’un même auteur, ou de divers auteurs d’un domaine donné pendant une même période, etc).

    Le dicton énonce "Qui n’entend qu’une seule cloche, n’entend qu’un seul son". Ne vous étonnez pas que votre très relative rigueur vous amène ces reproches justifiés. Par respect des lecteurs de AP et pour qu’on ne vous trouve pas "léger" dans vos posts, prenez davantage de temps pour préparer votre prochain papier. Nul doute qu’on vous appréciera.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par alain64  

    Je ne vois pas trop le rapport entre la légion d’honneur, déja attribuée faut il le rappeler à quelques milliers d’étrangers, et l’"identité nationale" ? A moins de chercher à vouloir absolument mettre quelque chose dans cette coquille vide "d’identité nationale" dont on nous rabat tant les oreilles depuis quelques temps !

    > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Maximo  

    "Aucun chômeur non plus, pourtant ils rendent service à la nation en assurant la compétitivité des entreprises !!"
    D’abord il faudrait être sûr que, comme vous dites, assurer la compétivité des entreprises est méritoire à ce point. Et je suis sûr que, si vous posez ainsi la question, vous n’en pensez goutte.

    Ensuite, ce serait du Coluche qu’on se croirait obligé de sourire de cette réflexion insensée.

    Enfin : démontrez !

    Devinette : La légion d’honneur ne se demande pas, ne se refuse pas, ne se porte pas. De qui est-ce ?

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Marc  
    Le grand Mauriac, Grand-Croix de la légion d’honneur, disait aussi : "Notre vie vaut ce qu’elle nous a coûté d’efforts".

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Georges Vallet  

    "vous n’en pensez goutte."

    En effet, vous avez tout compris.J’avais d’ailleurs mis des !!!!

    1°) Si c’était vrai, ce sacrifice de "l’homme" aux intérêts financiers d’autrui, m’est insupportable. Dans des situations de crise, mon orientation, c’est le partage , mais pas comme celui qui avait été prévu dans les dérogations de la taxe carbone !

    2°)La compétitivité des entreprises ne viendra pas de la diminution des effectifs d’un personnel qualifié et compétent car c’est le repli sur soi-même, incompatible avec le progrès ; elle viendra de l’application de recherches fondamentales et technologiques mettant au point de la vraie nouveauté sur le marché( alors qu’on sacrifie la recherche fondamentale !). Le jour où on proposera du nouveau et du mieux, on vendra à l’étranger. Elle viendra aussi, comme c’est le cas de beaucoup d’entreprises étrangères, d’une volonté d’aller chercher les marchés là où il peut y en avoir, et non de rester dans sa tour d’ivoire, attendant que le Président ou le Premier ministre le fassent à leur place, et en mendiant pour une baisse des charges !. Toute notre industrie a pratiquement disparu, nous sommes devenus des donneurs de leçons,de services, des spécialistes du tertiaire, et nous comptons sur la consommation intérieure, d’un consommateur dont le pouvoir d’achat diminue, pour consommer des biens produits par l’étranger, soit chez lui, soit chez nous !!!! C’est vraiment du Coluche ! On s’est réjouit de la création d’emplois par des entreprises étrangères, qui n’avaient rien de mécènes, sur notre territoire, grâce à l’argent donné par l’Etat donc le contribuable ; maintenant on se plaint qu’elles délocalisent ! C’est la loi du libéralisme ! Pourquoi nos entreprises ne s’étaient-elles pas investit à la place des américains, des japonais, bientôt des chinois, puisqu’ils gagnaient de l’argent ? Les quelques marchés obtenus sont accompagnés du don du savoir faire ! Pour un gain immédiat, on sacrifie l’avenir car notre client nous revendra rapidement notre spécificité moins chère !!!

    3°)"assurer la compétivité des entreprises est méritoire à ce point." Ce n’est pas mon avis bien sur, mais c’est la pensée unique qu’on nous impose comme un paradigme. D’ailleurs, vous ne répondez pas à la question titre ; la lecture des nommés cette année est bien le reflet de cet état d’esprit.

    4°)François Mauriac si mes souvenirs sont bons.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Maximo  

    Vous rendez-vous compte de l’inutilité de votre colère ? Elle s’exerce contre quelque chose qui n’existe pas et vous posez d’ailleurs cette inexistence en préambule ! Ce n’est même plus un procès d’intention, puisqu’il n’y a pas d’intention.

    Réservez, Cher Georges, vous colères, cotre sueur, votre encre et votre plume à des choses réelles et non de fausses supputations. Je vous ai lu plus éclairé et... éclairant.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Maximo  
    François Mauriac si mes souvenirs sont bons." smiley smiley smiley ils sont excellents

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par le coq  

    Comme à votre habitude GV, vous posez une question sur un sujet majeur - l’identité et la LH - et sans avancer la moindre réflexion sur ce sujet, vous citez les conditions d’attribution de la médaille et la liste des personnes remarquées. Rappelez-vous....

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Lucide  
    Jules Renard disait à propos de la légion d’honneur "En France le deuil des convictions se porte en rouge à la boutonnière".

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Marc  
    Les plus grands contempteurs de la légion d’honneur sont ceux qui sont jaloux de ne pas l’avoir obtenue.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Georges Vallet  

    J’ai posé une question, j’ai donné des informations pour lancer un débat ; mon intention, dans l’immédiat, n’était pas d’apporter ma réponse mais effectivement d’avancer un problème d’actualité.

    A de nombreuses reprises,contrairement à ce que vous avancez, j’ai donné des avis sur des sujets variés ; on m’a reproché de donner des leçons. J’attendais une ou des réponses de votre part pour y répondre, cette fois, personnellement.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par le coq  
    le bon point

    Cher GV je suis honoré par votre attente de ma vision sur la chose. Alors je dis que tout effort exceptionnel (ou risqué) mérite une distinction. C’est bien connu dans les administrations...palmes académiques et autres médailles du travail, primes de résultats, commissions, exonérations, avantages en nature, voyages détente...la palette est large. Mais quand c’est la personne qui se surclasse sans que la situation le lui impose et que le résultat a valeur d’exemple dans l’intérêt des citoyens il n’y a rien de contractuel sinon l’application détournée de la Légion d’honneur sensée honorer les meilleurs soldats. La valeur argent est symbolique. Ce qui n’est pas le cas avec le prix Nobel. Alors je pense qu’il s’agit d’une reconnaissance (gratuite) d’un engagement exceptionnel dans l’intérêt général de la France sans rapport avec l’identité Française. Le bon point du maître d’école jadis.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    4 janvier 2010, par Georges Vallet  

    "un engagement exceptionnel dans l’intérêt général de la France" et "le bon point du maître d’école jadis."

    Pour mettre encore un peu de sel dans cet embrouillamini, ou faire l’avocat du diable, pourquoi ne pas se poser la question de la validité de la notion d’intérêt de la France et du bon point ?

    Qui peut affirmer ce qu’est l’intérêt de la France ? Qu’est-ce que la France ? Nous sommes en plein dans l’identité nationale !

    Il y avait bon point parce que le comportement et la réponse correspondaient aux critères du" bien", instauré par la hiérarchie de l’instituteur et la morale de l’époque.

    L’intérêt de la France est celui défini par une institution personnelle( dictateur) ou collective (démocratie). Cela n’a donc de valeur qu’à un moment donné, par des citoyens donnés, pour une institution donnée ; les deux entités : institution et temps, faisant notre histoire, donc sans cesse mouvants. A ce niveau, on peut, peut-être, encore aller jusqu’à l’identité nationale !

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    5 janvier 2010, par le coq  
    provoquer sans heurter est signe d’intelligence et d’humour.

    Monsieur Vallet, vous vouliez lancer le débat...je crois que vous avez parfaitement réussi - en dévoilant votre vision- à faire l’unanimité des intervenants contre vous. J’en suis très apaisé car je trouve honteux que vous puissiez avoir une telle vision de la LH alors que vous avez fait une carrière dans la fonction publique, dans l’enseignement sensé porter des valeurs comme la LH. Vous me laissez sans voix et c’est très rare, car j’ai déjà dit que je serai modéré dans mes réponses lorsque les personnes s’annoncent par leur nom au lieu d’un pseudo. Sachez simplement que dans l’autre cas je vous ferai avaler ma réponse en des termes qui alimenteraient votre CV pour trois générations.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    5 janvier 2010, par Georges Vallet  

    Monsieur "Le Coq",

    1°) Je crois que vous avez parfaitement réussi "

    Tant mieux, c’était mon objectif !

    2°) "avoir une telle vision de la LH"

    Je n’ai dévoilé aucune vision, j’ai posé une question,

    je n’ai pas eu de réponse. Là,c’est un échec.

    3°) "à faire l’unanimité des intervenants contre vous"

    Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui là" !

    4°) "la LH alors que vous avez fait une carrière dans la fonction publique"

    Les enseignants n’ont pas automatiquement comme d’autres, la légion d’honneur, ce n’est pas une des valeurs reconnues en pédagogie.

    5°) "Vous me laissez sans voix et c’est très rare"

    C’est vrai ? pourvu que cela dure !

    6°)"je vous ferai (s ?) avaler ma réponse"

    Aucun souci, j’ai encore une bonne digestion !

    La secrétion d’adrénaline étant un risque d’accident vasculaire, je vous propose d’en rester là.

    Dans l’espoir d’échanges plus constructifs dans l’avenir, je vous prie de croire à ma respectueuse considération.

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    5 janvier 2010, par Maximo  
    5°)
    -  "Vous me laissez sans voix et c’est très rare"
    -  C’est vrai ? pourvu que cela dure !
     smiley smiley smiley smiley

  • > La légion d’honneur est-elle une valeur de l’identité nationale ?
    5 janvier 2010, par le coq  
    somnolence

    Triple "connard" et demi... tu vois avec toi c’est différent ! sans regret ni remords.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Un sociologue et l’occitan
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises