Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

LGV : je n’ai pas tout compris.

mercredi 13 janvier 2010 par Joël BRAUD


Depuis maintenant pas mal de temps on nous abreuve d’informations sur le futur tracé de la future L.G.V. Depuis hier, la messe est dite, le comité de pilotage s’est réuni et a statué de façon définitive. Et pourtant ...

Il n’est qu’à lire la presse d’aujourd’hui pour avoir un compte-rendu presque complet sur les conclusions du comité de pilotage des Grands Projets du Sud-Ouest qui s’est réuni le 11 janvier 2010,et savoir quel est le fuseau des mille mètres choisi pour la future Ligne à Grande Vitesse entre Bordeaux et l’Espagne et entre Bordeaux et Toulouse.

Retenons que la messe est dite et que Pau et notre Béarn sont superbement ignorés. Exit donc les belles études de Jean POULIT que pour ma part, j’avais trouvées fort convaincantes.

Vous l’avez lu, inutile qu’on y revienne le fuseau de la LGV passera par Bordeaux, Bernos-Beaulac où il bifurquera, d’un côté pour aller sur Bayonne et de l’autre sur Toulouse en passant par Agen. Pau restera bien loin.

Et pourtant, en lisant le journal Sud Ouest, à la première page de notre région Béarn et Soule, je lis : « Desserte LGV à Pau : une option pour 2010 ». Il y est dit que lors de la réunion du comité de pilotage des Grands Projets du Sud-Ouest sous l’autorité du Préfet de Région, une information a été délivrée sur « l’avancement de l’étude d’amélioration de la desserte ferroviaire du Béarn et de la Bigorre. Les scénarios envisagés font actuellement l’objet d’études comparatives approfondies qui devraient permettre de retenir une option avant l’été 2010 qui viendra s’intégrer dans la réalisation des grands projets du Sud-Ouest » Fin de citation d’une langue parfaitement administrative que certains n’hésiteraient pas à qualifier de langue de bois. Le moins que l’on puisse dire c’est que cela manque quand même de précision.

Et le journal de conclure que cela rassurera ceux qui œuvrent depuis des mois pour que cette partie de l’Aquitaine (notre Béarn vraisemblablement) ne passe pas à côté de la LGV.

Alors, je n’ai pas compris, est-ce qu’on va améliorer la desserte ferroviaire du Béarn ou est-ce qu’on va envisager l’installation d’une LGV ? Il s’agit d’études et il y en tant qui n’aboutissent pas. La seule chose qui me semble claire, c’est qu’une option sera retenue avant l’été 2010. Il y aura donc un projet sur ce sujet. Mais des projets nous n’en manquons pas.

Rassurez-vous palois, on pense à vous.

Joël BRAUD


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



Tout est bien compris.
13 janvier 2010, par Bruno  

Dans Sud Ouest qui relate la révélation du tracé dans une bande de 1000 mètres cette semaine, seul Emmanuelli évoque le Béarn, et sa position est de notoriété publique, au moins ici dans les Landes : il ne veux pas voir les environs de Mont de Marsan découpés et la Chalosse, où il réside et dont il est élu, défigurée par un tracé direct de la LGV Béarn-Bigorre. La cause et l’issue sont entendues, comme le projet est aussi couteux et sa rentabilité douteuse. L’accès à la LGV sera via Dax et à petite allure, pour les (rares) TGV au départ de Tarbes et Pau, sinon rupture de charge dans les Landes après un cabotage long et lent en TER par Puyo et Orthez, (merci bien au passage).

Il conviendrait donc que la Ville et l’Agglo ne paient rien pour ce sinistre projet qui de facto enclavera le Béarn, et le département non plus, comme les basques aussi sont contre, qui n’en veulent pas et l’auront, (MAM et ETA outre Bidassoa compris), comme les béarnais, qui en voulaient et ne l’auront pas.

Martine résistera t’elle cependant au racket de l’Etat ? Au prochain épisode de la tragi-comédie.

Que n’a t’on pu imaginer, concevoir et prosposer une traversée centrale vers Saragosse par le Béarn, les Pyrénées, leurs industries et leurs terres riches, contre un détour via le Pays Basques, à l’espace contraint, territoire de villégiature, plein de retraités, de touristes ?

Les Suisses vers l’Italie creuse un tunnel sous les Alpes. Français et Espagnol auraient pu aussi sous les Pyrénées, ou le feront, loin de Pau pour le fret, ( ?), et les LGV découperont les territoires côtiers.

Merci nos politiques, merci l’Etat et aussi merci la CCI : Pau et le Béarn RIP. Le destin de Pau n’est plus celui de Mont de Marsan ou de Tarbes, comme je le craignais, c’est Sarlat, Foix, Cahors, Oloron... Et la Section en Fédérale.

  • > Tout est bien compris.
    13 janvier 2010, par Maximo  

    rojet qui de facto enclavera le Béarn,
    Mais enfin, réalisez-vous ce que vous écrivez ??? Bien sûr que non. C’est le contraire. Ce qui désenclave le grand sud ouest désenclave le petit béarn, voyons...

    Certes moins bien loti sera-t-il (serons-nous) que nos voisins de l’ouest du département, mais une LGV à portée de TER nous désenclavera évidemment.

    Quant au "cabotage long et lent" en TER, c’est une affirmation totalement gratuite. Rien n’empêchera des TER rapides voire directs de nous relier à la LGV en beaucoup moins de temps qu’il n’en faut pour construire une ligne et... pour beaucoup moins cher !

  • > Tout est bien compris.
    13 janvier 2010, par pehache  
    ...et surtout rien n’empêche les TGV de circuler entre Dax et Pau.

  • compris.
    13 janvier 2010, par Bruno  

    A moindre vitesse et par un trajet plus long, des arrêts plus nombreux, une faible fréquence.

    Je souhaite à Pau de payer moins que tous les territoires qui profiteront plus d’une telle entreprise. Ils sont nombreux au long du tracé de la LGV et retiendront une activité économique qui ne parviendra plus jusq’à Pau.

  • > compris.
    13 janvier 2010, par pehache  

    Je souhaite à Pau de payer moins que tous les territoires qui profiteront plus d’une telle entreprise. Ils sont nombreux au long du tracé de la LGV et retiendront une activité économique qui ne parviendra plus jusq’à Pau.

    Mais non. L’expérience des LGV passées, récentes ou moins récentes, montre que c’est très exactement l’inverse qui se produit : les LGV profitent aux grandes métropoles (qui sont aux extémités, ou sur le trajet comme Lyon), qui aspirent littéralement l’activité des petites villes et territoires modestes qui sont desservis sur le trajet. C’est quasiment systématique.

    Contrairement à ce que vous croyez, Mont-de-Marsan, en devenant très bien reliée à Bordeaux par la LGV et à Pau par l’autoroute, risque paradoxalement bien plus que Pau de voir son activité décliner !

  • > Tout est bien compris.
    13 janvier 2010, par Bruno  

    Bien sûr pour la LGV, c’est plié.

    Le cabotage en RER cependant, par Artix, Orthez, Puyo, d’autres ? vers Dax sera un trajet tel que vers Toulouse, via Nay, Lourdes, Tarbes, etc... que l’on connaît actuellement, lent et long : un plaisir pour certains qui aiment perdre du temps dans les trains. Une LGV favorisera les territoires les plus prochesde la LGV : Dax, Mont de Marsan, Bordeaux, Bayonne, au détriment en Aquitaine comme partout des autres, dont Pau sera : des territoires isolés des secteurs irrigués d’Aquitaine, qui disposeront d’un avantage comparatif.

    Pour la question des coûts et des contributions cependant, je vous l’accorde, il conviendrait que ce projet soit au moins pour Pau moins couteux.

    Donc ne pas contribuer à l’avantage territorial comparatif Bordelais et basquo-landais.

  • > Tout est bien compris.
    13 janvier 2010, par Maximo  
    actuellement, lent et long : un plaisir pour certains qui aiment perdre du temps dans les trains. Une LGV favorisera les territoires les plus prochesde la LGV : Dax, Mont de Marsan, Bordeaux, Bayonne, au détriment en Aquitaine comme partout des autres, dont Pau sera : des territoires isolés
    Bref, le sahara, à côté du Béarn, ce sera le paradis, Las Vegas et JFKAirport réunis !! smiley

  • > Tout est bien compris.
    13 janvier 2010, par pehache  

    Mais pourquoi tenez-vous donc à votre cabotage en TER ?? Que je sache aujourd’hui les TGV viennent jusqu’à Pau et ne s’arrête qu’à Orthez entre Dax et Pau.

    Et si les TGV mettent plus d’une heure actuellement entre Dax et Pau c’est parce que la voie n’est pas entretenue et que du coup les vitesses autorisées sont anormalement basses sur certains tronçons. Avec une voie modernisée et rénovée, il y a largement de quoi gagner 15mn sur ce trajet.

  • > Tout est bien compris.
    13 janvier 2010, par pehache  

    Une LGV favorisera les territoires les plus prochesde la LGV : Dax, Mont de Marsan, Bordeaux, Bayonne, au détriment en Aquitaine comme partout des autres,

    D’ailleurs il n’y a qu’à voir le développement exponentiel qu’ont connu par le passé le Creusot ou Mâcon (TGV Paris-Lyon), Vendôme (TGV Atlantique), ou plus récemment Valence ou Avigon (TGV S-E) : grâce aux LGV ce sont devenu des mégapoles dont on entend parler partout... smiley

  • Voisinage
    13 janvier 2010, par Bruno  

    Mieux vaut Avignon que Sarlat, l’un et l’autre ont des festivals de théatre ou de cinéma, des célébrités qui passent, des vieilles pierres, une notoriété culturelle, mais l’un a la LGV et l’autre pas.

    Et le destin de Pau nous conduit à trente ans vers le Périgord, et Sarlat, cette voie que Lacq, le maïs et l’indutrie avaient évité au Béarn : l’âge et le repos, l’éloignement, la vie pauvre et paisible, (même si les anglais ont payé plus cher qu’en Béarn de moins beaux biens en Dordogne).

    Constatez Sarlat-Paris par la SNCF, vous imaginerez Pau Paris au futur.

  • > Voisinage
    14 janvier 2010, par pehache  

    Mieux vaut Avignon que Sarlat,... l’un a la LGV et l’autre pas.
    La question est : qu’est-ce que la LGV a apporté de si indispensable à Avignon ?

    Constatez Sarlat-Paris par la SNCF, vous imaginerez Pau Paris au futur.
    Pau-Paris le jour où il y aura une LGV jusqu’à Dax, ce sera 3h30 maximum. C’est à dire à peine plus que Bordeaux-Paris ou Marseille-Paris actuellement. Sarlat-Paris c’est combien ? Et Sarlat c’est combien d’habitants par rapport à Pau ? Et qui a dit que le salut de Pau passait uniquement par Paris ? Votre catastrophisme est tout sauf justifié.

    Pau a son destin entre ses mains si on sait opérer un développement local intelligent à l’échelle du Béarn, qui passe pour commencer par des transports locaux (urbains et suburbains) efficaces, qui sont bien plus importants qu’une LGV à nos portes ou à 100km.

  • A propos de Sarlat...
    20 janvier 2010, par Occitanian-Beast  

    Bruno, SVP, parlez de choses que vous connaissez, et pas du dynamisme de Sarlat à 4h30 de paris via Poitiers SEA + TER à Libourne ou Limoges PALITO + CAR à Souillac 46, qui est très florissant et le sera encore plus dans cette moitié de XXIème siècle. Car le potentiel touristique de Sarlat est encore inexploité faute de capacités routières suffisantes et surtout modernes.

    Le train y sert à promener les touristes (très nombreux) le long de la Dordogne, transporter les écoliers et mamie lors des longs week-ends, ce n’est pas LA Problématique du développement de la ville, même le bon Alain R. pourrait lâcher des subsides à ReuFeuFeu pour qu’il nous remplace les rails DC PO-Midi d’époque (de vrais monuments historiques qui vont orner les habitations troglodytes des Eyzies-de-Tayac ou le Village-Musée du Bournat au Bugue) javascript :emoticon(’ smiley’) .

    Pas besoin de s’expatrier à paris comme un sauvage urbanisé à costard et téléphone greffé à l’oreille, il y a tout sur place pour se faire la cerise.

    Et je pense TGV à Bordeaux ou Limoges (hypothétique LGV Poitiers - Limoges), que Sarlat sera (est) le Saint-Trop du XXIème... smiley

    Sinon, comment çà va à Pau ? smiley smiley

  • > Tout est bien compris.
    17 janvier 2010, par Bruno  

    La LGV désenclavera Dax, Bayonne, Mont de Marsan et Bordeaux, d’abord et au détriment des autres. Le trajet vers Dax et la correspondance TGV,(vers Paris ou l’Espagne), sera, via Orthez, Artix, Puyo, lente et longue.

    Le tout nous coûtera cependant moins cher, il est vrai, sous la réserve de ne rien payer pour la LGV Bordeaux-Bayonne.

  • > Tout est bien compris.
    17 janvier 2010, par pehache  

    La LGV désenclavera Dax, Bayonne, Mont de Marsan et Bordeaux, d’abord et au détriment des autres.
    Tout d’abord je me coucherai moins bête ce soir en ayant appris que ces villes sont aujourd’hui enclavées !

    Mont-de-Marsan à la limite. Mais ce qu’apportera le "désenclavement" à MdM, je demande à voir.

    Le trajet vers Dax et la correspondance TGV,(vers Paris ou l’Espagne), sera, via Orthez, Artix, Puyo, lente et longue.
    Pas plus qu’aujurd’hui, et même plutôt moins si nos décideurs locaux percutent qu’il faut rénover et moderniser la ligne Pau-Dax.

    Et je ne sais pas pourquoi vous vous obstinez à parler de correspondance : les TGV, comme aujourd’hui, seront directs entre Pau et Paris.

    Le tout nous coûtera cependant moins cher, il est vrai, sous la réserve de ne rien payer pour la LGV Bordeaux-Bayonne.
    La logique étant pour les collectivités locales de participer à tous les bouts de ligne en amont, il faudra bien évidemment participer au tronçon Bordeaux-Dax à la mesure de ce qu’il nous apporte.

  • > Tout est bien compris.
    17 janvier 2010, par Bruno  

    Lille, Marseille, Strasbourg, Lyon, pour ne nommer que les plus importantes, ne sont pas comme tous les villes du sud-ouest enclavées actuellement, sans ligne à grande vitesse.

    La LGV désenclavera Dax, Bayonne, Mont de Marsan et Bordeaux, d’abord et au détriment des autres. (Quel intérêt sinon à une ligne nouvelle).

    Et les palois devraient payer comme ceux là, et prendre le TER, (qui devra faire halte dans chaque gare), comme peu de TGV viendront à Pau, (pensez cadence, fréquence et remplissage, offre et demande ; je m’obstine).

  • > Tout est bien compris.
    18 janvier 2010, par pehache  

    Lille, Marseille, Strasbourg, Lyon, pour ne nommer que les plus importantes, ne sont pas comme tous les villes du sud-ouest enclavées actuellement, sans ligne à grande vitesse.

    Votre prose tourne complètement au délire et au ridicule, là.

    Dire qu’une ville comme Bordeaux, qui dispose de 2 autoroutes, d’un aéroport international, et de liaisons en 3h par TGV directs vers Paris, est enclavée, c’est n’importe quoi.

    De même pour Bayonne, qui dispose également de 2 autoroutes, d’un aéroport relativement important, de TGV directs vers Paris en 4h30. Beaucoup de villes voudraient être enclavées comme Bayonne.

    Et les palois devraient payer comme ceux là,

    C’est faux. Les palois devront payer, car ils gagneront du temps même si la LGV ne vient jusqu’à, et c’est normal. Mais il est faux de dire qu’ils paieront autant que Bayonne.

    et prendre le TER, (qui devra faire halte dans chaque gare), comme peu de TGV viendront à Pau, (pensez cadence, fréquence et remplissage, offre et demande ; je m’obstine).

    Vous avez beau vous obstiner, vous n’en êtes pas moins à côté de la plaque. Aujourd’hui il y a 6 TGV Paris-Pau directs par jour, pourquoi y’en aurait-il moins demain ?? Au contraire, même ! Si le temps de trajet passe de 5h15 à 4h15, puis à 3h30, il est évident que la demande augmentera et que la SNCF mettra plus de rames directes qu’aujourd’hui.

  • > LGV : je n’ai pas tout compris.
    13 janvier 2010, par le coq  
    on en a pour son argent

    Dommage, mais "Qui comprend quoi ICI " puisque l’évidence et le bon sens ne sont pas sur la même voie ! Lors d’une réunion à Bordeaux entre M. JUPPE et le Président de RFF cet automne il a été clairement annoncé tout le programme de liaisons ferrées du Grand Sud-Ouest avec notamment un axe vers Saragosse passant par Lannemezan, Viella ( ?) pour le fret. Coté Espagnol les crédits Européens sont déjà attribués me semble-t-il. De plus sur le plan géopolitique et économie c’est le meilleur projet. Les grandes manoeuvres de nos "Représentants " locaux de M. Roussel, Poulit et autres magiciens Palois tombent dans le Gave avant le pont d’Escot ! La LGV Pau Tarbes n’est pas au programme Européen, seulement la maintenance de Bayonne Pau actuelle. Je comprends la déception de ceux qui ce sont toujours fait élire en chantant Pau Oloron Canfranc.... Bien évidemment en rapportant ces propos qui mettent en valeur le Pays Basque, j’en ai pris plein les oreilles comme chaque fois que j’ai raison, c’est normal je GENE. Certains font d’ailleurs semblant de ne pas comprendre...mais l’essentiel c’est que je ne suis pas un mouton . Un "Nul" qui prend mon fric ne doit pas en plus me " gonfler" les amygdales dirait un certain confiturier créatif. Le Béarn se meurt par la volonté de nos ELUS. De "beaux conseillers"...incapables de faire circuler trois vélos dans Pau !

    > LGV : je n’ai pas tout compris.
    13 janvier 2010, par pehache  

    Retenons que la messe est dite et que Pau et notre Béarn sont superbement ignorés.
    Ce qui était parfaitement prévisible depuis le tout début, à moins de vivre dans le monde des bisounours.

    Exit donc les belles études de Jean POULIT que pour ma part, j’avais trouvées fort convaincantes.
    Ah oui elles étaient belles. Il y manquait juste un tout petit détail sans importance : qui allait payer pour le surcoût de ce tracé ?

    « Desserte LGV à Pau : une option pour 2010 ». Il y est dit que lors de la réunion du comité de pilotage des Grands Projets du Sud-Ouest sous l’autorité du Préfet de Région, une information a été délivrée sur « l’avancement de l’étude d’amélioration de la desserte ferroviaire du Béarn et de la Bigorre.
    Il ne faut pas faire perdre la face trop brutalement à tous nos décideurs locaux qui ont brassé du vent pendant des mois autour d’une LGV directe vers Pau. Il faut qu’ils puissent nous dire "Vous avez vu on s’est bien battu"

    Alors, je n’ai pas compris, est-ce qu’on va améliorer la desserte ferroviaire du Béarn ou est-ce qu’on va envisager l’installation d’une LGV ?
    Pour ceux qui n’ont pas encore compris il est temps d’arrêter de rêver à une LGV directe vers Pau, qui ne peut pas être rentable. Le mieux que l’on puisse obtenir, et qui serait de loin le plus intelligent, c’est un petit embranchement au nord de Dax pour relier la LGV à la voie actuelle Tarbes-Pau-Dax-Bayonne, et la rénovation et modernisation de cette voie.

  • > LGV : je n’ai pas tout compris.
    13 janvier 2010, par Daniel Sango  

    Comme la plupart des projets, celui dont on parle est phasé. On vient tout juste (et encore je ne suis pas sûr que tout soit ficelé) de boucler celui de la LGV jusqu’à Bordeaux (car on oublie un peu vite le point principal : un projet n’est bouclé que lorsque le financement est acquis)

    La phase suivante concerne Bordeaux/Espagne (et Toulouse) Son tracé est figé, pour le financement, on va commencer à en parler, et cela ne va pas être triste.

    Et puis il y a une troisième phase, la desserte Béarn Bigorre pour lequel on est encore au niveau des principes : rénovation de la ligne (via Orthez) ou ligne nouvelle.

    Pour les palois, chacune des étapes rapproche Pau de la capitale. Le dernier tronçon Dax Pau s’évaluera en mettant en comparaison des gains de temps (quelques dizaines de minute) et des coûts (un différentiel de l’ordre du milliard d’euro) Avec surtout une question : qui va payer ? (évidement on pourra toujours demander à Poulit...) Et c’est là un domaine dans lequel nos élus et la CCI sont totalement inconsistants. Rapelons le principe de base : ce sont les collectivités teritoriales en "aval" de la desserte LGV qui payent (sauf frontière espagnole où c’est l’Etat) Rapelons que rien que pour aller a Bordeaux, le CG des PA versera 100 millions d’euro et l’agglo paloise plus de 20. Pour aller jusqu’à Dax, il faudra verser bien plus. ...et pour Pau et Tarbes, il restera peu de payeurs, d’où une ardoise astronomique, totalement irréaliste.

    On se contentera donc d’une desserte rapide du piemont, conectée à Dax. Et ce ne sera pas mal du tout. Ce sera d’ailleurs assez cher à payer...

    On a un bon exemple là du perfectionnisme qu’il faut éviter, les dernieres minutes à gagner sont les plus coûteuses. Et puis, faut-il se battre pour un gain de 20mn quand il faudra en perdre 30 ou plus pour se rendre à la gare de Pau ?

    Il sera bien plus rentable pour les palois d’avoir un système local de transport en commun rapide.

  • > LGV : je n’ai pas tout compris.
    13 janvier 2010, par Maximo  

    Voilà, Pehache et Sango ont tout dit.

    La desserte LGV de Pau n’a JAMAIS été envisagée, nonobstant les agitations de Poulit et de quelques élus locaux, mais ces derniers étaient bien peu convaincants. Et que dire des gesticulations du Président de la CCI dont les dires étaient tellement abracadabrantesques !

    Mais notre région bénéficiera quand même de la LGV puisque le réseau y sera raccordé au sud de Bx. Alors, Dax-Pau à Très Grande Vitesse ou simplement très vite, ça change quoi ? Même pas quelques dizaines de minutes, Monsieur Sango. Peut-être même pas UNE dizaine de minutes. Voyez : l’avion Biarritz-Orly met 1h05. Tandis que l’avion Pau-Orly met 1h20 : 15 mn de plus. Qui s’en émeut ???

    Eh bien là, ce sera pareil, tout le monde s’en accommodera très vite et plus rien n’y paraîtra. Mieux : devant le gain de temps réalisé par rapport à aujourd’hui, tout le monde s’extasiera !!!!

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Barreau LGV Béarn-Bigorre : Halte à la DOUBLE PEINE
    LGV : La Grande Vidange
    "LGV des Pyrénées" : l’exemple de la LGV Poitiers-Limoges
    LGV des Pyrénées : Raccrochez les wagons !
    Desserte LGV Béarn-Bigorre : Le point de vue du syndicat CGT des cheminots des Hautes-Pyrénées
    LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à compter...
    Interview LGV de Michèle Alliot-Marie - Réaction d’Alain Rousset : « 3 contre-vérités ! »
    Barreau Mont-de-Marsan-Pau-Tarbes : TDIE ne croit pas dans sa faisabilité financière
    Lu sur le site d’EITB - Y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?
    "LGV des Pyrénées" : Ça bouge !
    Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    Pyrénées Presse - LGV : copie à revoir selon Forces 64
    Eltb : Les anti-LGV demandent de lever le flou avant le flouze
    Sud-Ouest : TGV Tours-Bordeaux : Vinci réclame 60 millions d’euros de plus à RFF
    6/4/2011 : LE PRINTEMPS DU CANFRANC ?
    5/04/2011 - Sud-Ouest : Réouverture de la ligne Pau-Canfranc : l’espoir venu du ministère
    1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    Dans la presse - LGV Béarn : des choix en 2013 chez Pyrénées Presse
    Dans la presse - Pau-Canfranc : Alain Rousset entrevoit le bout du tunnel
    Dans la presse : Et si la LGV allait en Béarn ?



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises