Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le stockage souterrain du CO2, est-ce une solution pour diminuer l’effet de serre ou pour soutenir le PIB ?

jeudi 14 janvier 2010 par Georges Vallet


Dans « La République des Pyrénées » du mardi 12 janvier 2010, un article signé Eric Normand écrit : « Les superlatifs n’ont pas manqué, hier matin, à Lacq et les promesses de lendemains dorés non plus ». Un peu plus loin, « La secrétaire d’état aux technologies vertes a ainsi pointé un prometteur marché, celui de l’enfouissement du CO2, qui pourrait atteindre 600 millions d’euros en 2030... » Christophe de Margerie « a parlé d’un vrai bonheur, pour un projet merveilleux ».

Pendant ce temps, les Palois de Total brandissaient une banderole : « Total : bénéfice 8 milliards ; salaire : 1,1%.. » et les riverains de Chapelle de Rousse lançaient une procédure en annulation. 
 
Nous sommes en face d’un problème à trois entrées :
La première est locale, individuelle, sociale ; les habitants de Chapelle de Rousse ont peur ; peur pour eux, leur famille leur patrimoine, malgré les promesses tenues que « toutes les garanties avaient été prises...et des mesures, au-delà des obligations réglementaires, pour anticiper d’éventuels pépins. ». Ils ont du mal à admettre qu’on puisse accepter de les sacrifier pour « progresser » ! Or, le risque zéro n’existe pas, l’exemple de l’explosion de Toulouse, avec le même propriétaire, a laissé des traces !!!
 
La seconde est économique, financière, technologique. C’est le fruit d’une compétence remarquable de l’entreprise, une inscription majeure dans le CV de TOTAL, l’assurance d’une bonne place dans la compétition internationale et donc de gros profits à venir... Mais, ils ne sont pas les premiers !

Enfin,, au plan écologique, un nouveau rapport du GIEC estime que le stockage du CO2 à grande profondeur pourrait être une arme efficace contre le changement climatique en complément d’une lutte contre les émissions mais seulement si les technologies sont affinées.
Le projet de Chapelle de Rousse est un test »en plein champ », une réponse à la préoccupation « d’affinage » mais ce n’est qu’un nano-intérêt écologique. : Le Monde du 11 janvier 2010 : « Total a comme objectif de capter et de piéger environ 120.000 tonnes de CO2 sur les deux prochaines années."C’est une quantité de CO2 équivalente à celle rejetée par 40.000 voitures pendant la même période », c’est moins que le nombre de voitures qui circulent en 6 jours de faible densité, uniquement sur la route Pau Langon. Le rapport qualité prix devrait nous faire choisir un concurrent !

Actuellement, cette technologie :
• ne peut pas être généralisée car très hypothétique dans beaucoup de zones géographiques et géologiques, sans un transport sur de longues distances très coûteux en énergie. 
• consomme elle-même beaucoup d’énergie,
• est très coûteuse financièrement,
• a un impact faible en dehors des grandes centrales de production. 
• ne concerne que le CO2 alors que bien d’autres gaz à effet de serre, plus actifs ou plus toxiques ne sont pas prélevés.(méthane,ozone, protoxyde d’azote, carbures halogénés...)
• en dépit d’une technologie très sûre, le risque zéro n’existe pas. Pour être mise en œuvre à grande échelle (stockage de dizaines de millions de tonnes), cette filière nécessite d’importants progrès scientifiques et technologiques permettant de la rendre attractive économiquement et de garantir la fiabilité à long terme des stockages
• l’objectif n’est pas de produire moins de CO2 mais d’en libérer toujours plus en le cachant. Il n’est pas donc pas question, en parallèle, de lutter contre les émissions, comme le souhaite le GIEC.
• des sommes suffisantes ne sont pas allouées pour permettre le développement des énergies renouvelables alternatives, le nucléaire n’étant pas une énergie renouvelable..
• elle cache, médiatiquement,la pollution chimique de l’air, du sol, de l’eau bien plus dangereuse dans l’immédiat,
• elle est un frein à d’autres solutions transitoires comme l’utilisation des micro-algues
• petit détail sans doute, mais n’est pas très esthétique dans le paysage, sauf pour les amateurs d’art contemporain !.
Bilan :Elle me paraît plus favorable au développement durable du PIB, au verdissement et aux profits ahurissants des pétroliers, qu’à la diminution de l’effet de serre.

Le jour où on ne considérera pas comme essentiel :de manger un pot de yaourt à la fraise qui a fait 9000 Km, la circulation de 30000 véhicules par jour sur l’axe BX Bayonne, qu’il faut changer de voiture tous les deux ans.......
Le jour où on plantera des arbres sur les autoroutes, les terrain d’aviation, les centaines d’hectares réservés aux grandes surfaces commerciales..., les cultures de canne à sucre, de soja ou de palmier à huile. ..
Alors, il ne sera plus nécessaire de creuser à 4500 m pour enfouir du CO2 !

C’est un choix de société, c’est un choix politique.


- par Georges VALLET

Credit photo :

http://www.enerzine.com


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le stockage souterrain du CO2, est-ce une solution pour diminuer l’effet de serre ou pour soutenir le PIB ?
14 janvier 2010, par pehache  

Total a comme objectif de capter et de piéger environ 120.000 tonnes de CO2 sur les deux prochaines années."C’est une quantité de CO2 équivalente à celle rejetée par 40.000 voitures pendant la même période », c’est moins que le nombre de voitures qui circulent en 6 jours de faible densité, uniquement sur la route Pau Langon.

 smiley il va falloir réviser les règles de trois, là...

En fait cette comparaison n’a aucun sens, même, elle mélange des choux et des carottes.

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

France - Exporter : l’urgence nationale
Séparation ?
UPPA - Ouï à l’I.A.E.
Un accord historique
Laurence Parisot et le Medef pour la fin de l’acier en France ?
Soficar : Un monument du territoire
Les faiseurs d’affaires
Un appel de l’Amicale des Foreurs et des Métiers du pétrole
Grand Pau - "Et le chômage, bordel !"
Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
Coup de fourchette : Les « Maîtres Restaurateurs en Béarn et Soule »
L’Argentine n’est pas la Grèce
Crise économique : L’exemple argentin
Compétitivité des entreprises à Pau : les conséquences d’Idélis
T.V.A. et T.N.T.
Energie peu chère, c’est fini !
L’homéopathie peut-elle soigner la France ?
TVA et Traviata
Rigueur et rigueur
Des Européens bien naïfs



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises