Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

La République, le Mur des Exilés et le Préfet

jeudi 14 janvier 2010 par Bernard Boutin


La justice a tranché le Maire de Billère doit effacer "sa" fresque : un message politique n’a pas sa place sur un bâtiment public.

Pour le coup, cela semble tout simplement un argument recevable. Il ne manquerait plus que tous les murs de la République servent de support aux combats politiques des élus en place. Les medias, cela suffit !

J’avais écrit dans A@P que l’inauguration n’était qu’une récupération politique par la gauche d’un vrai problème : les méthodes d’expulsion en cours à Pau par décision préfectorale de familles d’émigrés.

Oui, le préfet a raison : les murs de la République se doivent d’être consensuels.

Il a donc gagné une bataille. Reste que notre République "en son temps" parlait de "Liberté, Egalité, Fraternité" et a édicté sa fameuse "Déclaration de l’Homme et du Citoyen".

Le fondement de toutes ces grandes déclarations, c’est le respect de l’Humain.

Si les murs de la République se doivent d’être consensuels, le Préfet s’est-il posé la question si les méthodes qu’il utilise sont consensuelles ?


- par Bernard Boutin


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> La République, le Mur des Exilés et le Préfet
17 janvier 2010, par Autochtone palois  

Le mot "protectorat", utilisé dans le sondage sur Haïti, m’a fait bondir ! L’esprit colonialisme français smiley nous hante-t-il toujours, au point d’utiliser si maladroitement ce terme, dont Wikipedia donne une définition lui donnant son sens réel ?

Le protectorat est une des formes de sujétion coloniale. Il diffère de la colonisation pure et simple en ce que les institutions existantes, y compris la nationalité, sont maintenues sur un plan formel, la puissance protectrice assumant la gestion de la diplomatie, du commerce extérieur et éventuellement de l’armée de l’État protégé.

Le terme de « protectorat » peut être employé, de manière polémique, pour désigner des régimes politiques considérés comme étant sous l’influence étroite d’États plus puissants. On parle dans certains cas de gouvernements fantoches.

D’autres termes plus respectueux pour les Haïtiens existent pour désigner la prise en charge d’une administration par une entité extérieure au pays.

> La République, le Mur des Exilés et le Préfet
17 janvier 2010, par Carola  

Si la liberté, l’égalité et la fraternité existaient réellement entre les hommes, on n’aurait pas besoin d’accrocher ces mots aux frontons des édifices.

Ceci pour dire qu’on fait bien de temps en temps de s’y référer et de s’y reccueillir sans déterrer la hache de guerre pour se poser plus légitime que l’autre d’en penser quelque chose.

Et je crois que c’est Voltaire qui disait : "je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais toute ma vie je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire"

Et je ne crois pas que le courage à vivre se résume seulement à risquer de se faire cribler de balles en uniforme. L’armée se charge des sales besognes mais le peuple paye toujours le plus lourd tribu dans les guerres et le soldat est un symbole du sacrifice pour lequel mon respect est entier jusqu’aux larmes. Il rappelle à tous que la condition humaine est une tragédie au sens plein, tel que les grecs nous l’ont appris.

L’article de Monsieur Boutin parlait d’autre chose, soulève d’autres questions. Et la question du contexte n’est pas la moindre. Moi j’ai entendu la rencontre d’une oeuvre d’art dans la rue avec une guerre à bas bruit qui rejette dans l’immonde des individus dépouillés de leur identité, prêts à risquer leur vie pour espérer un monde meilleur, manger à leur faim, voir leurs enfants vivrent autre chose que les culs de sac de leur destin.

Et par expérience je m’y suis trouvée confrontée.

Aujourd’hui, on a demandé aux écoles de la république de dénoncer les enfants scolarisés dont les parents sont sans papiers. Les reconduites dans leur pays se passent dans des conditions ignobles. Petits enfants chinois, congolais, zaïrois, sri lankais etc....certains depuis plusieurs années dans leur école vivant l’insalubrité d’une vie au quotidien.

L’école s’essaye d’être un lieu ultime qui leur autorise l’enfance. Les enseignants sont menacés de ne pas les dénoncer. Des écoles ont affiché clairement leur solidarité avec ces familles et continuent encore...

On va où comme ça ?

  • > La République, le Mur des Exilés et le Préfet
    17 janvier 2010, par le coq  
    et merde alors !

    Votre raisonnement est une vision dans un monde RICHE. Nous n’avons plus les moyens d’acceuillir ceux qui n’ont même pas fait une demande d’entrée et à ce titre je ne vois pas pourquoi il faudrait en subir la loi de la compassion. Essayez d’aller dans d’autres pays et vous verrez comment vous serez traités. Alors ça suffit. Toutes les industries DELOCALISENT parce que les "bons français" ne veulent pas payer un peu plus cher un produit de luxe comme une automobile et autres équipements...C’est quand même lamentable qu’une surcote de 10% sur une voiture permettant l’emploi de nos jeunes en France et de remplir les Caisses de retraite aussi il faille délocaliser. Ainsi on va délocaliser RENAULT (déjà à 75%) pour offrir des CLIO à des fonctionnaires qui sont toujours en grève, payés par les impôts, qui seront les seuls à pouvoir obtenir des crédits banquaires ! C’est ça votre MODELE et bien je dis NON, que vont faire nos JEUNES, NOS SENIORS...de la poésie inutile ? ils seront à la charge de l’Etat ? L’UNEDIC sera sans ressources, les URSSAF aussi les collectivités exsangues et il faudra faire QUOI ? Les beaux parleurs auront raison d’avoir posé les questions qui gènent sans apporter la moindre contribution. Alors je suis désolé mais le principe de prévention s’applique et je remercie le Président Sarkosy et le Ministre BESSON comme d’autres de faire en sorte qu’il y ait une inversion des flux et surtout qu’on ne voit pas le drapeau Algérien supplanter le drapeau Français à Marseille. Vos références littéraires de gens qui n’ont pas connus notre situation économique ne sont plus d’actualité d’autant que certains deviennent des intégristes religieux comme si on avait besoin de ceux-là aussi. Non Madame Carola votre modèle 1968 et antérieur a vécu et on sait pourquoi l’échec est là à cause d’un excès de TOLERANCE ET DE LAISSER FAIRE. Alors celui qui n’est pas CHOISI reste dans son pays et que celui qui n’est pas content le suive .

  • > La République, le Mur des Exilés et le Préfet
    17 janvier 2010, par le coq  
    morale satanique

    je suis déjà obligé d’en rajouter car votre propos est INSULTANT. Vous citez Voltaire mais vous défendez la thèse inverse car tout est fait pour qu’on ne puisse pas dire le contraire... il est interdit de vouloir défendre ses valeurs et son territoire. Mais le pire c’est de vous entendre dire que "l’Armée fait le sale boulot" - Quelle tristesse lamentable. Vous ne méritez que du mépris pour cette phrase. Salut ! Je crois que BB ferait bien de changer de camp en soutenant de tels personnages biens plus dangereux que ceux qui gueulent un peu fort.

  • > La République, le Mur des Exilés et le Préfet
    16 janvier 2010, par le coq  
    la valeur a ses règles -tout se gagne

    BB vous invoquez "liberté égalité fraternité" et sous interrogation la notion de légitimité de certaines décisions et méthodes... Alors je ne sais si vous avez suivi les épisodes de "WAR" et comment ces jeunes volontaires Américains Alliés et Francais de 20 ans se sont fait massacrer dès la sortie des barges pour que l’on puisse se poser des questions. Moi je ne me pose aucun état d’âme pour faire taire ceux qui ne reconnaissent pas les valeurs de ces sacrifices et que celui qui n’est pas content aille défendre la liberté en Afganistant on verra son courage au-delà des mots. Alors les SALAUDS QUI DEFENDENT LES THESES contraires montrent leur courage une fois dans leur vie.

    > La République, le Mur des Exilés et le Préfet
    16 janvier 2010, par kestadi  

    Dans consensuel, il y C..

    On sait tous où ça mène d’être consensuels avec ceux qui nient les fondamentaux de la liberté d’expression, de la liberté de penser, de la liberté, de la fraternité et de l’égalité.

    Faire de la politique sur les murs ! mais c’est quoi la politique d’après monsieur le préfet ? C’est relayer le discours de l’UMP sur l’identité nationale ? Qui fait de la politique au nom de notre République qu’il est censé représenter, si ce n’est lui en premier !?

    On n’a pas besoin d’un commissaire politique

    > La République, le Mur des Exilés et le Préfet
    14 janvier 2010, par Carola  

    Je ne partage pas vos points de vue..... Ne connaissant pas encore bien Billière, pas du tout l’obédience de son maire ni les parties impliquées dans cette procédure...

    Pour moi c’est une oeuvre d’art de la rue dans la rue qui vient d’être censurée.

    Si je me poste en face de ce mur,

    je ne vois que des mots qui crient en couleur à la paix, au partage, à l’accueil, à l’égalité, à la fraternité, à la liberté d’aller et venir...

    C’est une préoccupation qu’on peut toujours faire taire.... Mais si elle s’exprime de cette manière, elle laisse au promeneur sa part de doute.

    Bref, on peut aussi lire ce mur sans projection sur ses promoteurs.

    Y’a vraiment pas de quoi casser une patte à un canard !

    Et personne ne sort grandit de ce bazar procédurier ; cette décision est un vilain spectacle en direction des gamins pour qui les symboles et les aspirations de la république ne veulent plus rien dire.... !

    Effacer ces mots-là c’est effacer des mots de la déclaration des droits de l’homme d’un petit mur d’une petite ville de province....

    C’est de ce côté que ça sent pas très bon du côté de la liberté d’expression.

    Et visiblement le monde des adultes est touché par ce dévoiement pour considérer cette fresque comme un outrage quelconque et la faire effacer comme un vulgaire affichage politique et publicitaire sauvage.

    Non décidément, je ne peux pas être d’accord avec ça !

  • > La République, le Mur des Exilés et le Préfet
    14 janvier 2010, par Bernard Boutin  
    Le mauvais pied

    Bonjour Carola,

    Le contexte d’abord :

    http://www.alternatives-paloises.com/article.php3 ?id_article=2843

    et

    http://www.alternatives-paloises.com/ecrire/articles.php3 ?id_article=2869

    Voilà une inauguration d’un mur sensé mettre en avant les problèmes (bien réels) des immigrés sur Pau.

    Une inauguration faîte sans immigrés, sans micro tendu à ces derniers, avec comme seule représentation politique, la gauche tout entière... et bien, cela m’a choqué, moi "Républicain" !

    L’inauguration devait être ouverte au plus grand nombre, à tous les démocrates et surtout aux immigrés en premier ordre.

    Je n’aime pas la récupération politique du malheur des autres. Quelle quelle soit et d’où qu’elle vienne...

    Le contexte de la mise en place de ce mur me choque. La "Déclaration des Droits de l’Homme" dans le Métro Parisien a dû être inauguré en son temps dans de toutes autres conditions et par toute la classe politique !

    Le Mur de Billère est parti du mauvais pied.

    Bernard

    PS : Quant à mes "coups de gueule" sur la méthode des expulsions sur la ville, on en trouve plusieurs sur le site.

  • > parti du mauvais pied
    14 janvier 2010, par Carola  

    Merci Bernard pour votre réponse

    J’ai pris connaissance de l’historique et du contexte et je ne mettais pas en cause vos convictions.

    Effectivement, toute la classe politique paloise aurait dû être conviée à cette inauguration. L’UMP, entre autre, ne l’aurait-elle pas boycotté sciemment ?

    Cela aurait pu être la fresque d’Education Sans Frontière qui lui aurait donné ce titre par la même occasion. Point.

    Disons que j’ai réagi en écrivant comme le touriste qui passe et qui ne sait rien, trouve devant ce mur la lecture de quelque chose qui est déjà ailleurs, en soi.

    On peut se demander du coup, à qui appartient la lecture d’une oeuvre d’art ? A celui qui la commande ? celui qui la réalise ? celui qui la regarde ou celui qui l’enlève ?

    J’avais appris par France-inter la décision de justice et l’existence de ce mur du même coup...

    Ce mur parti du mauvais pied, oui c’est le mot

  • > La République, le Mur des Exilés et le Préfet
    14 janvier 2010, par le coq  
    le vrai visage de carola

    Votre point de vue est en contradiction avec la décision du Tribunal et à ce titre vous ne devez plus contester. Le Maire a-t-il demandé l’autorisation de faire cette fresque ? NON, Cette action est-elle en relation avec un mandat de représentation de tous ses administrés ? NON, Le conseil municipal a-t-il délibéré ? NON. Alors avant de vouloir être un MODELE pour les ENFANTS commencez par être un modèle de CITOYENNE. Et Là ce n’est pas brillant, vous avez perdue l’occasion de vous taire. La Liberté et la Démocratie ce n’est pas cela. Votre oraison ne relève pas des droits de l’homme. N’associez pas vos grands mots "le monde des adultes" en vous plaçant au-dessus...vous êtes qui pour parler ainsi ? Pour moi vous avez un comportement inadmissible et sur le plan pédagogique complètement MINABLE. Vous pouvez garder votre prose. Si on gratte le vernis il n’y a vraiment rien de BEAU.

  • > La République, le Mur des Exilés et le Préfet
    18 janvier 2010, par TomaZ  
    "Votre point de vue est en contradiction avec la décision du Tribunal et à ce titre vous ne devez plus contester." AH AH AH AH AH AH AH  smiley smiley smiley

  • > La République, le Mur des Exilés et le Préfet
    14 janvier 2010, par Maximo  

    J’écrivais, hier, sur un autre fil :

    (...) Peut-être convient-il de rappeler que la juridiction administrative est indépendante et que son nom, loin de la rattacher à l’administration, n’est dû qu’au fait que ce sont les litiges avec l’administration qui lui sont soumis ; tribunal administratif, Cour administrative d’Appel, Conseil d’Etat. En tout état de cause, le juge administratif est aussi indépendant lorsqu’il rend une décision que le juge du TGI, par exemple.

    Et il ne s’agit pas ici non plus, évidemment, de Droits de l’Homme. Que Monsieur Lalanne les évoque est peut-être de bonne guère, mais, pour la communication de ses idées et sa liberté d’expression, l’élu a tout un arsenal à sa disposition, y compris medias indépendants, sans avoir besoin d’un bâtiment communal pour l’exercer.

    On pourrait aussi se poser la question de la légitimité, et même de la légalité de cette expression-là, non pas de Lalanne en tant que personne, mais du Maire en tant qu’élu. Or il l’a fait en tant que tel. Or ce n’est pas dans ses prérogatives.

    Vous écrivez aujourd’hui :

    "Si les murs de la République se doivent d’être consensuels, le Préfet s’est-il posé la question si les méthodes qu’il utilise sont consensuelles ?
    Les moyens utilisés par le Préfet, c’est le Droit ! Ce n’est pas le Préfet qui dit non, c’est le juge administratif. Il dit le Droit. Doit-on encore et à nouveau discuter de ça ??

    Autre jugement administratif, rapporté par Le Point n° 1948 du 14 janvier 2010, page 14 (en kiosques demain) :

    "L’obligation de neutralité n’ayant pas été respectée, le tribunal administratif a annulé une subvention du conseil général du Morbihan. Elle devait financer une statue de Jean-Paul II à Ploemerl"

    Voilà qui répond par avance à tous ceux qui "tombent" sur les juges sous prétexte qu’ils jugeraient toujours dans le même sens ou seraient "aux ordres".

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Merci Alternatives Paloises, Adishatz Alternatives Pyrénées
    Adishatz Alternatives Pyrénées : S’inscrire au nouveau Forum d’A@P
    23 mars 2003 - 23 mars 2013 : Les 10 ans d’Alternatives Paloises
    Nouvel an : Les étrennes, la concierge et A@P
    A@P - Alternatives Paloises aujourd’hui, Alternatives Pyrénées demain
    Le mot du trésorier
    A@P : Envoi de la newsletter du 27 août 2012
    Nouveautés indicibles, évènements ineffables, sujets tabous
    "Adichat, Francés Bayrou, que-ns bat manca !"
    Forum d’A@P : Palmarès des Sirènes à Chanteloup les Vignes (du saigneur)
    Avis au forum d’Alternatives Paloises
    Démission au Conseil Municipal de Pau
    Alternatives Paloises : Orphelin d’un de ses "Pères fondateurs"
    Politique et Médias - Sale mec : ça pue !!!
    Bernard Boutin : Une voix "citoyenne" au Conseil Municipal de Pau
    L’Appel du 5 septembre
    A@P : Privilégier la qualité à la quantité
    Alternatives-Paloises.com : "Un site de fachos" ?
    Pau - Alternatives Paloises "en conclave" !
    27 mars 2003 - 27 mars 2011 : les 8 ans d’A@P



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises