Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

LGV Paris-Madrid, quel scénario ?

lundi 25 janvier 2010 par Joaquin VIDALLER


La LVG qui descend de Paris vers le sud-ouest est amenée inévitablement à passer en Espagne pour atteindre Madrid. Alors que souhaiter ? Qu’elle passe par Irun ou par Pau ? Un Aragonais de Saragosse, connaisseur de monde du rail et qui travaille à Bruxelles, à sa petite idée sur le sujet...”

Scénario A.- Paris-Madrid par la côte (Pays Basque). Proposition RFF. Selon RFF, en faisant le calcul des temps intermédiaires et en comptant 8 min d’arrêt à Vitoria, au total, le parcours Paris-Madrid a une durée de 6h23. Dans cette hypothèse, le prolongement de la LGV Paris-Irun en Espagne sera, en principe, l’Y basque qui reliera S.Sebastian-Bilbao-Vitoria entre elles et avec Madrid. L’Y basque est définie comme une infrastructure mixte (passagers+marchandises) à hautes prestations, ayant comme vitesse maximale pour les trains de passagers 250km/h. La contrainte majeure est que le parcours pour aller à Madrid doit passer par Valladolid, ce qui représente un grand détour.

Scénario B.- Paris-Madrid par Pau et Saragosse. La LGV Paris-Madrid via le tronçon de la LGV Sud-Ouest reliant directement Mont de Marsan à Pau tel que le préconise la CCI de PAU puis traverserait les Pyrénées centrales par un nouveau tunnel (Bedous-Villanúa par exemple). Bordeaux-Pau, je dirai, 43 min avec pour base de calcul la vitesse moyenne (les 35 min, annoncées par la CCI de Pau ne me semblent pas tout à fait réalistes car calculées comme si le train roulait tout le temps à sa vitesse maximale). Le Bordeaux-Paris avec la nouvelle LGV, la SNCF l’a annoncé en 2h10. Le Pau-Saragosse serait autour d’1h25. Le Saragosse-Madrid, actuellement le meilleur temps est de 1h23. Dans quelques mois, lorsque la vitesse maximale passera à 350 km/h, la RENFE compte mettre 1h15. Si je fait les comptes, j’arrive à un total pour Paris-Madrid de 5h57.

La Paris-Madrid par Saragosse, un atout important

Si le tronçon de la LGV a pour objectif uniquement la desserte de Pau (depuis Paris et Bordeaux), c’est-à-dire, une déserte domestique, sans penser à une connexion vers l’Espagne on perd énormément de possibilités pour Pau, pour Saragosse (Aragon) et pour les deux pays. Avec cette connexion on ouvre un éventail immense de possibilités de déplacements au niveau européen. Les espagnols auront une sortie non seulement vers la France mais vers toute l’Europe et pour les français, toute l’Espagne et le Portugal. Les perspectives changent radicalement.

La connexion LGV par le Pyrénées centrales doit être conçue à l’image du tunnel sous la Manche ou de la connexion Perpignan-Figueras et de celle entre la France et l’Italie qui se fera de la même manière. Ne perdons pas cela de vue. C’est de cette manière qu’on est en train de faire de nombreuses connexions transfrontalières qui demandent de grosses infrastructures, telles que des longs tunnels.
Donc, il faut penser à ce qu’il y ait un tronçon ferroviaire mixte de Pau (ou Oloron) jusqu’à Sabiñánigo. Ce tronçon emprunterait un tunnel nouvellement construit et servirait aux TGV et aux trains de marchandises et camions, avec un point de chargement/déchargement à Pau (ou Oloron) et un à Sabiñánigo, points proches l’un et l’autre des autoroutes.

Le piémont Pyrénéen et l’Aragon seraient gagnants, la France et l’Espagne aussi. On désengorge les deux extrémités des Pyrénées déjà saturées. On fait sortir des camions des routes, on protège l’environnement. Enfin on a la possibilité de faire exploiter cet ensemble infrastructurel par une entreprise en régime de concession. L’entreprise construit ce tronçon d’infrastructure (avec tunnel) et elle reçoit la concession d’exploitation pendant 50 ans ou plus.

Du côté espagnol 

l’ADIF (gestionnaire de l’infrastructure en Espagne) et RFF ont planifié une connexion par l’Y basque (voir la carte sur leur site internet).
Dans la région Aragon, les gens n’ont aucune idée de l’enjeu. Pendant de nombreuses années, les Aragonais ont manifesté pour la réouverture de la ligne internationale Pau-Canfranc par le Somport qu’ils pensaient être le seul atout pour leur région. Mais ils ne présentaient pas de projet et ne disaient pas comment le financer. D’ailleurs, personne ne l’a, alors, fait, ni les manifestants, ni les élus, ni les politiques. Actuellement encore, il y a fréquemment des articles dans la presse régionale pour la réouverture du Canfranc. Trente cinq ans, après il y a des gens qui entretiennent cette chimère, sans donner d’alternative. Cela arrange beaucoup d’hommes politiques, élus, etc.

La ligne et service RENFE Saragosse-Canfranc continue à exister parce que l’Administration régionale paie le déficit. Tout le monde défend le Canfranc mais pratiquement personne ne le prend. J’en ai fait l’expérience. Plus de 4 h de parcours. Le gens, évidemment vont en voiture. Ce que le gouvernement d’Aragon fait depuis des années (avec Ibercaja et un consortium qui s’appelle ARAMON) est de reprendre les stations de ski de la région et de les agrandir et de créer des infrastructures pour elles, mais pas pour aller de l’autre côté de la frontière.
Par contre, il y a une possibilité de faire pression. C’est ce que font les grandes entreprises de Saragosse et de la région qui demandent de plus en plus une sortie directe de leurs marchandises vers la France et l’Europe. Les « Cámaras de Comercio » (Chambres de Commerce), sont elles aussi pour et les appuient.

La nostalgie du Canfranc a hypothéqué pendant des décennies toute autre option. Les deux états ont récemment laissé entendre clairement et nettement qu’ils ne sont plus intéressés par le Canfranc, qui, donc, ne peut être qu’un projet interrégional. Alors, ne mettons pas le Canfranc dans le balance. La LGV par les Pyrénées centrales et le Canfranc sont deux projets aux enjeux différents. La LGV Paris-Madrid via Irun et Paris-Madrid via le Piémont Pyrénéen sont deux projets à objectifs complémentaires : désenclavement des deux versants des Pyrénées, désengorgement de ses extrémités, protection de l’environnement et à finalité commune : ouvrir tous les pays d’Europe vers le Sud. Alors n’hésitons plus.

Par Joaquin VIDALLER*

* Joaquin VIDALLER est né à Saragosse et réside actuellement à Bruxelles

Vous pouvez consulter :
http://www.euskalyvasca.com/fr/home.html
http://aquitaine.fr/politiques-regionales/transports/transports.html
http://tentea.ec.europa.eu/en/ten-t_projects/30_priority_projects/


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
27 janvier 2010, par Bruno  
Pehache

On finance, Pehache, en ne payant pas le trajet basque, dont les populations ne veulent pas.

Seule l’Aragon et l’Espagne pourront forcer la ligne directe Mont de Marsan-Pau au travers des Landes.

Je ne disais pas autre chose la semaine passée ; vous m’avez lynché. La position ne fut pas facile à tenir.

Pour le reste, indiquons tous nos "références" à tous propos.

D’abord les votres ?

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    27 janvier 2010, par pehache  

    On finance, Pehache, en ne payant pas le trajet basque...

    Je vous rappelle, Bruno, que J.Vidaller fait référence dans son texte au "projet" de la CCI (en fait Jean Poulit), dans lequel le barreau béarnais ne vient pas en remplacement du trajet basque mais en plus du trajet basque.

    Et je ne parle même pas du tunnel sous les Pyrénées qu’il faudrait dans votre scénario, dont le coût est d’un ordre de grandeur sans commune mesure avec celui de la LGV elle-même.

    ...dont les populations ne veulent pas.

    Mon oeil. Les gesticulations actuelles du côté basque sont à prendre pour ce qu’elles sont : une façon de faire monter les enchères. Il n’y a pas une seule LGV en France qui n’ait pas eu son lot de manifestants anti, et elles se sont toutes faites.

    La LGV basque se fera comme les autres, n’en doutez pas un instant. Et c’est logique, car c’est la solution de loin la plus rationnelle pour relier l’Espagne et pour desservir les zones côtières densément peuplées.

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    27 janvier 2010, par Maximo  

    Croisé Henri Emmanuelli, hier, qui me répond sans l’ombre d’une hésitation :

    "Mais non, la LGV viendra jusqu’à Pau en suivant à peu près l’autoroute. Le barreau de 1000 m sera annoncé en juin. C’est une certitude. Plus tard elle sera poursuivie jusqu’à Tarbes."

    Sacré scoop, non, ou j’ai rien compris ? smiley

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    27 janvier 2010, par pehache  
    Chic, Emmanuelli a trouvé 1 milliard d’euros en rangeant des vieux papiers dans son bureau, et il est prêt à nous en faire cadeau ! Quelle bonne nouvelle !

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Maximo  

    La LVG qui descend de Paris vers le sud-ouest est amenée inévitablement à passer en Espagne pour atteindre Madrid.
     smiley Il faut en effet être un grand connaisseur de l’Espagne et du rail pour annoncer pareille découverte ! Chapeau bas, Messieurs : le découvreur de l’eau tiède !

    Bon, sérieusement :
    -  votre carte trace une jolie ligne droite de Paris vers Pau sans même chercher à la faire frôler Bordeaux : propagande quand tu nous tiens...
    -  le scénario B prévoit des arrêts à Bordeaux, Pau et Saragosse. Est-ce bien sérieux ? Propagande quand tu nous tiens...
    -  Et va que je te creuse un tunnel sous les Pyrénées à l’image du Tunnel sous la Manche en deux coups de pelle de plage... Propagande quand tu nous tiens...

    > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Rêveur des villes  

    Il est illusoire d’espérer une LGV Pau-Sarragosse alors qu’il a été décidé en haut lieu qu’il y en aura une de chaque côté des Pyrénées !

    Avant que ces 2 là soient saturées par des TGV passant toutes les 5 minutes...

    > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par pehache  

    Les "réclamants" de la LGV MdM-Pau-Sarragosse vont dorénavant remplacer les "réclamants" de la réouverture du Somport. D’ailleurs :

    Pendant de nombreuses années, les Aragonais ont manifesté pour la réouverture de la ligne internationale Pau-Canfranc par le Somport ... Mais ils ne présentaient pas de projet et ne disaient pas comment le financer ... Trente cinq ans, après il y a des gens qui entretiennent cette chimère, sans donner d’alternative. Cela arrange beaucoup d’hommes politiques, élus, etc.

    Pour ajouter ensuite :

    La LGV Paris-Madrid via le tronçon de la LGV Sud-Ouest reliant directement Mont de Marsan à Pau tel que le préconise la CCI de PAU...

    Juste une petite question, alors : si les partisans de la réouverture du Somport ne disent pas comment le financer, il ne me semble pas avoir lu non plus comment la CCI de Pau disait comment financer ce Barreau MdM-Pau (1 milliard d’euros, une paille). Et encore moins comment financer le tunnel de base sous les Pyrénées.

    A partir de là le discours de M Vidaller (présenté comme un "connaisseur de monde du rail" : quelles sont ses références ?) est du blabla comme les autres, qui ne se différencie pas de celui des "hommes politiques, élus,..." dont il dénonce le discours au sujet du Somport. Mais bon, ça fait rêver les palois...

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Spanique  
    Compte rendu

    Voici un lien intéressant pour ceux qui parlent l’espagnol

    Les amis, Saragosse, avec un seul R ;-)), please...

    Si c’est le même, M Vidaller peint.

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Autochtone palois  
    Olà, Spanique ! Saragosse avec deux "R", c’est à cause de l’accent aragonais (avec un seul "R"). smiley

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Bernard Boutin  

    Bonjour,

    A l’attention de Marc

    Votre dernier message sur le forum ne correspond pas à l’esprit de la "Charte éditoriale d’A@P". Nous vous recommandons d’en prendre connaissance (à nouveau) :

    http://www.alternatives-paloises.com/charte.php3 ?id_article=782

    Nous retirons du site le message incriminé.

    Alternativement Vôtres

    La Rédaction d’A@P

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Autochtone palois  
    Lorsque quelqu’un écrit un article qui prend position sur un sujet, il est normal que l’on sache qui il est. Merci à Marc pour nous avoir éclairé (temporairement !) sur l’absence d’expertise de l’auteur.

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Marc  
    Merci Autochtone Palois. C’est bien dans cet esprit que j’avais apporté cette information. Je regrette que cela ne soit pas compris. Bien à vous.

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Maximo  
    Que disait Marc ?

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    26 janvier 2010, par le coq  
    ni vu ni critiqué...

    Qui es-tu , toi autochtone palois ? Tu devrais savoir qu’un journaliste a le droit au pseudo, ce n’est pas un problème. Il a le droit de s’exprimer au même titre que toi. Les faits sont les faits qu’ils soient écrits par qui que ce soit. Tu as l’air bien compliqué "mec" de genre de ceux qui placent l’oeil au trou de serrure pour dire qu’elle est mal graissée refusant de dire ce que tu as vu ; l’amant de ta femme en action.

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    26 janvier 2010, par pehache  
    Tu as raison le coq, sauf que quand l’auteur revendique une qualité particulière (ici "connaisseur du monde du rail") il ne peut plus vraiment s’abriter derrière un pseudo et doit permettre aux lecteurs de vérifier l’assertion.

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    27 janvier 2010, par le coq  
    quiriquiqui

    Bonjour PH....un petit sourire quand même : "fêtez" comme je dis mais faites pas comme moi ! Pour exemple les interventions dont les vôtres à propos du PBC qui laissent supposer une grande connaissance du sujet et pourtant ...que des pseudos. Dommage pour les artistes !

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    26 janvier 2010, par Louis H  

    Que voila une de ces belles interventions, respectueuses de la Charte de a@p, comme les apprécie le modérateur.

    merci à BB de permettre ce débat citoyen qui élève le débat !

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Maximo  

    Ola, Boutin : tu laisses en permanence le volatile et consorts sortir leur tombereau d’insultes et d’injures sans rien dire ni faire et tu censures Marc qui vient ici parler à bâtons rompus mais correctement ? smiley

    Ou alors arrête de dire que la parole est libre ! et mets bien en avant que tu ne fais que de la propagande en dehors de laquelle tout est proscrit !  smiley

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    26 janvier 2010, par le coq  
    le pied gauche de Maximo

    Maximo, tu fais une fixation, le Coq n’a presque rien dit depuis huit jours et rien sur ta personne...à tort...mais si tu veux savoir s’il a une arête dans le gosier, il se pourrait qu’au lieu d’un coup ergot dans ton ramage tu ne te retrouves de cul sur un oursin. Comme d’hab...Ce qui est marrant c’est qu’un coup de clairon du "coq" face à une trop faible participation "littéraire sur AP" (100 articles en une semaine) et VLAN au premier jour qui suit on lit près de cinquante articles ! Alors BB, c’est pas beau ça ? même Maximo en redemande !! (il n’a pas pu lire Marc qui n’avait rien dit)...J’espère que depuis la prestation du Président on va avoir de la "fertilité" autre que des sujets bidons comme la LGV et autres friches du Gévaudan toutes MAXIMO nulles. Allez Maximo avec moi tu n’as pas besoin de réfléchir sur l’origine du café, tu auras toujours celui qui te réveilleras du pied gauche.

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    25 janvier 2010, par Maximo  
    que disait Marc ? smiley

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    26 janvier 2010, par claudiqus  

    on attaque souvent le Coq, et c’est normal ... il aime se mettre lui-même en position de hauteur, et donc plus facilement dégommable !

    mais il est d’autres volatiles bien plus sournois que lui, dont je me méfierais plus volontiers ...

  • > LGV Paris-Madrid, quel scénario ?
    14 février 2010, par Mikalot  
    Difficile d’écraser les montagnes !

    A priori les infrastructures ferroviaires et rapides traversant les Pyrénées seront excessivement couteuses et demanderont un long délais de réalisation. Mon idée serait de rétablir des lignes type Pau canfranc essentiellement pour le transport de marchandises et peut être subventionner le transport aérien, beaucoup moins dévoreur d’espaces comme les LGV et les autoroutes.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Barreau LGV Béarn-Bigorre : Halte à la DOUBLE PEINE
    LGV : La Grande Vidange
    "LGV des Pyrénées" : l’exemple de la LGV Poitiers-Limoges
    LGV des Pyrénées : Raccrochez les wagons !
    Desserte LGV Béarn-Bigorre : Le point de vue du syndicat CGT des cheminots des Hautes-Pyrénées
    LGV Béarn-Bigorre : on commence enfin à compter...
    Interview LGV de Michèle Alliot-Marie - Réaction d’Alain Rousset : « 3 contre-vérités ! »
    Barreau Mont-de-Marsan-Pau-Tarbes : TDIE ne croit pas dans sa faisabilité financière
    Lu sur le site d’EITB - Y’a-t-il encore un conducteur dans le projet LGV ?
    "LGV des Pyrénées" : Ça bouge !
    Lever de rideau sur la "LGV des Pyrénées" !
    Pyrénées Presse - LGV : copie à revoir selon Forces 64
    Eltb : Les anti-LGV demandent de lever le flou avant le flouze
    Sud-Ouest : TGV Tours-Bordeaux : Vinci réclame 60 millions d’euros de plus à RFF
    6/4/2011 : LE PRINTEMPS DU CANFRANC ?
    5/04/2011 - Sud-Ouest : Réouverture de la ligne Pau-Canfranc : l’espoir venu du ministère
    1/04/2011 : Intervention de Martine Lignières-Cassou au Parlement, réponse de Thierry Mariani Secrétaire d’Etat aux transports
    Dans la presse - LGV Béarn : des choix en 2013 chez Pyrénées Presse
    Dans la presse - Pau-Canfranc : Alain Rousset entrevoit le bout du tunnel
    Dans la presse : Et si la LGV allait en Béarn ?



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises