Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école

mardi 26 janvier 2010 par Carola


La Calandrette de Pau fut la première école créée en 1980 pour mettre en oeuvre l’exercice du métier d’élève dans un cadre alternatif, à la fois linguistique, pédagogique et citoyen.


Le projet à la base de ce type d’établissements se décline selon trois grands axes :

- l’enseignement bilingue occitan-français dès l’entrée de l’enfant dans le langage de ses 3 ans

- les fondements de la pédagogie Freinet comme repère de citoyenneté et une pédagogie de projet inspirée d’expériences réalisées au Canada

- les parents gestionnaires en association loi de 1901, ce qui inscrit la co-éducation parents-pédagogues comme choix fort

Le quatrième volet est l’appartenance de ces écoles à l’enseignement privé laïque sous contrat d’association avec l’état, ce qui éloigne de l’utopie et de la dérive sectaire.



Ce samedi matin, j’ai été accueillie en salle des maîtres par un groupe de parents et le directeur.
 Je m’attendais à une classique kermesse d’école, eh bien non. J’ai été accueillie par un groupe de militants.
 Pour tous, cette journée dite "portes ouvertes" n’ouvre pas une porte de plus, puisque le principe de l’école est ancré dans cette idée de porte ouverte.
 Le directeur m’informe qu’en 2009, 89 adultes parents ont participé à la vie de l’école, depuis la re-peinture d’une classe jusqu’à la présidence de l’association, chaque parent étant libre de s’y inscrire ou pas.
 Le partenariat entre parents et pédagogues est très certainement le plus grand défi.
Une vie au caractère propre de l’école se définit par là dans l’identité locale...

 L’école de Pau située vers le quartier nord de la ville compte à ce jour plus de 80 élèves.

Un collège ouvert depuis 2005... Actuellement 29 collégiens sont en direction du Brevet.

On compte aussi une école maternelle à Mazères pour couvrir les attentes au sud de Pau et l’association Calandreta Lescar dans le secteur ouest depuis 1992.
 Les Pyrénées Atlantiques comptent à ce jour 8 Escolàs Calandreta.


La "fédération" de ces écoles basée à Bézier est complétée d’un centre de formation pédagogique pour les futurs professeurs des écoles. Plus de 70 écoles se répartissent le sud de la France de l’Aquitaine à la frontière italienne.
Ces écoles cultivent avant tout la transmission d’une culture régionale et éducative. Elles s’inscrivent dans une mouvance militante de la part des parents.
Du côté des professionnels, on choisit d’enseigner dans ce type d’école. On opère certains choix humanistes dans sa carrière.



On peut s’interroger sur la finalité d’apprendre l’occitan comme langue principale à l’école alors que personne ne le parle vraiment, ni le béarnais, ni le toulousain.
 C’est la question qui saute aux yeux.
 Avant même que je ne me la pose, l’objection m’était donnée par un parent. A quoi sert donc la poésie ?
 Pas besoin de plus pour me convaincre que dans une perspective utilitariste on en viendrait vite à oublier que l’apprentissage nourrit toujours un être dans sa globalité.

Il est donc bien ici question d’une école à visée humaniste dont l’occitan est le prétexte à inscrire une transmission, et celle de l’identité régionale par la langue n’est pas la moindre.
Il serait dommage que sous prétexte de garantir l’enseignement de base identique pour tous, on prône l’uniformité qui conduirait à éliminer les lieux ferments qui ont fait leur preuve au fil du temps dont Escolà Calandreta qui fête aujourd’hui ses trente ans d’existence.

Et cette remarque peut s’appliquer à l’ensemble des écoles privées laïques dites "Ecoles Nouvelles", "Ecoles Actives", "Ecoles Bilingues"...
Préservons la diversité des approches, des méthodes et des identités !
Plus préoccupant paraissent les mises en conformité de ces écoles avec les réformes actuelles de l’école primaire, le contrôle quadrillé de l’acte d’enseignement pourrait bien à terme couper les ailes du calandron.

A l’école privée comme à l’école publique, il y a comme un étau qui se resserre autour d’une obligation de moyens en passe de devenir une obligation de résultat.


Merci à Benoît Larradet, enseignant et directeur de l’école, pour ce temps de partage.




 - par Carola


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
26 janvier 2010, par Marc  

Dans le cadre de notre campagne continue pour le respect des droits d’auteur et de la propriété intellectuelle sur A&P, vous voudrez bien trouver ici le lien avec l’Institut d’Etudes Occitanes qui publie la carte proposée.

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par Bernard Boutin  

    Merci Marc, il fallait effectivement rendre à César ce qui...

    Bien à vous

    PS : Mais au fait, que pensez-vous des Calendrettes et de l’IEC ?

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par Marc  

    "Mais au fait, que pensez-vous des Calendrettes et de l’IEC" ?

    Des Calendrettes ? Que du bien, que du bien, Monsieur le Directeur, à condition que l’apprentissage de la langue et de la culture occitane soit un moyen d’ouverture vers l’autre et pas d’enfermement... Mais je crois que c’est le cas dans le cadre de ce mouvement éducatif.

    Il est vrai qu’il serait mieux que cela puisse se faire au sein de l’éducation nationale, mais hélas celle-ci semble étouffer toute vélléité de renouveau pédagogique.

    C’est le cas notamment des initiatives qui visent à faire des enfants de véritables acteurs de leur éducation, comme cela est promu par ce qu’on appelle la "pédagogie du projet" (voir à ce sujet par exemple les travaux de l’Association française pour la lecture, AFL). Les Calendrettes s’inspirent également de ces recherches.

    Il faut donc encourager ces espaces de progrès et ceux qui les font vivre, tout en veillant bien sur à ce qu’ils ne deviennent pas des lieux d’enseignement élitistes financés par les contribuables. Là encore ce n’est pas le cas des Calendrettes.

    Quant à l’IEC que vous mentionnez je ne vois pas à quoi vous faites allusion.

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par pehache  

    Il est vrai qu’il serait mieux que cela puisse se faire au sein de l’éducation nationale, mais hélas celle-ci semble étouffer toute vélléité de renouveau pédagogique.

    Ce n’est pas totalement faux, mais ce n’est pas en abandonnant le navire (qui appartient à nous tous) qu’il voguera mieux.

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par Maximo  


    -  faire des enfants de véritables acteurs de leur éducation
    -  la "pédagogie du projet"
    Vastes sujets smiley Je ne finirai jamais de m’interroger sur ce "acteur de sa propre éducation".

    Comment penser quelque chose que, par définition on n’a pas ? Comment maîtriser un tel concept ? Comment savoir ce que l’on doit apprendre ? Où, dans cette idée, est la transmission des savoirs ?

    Je doute, et continue de douter

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par Marc  

    "Je doute, et continue de douter"

    Oui Maximo, je partage vos interrogations. Ce ne sont pas des questions faciles et personne ne peut y apporter de réponses simples. Ici, les ayatollahs ne sont pas de mise.

    Je crois cependant à la nécessité, dans tout processus d’apprentissage, même avec des enfants, de veiller à l’habilitation des bénéficiaires (les américains diraient « empowerment »). Cette habilitation ne repose pas sur la croyance frauduleuse qu’il pourrait y avoir auto-apprentissage par je ne sais quelle conscience innée de ses propres manques. Elle se nourrit du fait que l’apprentissage est un acte social et qu’on apprend d’autant mieux que l’on est responsabilisé dans cette fonction.

    En cela la pédagogie du projet est profondément politique : En responsabilisant les enfants - et souvent leurs parents - elle les fait passer du statut de consommateurs de savoirs à celui d’acteurs qui les utilisent socialement. Quand des enfants de CM travaillent leurs capacités en lecture pour sélectionner des ouvrages à la médiathèque qu’ils vont ensuite présenter et lire aux enfants de maternelle, ils sont placés dans une situation fonctionnelle qui les responsabilise à la fois dans leur apprentissage et dans leur statut social.

    Cela ne saurait signifier que l’enseignant se retrouverait dans un simple rôle d’animateur. Bien au contraire, les exigences sont fortes : Non seulement il organise la passation, la codification et l’acquisition des savoirs, au travers de tous les outils existants dans la vie réelle, bien au delà du livre scolaire, mais en plus il organise les apprentissages au travers de projets qui responsabilisent l’enfant vis-à-vis de ses savoirs et du corps social qui l’entoure.

    PS : Je ne suis pas enseignant et je ne suis pas un connaisseur du domaine de l’éducation.

  • Etoiles et soutiers
    27 janvier 2010, par Marc  

    Directeur Boutin, vous me décevez encore. Vous m’avez demandé ce que je pensais des Calendrettes et je me suis immédiatement exécuté, toutes affaires cessantes. J’ai encore remis l’ouvrage sur le métier dans le cadre d’un échange avec Maximo.

    J’attendais de vous, Directeur, non pas une réponse, mais au moins un petit accusé de réception. Non, rien. Il est vrai que pour une fois vous ne m’avez pas censuré sans raison, ce qui dans votre esprit vaut sans doute reconnaissance.

    Vous oubliez, Directeur Boutin, que ce sont nous, les petits, les sans-grade, qui faisons vivre votre site. Ce sont nous les forçats de A&P qui nous échinons à lire, essayer de comprendre et commenter les textes publiés par vos auteurs choyés, les stars en haut de l’affiche, que vous couvrez de remerciements chaque semaine.

    Sans nous ils ne seraient rien : Il suffit pour s’en convaincre de mesurer leur frustration quand pas un d’entre nous ne répond à leurs contributions. Mais au lieu de reconnaître leurs faiblesses, c’est sur nous qu’ils font retomber leurs insuffisances. Et pendant que nous continuons à prendre tous les coups et subir les morsures de vos ciseaux déchainés, ils se pavanent et se congratulent.

    Directeur, vous devriez moins écouter votre cour et mieux entendre la foule. Changez d’attitude, soyez moins hautain ; Ne vous abritez pas derière votre charte en lui faisant dire ce que bon vous semble ; Au lieu d’accabler le petit peuple surveillez vos prima donna ; Persuadez vous qu’un journal bien fait est meilleur qu’un journal bien rempli. Vous n’en serez que plus crédible pour gagner des lecteurs.

  • > Etoiles et soutiers
    27 janvier 2010, par Bernard Boutin  

    Marc,

    Un grand merci. smiley

    Bien à vous.

    Bernard

  • > Etoiles et soutiers
    28 janvier 2010, par le coq  
    Allo BB

    BB bonjour, Je vous informe des difficultés de lecture des articles AP au-dela des trois premières lignes avec Safari sur Mac et sur PC. De même les reports sur les articles se font assez mal. Principalement vers Carola et vos intervenants directs par exemple. Merci et bonne journée. ps plus de deux cents interventions à ce jour...(le coq va se reposer un peu).

  • > Etoiles et soutiers
    28 janvier 2010, par le coq  
    affinons...

    Suite article précédent... deux cents articles ce n’est pas ma production mais le nbre d’articles parus depuis lundi donc (trois jours). La charge du Coq fut payante. Il y a encore quelques timides ou douillets qui roupillent, je vais les aiguillonner un peu à l’ancienne ...

  • > Etoiles et soutiers
    27 janvier 2010, par le coq  
    stratégie dé- marquée ! (ou re- maquée)

    Marc, tu es en manque affectif ? Michou est infidèle ? Tu ne sais pas ce que tu veux. Quand le Coq s’occupe de toi tu cries "au secours il est méchant" et tu en veux à la Gaulle entière. Si le BB est dans son bain... attend qu’il sorte, profites-en pour envoyer quelques pétards sur le mail et il te répondra encore plus vite au chant du coq mais pas avant 9 heures.

  • > Etoiles et soutiers
    27 janvier 2010, par AK Pô  

    Vous oubliez, Directeur Boutin, que ce sont nous, les petits, les sans-grade, qui faisons vivre votre site. Ce sont nous les forçats de A&P qui nous échinons à lire, essayer de comprendre et commenter les textes publiés par vos auteurs choyés, les stars en haut de l’affiche, que vous couvrez de remerciements chaque semaine.

    Je passe chez moi en vitesse manger un casse-croûte, et là, vraiment, soudain, je tombe mort de rire ! Excellent ! je me demande si je vais retourner bosser, cet aprêm, tiens ! smiley smiley smiley

  • > Etoiles et soutiers
    27 janvier 2010, par Marc  
    Super Ak Pô. C’est là tout l’objectif de mes contributions. Attention quand même à ne pas vous étouffer !

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    27 janvier 2010, par Maximo  

    Marc a dit : Je ne suis pas enseignant et je ne suis pas un connaisseur du domaine de l’éducation.
    Non, ben pourtant, les choses étant ainsi expliquées, j’en suis presque convaincu.

    Mais surtout, je me demande si j’ai pas compris smiley

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par pehache  

    "Elles s’inscrivent dans une mouvance militante de la part des parents" : voilà, tout est dit. Le militantisme en question étant surtout régionaliste, voire indépendantiste pour certain.

    Et je conteste fortement l’humanisme que vous évoquez, car je ne vois quelle plus belle idée humaniste il y avait que l’école républicaine, plutôt que celle de gens dont l’ambition principale est de se retrouver entre soi dans un communautarisme de bon aloi.

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par claudiqus  

    qu’est devenue l’école où le port de la blouse grise était gage d’uniformité ?

    non pas dans le sens étriqué du moule commun qui efface toute personnalité, mais dans l’absence de signe extérieur de richesse, si je puis dire ...

    les différences trop marquées sont déjà le premier signe d’un statut différent ...

  • > to blouse or not to blouse...
    26 janvier 2010, par Carola  

    A propos du port de la blouse que vous évoquez... Les temps ont changé mais j’ai connaissance d ’une école privée parisienne qui a réhabilité le port d’une blouse d’écolier.

    A titre expérimental dans un premier temps, non pas pour masquer les signes extérieurs de richesse mais plutôt ceux de la pauvreté. Pauvreté qui s’exprime dans les tenues des enfants pris en otage dans le merchandising des marques, et ne pouvant plus quitter cet habitacle de démonstration pour ce poser apprenants. Il semble que ré-enfiler sa blouse à l’entrée en classe aide certains à réinvestir la peau d’un écolier et de ses dispositions.

    Je n’ai pas davantage d’informations en retour de cette tentative, à mon avis intéressante car elle véhicule à la base un autre mobile que le gage d’uniformité de la société de Jules Ferry. L’objectif pensé s’enracine plutôt dans le contexte du public accueilli. Peut-être une petite porte ouverte aux enfants de se poser sujet-écolier.... ?

    Si la directive était donnée par le ministère, aurait-elle la même possibilité réflexive ? Pas sûr du tout....

    Et puis la réflexion sur les dégâts de la société de consommation et les attitudes prescrites qui transforment les individus en objets n’est pas à l’ordre du jour de notre actuel gouvernement. On en est à Darcos dans le lipdub de l’UMP et à Jean-Pierre Pernod comme journaliste politique.... Y’a juste à reprendre deux fois des frites !

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    27 janvier 2010, par le coq  
    les petites anglaises...

    Claudiqus - Il existe quelques écoles "rétro de style Folcoche" en GB mais je crois aussi que l’école des enfants de la "Légion d’Honneur" n’est pas mal dans le genre. Tabliers vichy et soquettes blanches duvets apparents elles vaquaient claudiqus claudiquant... un régal n’est-ce pas ?

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par Carola  
    Je comprends vos réserves.... Il faut savoir quand même que le statut privé sous contrat d’association veille au grain.

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par pehache  
    Le contrat d’association avec l’état veille à ce que les programmes nationaux soient suivis, ni plus ni moins. Il n’est pas un garde-fou contre le communautarisme.

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    27 janvier 2010, par le coq  
    vent en poupe ou en proue

    Tout à fait d’accord avec PH. Dans le même style il y a "l’école Steiner" qui se distingue avec quelques dérives sectaires selon le rapport fait au Gouvernement.

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    27 janvier 2010, par Carola  

    Sans vouloir polémiquer sur votre point de vue car j’en partage la vigilance.... Mais la présence enseignante dans ces écoles ne s’inscrit pas totalement dans ce que vous dites. C’est vraiment trop réducteur. L’esprit communautaire en pédagogie soulève des questionnements complexes entre le singulier et le collectif qui ne se tranchent pas en deux mots.

    Pour moi, et c’est bien plus grave, la dérive actuelle dans les dernières réformes. Pour certaines d’entre elles, le privé et le public se reconnaissent au coude à coude dans la même communauté.

    Calandreta Escolà ne m’a pas semblé hors jeu de ces préoccupations nationales et républicaines, et si lors de ma visite dans l’école j’avais ressenti un "égocentrisme communautaire" de premier plan, je n’aurais vraiment pas écrit le même article, c’est certain !

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    27 janvier 2010, par claudiqus  

    Carola ..

    ma petite remarque concernant la blouse grise ne se voulait en aucun cas être une critique .

    je partage essentiellement votre point de vue, et avouerais que j’ai donné la préférence à l’enseignement privé pour mes enfants . cela m’a évité, entre autres, de me retrouver tributaire des grèves de l’enseignement publique, sans préjuger ni émettre de critique à ce sujet, je m’empresse de le préciser !

    mais le principe éducatif ne peut se prévaloir d’être républicain s’il n’est avant tout laïque et libéré de toute idéologie, qu’elle soit religieuse ou communautariste, afin de ne remplir que son rôle primordial, à savoir l’apprentissage du savoir universel sans prédominance et sans tendance !

    ma réflexion n’allait que dans ce sens égalitaire et citoyen, et indépendamment du fait que je n’ai rien contre l’enseignement de la langue d’Oc, la transmission des us et des traditions à son lot d’importance si elle peut s’inscrire dans le cadre d’un programme sans altérer la pratique de langages plus communément admis et utiles pour les échanges futurs .

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    27 janvier 2010, par Marc  

    "ma petite remarque concernant la blouse grise ne se voulait en aucun cas être une critique"

    Vous avez raison Claudiqus d’éviter toute équivoque... prudence, prudence...

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    27 janvier 2010, par Carola  

    Mais que diable vous défendez-vous d’une petite remarque, comme vous dites !?

    Est-ce ce que j’ai écrit à la suite qui vous fait reproche ? Et de quoi grand dieu ? Là il faut m’éclairer, je ne comprends pas. C’est une réelle fausse lecture de ce que je voulais dire.

    J’en suis désolée smiley

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    27 janvier 2010, par claudiqus  

    non, rassurez vous Carola !

    point de défense dans mon message ...

    simplement, comme le fait remarquer judicieusement Marc, il faut aujourd’hui faire preuve de grande tempérance et prudence dans ses observations !

    c’est un peu la charrue avant les boeufs, la déclaration de non casus belli avant l’heure ...

    courtoisement . smiley

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    27 janvier 2010, par Carola  
    Décidément je ne sais pas de quoi vous parlez...

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    28 janvier 2010, par Maximo  

    "faire preuve de grande tempérance"
    Ah, carrément ? smiley

    Pour qui ne boit que de la Carola, c’est normal... smiley

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    28 janvier 2010, par claudiqus  

    Maximo ...

    gaffe à l’utilisation abusive de trampoline ! ...

  • > Pau : L’identité régionale fête ses 30 ans d’école
    26 janvier 2010, par le coq  
    gascon en deux mots, c’est quoi ?

    Tout le monde sait que les intentions sont toujours merveilleuses..les faits sont différents. Ce beau discours est le même que celui des Imam avec les mêmes objectifs. Il y a assez de l’Identité Nationale avec notre garbure et la poule au pot - transportées à Lutèce par Henri IV - sans aller chercher de l’inspiration à Marseille. Restons Gascons - en deux mots diront certains - et fiers de l’être.

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Un sociologue et l’occitan
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises