Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Nous verrons...un monde aveugle (dernière partie)

samedi 6 mars 2010 par AK Pô


Episode 3.

Le peuple, misérable par nature et à tous points de vue, besogna et s’organisa de telle sorte que les centrales électriques soient remises en route, que les raffineries distillent leur sombre liquide, que les frites frétillent dans l’huile chaude et les petits cochons dodus dorent dans les fours des gazinières. Bref, les survivants reconstituèrent à l’identique, mais en prenant leur temps, la société précédente. Même Dieu (le père) n’y vit que du feu, tant la routine semblait respectée dans toutes les nations du monde.

A cette différence près que les hypermarchés furent transformés en immenses étables, les parkings retrouvèrent leur vocation de prairies, qu’on érigea de petites cahutes à usage d’épicerie, de boulangerie, de boucherie, un peu partout en ville et chaque village fut pourvu de locaux identiques, on vit s’inscrire sur les frontispices décrépits les mots école, maternelle, centre de soins, mairie, maison pour tous, bibliothèque, gare, salle des fêtes, centre culturel (ce mot fut écrit parmi les derniers, car les pauvres ne connaissent que la culture des champs, c’est bien connu). Dans les contrées lointaines, on fora des puits, on planta quelques éoliennes, on couvrit quelques hectares de panneaux solaires, on utilisa le bois pour faire de l’ombre aux troupeaux, saurer les poissons-chats, les pâturages verdirent peu à peu, les légumes sortirent de la terre qu’à force d’intelligente gestion on rendait arable, les fleuves reprirent leurs cours et les pêcheurs leurs barques. Les immeubles de bureaux des grandes métropoles devinrent des logements, et les ambassades relayèrent les demandes et les offres d’un pays à l’autre, organisant le transport des hommes, des marchandises, des idées, des réussites et des difficultés. Dans les usines, devenues des centres de recherche, on fabriqua des machines à faciliter la vie sans la soustraire à la réalité, le but étant, en permanence, de réaliser des outils libérant l’homme des tâches les plus ingrates.

Que ferait alors cet homme, libéré des contraintes, non des obligations ? Chercherait-il le luxe de l’ennui, le vice de l’oisiveté, le confort viscéral d’une vie casanière ? Ou prendrait-il en main l’imagination nécessaire à toute évolution, chercherait-il dans les replis intimes de son cerveau les racines essentielles de l’existence, dans ces questions antiques et jamais résolues : d’où venons-nous, qui sommes-nous, où allons-nous ? Chercherait-il en lui-même ce que la nature lui enseigne depuis des siècles, ce qu’il n’a jamais voulu comprendre, par manque d’intérêt, par peur de savoir, de trouver cet espace stupéfiant qui ne lui ressemble plus. Pourrait-il s’effrayer de ses mots galvaudés, de ses gestes pervers, de ses pensées mathématiques, de ses équations philosophiques, sombrer dans l’hébétude, voire la béatitude, se rendre compte enfin qu’il n’est que ce qu’il n’était pas, l’ombre de son reflet.

Il lui faudrait alors, à ce stade de révélation, se remettre à marcher. Mettre à jour ses données, partager ses pensées, rire, pleurer, toucher, sentir, écouter, goûter, voir, aimer le jour et la nuit, désirer, charmer, consoler, transcender le feu, alimenter la flamme, rincer le ciel de ses humeurs vagabondes, quel boulot vu mon âge, mais non mais non, il t’a fallu des milliers d’années pour te redresser, n’incline pas le front, regarde devant, avance avance avance et toujours tu seras dans la bonne direction.

Mais surtout, surtout, ne reste pas ainsi, le nez planté sur ton ordi.

-par AK Pô

22 02 10


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Idées de Mars et poison d’Avril
TEOM : petite révolution à Pau
La rue du XIV Juillet
Un casier judiciaire rempli de jus d’orange
Comptes cruels
Question de moyen
Nous verrons...un monde aveugle (épisode 2)
Nous verrons...un monde aveugle ( en 3 épisodes)
La vie rêvée des filles
Pénurie dans la goulotte
A social disease
Petite ceinture pour un passant (ou Gan vue par un croque-mitaine )
La rue Lamothe, avant mutation génétique
Mimosa, Doudou, et la Grelinette
Une histoire à l’eau de rose.
Illusion d’optique dans le champ de vision
Un samedi devant la porte
Des confitures (pour déconfits à pâles figures)
L’Homme Scierie
La dernière nuit du grizzly



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises