Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Didier DOBBELS

lundi 3 mai 2010 par Bernard Boutin


Un an seulement après sa relégation, l’Elan Béarnais remonte. Un résultat qui récompense tout un club : joueurs, dirigeants et entraîneur. Une belle réussite tant on aurait pu imaginer qu’après 34 ans en élite, le club aurait bien du mal à surmonter le traumatisme de la descente. Si ce sont les dirigeants qui, en juin 2009, sont aller recruter l’entraîneur, c’est à lui qu’a incombé la responsabilité de recruter, motiver les joueurs, créer un collectif, mettre au point les techniques de jeu etc...
Rencontre avec Didier Dobbels un homme discret, originaire du nord de la France, joueur de 71 à 89, soixante et une fois sélectionné en Equipe de France, entraîneur de 89 à ce jour. Comment en quelques mois a-t-il pu motiver les troupes au point de créer une aussi rapide remontée en Pro A ? Quelle méthode est la sienne ? Quels sont ses mots-clefs ?

Une « Tribune Libre » en forme de coup de chapeau à l’entraîneur et au travers de lui à tout un club.


Alternatives-Paloises - Vous rejoignez l’Elan Béarnais en juin 2009 alors qu’il vient de passer de Pro A à Pro B, quel objectif vous donnez-vous ?
Didier Dobbels - Les termes de mon recrutement étaient de remonter le plus rapidement possible en Pro A. Peut-être en un an ? Peut-être en deux ans ? On s’était donné un projet pour 3 ans. Au fond de nous même, nous espérions atteindre l’objectif au bout d’un an voire de deux.

Alternatives-Paloises - Dans quel état trouvez-vous l’équipe quand vous arrivez ?
Didier Dobbels - L’équipe est dans un état de frustration par rapport aux deux saisons précédentes. Il ne faut pas mettre en cause que la dernière, une descente ne se fait pas que sur une saison mais plutôt en plusieurs. C’est une équipe qui a une grande frustration de descendre après X années en Pro A et tant de titres. Elle part dans une inconnue complète puisque le club n’a jamais connu la Pro B.

Alternatives-Paloises - Quel est alors l’enjeu ?
Didier Dobbels - C’est de remotiver les équipes voire même malheureusement de se séparer de certaines personnes pour pouvoir rentrer dans un nouveau projet qui est moins « lumière » que ce que le basket français peut apporter (en Pro A ndlr) et avec des contraintes financières bien sûr.

Alternatives-Paloises - Pour remotiver les joueurs, quels sont vos mots-clefs ?
Didier Dobbels - L’écoute avant tout. On ne peut les remotiver qu’en sachant où ils en sont chacun dans son domaine. Ecouter le pourquoi, le comment ils en sont arrivés là. Les faire parler de leurs aspirations pour savoir s’ils peuvent intégrer le projet du club.

Alternatives-Paloises - Et là vous préférez une méthode douce à l’immersion totale...
Didier Dobbels - Cela ne veut pas dire que l’immersion totale est une mauvaise chose comme partir en stage dès la reprise mais je pense que c’est toujours mieux d’apprendre à se connaître chez soi, dans ses meubles plutôt que dès l’arrivée partir 3 jours à l’extérieur pour apprendre à mieux se connaître. Je privilégie une « méthode douce » en étant sur place à une méthode radicale comme cela peut se faire ailleurs.
Partir en stage est valable pour travailler sur une dynamique de groupe de gens qui se connaissent déjà. Pour le début de saison, ce n’était pas le cas entre les joueurs de l’Elan.

Alternatives-Paloises - A la reprise, tous les joueurs reprennent confiance au même rythme ?
Didier Dobbels - Non. Ce ne sont pas obligatoirement les anciens qui reprennent le plus vite confiance. Ils sont restés dans le traumatisme. Ils ont besoin de se retrouver dans ce nouveau projet. Les nouveaux qui arrivent n’ont pas connu les années précédentes et sont déjà dans le nouveau projet. Fonction de la valeur des uns et des autres, du mental de ceux-ci, ça rentre ou cela ne rentre pas facilement dans les têtes. La confiance arrive au fil des entrainements, au fil des matchs en préparation et de leur forme à ce moment-là.

Alternatives-Paloises - Vous vous reposez sur un certain nombre de joueurs...
Didier Dobbels - Comme toujours, il y a un certain nombre de « joueurs cadres » sur lesquels on va s’appuyer toute la saison. Certains vont rentrer dans cette rotation là et d’autres vont rentrer dans les 10, 12 joueurs qui sont potentiellement intéressants à voir progresser toute la saison.

Alternatives-Paloises - Le collectif se crée assez vite à ce moment là...
Didier Dobbels - Il se crée assez vite. C’est la mise en place des principes de jeux qui est un peu plus longue. Chaque entraineur a sa philosophie de jeu. Il s’agit de l’exposer aux joueurs. Quand ils savent sur quelle tendance ils risquent de jouer, à partir de ce moment-là, ils savent que c’est leur propre valeur qui va être mise en avant. Certains rentrent plus facilement dans cette projection.

Alternatives-Paloises - Le résultat de la saison vous surprend...
Didier Dobbels - On l’a senti assez vite. Nous avons eu une préparation et une avant-saison très compliquées mais le premier match à l’extérieur est allé aux prolongations. C’était déjà un exploit en soi alors que nous étions très limités en nombre et dans le vécu collectif. Derrière, on fait un gros match ici contre Limoges et ensuite on enclenche des matches difficiles dont deux défaites...
Nous venions de réaliser deux choses intéressantes et de prendre deux claques. Il fallait réagir ou baisser la tête et souffrir toute la saison. A ce niveau-là, nous ne nous sommes pas trop trompés sur le caractère des gens.

Alternatives-Paloises - Echec ou victoire, comment gérez-vous les après matchs ?
Didier Dobbels - En général, je fais toujours un débriefing dans le vestiaire. Je laisse les joueurs respirer. S’il y a défaite, elle est ruminée. S’il y a victoire, il y a embrassades. Je laisse un peu vivre le groupe par rapport au résultat et après j’interviens assez brièvement. Rarement plus de 5 minutes pour essayer de parler des points forts du match mais aussi du futur.
Le match vient de se terminer, il faut directement se transporter vers l’étape suivante, les séquences d’entrainements. Il faut que les joueurs se transposent et ne restent pas sur ce qu’ils viennent de vivre.

Alternatives-Paloises - On a l’impression que vous avez une méthode de management assez douce, pas agressive...
Didier Dobbels - (rire...) Ne venez pas dans les vestiaires certaines fois à la mi-temps !... Il ne faut pas toujours penser que l’image que l’on peut donner à l’extérieur soit celle que l’on a au sein du groupe.
Le respect ne se fait pas toujours par l’agressivité et par la colère. Il se gagne par la compréhension, par l’écoute, par le choix des mots justes. Les joueurs ont aussi des idées sur le jeu et, pour finir, c’est eux qui jouent. Nous (les entraineurs), on est des créateurs de jeu mais qui le réalise ? Les joueurs. On peut faire les meilleurs systèmes du monde, s’ils n’y adhèrent pas, c’est peine perdu.

Alternatives-Paloises - Si le match est perdu, c’est la faute à l’entraineur, s’il est gagné, c’est grâce aux joueurs ...
Didier Dobbels - C’est le principe basique du sport professionnel.


-  propos recueillis par Bernard BOUTIN

Donnez votre opinion sur la subvention de l’Elan en votant au sondage de la semaine. Faut-il l’augmenter, le maintenir ou la diminuer ? Cliquez ici.

Rappel : Pau et la CDAPP versent 1,4 millions d’euros dont 800.000 vont au club professionnel, 150.000 à a location du Palais des sports et 450.000 vers la formation.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Didier DOBBELS
3 mai 2010, par pehache  

Rappel : Pau et la CDAPP versent 1,4 millions d’euros dont 800.000 vont au club professionnel, 150.000 à a location du Palais des sports et 450.000 vers la formation.

J’aime bien cette façon de présenter les choses, qui laisse faussement croire que seuls 800.000€ vont au club pro !

La réalité est tout simplement que le club pro (la SEM Elan Béarnais) reçoit bien 1,4M€, et que la façon dont il utilise cette somme en interne n’y change rien !

Si maintenant on y ajoute le déficit d’exploitation du palais des sports (200.000€) ainsi que son amortissement (jamais pris en compte dans les raisonnements), on dépasse très largement les 2M€ de participation de la collectivité.

> Didier DOBBELS
3 mai 2010, par Rêveur des villes  

La subvention à l’EB était de 3 fois ce qu’elle est dans les autres clubs. Elle est désormais encore de 2 fois.

  • > Didier DOBBELS
    5 mai 2010, par Marc  
    Les contribuables peuvent-ils savoir le salaire mensuel de M. Dobbels et celui des joueurs, ainsi que le montant des diverses primes qu’ils reçoivent ?

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Max Moreau
    Martine Lignières-Cassou
    Marc Cabane
    Georges Labazée
    Nathalie Chabanne
    Jean-François Maison
    Gérard Trémège
    Jean-Paul Matteï
    Jean Glavany
    Yves Urieta
    Christian Pèes
    Mariano
    L’or ne pourrit pas.
    Nathalie Chabanne
    Questions à Jean-Pierre Bel
    Pascal Boniface et Julien Pardon
    Georges Labazée
    Sylvie de Sury
    André Cazetien
    Xavier CEYRAC



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises