Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Jean-Michel LAMAISON

lundi 24 mai 2010 par Bernard Boutin


Alternatives Paloises - Qu’est-ce qui vous a amené, vous architecte reconnu, à vous lancer dans le combat BAP ?
Jean-Michel Lamaison - J’ai toujours été un défenseur des infrastructures probablement parce que j’ai une formation d’urbaniste. Pour avoir beaucoup travaillé avec les Autoroutes du Sud de la France dans d’autres régions que la nôtre, j’étais un peu jaloux de voir de belles liaisons, bien intégrées dont tout le monde, après les avoir critiquées, se satisfait une fois achevées.

Alternatives Paloises - Vous êtes membre de BAP depuis le début. Quel bilan tirez-vous de ces 10 premières années ?
Jean-Michel Lamaison - Même avant, j’avais milité pour le Tunnel du Somport. Les membres de BAP sont pour beaucoup d’entres eux des anciens du Somport.
Le bilan majeur de BAP, c’est indiscutablement l’autoroute A65. BAP s’est battu d’une manière extraordinairement importante. Nous avons en 2002 organisés plusieurs manifestations sur les routes en bloquant camions et voitures pour donner notre position. Nous avons même posé symboliquement une première pierre à Serres-Castets alors que rien n’était décidé. Cela a été largement couvert par les medias.
Fin 2002, BAP a organisé une grande réunion au Palais Beaumont avec Alain Rousset, Alain Juppé, André Labarrère, François Bayrou, le conseil général, les chambres de commerce des Landes, de Gironde et du Béarn etc. A la fin de la réunion, tout le monde s’est positionné pour l’autoroute. Une lettre, signée par tous les acteurs de la réunion, a été rédigée et envoyée au Président de la République. L’A 65 a pris son envol ce jour-là. BAP y a fortement contribué.

Alternatives Paloises - Un beau succès. Quels sont les prochains que vous attendez ?
Jean-Michel Lamaison - Entre Oloron et le Somport un certain nombre de travaux ont été faits sur la N134. Il faut bien sur conserver cette route actuelle mais il convient de terminer son amélioration.
Nous ne demandons qu’une route à deux fois une voie avec quelques créneaux de dépassements, là où c’est possible, pour éviter les bouchons. Actuellement, il y a des points où l’on ne peut pas se croiser.
Il faut aussi faire les déviations de Cette-Eygun et d’Urdos. La route doit devenir pratique pour tous, pour ceux qui y transitent comme pour les riverains. Actuellement, il y a tout de même 350 camions par jour au Somport.

Alternatives Paloises - Quel autre projet avez-vous ?
Jean-Michel Lamaison - Il faut soulager la Nationale 134, entre Pau et Oloron qui est très accidentogène, soulager l’entrée de Pau entre Gan et Jurançon et désenclaver le bassin industriel d’Oloron qui miraculeusement survit avec un aéroport situé à une heure et demi de route ! Cela passe par une nouvelle voie directe entre Pau et Oloron.

Alternatives Paloises - L’entrée sud de Pau sera allégée par ce nouvel axe. Quel projet pour l’entrée nord ?
Jean-Michel Lamaison - On peut penser qu’elle va un peu s’améliorer par la mise en service de l’A65. A notre avis, cela ne sera pas suffisant. Nous militons pour le prolongement de la rocade Nord-Sud, ouverte il y a peu, avec un pont sur l’A64 et son prolongement jusqu’à Sauvagnon pour délester la N134. C’est une action qui est soutenue par les Maires de Lons et de Serres-Castets, Messieurs Chambaud et Miniague. Nous les contacterons à ce sujet prochainement.
Il va y avoir un nouvel échangeur à Lescar, il ne faut pas oublier celui de Morlaàs. Les deux sont nécessaires pour alléger une rocade saturée dans sa partie nord ; à moins de vouloir transformer la rocade en une « deux fois deux voies » ce qui serait normal pour une agglomération de la taille de Pau. Les ouvrages d’art rendent difficile cette hypothèse. Il est donc important que l’autoroute puisse servir de rocade bis avec une gratuité du péage entre les 3 entrés de l’agglomération paloise.

Alternatives Paloises - Que pensez-vous de l’accord quadripartie signé à propose du « Canfranc » ?
Jean-Michel Lamaison - BAP s’est positionné pour la réouverture. Les futures voies ferrées, comme la traversée centrale des Pyrénées, vont prendre tellement de temps à se réaliser et à un tel coût, qu’il faut donc penser à rouvrir l’axe existant dans un premier temps.

Alternatives Paloises - L’architecte a une vision de cette voie...
Jean-Michel Lamaison - Une vision patrimoniale bien sur ! Elle a été réalisée dans une vallée très accidentée et très bien intégrée grâce à des viaducs en pierre, des tunnels, des ouvrages d’art remarquables de la fin du 19e siècle. Aujourd’hui, jamais on ne se lancerait dans un ouvrage comme celui-là. Pour les amoureux du patrimoine ferroviaire, cette ligne est semblable à ces vieilles lignes d’Europe que l’on prend rien que pour le plaisir de les parcourir.

Alternatives Paloises - La LGV maintenant...
Jean-Michel Lamaison - Nous menons là aussi ce combat. Lors de notre dernière assemblée générale, Frédéric Perrière, directeur des études à RFF est venu nous présenter les 5 solutions de désertes du Béarn et de la Bigorre. Il s’est déplacé parce que nous étions allés le voir à plusieurs reprises. Nous faisons du lobbying en insistant sur cette déserte car, qu’on le veuille ou non, il y a un champ important de population. Le Grand Pau, c’est 270.000 habitants et, si on y inclut les agglomérations de Tarbes et de Lourdes, les 400.000 sont dépassés.

Alternatives Paloises - Vous parlez loobying, comment s’organise BAP ?
Jean-Michel Lamaison - BAP est une association apolitique, neutre où il y a des gens de toutes sensibilités. Ce qui nous réunit, c’est la volonté d’avoir des infrastructures convenables. Nous ne sommes pas des fanatiques du béton et du bitume mais voulons que les voies soient modernisées et sécurisés pour pouvoir vivre en Béarn normalement et ne pas devenir une réserve d’indiens.
Dans BAP siègent de grandes entreprises mais aussi des associations, des syndicats comme la CFDT, la CGC, la CFTC et le MEDEF. Il y a aussi les chambres consulaires, des communes, des collectivités territoriales et bien entendu des particuliers. BAP est divers et représentative.
Après le combat gagné pour l’A65, certains se sont dit, l’essentiel est fait. Il faut maintenant relancer l’action. Nous n’avons gagné qu’une bataille, il en reste bien d’autres.


-  propos recueillis par Bernard Boutin et Joël Braud

Plus sur BAP : http://www.bap-europe.com


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Jean-Michel LAMAISON
26 mai 2010, par Georges Vallet  

Seulement pour l’A65 : "C’est 2600 ha d’emprise de terrains" La République des Pyrénées : mardi 18 mai 2010.

Tant qu’on reste dans la logique de la croissance obligatoire et des moyens de s’y adapter, ces propos se justifient.

Ce que j’ai du mal à visualiser, c’est que cela soit indéfiniment possible !

Que restera-t-il de notre campagne et de son authenticité, de la surface agricole indispensable, du calme thérapeutique de la nature,..... quand, au rythme d’une croissance salvatrice de plus de 3%, il faudra périodiquement doubler nos voies de communication puisque que "la route doit devenir pratique pour tous, pour ceux qui y transitent comme pour les riverains. Actuellement, il y a tout de même 350 camions par jour au Somport"

Je pensais qu’un architecte de cette qualité pouvait avoir une vision humaniste à plus long terme !!!

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Max Moreau
Martine Lignières-Cassou
Marc Cabane
Georges Labazée
Nathalie Chabanne
Jean-François Maison
Gérard Trémège
Jean-Paul Matteï
Jean Glavany
Yves Urieta
Christian Pèes
Mariano
L’or ne pourrit pas.
Nathalie Chabanne
Questions à Jean-Pierre Bel
Pascal Boniface et Julien Pardon
Georges Labazée
Sylvie de Sury
André Cazetien
Xavier CEYRAC



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises