Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le plus simple pour passer les Pyrénées, c’est le Canfranc, c’est déjà construit !!

lundi 14 juin 2010


La nécrose économique des territoires pyrénéens trop compartimentés fait réagir un Pyrénéen de Paris. Pour lui, une évidence : le Canfranc existe. N’attendons pas plus !

Rappelons quelques dates récentes oubliées. Ce sempiternel débat de la réouverture ferroviaire du Canfranc, a déjà eu lieu, par deux fois, en 2006, en présence de la presse et de représentants des milieux économiques concernés à Saragosse. Il ne fut jamais clos.

Je me rappelle que l’expert chargé d ’une étude d’opportunité économique et de faisabilité technique, Mr Robert CLARACO, y produisit des commentaires pertinents mâtinés de bon sens.

Parlons besoins. Le « Canfranc » ne peut être dissocié de l’avenir de l’Aragon, gros acteur économique en relation avec les deux poumons de l’Espagne que sont les mégapoles de Barcelone et Madrid. Je passe volontairement sur les détails chiffrés. Cet acteur industriel et aussi logistique a besoin pour ses industries pondéreuses d’une sortie ferroviaire vers le nord, et si on veut vraiment développer des autoroutes ferroviaires dédiées, il faut dépasser notre cadre national trop étriqué. L’Espagne est un débouché indiscutable pour nos propres entreprises, tout comme celles de nos voisins du nord de l’Europe. Notre prospérité repose sur la santé de nos voisins - clients. Les autoroutes sont les vaisseaux de notre machine économique. On l’oublie trop souvent.

La ligne du Canfranc permet un saut d’obstacle majeur (rappelez vous ce que nous primes aussi pour une anecdote, la célèbre phrase de Louis XIV en 1700, à l’avènement de Philippe V) et nos orateurs péremptoires n’ont aucune notion concrète des enjeux de la logistique intra-européenne. Cette ligne de montagne techniquement opérable est aussi le chainon manquant d’une longue chaine commerciale invisible au néophyte, devant être à créée. Cela va gêner des intérêts établis et bien plus puissants et sournois. . Au passage qui est actionnaire de Vinci ? Eiffage ? des concessions espagnoles ? Qui oublie aussi le va-et-vient routier visible et massif qui pollue au passage la vallée d’Aspe ? Pau serait-elle géographiquement une ville cul de sac ? En tout cas, le manque de vision globale de nos contemporains y contribue.

Les partisans de la TCP, les politiques au premier chef, ont dénigré au départ le Canfranc, en coulisse surtout, et n’ont fait pas ménagé leurs effets médiatiques pour faire rêver l’opinion publique sur ces grands travaux pour stimuler la croissance (sic) . C’est un poncif digne de la décadence démagogique de tout Etat.

On devrait créer le prix du « cocu du tunnel ». L’échec financier du tunnel sous la Manche a terni la joie de ces messieurs et je dois rappeler à tous que le contribuable remplacera le petit porteur berné, comme « dindon » pour payer la facture qui s’annonce astronomique de la TCP. Quid du péage et pour quel trafic ? et des frais financiers du nouveau tunnel ? Le contribuable est déjà "sollicité" sur des projets autrement plus urgents et avancés comme le « Lyon Turin », bien parrainé au demeurant, mais en manque de fonds publics, et bien entendu, privés...Depuis 2009, l’euphorie économique de la péninsule ibérique de l’époque s’est évanouie !

L’ampleur ambitieuse du plan d’infrastructures (PEIT) en Espagne, à souligner pour les français qui ont une connaissance lacunaire de l’actualité de notre voisin, montre l’indigence de l’effort français pour le sud du territoire de notre pays.

Aujourd’hui, le Maitre de l’échiquier est le même. Au risque de vous déplaire, je suis contraint de vous dire que les décisions se prennent à Paris. Les lobbies du BTP et du rail , conjoints, ont misé sur les LGV et toutes les fables sur le fret ferroviaire sur LGV ne sont que des prétextes pour faire avaliser ces dépenses au trafic voyageur déficient, par les populations locales qui paieront la facture de la LGV. Y a t il du fret ferroviaire sur la LGV Paris-Lyon ? et sur Lyon -Marseille ? ou mieux, Lille - Marseille ? Si non, quel miracle le permettrait entre Irun et Bordeaux ou Tours ? Les bureaucrates de l’Europe additionnent des carottes et des choux pour justifier ces grands travaux de BTP, sans trop regarder finement l’origine, la destination et la nature des marchandises ainsi que les motivations des acteurs économiques.

Qui se souvient des arguments pour justifier la construction des autoroutes en France ? et plus particulièrement du projet de 4 voies, de la vallée d’Aspe ? et pour la construction du tunnel du Somport ? Je n’oublie pas les dépassements de coûts de ce dernier.

Ou voulais-je en venir avec ce long discours ? La construction d’un ouvrage aussi monumental et coûteux soit il, si elle est nécessaire n’est pas suffisante. Les ferries n’ont pas disparu à Calais malgré le tunnel sous la Manche et l’écartement différent des rails n’a jamais empêché le passage des trains de marchandises à Port Bou - Cerbères. Les acteurs économiques privés regardent au premier chef, leurs coûts de revient et la lenteur n’est pas toujours le facteur discriminant en matière de transport de marchandises. Si la RENFE et la SNCF ont raté la révolution du transport intra-européen à partir des années 70, c’est que la souplesse des transporteurs routiers, les avancées technologiques ont autant compté que la « gréviculture » de nos cheminots, dans la gestion à flux tendus de l’économie actuelle. En outre, la désindustrialisation de l’Europe de l’Ouest a donné la primauté aux ports et aux échanges avec l’est européen

Je terminerai par ce fait aussi oublié, en rappelant que la privatisation des autoroutes françaises est un facteur déterminant pour sortir de l’hypocrisie permanente des pouvoirs publics français : Bercy trouvait commode de stimuler le BTP, soigner ses grands barons, et de toucher les dividendes des concessions autoroutières. Aujourd’hui bradées au même privé, l’Etat n’est plus juge et partie.

Un coup de gueule ? Je rajouterai que l’Espagne n’est pas considérée comme un partenaire prioritaire par nos dirigeants à Paris.

Un note d’espoir ? Un rêve ? Le Canfranc est une solution de bon sens et bon marché. Ah si les dirigeants des deux versants géraient ensemble le problème ferroviaire, dans une vision moins électoraliste , et favorisaient l’intérêt général en convergeant les intérêts économiques, proches et lointains. Les populations locales concernées rappelleraient aussi aux pouvoirs publics du bord de Seine que les espagnols estiment que l’axe voyageurs Paris - Madrid, tout comme l’axe de marchandises SINES-PARIS relèvent de la fumisterie de communicants en mal d’arguments convaincants pour justifier le gaspillage d’argent public dans des grands travaux, au nom de la croissance, mais au bénéfice de grands groupes de construction. Il est vrai que ces bureaucrates n’empruntent jamais les avions low-cost et n’ont jamais fait de commerce avec l’ Asie.

A méditer ? Je construis donc j’existe. J’exploite donc je (sur)vis.

Au final, le citoyen détroussé se révolte pour rester dans la colucherie ambiante : Zapazero et Sarko(mique) ont-ils oublié les actions de Franco et d’ Hitler pendant la dernière guerre : Le plus simple pour passer les Pyrénées, c’est le Canfranc, c’est déjà construit !! "stupids ", aurai rajouté Winston Churchill ...

- Par Bacalao


Crédit photo : <a href="http://www.photo-libre.fr">Photos Libres</a>




 

 



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Offre d’emploi
Alexandre - Il n’y a pas de mot
Je suis partout... un media à part
La boussole des politiques : Le pouvoir
Habemus Papam !
Réformer la France : Un travail de Titan
Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
Jaurès, m’entends-tu ?
Le couple Algérie France
Déjà demain !
Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
Noël en famille
Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
Les Français sont-ils des ânes ?
Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
Les terriens n’ont rien compris



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises