Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

le confiteor du général Hiver (conte de Noël)

samedi 25 décembre 2010 par AK Pô


Aujourd’hui, c’est Noël. D’habitude, et plus précisement ce jour-là, on raconte aux enfants des histoires. Des contes. C’est-à-dire des histoires qui finissent bien. Pas des histoires vraies. Les histoires vraies, elles se font la guerre sous les ordres de généraux divers.

Ici, dans cette histoire, c’est un hiver sans feu de cheminée, sans crèche, un hiver de 1914, où les troupes anglaises font face aux troupes allemandes. Chaque soldat campe sur ses positions, se gèle, les croquenots dans la boue des tranchées, la cartouchière sanglée autour du corps, baïonnette au canon, la peur au ventre, dévoré par les poux. Le ciel est sans étoile, les bergers sont au front, comme les ouvriers et les piou-pious malchanceux partis la fleur au fusil, comme tous ces hommes qui ont vu de leurs yeux la boucherie, l’hécatombe, ont vécu ces combats terribles depuis le mois d’août, depuis le début du conflit.

Les hommes de la garnison anglaise, qui se moquaient des couleurs bleues et rouges des tenues des fantassins français (des capotes "poiret" en passant par les épaulettes des sous-officiers) -ils en changeraient en 1915 après s’être fait décimer comme des lapins (la tenue réséda testée en 1911 n’ayant pas été retenue comme vêtement militaire)-, à présent ne riaient plus. La couleur kaki des manteaux qu’eux-mêmes portaient était devenue uniformément à-plats de boue, de sang et de sueur. On mangeait des rats, de quelque bord que l’on se trouvât. Les lampes "Monjardet", les couvre-casques, les pistolets lance-fusées, les masques M2, tout était de teinte identique : glauque, létale. Le thermomètre était celui de la peur, pas celui du givre qui dessine sur les vitres des foyers ses fleurs fantasques et finement ciselées.

Froid tranchant des tranchées de l’enfer. Attente et folie meurtrière. Gaz moutarde et lettres de bien-aimées planquées dans la doublure de la capote, dans la poche à pansements, comme une ultime douceur avant le précipice de la douleur. Guerre. Hiver. Solitude. Désespoir. Histoires qu’à Noël on ne raconte pas aux orphelins, aux heures où les mères prient chaque jour pour le retour de l’homme, revînt-il estropié, manchot, à demi fou, qu’importe pourvu que ce soit lui, que ce soit ton père et mon mari, viens, mon fils, je vais te raconter une histoire, celle des hommes dans les tranchées, le jour de Noël 1914, dans les faubourgs d’Yprès...

Qui, soudain, fit signe aux autres de se taire ? John, Peter, Alexander, ou O’Grady ? Qu’importe. Silence, les gars ! Ecoutez, vous n’entendez rien ?

Si, si, oui... on entend... comme une rumeur ! Non, C’est un chant ! Merde ! Ca vient d’en face, des tranchées allemandes ! Les allemands chantent ! Attendez ! Ecoutez ! Oui ! c’est ça ! je connais cet air, les gars, c’est un chant, un chant de Noël...

Qui s’est levé le premier, John, Peter, Alexander ou O’Grady ? Qu’importe ! ce sont tous les hommes de la garnison, des colonnes entières. Et qu’ont-ils vu ?

Des sapins de Noël décorés, dressés le long des tranchées adverses par les allemands. De plus, ceux-ci avançaient, sans armes, sans animosité, jusqu’au milieu du no man’s land et les appelaient pour qu’ils se joignissent à eux, au milieu d’un champ de bataille, d’un paysage que les obus avaient dévasté.

C’était le matin du 25 décembre 1914, près d’Yprès, en Belgique. Les hommes fraternisèrent, s’offrirent des cadeaux, discutèrent, jouèrent au football.

En d’autres lieux, où britanniques et allemands se faisaient front, se déroulèrent ces mêmes faits, durant parfois plus d’une semaine... Jusqu’à ce que :

les autorités militaires y mettent un frein.Que les généraux reprennent leurs quartiers d’Hiver.

Ainsi cette trêve, appelée jadis "trêve de Dieu", (voulue par saint Louis en 1245 : l’église catholique romaine ordonnait alors que tous les conflits guerriers cessent durant la période de l’Avent à Noël), fut rattachée à l’expression couramment utilisée de nos jours, "la trêve des confiseurs".

Et comme il faut une fin fraternelle aux histoires qui ressemblent à des contes, messieurs Prévert et Montand, je vous en prie, à vous :

"Oh Barbara Quelle connerie la guerre Qu’es-tu devenue maintenant Sous cette pluie de fer De feu d’acier de sang Et celui qui te serrait dans ses bras Amoureusement Est-il mort disparu ou bien encore vivant Oh Barbara"

-par AK Pô

08 12 10


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> le confiteor du général Hiver (conte de Noël)
25 décembre 2010, par Autochtone palois  

Merci AK Pô. Ce conte est une smiley

  • > le confiteor du général Hiver (conte de Noël)
    25 décembre 2010, par claudiqus  
    Merci, AK Pô ! c’est dans les pires situations que les hommes parfois parviennent à faire la trève ... smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Obsolescence de la publicité
    Le complot
    Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
    Les oiseaux
    Le corbeau
    L. l’entrepreneur
    Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
    Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
    Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
    Petit conte à rebrousse-poil
    Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
    Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
    Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
    Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
    Feuilleton (chap 16) : la carte postale
    Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
    Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
    Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
    2035 : la ville des trois mirages
    Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises