Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse

lundi 31 janvier 2011 par Georges Vallet


Le grand théâtre de fin d’année a fait le plein : féeries lumineuses, grandes surfaces débordantes de produits et de chalands, mais, aéroports saturés de voyageurs piégés, avions immobilisés, routes et autoroutes impraticables, nappes phréatiques salées.


Les vœux prioritaires restent pourtant la nécessité d’une croissance économique salvatrice....
Cette euphorie passée, il serait peut-être temps de revenir les pieds sur terre et se rendre compte que la bulle dans laquelle nous vivons est entrain de gonfler dangereusement.
Chaque citoyen doit prendre conscience que « la croissance infinie », basée sur l’hyperconsommation, source incontournable du bonheur, a son « feed-back », tout aussi incontournable. Quand on a taillé le silex, on a inventé la coupure ; avec l’avion, c’était le crash, en titillant l’atome, on a eu Tchernobyl ; actuellement, on démarre la nouvelle usine d’antimatière du CERN ! On est passé de la blessure possible d’un doigt à la disparition éventuelle de l’humanité.

Les, retombées de ce « grand bonheur » inégalitaire, perturbent de plus en plus significativement et gravement l’organisme, le système endocrinien particulièrement.

Les Perturbateurs Physiologiques et Psychologiques sont là.
Les chiffres de l’Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) sont éloquents : « L’incidence du cancer a globalement augmenté de 63% entre 1978 et 2000 et la mortalité de 20%., soit, à âge constant de 35% » Les autres sources d’information (Inserm, revues scientifiques,...) débouchent sur des constats comparables. 

Par exemple, le nombre de cancers du sein en France est passé de 58 à 110 pour 100.000 par an, de 1980 à 2005 ; la mortalité due au cancer des ovaires a doublé de 1972 à 2004 ; celui des testicules a la même évolution.

Alors que l’on décomptait plus de 150 millions de spermatozoïdes dans un millilitre de sperme en 1950 (en Europe), nous en sommes aujourd’hui à environ 60 millions, chiffre qui s’approche du seuil de 20 millions à partir duquel le recours à la fécondation artificielle in vitro devient nécessaire. Les anomalies génitales masculines sont en augmentation régulière. Côté féminin, ce n’est pas plus réjouissant, A côté du cancer du sein, celui des ovaires, de l’endomètre est à la hausse ; la puberté est de plus en plus précoce. Les populations immigrées se mettent en très peu de temps à présenter les pathologies de leur pays d’accueil Les causes semblent donc liées au mode de vie.

En 2006, 200 chercheurs ont signé « La déclaration de Prague » sur la perturbation endocrinienne, appelant les autorités à réduire l’exposition aux produits chimiques de la population générale. « Notre technologie libère 100.000 substances chimiques artificielles dans notre environnement » précise Rémy Slama Institut Albert-Bonniot Grenoble. (Naître aujourd’hui HS Science et Vie).

Le système hormonal régule les communications au sein de l’organisme, en étroite liaison avec le cerveau ; il emprunte non pas les nerfs mais le sang. Les milliers de produits chimiques que notre « progrès » génère nous imprègnent ; ils provoquent des « bugs » qui brouillent les relations au sein de l’organisme. Nous devenons une société dont les systèmes de communication deviennent déficients !

Ces perturbateurs :

- Inhibent des enzymes de la maturation des hormones.
- Imitent nos hormones, amplifiant ou inhibant les actions souhaitables.
- S’attaquent aux systèmes régulateurs des hormones. ; les actions sont incontrôlées.

Voici une liste non exhaustive, loin de là :
- Les PBDE dans les meubles, textiles, produits électroniques, poisson, lait.
- Le Bisphénol A dans les produits plastiques
- Les Alkyphénols des textiles, shampoings, produits d’entretien domestiques
- Les Phtalates. des cosmétiques, rideaux de douches, couches-culottes, gants en plastique
- Les PCB de l’encre, de la peinture, transformateurs et matériels électriques.
- Les dioxines des ordures ménagères, feux domestiques...
- Les Parabènes des crèmes, lotions, shampoings, rouge à lèvres...
- Les pesticides organochlorés présents dans la volaille, le lait ou l’eau.

Des résultats obtenus par le professeur danois Skakkebaek (Science et vie), montrent que chez l’homme, très tôt dans la vie d’un fœtus sain, le testicule commence à produire des hormones masculines pilotant, entre autres, la maturation des cellules fœtales. Si les hormones sont insuffisantes ou contrecarrées, après la puberté, ces cellules, dérégulées, deviendront cancéreuses. Un schéma semblable est applicable chez la femme. On voit le danger chez la femme enceinte et le nourrisson. 

L’individu « absorbe » en continu, et accumule, d’innombrables substances : pollution agricole, urbaine, pollution intérieure, tabac, alcool, alimentation, pesticides, rayonnements..., son système hormonal se dérègle. Certains composés ont une action pendant la vie fœtale ou pubertaire et apparemment sans effet le reste du temps. À des concentrations infraliminaires, certaines substances deviennent très actives par accumulation ou quand elles sont mélangées, donc associées. Il faudrait donc tester les produits un par un et de façon combinée, pendant des années. Comment obtenir des certitudes absolues ? Actuellement, seule l’application d’un principe de précaution rigoureux est justifiée.

D’autres causes perturbent le système endocrinien, l’une des plus importantes dans notre société, est, sans contexte, le stress : externe : au travail, familial, social, ou interne : stress oxydatif, etc. Luc Montagnier : « Le stress oxydant intervient de trois façons dans la genèse des cancers : il active les cellules, déprime le système immunitaire et induit des mutations comme des carcinogènes ou des radiations. » Les interactions entre système nerveux et hormonal, au niveau cérébral, sont déterminantes. Nos émotions, indispensables à notre équilibre physiologique, à notre raison, sont les moteurs essentiels de toute poursuite du bonheur (Damasio).... ou de la déprime ! Or, les molécules qui gèrent ces émotions sont les neurotransmetteurs dont le stress modifie la sécrétion. Citons ceux qui :

- Induisent des sensations de bien-être : endorphines (confiance et soulagement), noradrénaline (excitation, action), dopamine (circuit de la récompense).
- Inhibent la douleur et l’anxiété  : enképhalines, GABA.
- Ont aussi une activité hormonale : sérotonine (voie de la sérénité), mélatonine, ocytocine.

A@P souhaite donner la parole aux élus : locaux, régionaux, nationaux. Suggestions :

1°) Comment envisagez-vous de participer à la lutte contre ce fléau de santé publique ?

2°) Comment comptez-vous faire, avec des experts vraiment indépendants, pour assurer l’application du principe de précaution, non pas après la diffusion des produits, mais avant leur dissémination, en ayant la même exigence pour autoriser la mise sur le marché que pour le retrait ?

3°) Comment pensez-vous faciliter l’application du règlement européen Reach ? Fondamental, mais impossible à mettre en œuvre du fait de la pression des lobbies.

4°) Comment pensez-vous lutter activement pour une humanisation de la vie au travail dont les dérégulations actuelles sont la source d’une dépression générale et donc du manque de compétitivité.

Il devient urgent de choisir entre la croyance aux oracles des temps modernes et la nécessité de sauver une nouvelle espèce en péril.

- Par Georges Vallet

Crédit photo : Lasserpe etwww.sante-environnement.be



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> REACH
31 janvier 2011, par Marc  

Je n’ai pas bien compris le problème que vous soulevez avec REACH. C’est un programme important en pleine phase de développement, mené en partenariat avec l’industrie. Pourquoi dites vous qu’il est impossible à mettre en oeuvre ?

Vous trouverez ci-dessous de larges extraits d’un récent communiqué de la commission (décembre 2010), qui explique les avancées du processus et les prochaines étapes :

"Aujourd’hui, une étape importante vers une gestion et une utilisation en toute sécurité des substances chimiques en Europe a été franchie. L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) vient en effet de terminer l’enregistrement d’une proportion importante du volume total des substances chimiques produites et utilisées dans l’UE, ainsi que des produits chimiques les plus dangereux. L’échéance du 30 novembre pour l’enregistrement des substances chimiques les plus utilisées a été fixée par le règlement REACH qui porte sur l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances. Grâce à REACH, l’industrie européenne va avoir une connaissance plus approfondie des effets nocifs potentiels des substances chimiques qu’elle traite. Il en résultera une utilisation plus sûre des produits chimiques, un renforcement de la compétitivité industrielle et un environnement plus propre. Dans le cadre du système REACH, une entreprise n’est autorisée à mettre sur le marché de l’UE une substance chimique qu’elle fabrique ou importe que si elle a enregistré cette substance auprès de l’ECHA dans le délai imparti.

La première échéance pour l’enregistrement qui était fixée au 30 novembre 2010 constitue une étape importante pour la nouvelle politique de l’UE en matière de substances chimiques. Cette échéance concernait les substances les plus dangereuses (notamment celles classées comme cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction) fabriquées ou importées en quantités égales ou supérieures à 1 tonne par an par entreprise, les substances très toxiques pour l’environnement aquatique fabriquées ou importées en quantités égales ou supérieures à 100 tonnes par an par entreprise et les substances fabriquées ou importées en quantités égales ou supérieures à 1 000 tonnes par an.

Au 30 novembre, l’ECHA a reçu 24675 dossiers. Il convient de féliciter les industriels pour les efforts considérables déployés afin de préparer dans les délais impartis les évaluations de la sécurité chimique. L’ECHA va maintenant procéder à l’examen des dossiers pour vérifier que toutes les exigences ont bien été respectées.

D’après l’industrie, un grand nombre d’entreprises ont déjà relevé leurs normes de sécurité dans la foulée du processus d’enregistrement. Il en résulte une utilisation plus sûre des substances chimiques fabriquées ou importées en grandes quantités ou présentant des risques spécifiques, notamment celles qui sont dangereuses pour la santé humaine ou l’environnement. Bien que l’échéance du 30 novembre concernait essentiellement les substances chimiques fabriquées et importées en grandes quantités, un certain nombre de petites et moyennes entreprises ont pris part à l’exercice et ont été à l’origine de quelque 10 % des enregistrements. Comme les PME utilisent également des produits chimiques, elles profiteront aussi des informations en matière de sécurité qui viennent d’être collectées.

La situation continuera de s’améliorer à mesure que les informations collectées seront retransmises tout au long des chaînes d’approvisionnement. REACH profitera à la fois aux entreprises et aux consommateurs, le partage des connaissances entre industriels permettant d’améliorer les normes de sécurité relatives tant aux conditions de travail qu’aux biens. Par ailleurs, la réduction de la pollution chimique contribuera à la protection de l’environnement.

Le processus n’en est encore qu’à ses débuts : deux autres échéances d’enregistrement sont prévues en 2013 et 2018 pour les substances chimiques fabriquées ou importées en quantités plus faibles. La Commission examinera les enseignements tirés de la première phase d’enregistrement pour garantir que le déroulement des futures phases se passe sans encombre."

  • > REACH
    31 janvier 2011, par Georges Vallet  

    Marc

    L’avancée est considérable, ce n’est pas REACH que je critique, bien au contraire ; théoriquement ce pourrait être LA solution. Malheureusement, c’est comme pour le Grenelle, l’annonce est populaire mais l’application est beaucoup plus « délicate » à mettre en œuvre !! : • les critères retenus sont d’une complexité à peu près ingérable.

    • Il y a des « amendements », des débats, des pressions considérables sur les décideurs, par le biais des réseaux nationaux et internationaux,

    • Les coûts de mise en oeuvre pour les entreprises, les coûts pour les structures qui contrôlent, sont énormes, les moyens ne sont pas à la hauteur de ces exigences.

    • Il y a les lenteurs administratives, les tests souvent contestables, presque toujours trop courts dans le temps, peu transparents, pour de nombreuses raisons.

    Tout cela vient déformer, supprimer, ralentir, tempérer, les exigences, pour ne laisser, en fin de compte, que des applications peu significatives, pour ne pas dire peu efficaces, même si cela semble spectaculaire ! Il est intéressant de consulter des sites « critiques » pour se faire une opinion ; celui de Greenpeace par exemple.

    http://www.observatoire-environnement.org/cbsa/ Au hasard car ce serait trop long !

    1°) Pour résumer, les fabricants et importateurs de substances chimiques produites ou importées à plus d’une tonne par an et commercialisées depuis plus de 20 ans (environ 30 000 molécules) devront enregistrer ces substances auprès d’une agence centrale et fournir des données sur les caractéristiques et les usages de celles-ci. Par conséquent, ils devront connaître les propriétés de ces substances, obtenir des informations sur leurs usages auprès de leurs clients (avec les chinois, entre autres, cela sera très facile et garanti !!!!), évaluer (transparence des évaluations !!!),les risques (test sur combien de temps ?) que ces différents usages peuvent imposer à l’environnement et à la santé, et recommander ou prendre des mesures de sécurité. L’importance de la documentation à fournir dépendra du tonnage de production. Les entreprises devront enregistrer toutes les substances produites ou importées dans des tonnages supérieurs à une tonne par an et par producteur/importateur (soit environ 30 000 substances). Les échéances les plus proches pour l’enregistrement s’appliqueront aux substances produites à très fort tonnage (au-delà de 1000 tonnes) et aux substances CMR (cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques) au-delà d’une tonne. L’ensemble de ces produits devra être enregistré dans les 3 ans suivant l’entrée en vigueur de REACH. Les substances dont les tonnages annuels de production sont compris entre 100 et 1000 tonnes seront enregistrées sous six ans, et les substances à faible tonnage annuel (entre 1 et 100 tonnes) disposeront de 11 ans. !!!!!!!! Les dossiers d’enregistrement peuvent être évalués par les autorités nationales si la substance présente un risque pour la santé ou l’environnement .. Toute proposition de test sur animaux, émise par l’industriel, devra aussi faire l’objet d’un examen et d’un accord des autorités (dont on a des raisons de se méfier, actualité oblige) !). Les données (y compris celles existantes) issues des tests devront être partagées afin d’éviter au maximum de nouveaux tests. et les substances les plus dangereuses dîtes "extrêmement préoccupantes" seront sujettes à une procédure d’autorisation. Environ 1500 substances chimiques sont susceptibles de passer par cette procédure d’autorisation...Pourquoi faire simple quand... !!!!!!!!!

    2°) Y a t-il des substances chimiques qui échapperont à REACH ? « Les pesticides, les médicaments, les produits pharmaceutiques et cosmétiques, et les produits naturels sont de manière générale en dehors du champs de REACH car couverts par d’autres législations, dont on connaît, avec Serviez, l’efficacité !!!. Or, il n’existe pas de liste fermée de substances chimiques couvertes ou non par REACH. » J’ajoute que les nanoparticules ne sont pas concernées.

    3°) Un des objectifs de REACH est de s’assurer que les substances chimiques extrêmement préoccupantes soient abandonnées et remplacées par des alternatives appropriées et plus sûres. Cet objectif a été mis en péril par le lobbying intense de l’industrie chimique et le projet de loi a perdu de ses ambitions au fur et à mesure du processus législatif. « Plus sûres », quand la vie est en jeu, c’est quand même vague !!!

    Quand on connaît le rayonnement des lobbies à Bruxelles ou à la chambre, près des députés. Quand on réclame constamment des baisses de charge, quand on connaît le gouffre du déficit et les mesures prises pour récupérer de l’argent comme la suppression dernièrement de compagnies de CRS, croyez-vous honnêtement que toutes ces directives seront suivies par les entreprises et que le contrôle de ces obligations seront réalisés par l’Etat !!!!

  • > REACH
    31 janvier 2011, par Marc  

    A lire votre réponse, dont certaines parties sont hors-sujet mais passons, il n’y a plus qu’à aller se coucher et ne rien faire.

    REACH, comme vous le dites vous même, est une formidable avancée - au niveau de l’Europe et non pas de la France seule - qu’il faut soutenir. Evidemment, il y a et il y aura beaucoup de difficultés et de blocages, mais il y a aussi nombre de points positifs dans l’application, qui n’a rien de théorique, et des entreprises qui jouent le jeu.

    En outre, votre information date et n’est pas à jour ; vous n’avez manifestement pas regardé le document que j’ai placé sur le site. La première échéance est maintenant passée avec des résultats tout à fait significatifs, même si l’on n’est encore qu’au début d’un long cheminement européen.

    Quant à Greenpeace, est ce que vous avez déjà lu un seul communiqué positif de cette organisation, dont le but principal est de faire de l’agitation à bon compte ?

    Bien à vous.

  • > REACH
    1 février 2011, par Georges Vallet  

    "certaines parties hors-sujet" Je vous en laisse la responsabilité, tout se tient.

    "aller se coucher et ne rien faire" C’est ce que je reproche à trop de monde, d’aller se coucher et ne rien faire, pendant ce temps d’autres en profitent ; cette remarque est généralisable.

    Que des avancées aient eu lieu, cela ne fait aucun doute ; le fait d’en parler, y compris dans le domaine politique, de mettre sur la place publique toutes les dérives incompatibles avec notre santé et notre avenir, de décider de prendre des mesures, c’est très positif.

    L’inconvénient, c’est qu’un cancer, et vous ne pourrez pas dire que c’est hors sujet, a des chances de guérir que s’il est diagnostiqué très précocement et que des thérapies, souvent lourdes, doivent être prises RAPIDEMENT, sans tergiverser.

    Que l’on discute sur la validité du Logo P.P.P. pourquoi pas, cela m’amuse et c’est sans conséquence importante ; mais qu’il faille des années pour supprimer un produit que l’on sait extrêmement dangereux, souvent depuis sa mise sur le marché, pour la santé et celle de la descendance, du fait que des millions d’euros sont en jeu, c’est consternant ; Or, les lenteurs pour la réalisation de REACH, c’est cela.

    "un seul communiqué positif de cette organisation"

    Pas un, mais de très nombreux !!

  • > REACH
    31 janvier 2011, par claudiqus  
    Ceci me rappele, dans le même ordre d’idée, ce nouvel organisme créé (j’ai oublié le nom) pour contrôler les produits et substances médicamenteuses mis sur le marché par les laboratoires et groupes pharmaceutiques . incidence médiatique du Médiator oblige, stricto sensu . mais tous ces beaux procédés emplis de bonne volonté, sans doute, espèrerais-je, pourront-ils être suffisamment solides pour faire barrage aux pressions énormes qu’exercent les lobbyies et tous les consortiums et mégamultinationales qui font autorité ? coup de chapeau, au passage, à l’ONG Avaaz, qui oeuvre sans cesse en ce sens .

  • > REACH
    31 janvier 2011, par Marc  
    Procès d’intention. REACH est un programme européen qui n’a rien à voir avec un quelconque organisme de facade. Ne mélangeons pas les habitudes franco-françaises avec les instruments européens.

  • > REACH
    1 février 2011, par Georges Vallet  

    "qui n’a rien à voir"

    Au contraire, les pressions reçues au niveau des décideurs européens sont bien plus nombreuses, variés et importantes que celles reçues par nos députés pour voter une loi.

  • > REACH
    1 février 2011, par Marc  
    vous oubliez qu’il y aussi des pays, des Parlementaires européens et des commissaires qui sont beaucoup plus en pointe que la France et leurs homologues français sur ces questions.

  • > REACH
    1 février 2011, par claudiqus  
    Côté émoluments et avantages, c’est vrai que les Parlementaires européens sont en pointe ... smiley

  • > Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse
    31 janvier 2011, par le coq  

    Cher GV Aucun souci, toutes vos questions trouveront réponses dans quelques mois lorsque la campagne électorale sera engagée...encore un peu de patience. Profitez de vos loisirs "au bien vivre". La maison de retraite c’est pas génial même si on y apporte des chocolats.

    > Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse
    31 janvier 2011, par Maximo  

    Comment pensez-vous lutter activement pour une humanisation de la vie
    En faisant comme JPPenot (et accessoirement votre serviteur) le préconise : en mangeant 14 kilos de chocolat tous les jours smiley

  • > Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse
    31 janvier 2011, par claudiqus  
    Au final ... si l’humanité devient stérile, c’est peut-être la réponse naturelle et évolutiste à son émancipation démographique en contradiction avec la baisse des ressources ... smiley smiley

  • > Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse
    31 janvier 2011, par Georges Vallet  
    C’est une hypothèse pleine de "bon" sens.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Un sociologue et l’occitan
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises