Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Fukushima-Daiichi (福島第一原子力発電所, (*)

samedi 19 mars 2011 par AK Pô


L’homme est un grand savant. Depuis qu’il a appris à se tenir debout, il cherche par tous les moyens possibles comment accèder au bonheur. Pour s’aider dans la difficulté du parcours, il s’est créé un peu partout un professeur censé diriger les manoeuvres, tout en s’en tenant éloigné. Selon les régions du globe, ce professeur a pris différents noms Dieu, Yahveh, Allah, etc.En Afrique, où est née l’Humanité, la terre, les arbres et les rivières ont servi à nommer d’autres professeurs : chamanes, griots, chasseurs, sorciers...

Ainsi le monde a-t-il vu grandir le Progrès. L’homme qui marchait est d’abord monté sur le dos d’un animal, cheval, éléphant, buffle, puis dans la charrette que tractait l’animal, ensuite dans un cabriolet décapotable avec moteur en V et enfin dans un jet privé avec pilotage automatique. L’homme cherchait encore, la tête dans les étoiles, comment améliorer le temps, en le raccourcissant dans ses transports afin de le rallonger dans ses plaisirs. Comment retarder la mort et les épidémies, comment soigner la maladie et nourrir les affamés et les gloutons, comment avoir chaud l’hiver et être au frais l’été, comment conserver ses aliments, dans la saumure, la boucane et le réfrigérateur. En cela, l’homme savant progressait avec chacune des époques qu’il traversait.

L’homme savant perça des tunnels d’un bout à l’autre de l’obscurité, creusa des canaux pour joindre les océans, des ponts pour franchir les congés, fit courir des tuyaux pour assainir et alimenter en eau potable les villes, et l’on se moqua de monsieur Chandelle et de ses morceaux de bougies ridicules quand l’électricité éclaira soudain toutes les rues des citadelles et des villages. Les hirondelles refirent le printemps des hommes, et, perchées sur les fils télégraphiques, lui annoncèrent l’automne sur Internet. Les vaches donnaient du lait, on en tirait aussi du beurre, des entrecôtes, et l’équarrissage engraissait les champs. Le cuir servait à l’habillement, puis il servit à recouvrir les livres sérieux, les meubles de style, les canapés voluptueux.

L’homme savant exploita la poudre, le charbon, maîtrisa l’art de raffiner le pétrole brut, découvrit la magie des polymères, y puisant une énergie nouvelle dans laquelle son savoir explosait en possibles bonheurs jusqu’alors parfaitement ignorés. Le bonheur devint synonyme de prospérité. L’homme prospérait et ses découvertes, ses inventions, devinrent sa déraison d’être. Les animaux, les arbres, les eaux, l’air et le feu, que tout cela semblait puéril à ses yeux. L’homme maîtrisait tout, et devant le professeur, se surpassait, allait bien au-delà des directions que celui-ci avait, de loin, indiquées. L’homme rayonnait pendant que les assesseurs du professeur voyaient leurs auréoles partir en fumée.

Mais le trait de génie qui sépara définitivement l’homme savant du professeur fut la fission de l’atome dans une petite boîte en fer blanc hermétique. Là, il avait atteint le top. Cet homme se fit des amis, ardents travailleurs aux visions utopiques. Ils dévièrent leurs recherches. Alors l’argent, une très ancienne trouvaille, coula comme du métal en fusion dans les hauts fourneaux de la finance. Sur le tillac du paquebot Globe se pavanaient les femmes sans amour abandonnées par leurs amants rivés dans les coursives de leurs bourses multinationales, cependant que dans les soutes, noirs, irradiés, et morts vivants pelletaient à tout-va dans l’éclat, la chaleur infernale et l’air irrespirable, nourrissant l’immonde gueule de feu qu’était devenu le progrès.

Si, au coeur des palais, la fée électricité dansait, sublime flammèche digne de l’astre solaire,dans les sous-sols, plongeant deux doigts dans les prises, des condamnés testaient le passage du courant. Et quand il passait, ces esclaves renouvelables aux énergies plombées trépassaient, vite remplacés par de nouveaux forçats charriés par de nouveaux flux migratoires.

L’homme savant avait scindé en deux ses probabilités de bonheur. Profits et Progrès devinrent d’impitoyables adversaires, dans le coeur même de celui qui pensait avoir pris la chaire du professeur Nimbus et qui maintenant prêchait pour l’Avenir du Néant, pour le Bonheur des Morts.

Maintenez le tricheur, le malhonnête et le trafiquant d’influences au sommet des affaires, laissez l’adamantin profiteur corrompre le flambeau miroitant des libertés, des bienfaits naturels, à Wall Street, à la City, à Honk Kong, à Sydney, à Tokyo, écoutez la saine mélodie des mensonges s’étendre sur la planète, respirez l’air du temps qui ne reviendra plus, avalez vos cachets d’iode et reniflez la poudre de perlimpinpin dans le brouillard opiacé des télévisions blafardes, cessez de craindre, personne n’y survivra, pas même l’homme savant quand il tombera dans le trou gigantesque de la mémoire des êtres oubliés.

AK Pô

18 03 11

(*) : tiré de Wikipédia pour les caractères


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Obsolescence de la publicité
Le complot
Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
Les oiseaux
Le corbeau
L. l’entrepreneur
Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
Petit conte à rebrousse-poil
Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
Feuilleton (chap 16) : la carte postale
Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
2035 : la ville des trois mirages
Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises