Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)

samedi 23 avril 2011 par AK Pô


Curieusement, ce soir, mon regard se pose sur une photo de Raymond Carver (RC, Syracuse, New York, 1984)(*). Je voudrais regarder cette photo avec les yeux d’une femme, sans en définir ni l’âge, ni le tempérament, ni la beauté. Juste pour la complicité entre elle et lui ; lui, a pris la route sans retour en 1988, elle, debout face à la baie vitrée qui donne sur le désert qu’elle tente, jour après jour, de revivifier par sa présence.

Si j’ emploie le terme curieusement, c’est uniquement dans le but de dérouter le lecteur. Car chez Carver, rien n’est curieux que la vie qui la traverse, l’air de rien, de part en part. La vie se remet à l’heure de l’horloge. Entretemps, qui sait, le regard d’une femme posé sur un portrait photographique qui la met à nu, l’observe sans commentaire, laisse faire, la suit dans le battement des cils, explore l’exil des pensées intimes, jusqu’à ce que la femme tourne le dos au soleil faiblissant qui colore les dunes de mauve, laisse sa jupe soyeuse voleter dans un pli de sable grège. Dans le secrétaire en noyer dont elle abaisse l’écritoire, un petit bar ; quelques verres en cristal et trois vieilles bouteilles, Gin, Bourbon, Porto, attendent un geste qui les libérera de leur confinement.

Pendant qu’elle remplit son verre dans un glougloutement lusitanien, Mouss le chat franchit l’orifice de la chatière un gros lézard en gueule. Au couinement des charnières métalliques dont la plupart des vis ont sauté s’ajoute le lancinant chuintement du vent dans les interstices de la porte. Mouss file sous le vaisselier avec sa proie. Elle, porte à ses lèvres le liquide doré, moelleux et légèrement amer qu’elle s’est servie. Comme toutes les femmes de sa génération, elle analyse cette photo étrange où un homme semble porter deux visages, deux façons de la contempler et de l’observer.

La semaine précédente, il est vrai, elle s’en souvient soudain, elle embarquait dans le vol Londres- Perth, un solde de tout compte en poche et une bonne réserve d’argent à la banque Loyd. De quoi voir venir. Ensuite, un petit coucou l’avait transbordé vers Wiluna où l’attendait une femme âgée, typée et passablement décorée de rides et de tatouages. L’appartement réservé sentait les vapeurs ménagères et la distraction d’un soleil de plomb ayant encore ses chaussettes aux pieds. A l’hôtesse, par courtoisie sans doute, elle demanda : quelle est cette montagne, dans le lointain ? La vieille tatouée lui répondit : le mount Eureka, et elles se sourirent. La vieille rajouta : le chat s’appelle Mouss.

La nuit maintenant descend comme le vent se lève. L’orage promet d’être violent. Semblable au phrasé de Tupelo, dans l’album de Nick Cave(**). Quand les premières gouttes s’abattront, plombées comme des seaux et lourdes de fracas, la poussière en hurlant formera une épaisse brume sépia. Et soudain tous les aborigènes se dresseront, dansant devant ses yeux, qui inspectent le désert. Le son grave du didjeridoo, voix profonde de la Terre Mère, ventre chaud accouchant d’omniscientes divinités, gagne graduellement son corps de femme en symbiose. Carver la contemple, que faire d’autre en ces contrées stériles, mais, est-ce la lumière capricieuse des éclairs ou l’abandon sommaire d’une femme à elle-même, la photo dans laquelle son regard perçant est figé doucement se met à vibrer.

La femme sent ces yeux posés sur elle, et à son tour scrute le portrait avec intérêt, envoûtée par cet imperceptible frémissement du papier glacé. Elle ne sait que penser, entre Parlez-moi d’amour et La vitesse foudroyante du passé, entre l’envie de crier Tais-toi, je t’en prie et Les vitamines du bonheur. Puis, lentement, son regard se détourne et se dirige à nouveau vers la baie vitrée, où la pluie a dessiné de longues zébrures translucides qui s’entremêlent en chaotiques écheveaux. L’orage a cessé aussi brutalement qu’il avait éclaté, et la vitre épaisse n’en conserve désormais que ce maigre témoignage ruisselant. Le reflet de la femme peu à peu, au travers des veinules de l’eau de pluie qui maintenant s’évaporent, apparait de nouveau avec netteté, porté par l’éclairage du plafonnier. Mouss émerge de sous le vaisselier et se rue vers la chatière, qu’il franchit d’un bond de groom. La nuit est tombée, le calme revenu. Un souffle d’air épais, chargé d’humidité et de poudre désertique s’insinue par l’ouverture béante de la chatière, dont la charnière vient de perdre trois nouvelles vis.

La photo de Carver (RC, Syracuse, New York, 1984).gît sur le parquet, à l’envers. La femme, en se penchant, distingue alors un écrit tapé à la machine sur le verso. L’encre est passée mais les mots restent lisibles. Elle lit :

" Je voudrais regarder cette photo avec les yeux d’une femme"

-par AK Pô

22 04 11

(*) photo de Bob Adelman

( page de couverture de l’ouvrage : "le monde de Raymond Carver", éd. de la Martinière 2006 -hélas imprimé en Chine !-)

(**) album : "the first born is dead" Nike Cave and the bad seeds 1985


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
23 avril 2011, par Autochtone palois  

Le "glougloutement lusituanien", toute la sophistication akapoïenne est là.  smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par AK Pô  
    gasp ! j’ai trop "u" ! smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par AK Pô  
    Ah ben non, c’est Autochtone qui a trop "u" ! smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par Maximo  
    et vous qui aviez mal "u" smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par Autochtone palois  
    C’est vrai que chez les Lusitaniens et les Lituaniens les glougloutement ne font pas la même musique. J’ai fait un cocktail qui sonne mal. smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par claudiqus  
    hurluberlus ... smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par L’ OURS du Bois  
    je préfère "LULU BERLU" smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par claudiqus  
    Ou bien Lulue Berlue, pseudonyme de la contemplatrice en question ... smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par Maximo  
    La devinette du jour (que tout le monde connaît) à peine bonne pour un samedi pluvieux :
    Comment appelle-t-on un joueur de trompette de Riga ?
    Claudiques, Ours, Autochtone : à vos neurones.........

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par AK Pô  
    le petit sokolov de Pâques ?

    Hou la la, je sens que ça va le faire, smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par L’ OURS du Bois  

    pour un jour pluvieux.. ; je sèche

    demain sera encore un jour plus vieux  smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par Autochtone palois  
    Il doit y avoir un rapport entre le cuivre (la trompette) et le zinc (le bar). S’il commence à la trompette et s’il finit au bar, le mélange devrait faire du laiton/Letton. Ou un truc comme ça. J’ai bon ? smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par claudiqus  

    Un cor à teutons ? il sait garder letton ..

    Un joueur d’Hanse ?

    Une soufflette baltique ?

    crotte, je donne ma langue au chat, mais c’est une bonne blague, elettonique ... smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par L’ OURS du Bois  
    je donne ma langue au chat (noir) smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par Maximo  
    C’est un cuivre letton
    vous êtes pas passés loin smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    23 avril 2011, par Maximo  
    mais "il sait garder letton" me plaît presque mieux smiley

  • > Vol au-dessus d’une photo de Raymond Carver... ( petit hommage sans prétention)
    24 avril 2011, par L’ OURS du Bois  
    je suis déçu car j’ai cru que cela était a cause des chats de RIGA qui ont la queue en trompette smiley smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Obsolescence de la publicité
    Le complot
    Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
    Les oiseaux
    Le corbeau
    L. l’entrepreneur
    Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
    Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
    Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
    Petit conte à rebrousse-poil
    Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
    Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
    Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
    Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
    Feuilleton (chap 16) : la carte postale
    Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
    Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
    Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
    2035 : la ville des trois mirages
    Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises