Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Plus jamais çà !

lundi 19 décembre 2011 par Jean-Louis Brasseur


"Le bureau d’Alternatives Paloises ne cautionne absolument pas l’idée que la peine de mort puisse être rétablie. Quoiqu’il lui paraisse inacceptable que certains osent à nouveau aborder cette idée, se voulant fidèle à la devise d’A@P "A chacun sa vérité", il a décidé, après discussion, de ne pas censurer l’article qui suit."

Lorraine, Jeremy, Laetitia, Agnés... Chaque mois et parfois chaque semaine un autre prénom s’ajoute à la longue liste des adolescents ou des jeunes adultes assassinés. Certains ont été tués par des pervers déclarés fous, d’autres par des récidivistes et parfois le coupable, « présumé » mais bien réel est libéré pour vice de forme.

Un comité se forme, une « marche blanche » se déroule, les gouvernants disent qu’ils vont s’attaquer au problème des récidivistes, les familles et les amis en pleurs sont vus à la TV. Plus jamais çà dit-on et le mois ou le trimestre suivant le prénom d’une autre adolescente fait la une des journaux durant quelques jours.

Cela continuera tant que la victime aura moins de droits que le coupable et que l’on cherchera toujours à l’excuser. A Chambon/Lignon, le coupable est connu, c’est le lycéen X.. mais on en cherche ailleurs : le juge est incompétent et le lycée a manqué de précaution. ! En fait, la justice a voulu laisser sa chance à un violeur en le libérant avant même qu’il ne soit jugé. Il était bien jeune en effet mais la victime encore plus, elle, et aucune chance ne lui a été laissée !

Le juge prend ses décisions avec la caution de psychiatres et selon son intuition. La psychiatrie n’est pourtant pas une science exacte et l’assassin en puissance a tout intérêt, pour être libre, à montrer patte blanche ! Etonnez-vous qu’il y ait des erreurs ! La direction du lycée est accusée de négligence mais elle ne peut exiger le casier judiciaire d’un élève et il est impossible de mettre un éducateur derrière chacun. Les règles actuelles sont inopérantes et un renversement complet du droit en faveur de la victime est nécessaire. Soit vous laissez une chance à la victime soit au criminel. On ne peut sortir de là.

Le principe de précaution inscrit dans un texte constitutionnel devrait s’appliquer aux auteurs de crimes que l’on ne pourrait libérer par anticipation. Dans le cas de meurtres, rétablissons la peine de mort. Elle n’est pas dissuasive dit-on. Elle n’empêche certes pas le crime mais interdit à coup sûr toute récidive de son auteur ! A ce compte, la prison non plus n’est pas dissuasive et il serait donc inutile d’emprisonner !
En cas de vice de forme conduisant à la mise en liberté d’un coupable, sanctionnons le juge ou le greffier fautif.

La classe politique, celle de gauche surtout, refuse que l’on « instrumentalise » sur ce que le journal parlé de France Culture a appelé un « fait divers ». C’est gentil pour les parents de la victime de mettre l’assassinat de leur fille au niveau des chiens écrasés et des vols de vélos ! Notez que les verbes « instrumentaliser » ou « politiser » sont utilisés par certains pour nier un problème dont la seule solution est en contradiction profonde avec leur philosophie politique.
 
C’est le rôle du politique de trouver des solutions aux problèmes récurrents. L’équipe Sarkozy a fait dans ce sens de timides avancées, si timides que ses adversaires ont beau jeu de dire que dix nouvelles lois n’ont pas fait reculer la récidive . N’accusons pas les juges, ils appliquent la Loi. Changeons-la !

Vous pouvez penser qu’il est juste de laisser une chance à un « jeune ayant dérapé », acceptez alors que d’autres Chambon/Lignon existent. Par cohérence avec ce principe généreux, inscrivez votre fille dans le même lycée que le criminel. 

- par Jean-Louis Brasseur

crédit photo : glory-box.jtkc.org, tdg.ch


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Plus jamais çà !
19 décembre 2011, par pehache  

"Le bureau d’Alternatives Paloises ne cautionne absolument pas l’idée que la peine de mort puisse être rétablie. Quoiqu’il lui paraisse inacceptable que certains osent à nouveau aborder cette idée, se voulant fidèle à la devise d’A@P "A chacun sa vérité", il a décidé, après discussion, de ne pas censurer l’article qui suit."

C’est tout simplement consternant, je ne trouve pas d’autre mot. Je ne parle pas de JLB, qui lui ne me surprend pas.

Mais vous -ceux qui avez accepté de publier ce machin- êtes dans la confusion la plus complète.

La question n’est pas tant de savoir si il est acceptable ou pas de défendre la peine de mort, mais de savoir si on veut promouvoir des débats qualitatifs et intellectuellement honnêtes, ou si on veut rester au ras des pâquerettes en se faisant la chambre d’écho de la démagogie du premier (mauvais) tribun venu avec ses grands mouvements de menton. Tout ça pour quoi ? Pour remplir les colonnes ??

  • > Plus jamais ça !
    19 décembre 2011, par Maximo  

    J’ai eu l’occasion, mais c’était en mail privé à la rédaction ce matin, de dire ce que je pensais de cette idée de censure. Ne pas publier ce texte aurait ressorti à l’idée de ligne éditoriale et pas du tout à celle de censure. A@P mélange les idées et les choses, donne dans l’approximation. Sur un sujet comme celui-ci, c’est bien dommage. Vous pouviez ne pas publier ce texte, la liberté de la presse et la liberté d’expression ne s’en seraient pas trouvé bafouées pour autant.

    Autre chose : je suis toujours choqué de voir ces jeunes visages de jeunes matryrs ainsi exposés, surtout anonymement. Laissez-les reposer en paix, n’en faites pas des prétextes, ne les livrez pas en pâture. Et -au moins- mettez des liens corrects.

    Et la dernière : le débat sur la peine de mort est par nature "au raz des pâquerettes", comme dit Pehache et sera toujours "la chambre d’écho de la démagogie du premier (mauvais) tribun venu avec ses grands mouvements de menton". La preuve ? La réponse de M. Braud, aussi valeureuse soit-elle n’en est pas moins bien maladroite.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Offre d’emploi
    Alexandre - Il n’y a pas de mot
    Je suis partout... un media à part
    La boussole des politiques : Le pouvoir
    Habemus Papam !
    Réformer la France : Un travail de Titan
    Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
    Jaurès, m’entends-tu ?
    Le couple Algérie France
    Déjà demain !
    Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
    Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
    Noël en famille
    Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
    Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
    Les Français sont-ils des ânes ?
    Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
    Les terriens n’ont rien compris



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises