Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

La Politique Culturelle d’Yves Urieta

dimanche 1 avril 2007


La Politique Culturelle d’Yves Urieta

À lire dans Sud-Ouest, les projets culturels du Maire de Pau :

http://www.sudouest.com/310307/vil_bea_pau.asp ?Article=310307aP305348.xml


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> La Politique Culturelle d’Yves Urieta
6 avril 2007, par Bastien64  

Malgrè des demandes nombreuses à ce qui se dit, le site de www.pau.fr n’a pas encore publié le dossier Médiathèque/Halles présenté par le maire (courant mars) à des parents d’élèves et (lundi 2 avril) à certains riverains de Henri IV. Dommage que ce soit si difficile d’avoir une information quand il s’agit de la culture et de l’urbanisme tels que les propose notre édile. Sans doute qu’il réserve ses propos à ceux qui intelectuellement sont capables de le comprendre.

Par contre et sans aucun délai (le palois moyen doit avoir le QI minimum pour comprendre les problèmes liés aux déjections canines) Monsieur le Maire a le plaisir de nous présenter sur son site

http://www.pau.fr/la_vie/environnement/20070405_174127

les moto-crottes qui seront prochainement en service... mais la photo d’illustration nous laisse sur notre "faim", tandis que celle du quotidien SudOuest du 6 mars montre M Urieta paradant fièrement au guidon de l’engin.

http://www.sudouest.com/060407/vil_bea_pau.asp ?Article=060407aP316180.xml

Sans y voir malice, exposer ses idées sur la culture et le développement de l’urbanisme est-il plus difficile (ou y risque-t-on davantage les éclaboussures) qu’à gérer la m... des toutous ? Pourquoi l’un empêche-t-il l’autre ? Encore une spécificité de l’après-Labarrère. Il faudra qu’on nous explique.

> La Politique Culturelle de François Mitterrand
5 avril 2007, par Simon Alblanquère  

Silence absolu sur le plateau Par Bernard Pivot

Ce n’était que la cinquième émission d’Apostrophes. À l’occasion de la sortie de La Paille et le grain, j’avais convié François Mitterrand pour qu’il parle de son livre et de ses écrivains favoris. Il inaugurait une série intitulée « Une personnalité et ses lectures », car je considère qu’une personne renommée, populaire, capable d’évoquer avec intelligence et passion les livres qui ont marqué sa sensibilité, capable aussi d’expliquer le plaisir qu’elle prend à la littérature, encourage les jeunes téléspectateurs à lire. N’est-ce pas là le rôle d’une émission littéraire et du service public ?

Si j’avais eu le moindre doute sur le bien-fondé et l’efficacité de cette stratégie, François Mitterrand l’aurait balayé. Car, de bout en bout, pendant soixante-quinze minutes, en direct, le 7 février 1975, il fut étincelant.

Par la suite, aucun autre invité prestigieux ne réussit à commenter avec autant de brio les oeuvres choisies, leur style, leur singularité, leur postérité. Bien des gens ont affirmé que si cette émission avait eu lieu avant l’élection présidentielle de mai 1974, les deux cent ou trois cent mille voix qui séparaient François Mitterrand de Valéry Giscard d’Estaing eussent été comblées. Peut-être. Ce qui est certain, c’est que les nuits et les jours qui suivirent, je reçus des appels téléphoniques injurieux et des lettres anonymes outrageantes, preuve que l’excellence de la prestation de François Mitterrand en avait irrité plus d’un.

Pour préparer Apostrophes, je n’ai pas rencontré celui qui était alors le premier secrétaire du Parti socialiste. Mais nous avions échangé des coups de fil. Pour le choix des autres invités : Camille Bourniquel, Max Gallo, Jacques Brenner (spécialiste de Jacques Chardonne), Maurice Chapelan (grammairien). Pour aussi convenir des écrivains qu’il avait l’intention de mettre en valeur.

Je m’étais fait une liste littéraire « de gauche » : Hugo, Camus, Sartre, Blum, Gide, Prévert, Jaurès, Zola, Rolland, Vallès, Guilloux, etc. Tous recalés ! J’avais tout faux. Il leur préféra des écrivains qui étaient réellement et intimement les siens, qui étaient de sa famille littéraire, dont il appréciait la pensée et surtout le style, mais qu’on pouvait pour la plupart ranger sur l’autre rive politique que la sienne. Pour les plus longuement célébrés : Lamartine, Jules Renard, Saint-John Perse, Jacques Chardonne et Dino Buzzati. François Mitterrand montra sa connaissance parfaite et personnelle de chacun. Il était évident qu’il pratiquait ces écrivains-là depuis longtemps, que son commerce avec leur œuvre était permanent et sans cesse approfondi. C’est à travers Dino Buzzati qu’il fut le plus éblouissant. Pendant les dix dernières minutes de l’émission, il raconta et commenta Le Désert des Tartares. Silence absolu sur le plateau. La même attention palpable, impressionnante, lorsque, vingt ans plus tard, en avril 1995, dans un émouvant tête-à-tête à Bouillon de culture (il était très malade, il souffrait beaucoup, ce fut sa dernière grande émission de télévision), il évoqua dans les cinq dernières minutes les paysages charentais de son enfance. Je regrettai une nouvelle fois que le politique eût dévoré l’écrivain.

En homme cultivé François Mitterrand initia dès 1981 une politique culturelle audacieuse au service de tous les arts et de tous les publics. Au service de la liberté aussi. Espérons que Yves Urieta, Bernard Pedeboscq et Michel Sainte-Cluque seront à la hauteur.

> La Politique Culturelle d’Yves Urieta
5 avril 2007, par jerlau  

Dans l’absolu il n’a pas tort le Maire. Il faut trouver quelque chose qui amène du monde.

Jusqu’à présent à Pau il y a eu principalement des évènements qui n’avaient pas grand chose à voir avec l’histoire de Pau. Pourquoi ne pas chercher dans cette voie ? Quelques pistes ?
-  Henri IV (il doit y avoir un paquet de trouvailles autour de l’artiste)
-  l’aviation (difficilement)
-  la piccata ( la Monnaie locale, le Congrés de la BCE sur l’axe Pau Saragosse, à pied ! )

Les WE d’Henri IV avec chasse à courre de on ne sait quoi ?

Il y a plein d’idées.

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    6 avril 2007  
    C’est déjà carnaval toute l’année que voulez vous de plus ?

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    16 mai 2008, par baltanshaltanoulbiani.  
    point de vue !!

    Vous aviez en 2006, le plus belle évènement qu’il soit, solidaire et humain, certes, probablement mal gérée, quoique j’aimerais bien savoir ce qu’il en est d’ailleurs d’un point de vue juridique de cette histoire et qui a réellement tiré les ficelles du sac d’embrouille "Fipau" et si M Uriéta avait laissé faire et réglé la seconde partie de la subvention sans s’opposer à quoi que ce soit, que vos élus aurait fait leurs réels travail de contrôle/évaluation et de régulation financière du projet, comme prévu et que les assurances couvrant les dommages liés aux intempéries avait fait le nécessaire pour garantir le succès à long terme de ce projet et assurer le paiement de ces prestataires, vous ne seriez certainement pas à vous poser la question de savoir quels politique culturelle ? puisque vous disposeriez d’un succès à dimension internationale dans lequel, vous auriez un support sans limite de projets, à portée de toutes les générations, de toutes les traditions, avec une image de marque, dans l’air du temps et un développement possible du projet vers une voie bien plus large qu’une simple manifestation estivale, ha !! au faite, c’est Albert Jacquard qui a dit, que nous pouvons nous construire et nous enrichir qu’à la rencontre de l’autre, d’autres part le village de Carrez en Bretagne dispose d’un festival ou de petites idées sont devenus grande sans pour cela déchirer les passions.

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    1 avril 2007, par pehache  

    Pour y remédier, il est notamment question d’organiser un « événement d’ampleur internationale »

    Aïe aïe aïe !!!

  • FIPau, le retour... ?
    2 avril 2007, par René  

    "événement d’ampleur internationale " Le pire est à craindre.

    Un maître pas dingo serait il de retour ?

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    4 avril 2007, par Françoise  
    vont pas remet’ça !!!!!! O secours

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    16 mai 2008, par karabistouille  
    Pourquoi au secours t’as peur de quoi ? sinon de toi même.

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    1 avril 2007, par Saint-Just  

    Ben vous voyez, il organise une réunion pour tout expliquer.

    Tiens, je me demande s’il l’aurait fait si une belle banderole n’était pas accrochée aux fenêtres de l’école Henri IV ? smiley

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    4 avril 2007, par Thibault Chenevière  

    Il est clair que M. le Maire s’active pour essayer de marquer les esprits avant l’échéance de 2008. Je pense que les Palois méritent mieux que cette course à l’échalote qui laisse clairement la démocratie locale sur la touche. Là encore, ce n’est pas l’idée que nous nous faisons de la manière de conduire notre ville.

    Thibault Chenevière PAU A TOUT COEUR

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    13 octobre 2007  
    "Pauvre" thibault chenevière, je ne pense pas que Monsieur Yves URIETA, essaie de marquer les esprits avant Mars 2008. Il est triste de votre part de comparer le travail fait par Monsieur le Maire, (lourde tâche, à un successeur lourd qu’était André LABARRERE) à une course à l’échalote, afin de continuer le gros chantier de la ville de Pau, les lourds dossiers tel que le Casino Municiapal et toutes les autres affaires qui a été l’héritage d’Yves URIETA, lors de son éléction. Je sais que celui-ci sera un maire parfait pour notre ville, pleins d’initiatives et d’attention envers les palois. Les enfants (comme les adultes d’ailleurs), attendent avec impatience l’arrivée des fêtes de fin d’année, pour pouvoir aller patiner place Royale. Monsieur Labarrère a-t-il eu ce genre de pensée pour animer notre ville ? A bon entendeur.

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    13 octobre 2007  
    "Pauvre" thibault chenevière, je ne pense pas que Monsieur Yves URIETA, essaie de marquer les esprits avant Mars 2008. Il est triste de votre part de comparer le travail fait par Monsieur le Maire, (lourde tâche, à un successeur lourd qu’était André LABARRERE) à une course à l’échalote, afin de continuer le gros chantier de la ville de Pau, les lourds dossiers tel que le Casino Municiapal et toutes les autres affaires qui a été l’héritage d’Yves URIETA, lors de son éléction. Je sais que celui-ci sera un maire parfait pour notre ville, pleins d’initiatives et d’attention envers les palois. Les enfants (comme les adultes d’ailleurs), attendent avec impatience l’arrivée des fêtes de fin d’année, pour pouvoir aller patiner place Royale. Monsieur Labarrère a-t-il eu ce genre de pensée pour animer notre ville ? A bon entendeur.

  • > La Politique Culturelle d’Yves Urieta
    8 novembre 2008  
    Les enfants (comme les adultes d’ailleurs), attendent avec impatience l’arrivée des fêtes de fin d’année, pour pouvoir aller patiner place Royale. "je vois qu’un miroir aux alouettes vous suffit" moi pas du tout... !! pauvre monsieur.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Ustaritz à la dérive.
    Jacques JULLIARD
    Réserve parlementaire
    Un dimanche à l’hippodrome.
    Laàs : Non à l’intercommunalité, vive la principauté !
    Vol de portables
    Moins de RSA mais plus de chômeurs
    WTCC : Pas de manche à Pau l’an prochain selon "F1-action"
    25 décembre : Faits d’Hivers
    L’euro protecteur
    Insolite : On ne peut plus célébrer la messe tranquille !
    Séismes dans les Pyrénées : Vos témoignages intéressent les chercheurs
    Finance, modèles mathématiques et humanités
    Pau : Les pilleurs des jardins familiaux cueillis de nuit
    Versailles, le Pape et les préservatifs
    Le cumul des mandats : une pratique extrêmement coûteuse pour la République
    Insolite : Le petit groin de paradis de « Madame Thatcher
    Ingrid, Nicolas et André
    Pyrénées-Atlantiques, nouvelle vague
    Sport : Un saison très PAU-vre



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises