Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Confession d’un crapaud-zébu

lundi 23 juillet 2012 par AK Pô


Je dois, par intégrité morale, vous le confesser : si je n’apparais plus dans les colonnes d’A&P depuis quelques mois, la raison en est, hélas, fort simple : une fée courroucée de ma connaissance m’a re-transformé en crapaud, lasse qu’elle était de se bercer d’illusions quant aux promesses réitérées de son prince charmant , moi, promesses jamais tenues malgré le renouvellement fréquent (cinq ans) de la garde-robe et de la valetaille censée ordonner de nouveaux principes de bonheur universel dans le petit monde enchanteur qui nous environnait. Sur un coup de colère, et avec cette maestria et cette foi ardente qu’ont les fées déçues par les faits les plus divers, ma magicienne tapota convulsiment mon épaule droite avec sa baguette, et déclara du haut de ses talons en acajou maintenus par une fine lanière en cuir de zébu : "retourne à tes origines, vil prince !"

Et voilà le résultat.

Bouffi, verruqueux, grotesque et crachotant, ayant perdu le sens de l’humour, je n’eus pour seul salut que la fuite dans la campagne, cheminant à petits bonds sur le tracé qu’empruntait jadis le Vert Galant entre la cité royale et la cité mariale, dormant dans les fossés, coassant dans les sous-bois, pleurant ma vilénie et gobant quelques demoiselles au passage des ruisseaux clairets. L’amour m’avait quitté et anoure j’étais redevenu, comme dans ma plus tendre enfance, lorsqu’ engoncé dans une grenouillère tricotée par ma mère je faisais mes premiers caprices de futur prince en emplissant ma couche humide de perles noires de batracien. Maintes fois perdu aux carrefours des sentiers, je finis par atterrir dans ce qui me parut être un jardin d’Eden, avec son immense pelouse et sa piscine carrelée, ses arbustes décoratifs, ses potiches et ses statues de marbre (en fait, de la résine) aux postures champêtres. Pas de héron en vue, pas d’animal ni de domestique, juste, au second étage de la bâtisse, penchée au balcon, une jeune femme regardant l’horizon collineux. Je sentis un violent frisson parcourir mon échine boursouflée, et songeai que l’instant était venu, maintenant ou jamais, de me refaire une santé et un physique princiers. Dans un coassement timide je convoquais sine die la fantasmatique gente ancillaire du château, commandais des bottes en peau de crocodile, des ceintures en peau de serpent, des chemises col Mao, des casquettes rouges à rebord siglés, des T-shirt gothiques et des cannes de golf fabriquées en Ecosse, ainsi qu’un destrier arabo-andalou (1.20m au garrot maximum), pour la classe.

Cependant, une fois passé ce moment d’euphorie, je dus concevoir une autre stratégie, plus basée sur la patience que sur la spontanéité ridicule de mes désirs. Ainsi pris-je mes quartiers d’été dans le regard d’alimentation en eau potable de la piscine et de l’arrosage, celui dont le couvercle est vert. Comme il est courant en ces endroits, le robinet fuyait légèrement, ce qui me permit de rester au frais la journée et de me balader la nuit, épiant à loisir la jeune fée du deuxième étage, et, juste en-dessous, ses vieux parents, rentrés en fin d’après-midi d’un stage de vernissage au tampon dans une administration locale. Ainsi coassais-je chaque nuit sous le balcon de la Belle, lui narrant mon amour, la beauté du monde, les merveilles de la nature, tout en gobant à foison mouches, moustiques et vers de terre volants. Ensuite, j’opérais une petite plongée dans la mare excentrée et boueuse de la basse-cour, toujours la nuit, pendant que les volailles et autres emplumés ronflaient sur leur perchoir. Certes, je faillis me faire avaler par une hulotte, et dus me battre (en lui crachant dessus) contre un jeune renard. Rien n’est facile au jardin d’Eden, et passer la tondeuse sur le gazon anglais est un vrai sacerdoce. Combien de gens fortunés ont-ils renoncé à vivre à la campagne, face aux tâches éprouvantes et rébarbatives qui se présentaient à eux, surtout depuis la désertification du monde agricole (les derniers paysans demandant un salaire faramineux pour couper trois branches d’arbre ou faucher une douzaine de brins d’herbe). Riches errants en hordes désabusées dans le coeur des villes désertées par les pauvres.

Le jour de l’Assomption, alors que des milliers de gitans pérégrinaient dans l’enceinte de la Grotte bénie et des rues adjacentes, une réception fut donnée au château, pour un motif que j’ignorais. Une main velue de maître nageur plongea dans le regard où je somnolais, et tourna le robinet. Le gazon fut aspergé et la piscine remplie. Sur ce, une trentaine d’invités festoyèrent et devisèrent tout en lapant de vieilles bouteilles et en avalant des canapés, certains allongés sur l’herbe, d’autres écroulés dans des balancelles. Il n’y avait pas d’enfants, et de ce fait, pas de barrière autour de la piscine. Quand la nuit tomba, les invités peu à peu s’évaporèrent, ne laissant pour traces de leur passage que verres vides et assiettes sales. Ma princesse, que je n’avais pas quittée de mes yeux globuleux depuis le début des réjouissances, avait beaucoup bu. Autant dire qu’elle ronflait, la bouche ouverte, le corsage dégraffé, dans un buisson ardent de buis, dérobée à la vue de ses parents eux-mêmes en piteux état. En quelques bonds je fus sur elle. Tel un crapaud-buffle, je l’embrassai avec vigueur et désespoir (c’était ma seule et unique chance). C’était l’instant crucial où tout bascule, où tout ce qui est impossible avère la légende de la réalité probante. Un court baiser, pour l’éternité.

Et le résultat fut là.

Ma princesse embrassée devint illico une crapaude.

La loi de la nature est rude, le monde injuste pour les crapauds, les crapaudes et les carpelets, qui ne finissent ni fauteuils, ni pianos, dans les belles demeures.

-par AK Pô

21 07 12


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Confession d’un crapaud-zébu
23 juillet 2012, par Oscar du Pont  

Voici qui nous change agréablement de notre quotidien crapoteux.

  • > Confession d’un crapaud-zébu
    23 juillet 2012, par L’ OURS du Bois  
    AK avant d’être un zumain, je te croyais "chenapan" pas crapaud

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Obsolescence de la publicité
    Le complot
    Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
    Les oiseaux
    Le corbeau
    L. l’entrepreneur
    Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
    Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
    Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
    Petit conte à rebrousse-poil
    Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
    Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
    Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
    Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
    Feuilleton (chap 16) : la carte postale
    Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
    Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
    Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
    2035 : la ville des trois mirages
    Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises