Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Il en va des mots...

lundi 6 août 2012 par Joël BRAUD


Le sens des mots est sujet à évolution, effet de mode sans doute. Le choix de ceux qui sont à l’origine de ces évolutions sémantiques n’est pas toujours judicieux.

Depuis quelque temps, plusieurs expressions sont à la mode, le plus souvent elles ont été placées dans le langage courant par des politiques en mal d’audition ou d’attention à leurs propos.

Ainsi le mot « cliver », utilisé le plus souvent dans sa forme clivant (clivant n’a pas de signification propre excepté lorsqu’il s’agit du participe présent). En l’utilisant les candidats à une élection ont voulu dire par là que leurs propos se différenciaient de ceux d’une autre composante politique. Ils cherchaient d’ailleurs à faire en sorte que leur programme ne puisse se confondre avec celui des autres candidats. Exercice pas toujours facile surtout lorsque l’on sait que les engagements politiques n’ont qu’une valeur de circonstance. Alors cliver, clivant, est revenu à toutes les sauces. Son emploi était et est encore impropre. Tout simplement parce que dictionnaire ne lui accorde pas ce sens. En effet son sens est uniquement relatif à un phénomène minéralogique. Il s’agit d’une fracture (clivage) affectant les minéraux. Sauf à considérer que la politique entre dans ce monde, pourquoi ne pas lui préférer : division, différenciation, segmentation, compartimentation, compartimentage, séparation.

Autre exemple : « l’effet dominos ». Chacun connait le jeu des dominos et chacun sait comment on y joue. L’origine du nom d’ailleurs prête à discussion, certains affirmant qu’il résulte d’une invocation latine faite au seigneur par le gagnant. Ce n’est pas établi. Mais l’effet dominos suppose un enchaînement dans un mouvement. Placés en ligne, les dominos s’entraînent mutuellement dans leur chute jusqu’au dernier d’entre eux. Est décrit là l’usage imprévu des pièces de ce jeu. L’expression est évocatrice et imagée et c’est sans doute là sa seule qualité.

Enfin : « être sur ». Voilà une formulation qui revient très souvent dans le bouche des gastronomes de toutes natures et principalement de nos plus avertis sommeliers. Nous sommes disent-ils, sur un parfum boisé, sur des fruits rouges, voire de la banane (étonnant) lorsqu’ils décrivent les qualités gustatives d’un vin. Admettons également que ceux qui décrivent avec art les composantes d’un plat utilisent les mêmes termes. Là aussi l’effet de mode joue parce qu’après tout on pourrait dire que nous trouvons dans ce vin un parfum, un goût de fruits rouges, que nous agrémentons ce plat, le parfumons, l’ensoleillons (pourquoi pas) avec telle plante aromatique ou tel condiment. La formulation n’en serait que plus élégante.

Il en va des mots comme de la mode.

Mais enfin ce ne sont là que des façons de parler.

Pau, le 25 juillet 2012

Par Joël BRAUD


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Il en va des mots...
6 août 2012, par Maximo  

Braud étant homme à argumenter, on n’hésite pas à le contredire :

1/ "Le sens des mots est sujet à évolution, effet de mode sans doute"
Certes non, il en est ainsi depuis la nuit des langues.
2/ Tiens, puisqu’on donne dans la langue : "Depuis quelques temps"
Non : depuis quelque temps. Temps n’est évidemment pas un pluriel.
3/ "clivant n’a pas de signification propre excepté lorsqu’il s’agit du participe présent"
 smiley Ça, ça mérite quand même d’être développé smiley
4/ à propos du verbe cliver :" dictionnaire ne lui accorde pas ce sens. En effet son sens est uniquement relatif à un phénomène minéralogique."
dans Le Grand Robert de la langue française (6 volumes), deuxième édition dirigée par Alain Rey, Paris 2001, Vol. 2, page 215, on peut lire :

pour cliver :
-  1. fendre (un corps minéral, un diamant...
-  2. séparer un ensemble en parties. Cliver les éléments d’une démonstration

pour clivage :
-  1. action de cliver. Le clivage des ardoises
-  2. séparation par plans, par niveaux. Problème, point sur lequel se fait un clivage politique
-  3. psychanalyse : clivage du moi

Pour ce qui me concerne, dans les campagnes électorales du printemps, j’ai bien entendu ce clivant comme un élément qui allait séparer, diviser l’opinion, les électeurs ou les partis. Pas du tout ce distinguer l’un de l’autre

5/ A propos de l’effet dominos : "L’expression est évocatrice et imagée"
Eh bien, c’est exactement ça qu’on lui demande. Son emploi est parfaitement bien trouvé, au contraire.

6/ Quant à être sur
on veut bien que l’emploi indiqué par M. Braud soit impropre. Mais il ne s’agit pas de sens des mots

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

L’avis de Gibus.
L’UDI : l’UDF du 21eme siècle
Justice sociale, le mensonge mortel
Soutien ?
Remettez-en une couche.
"Traité budgétaire européen" : Pas d’accord avec Nathalie Chabanne
Pau - Parking relais : l’échec total
A la Patrie, les grands hommes reconnaissants.
Mais où sont nos modèles d’antan ?



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises