Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

I had a dream II

vendredi 27 avril 2007 par Rodolphe Meiller


« Il va falloir que les associations apprennent à faire sans l’aide de l’Etat Providence »

Pau le 10 mai 2008. Stupeur place Royale.

Voici ce que Madame le Maire, récemment élue, déclare de manière fracassante à la Presse à la sortie d’une commission de travail sur la préparation du vote du budget complémentaire aux associations.

Le tissu associatif palois, qui compte plus de 4000 associations les plus diverses, ne bénéficiera-t-il plus du conséquent soutien municipal, qui était en 2007, de l’ordre de 10 millions d’Euros ?

Un peu partout dans Pau, les bénévoles envisagent de préparer du goudron et des plumes. Les plus revendicatifs se demandent qui ira chercher des bottes de paille. Les plus anciens se mettent à espérer que les banderoles vont enfin flotter au vent de la Révolte du Grand Soir.

Mais revenons quelques heures en arrière. Madame le Maire a invité à cette commission un nombre très important de responsables associatifs palois : sport, insertion, social, arts et culture,... Elle a solennellement décidé de modifier les pratiques habituelles, afin de les rendre « transparentes » et « bien plus respectueuses de l’Euro public investi ».

C’est ainsi que les « Assises des Associations Paloises se tiendront à la rentrée prochaine ».

L’objectif ? Mutualiser un maximum de réponses aux besoins et aux attentes des associations, au lieu de les traiter au cas par cas, dans le souci d’un soutien plus efficace et plus direct.

Un élu qui savoure son premier mandat précise « ainsi, nous pouvons éviter tout clientélisme, tout favoritisme de cabinet ou toute dérive. On nous a fait longtemps croire que chaque association était spécifique. Les Hommes le sont. Les structures beaucoup moins ».

Comment cette consultation aura-t-elle lieu ? « Elle sera générale et la plus exhaustive possible ». Toutes les associations recevront ainsi un questionnaire très précis sur leurs attentes et leurs besoins spécifiques. L’ensemble des dossiers sera traité afin de dessiner des grandes tendances en matière d’allocation des ressources, de détection des besoins non couverts et d’assurer ainsi une plus grande pérennité dans les actions. « Beaucoup de responsables d’associations nous avouaient, « en off », que sans subvention leurs associations ne pouvaient survivre, mais que l’atomisation des moyens, à des fins bien trop connues, empêchaient finalement les forces vives de s’exprimer pleinement » ajoute une autre élue.

Quelques pistes de réflexion sont déjà évoquées : des « maisons des associations » bien identifiées dans tous les quartiers (à côté des « mairies de quartier » NDLR) avec des standards téléphoniques communs, des salles de réunion de tailles diverses adaptées et équipées, des moyens informatiques et logistiques mis gratuitement à la disposition de tous, une organisation permettant les croisements d’informations, des lieux conviviaux d’échanges,...

Un des rares « survivants » de l’équipe municipale précédente raille « ils veulent dupliquer la Pépinière... Et le complexe de la République à quoi sert-il ? Ringard et sans vision ». Le premier adjoint lui rétorque « une absence de vision !? Vous êtes d’une mauvaise foi absolue ! Vous vous disiez proche des palois mais c’était surtout de leurs voix... Nous agirons pour le bien commun et permettez-moi d’y voir de la Noblesse et une véritable Vision de la vie associative paloise » conclue-t-il sous les applaudissements.

Sommes-nous au début d’une nouvelle ère où chacun devra construire son projet associatif sans compter sur les subsides municipaux ? « C’est une évidence, mais c’est certainement inévitable. En revanche, pour faire vivre notre "bébé" nous pourrons désormais nous appuyer sur un environnement plus responsable, plus concret, plus convivial et finalement plus riche ! Certes, cela va nous demander des efforts d’imagination et d’organisation, notamment la recherche de fonds extérieurs privés, mais nous nous concentrerons sur nos objectifs prioritaires et nous amènerons certainement à regarder autour et peut-être nous regrouper avec d’autres. Mais le plus important, c’est que nous ne supporterons plus en permanence au dessus de la tête cette épée de Damoclès ! Sans compter que les choses seront plus équitables entre tous » commente un responsable associatif invité.

Mais j’oubliais. Je ne vous ai pas dit : j’ai fait un rêve. Pas un cauchemar. La nuit était longue. J’ai pu savourer cette vie rêvée du monde associatif palois. Mais pourquoi le premier magistrat de la ville était-il une femme ? Toute ressemblance à une situation existante ou à toute personne est totalement fortuite et involontaire.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> I had a dream II
27 avril 2007, par Alain Lalanne  

Jean-Denis, c’était vraiment un rêve, certainement après un bon repas arrosé au rosé de Béarn !!!

Sur le constat d’un gâchis des ressources, d’une dispersion des moyens, d’un manque de support interassociatif, je suis tout à fait en phase avec toi. Par exemple pourquoi ne pas mutualiser le support technique en informatique, l’aide à la gestion finacière, les moyens techniques comme las photocopieuses, les fax, les salles de réunion.

Oui à quelques grandes maisons des associations sur la CDA, si possible par grand thème, plus que géographiques.

Un trésorier et vice-président de deux associations.

  • > I had a dream II
    27 avril 2007, par Francine Dehail  
    I had a dream II

    Jean-Denis, je ne crois pas que tu parlais sous l’effet du rosé, mais que tu rêvais la plume à la main toujours alerte comme ton verbe. Bravo pour de futures Maisons des Associations. Enfin, les Mairies auraient de la reconnaissance vis à vis du travail très important que font beaucoup de bénévoles dans cette ville et ailleurs. Il faut d’ailleurs que soit défendu, sur le plan national, un statut du bénévole qui est souvent pris pour une "bonne poire".

    amicalement

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Transparence ou Totalitarisme : il faut choisir !
    Jaurès ! Où es-tu ?
    Philosophie de comptoir.
    Ne mets pas tes pieds ...
    Drôle de gestion à Montardon
    Mais, tout le monde le fait !
    Madame la maire de Pau et le code de la route.
    Méditations estivales.
    Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    Boycott !
    Réponse aux réactions des lecteurs.
    « Il n’y a qu’une douleur facile à supporter, c’est celle des autres »
    Conte de Noël, ou si l’Homme en blanc retrouvait sa jeunesse...
    Justice sociale et pouvoir de l’argent roi : pour répondre à Raymond Monédi
    La justice sociale, clé du bonheur de l’Humanité !
    La Poste
    Petites questions
    Ca sent les égouts.
    La cigale et la fourmi
    Retour sur les élections et sur le futur



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises