Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Feuilleton (chap 8 partie 2) : la teinture d’O.

lundi 1 octobre 2012 par AK Pô


La veille de l’arrivée des vacanciers Chinette, qui devait filer vers le Sud pour suivre une formation de cartomancienne (avec des cartes spécial belote divinatoire), avait aidé O à se faire une teinture. Mais un manque d’organisation préalable, très préjudiciable à la gente féminine, avait rendu l’opération complexe. Le tube de teinture s’était renversé, se vidant d’une partie de son contenu, et par le manque de produit la coloration de la chevelure fut incomplète. Des racines blanches émergèrent comme une écume de mer sur le bois d’une pipe de marin en ribaude.

Du tiroir de la salle de bain, en bas à gauche, fut extirpé un nouveau pot de colorant. Mais la couleur différait énormément, tendant vers le gris de Payne quand la première rayonnait d’un ton roux noisette écureuil de Central Park. "Tant pis ! lâcha O, de toute façon, je ne peux pas rester comme ça, ébouriffée comme une sauvageonne. Chinette appliqua la seconde couche et là, ce fut le gant de protection en plastique qui se perça ; elle hurla à la vue de sa main tachée, (elle venait de se faire les ongles), car ce produit, comme le sait toute femme qui se respecte, est difficilement lavable à l’eau claire du lavabo, du ruisseau,du tonneau, et seul le regard torve d’un veau peut en effacer la trace, à condition de placer la tache directement sur le cuir tendre de l’animal, tache qui alors est absorbée par capillarité hilarante.

Les heures coulaient dans la salle de bain, et le sud s’impatientait de la venue de Chinette. Mais il fallait oeuvrer sur le chef d’O, pour que la perfection du rendu soit reconnue d’utilité publique, après sa kyrielle de maladresses, d’abnégations, de renoncements aux tablettes de chocolat, aux petits verres de muscat, aux amants diabolico-tectoniques, et aux commerces ouverts le dimanche. Une troisième potion, parfaitement appliquée sans anicroche aucune, contournant les lobes d’oreilles, frémissant au passage du limon de la peau tendue du crâne, puis lestement grimpant les lianes jusqu’à la canopée de cette vierge amazone dressée, hirsute, collante d’humidité sensuelle et de chaleur tropicale, vînt clore la brinquebalante épopée.

Chinette rangea tout le fourniment, frotta ses ongles contre le canapé en cuir du salon pour raviver ses ongles. Elle se prépara enfin à fuir sur les routes du sud, vers ce charmant pays où les crapauds se moquent des princes consorts, laissant O dans la baignoire, chronomètre en main, le temps que le produit prenne définitivement. Ensuite, ce serait rinçage, et un peu de crème Gloubi Glouba pour nourrir l’ensemble des spaghettis teints.

Allongée à présent au bord du Gavagaronne dans le rocking chair rose à rayures poulette basquaise, O, dont les chapeaux étaient aussi réputés que la foire du Trône, se laissait courtiser par une brise douce et taquine. Elle rêvait, descendant la Dordogne sur une gabarre réale, ses plus téméraires amoureux ( dont Robert Redford anté lifting) ramant à l’unisson au rythme des tambours négroïdes et félouquiens d’Ali Farka Touré, pendant que John, le regard vague, la regardait chavirer dans la chaise longue, embrumé de pensées éphémères.

La brise soudain prit une force inopinée, qui souleva le chapeau d’O, découvrant l’imbroglio dantesque des cheveux entortillés, décorés un à un par des mains que l’amateur d’art eut dit expertes, divines. Le volume et l’impact sensoriel que révélait cette toison sautillante dans l’air libéré de ses contraintes météorologiques, par l’évanescence isabelle de ces coloris hors du commun, hors du dehors, firent monter un "ho !" de surprise dans la gorge de John, si formidable que le chapeau retomba sur la tête d’O, qui se réveilla, balançant ainsi par-dessus bord tous ses vaporeux amants.

"- quelle heure est-il John ?

"- l’heure d’y aller, O !

"-aller où ?

"-saluer et voir comment vont tes hôtes, ceux à qui tu as loué ton balcon pour la semaine.

"-ah oui, c’est vrai, j’avais oublié. Bon, je rapporte la chaise longue et on y va.

"- OK.

Guido arriva quand ils quittaient les lieux, encore tout chamboulé par la conversation qu’il avait eue avec Angélique, l’arôme des balcons. Il ne sut donc rien de la vision de John, ni de ce qui se cachait sous le chapeau d’O. Il est toujours bon d’avoir de petits secrets non partagés, entre amis...

AK Pô

12 08 12


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Feuilleton (chap 8 partie 2) : la teinture d’O.
3 octobre 2012, par Autochtone palois  

Ne passez pas la teinture d’O. sur le chapeau d’O., smiley vous risquez de trouver de la peinture sur le château. smiley

  • > Feuilleton (chap 8 partie 2) : la teinture d’O.
    6 octobre 2012, par AK Pô  
    où il est question de belges, mais pas de Vermeer

    Autochtone, O est une pulpeuse figurante (elle a la langue bien pendue dès qu’il s’agit de types) smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Obsolescence de la publicité
    Le complot
    Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
    Les oiseaux
    Le corbeau
    L. l’entrepreneur
    Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
    Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
    Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
    Petit conte à rebrousse-poil
    Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
    Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
    Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
    Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
    Feuilleton (chap 16) : la carte postale
    Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
    Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
    Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
    2035 : la ville des trois mirages
    Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises