Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Quelle démocratie voulons-nous en 2008 ?

samedi 21 juillet 2007


- représentative : la délégation de souveraineté qu’implique la représentation aboutit à une confiscation de pouvoir.

- participative : elle implique une certaine dose d’engagement des citoyens dans la prise de décisions collectives. Les élus organisent la concertation et rendent compte de leurs actions dans le souci de l’intérêt général de leurs administrés.

Délibération et contrôle populaires

Ce n’est pas demain que les cuisinières seront Présidentes ou que tous les articles de lois seront discutés par chaque citoyen avant leur mise en œuvre. Il faut donc admettre qu’il y a un gouvernement d’une part, et des débatteurs "professionnels" (dont c’est la fonction exclusive momentanément et non pas le métier bien sûr), ce qu’on appelait justement des parlementaires. Mais, même le fait que ceux-ci soient élus ne suffit pas à garantir qu’ils s’exprimeront au nom de l’intérêt général. Deux conditions s’imposent : le débat public et le contrôle du pouvoir en exercice.

La parole responsable

En tout lieu, à tout instant et à tout niveau, les décisions doivent faire l’objet d’un débat public préalable. Le "parlementaire" (député, conseiller municipal...) doit s’expliquer devant ses électeurs et justifier ses votes. L’évolution de la presse, et en particulier le rôle dominant de la télé, ainsi que le caractère publicitaire des élections, ont pratiquement supprimé le caractère public des débats politiques. Il appartient donc aux associations de susciter systématiquement ce débat ou ces explications. Plutôt que de vouloir se substituer aux élus, il convient d’avantage de demander à participer aux débats et à être témoin critique des prises de position. Il y a, bien entendu diverses modalités pratiques qui permettraient d’avancer en ce domaine, mais ce serait un peu long de s’y attarder maintenant.

Le contrôle populaire

Il est de tradition en France de se mobiliser éventuellement au moment de la décision, mais d’oublier ensuite de contrôler la pratique gouvernementale ou administrative. Le respect de la loi, l’usage des fonds publics, la pratique concrète de l’administration ou des entreprises, là est la véritable action démocratique. Les atteintes aux libertés ou la dégradation de nos conditions de vie sont plus dans le quotidien de l’administration publique et de la gestion économique que dans le vote des lois. Là, les associations peuvent exercer, non un contre-pouvoir, mais un cinquième pouvoir, encore à inventer, le droit de regard et d’action juridictionnelle sur le (les) pouvoir. Une loi sociale, ou une convention collective, c’est bien, à condition encore qu’elle soit appliquée partout. Ce contrôle au quotidien permettrait de combattre le secret et les abus de pouvoir, qui sont le plus souvent non spectaculaires, mais qui polluent gravement la vie sociale. Or, dans cette optique, les associations, au cœur du tissu social sont des acteurs éminemment politiques. Elles doivent donc prendre conscience, qu’au-delà de leur spécialité et de la défense légitime d’intérêts spécifiques elle doivent avoir à tout instant une posture politique, c’est-à-dire savoir se hausser en quelque domaine au niveau de l’intérêt général.

- par Daniel




[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Quelle démocratie voulons-nous en 2008 ?
21 juillet 2007, par Jerlau  

Dans notre démocratie, on reproduit à chaque échelon, du niveau national jusqu’au local le même schéma de pouvoir (exécutif, représentants, électeurs...) et plus on se rapproche du local, plus l’exécutif est fort dans son domaine. Le Maire a un pouvoir exhorbiant dans son domaine par rapport à un Président de la République dans le sien à tel point qu’on s’étonne même aujourd’hui que ce dernier gouverne.

Le Citoyen est en général bien plus compétent pour ses problèmes locaux que pour les problèmes nationaux. Mais on en arrive à cette situation un peu aberrante où le citoyen n’a même rien à dire sur les problèmes locaux qui le concernent de près ( Ecole Henri IV par exemple).

On peut donc imaginer tous les contrôles nécessaires du pouvoir local. Mais ne faut-il pas commencer par limiter très fortement le pouvoir local, diminuer très fortement les budgets locaux pour limiter le pouvoir local, diviser les pouvoirs, renforcer les pouvoirs des quartiers, ne conserver en central que la gestion du long terme, tels que l’urbanisation, l’organisation générale de la ville...., domaines que les Mairies négligent au profit du quotidien bien plus efficace en terme de clientèlisme.

Les problèmes locaux ne sont pas naturellement vraiment politiques (au sens droite/gauche). Ils le deviennent pour des raisons liées aux carrières, aux partis. Tout cela est très pernicieux, difficile à contrôler.

La première urgence c’est peut-être de limiter fortement le pouvoir local et Pau sur ce plan là en aurait besoin ( budgets, immobiliers à travers les Sem, effectifs municipaux....).

Avec un pouvoir fort on aurait pu imaginer que la Ville soit gérée de façon efficace pour le long terme. Mais on n’a, clientélisme oblige, qu’une politique orientée par un fort clientélisme, synonyme de ré-élection jusqu’à un certain point, mais synonyme aussi de politiques disparates.

On passe de 150 millions d’euros à 10 ? !

  • > Quelle démocratie voulons-nous en 2008 ?
    21 juillet 2007, par Francine Dehail  
    Quelle démocratie voulons-nous en 2008 ?

    Oui, tout à fait d’accord pour gérer le court terme du local avec les intéressés par le truchement d’associations. Encore faut-il que l’état ou le conseil régional n’abusent de cela ce qui est fait actuellement. Les associations ne sont pas corvéables à merci d’autant que l’on sait que le bénévolat diminue. Les seniors voyagent, prennent du bon temps... et peu d’entre eux se dévouent à une cause associative. Les juniors sont également de plus en plus individualistes, car notre société de consommation les a fabriqués ainsi. Mais il reste à trouver un visionnaire au niveau de la ville surtout quand celle-ci a une certaine importance à l’échelon national. Quel est le destin de PAU ? Qui va avoir suffisamment de vision pour faire de cette ville, de nouveau, le fleuron du Béarn et une ville citée en France et à l’étranger pour ses réalisations d’avant-garde ? Qui sera preneur en 2008 ? Attention ! c’est bientôt. De façon souterraine, la campagne municipale est déjà lançée ..... smiley

  • > Quelle démocratie voulons-nous en 2008 ?
    6 août 2007, par Yvon  

    En un exemple (restant à un niveau terre à terre) qui montre les limites de la démocratie participative telle qu’elle est vécue à Pau.

    Le jeudi 2 j’ai envoyé au Forum de la Mairie sur pau.fr une question qui me paraissait pertinente et non polémique : les policiers municipaux peuvent-ils intervenir en cas de gêne causée par les bruits de 2 roues ? et une action de sensibilisation est-elle prévue à la rentrée , notamment envers les collégiens conducteurs de 2 roues ?

    Sans doute trop risqué d’entrer dans la gestion des nuisances ! Le censeur , baptisé modérateur, n’a pas (encore) affiché cette interrogation pourtant bien citoyenne.

  • > Quelle démocratie voulons-nous en 2008 ?
    6 août 2007, par Bernard Boutin  

    Yvon,

    C’est simple. Le Maire est probablement en vacances. Tout s’arrête.

    Pour 2008, on pourrait prévoir une décentralisation de notre démocratie... et alors, le responsable de la Police Municipale répondera lui-même.

    Qui de François Bayrou, Martine Lignères-Cassou ou Yves Urieta laissera cette "liberté" à ses "sujets" ?

    Autre hypothèse : Le modérateur est lui-même en vacances. Tout s’arrête à nouveau.

  • > Quelle démocratie voulons-nous en 2008 ?
    8 août 2007, par Pierre Dubruchou  

    Autre hypothèse : Le modérateur est lui-même en vacances. Tout s’arrête à nouveau.

    Je pense que c’est là l’explication

  • > Quelle démocratie voulons-nous en 2008 ?
    16 août 2007, par pehache  

    Que le forum du site pau.fr soit mis en sommeil à cause des vacances du modérateur est déjà un peu surprenant : comme si Pau s’arrêtait de vivre pendant le mois d’août... Sans même parler des palois qui restent sur place, quid des touristes qui passent et qui auraient peut-être des questions à poser ?

    Mais qu’en plus il n’y ait même pas un message qui signale cette mise en sommeil quand on connecte sur la page du forum, ça ne fait vraiment pas professionnel. En l’état actuel, on envoie des messages qui ne paraissent pas, sans que l’on comprenne pourquoi...

    zéro pointé.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Offre d’emploi
    Alexandre - Il n’y a pas de mot
    Je suis partout... un media à part
    La boussole des politiques : Le pouvoir
    Habemus Papam !
    Réformer la France : Un travail de Titan
    Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
    Jaurès, m’entends-tu ?
    Le couple Algérie France
    Déjà demain !
    Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
    Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
    Noël en famille
    Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
    Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
    Les Français sont-ils des ânes ?
    Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
    Les terriens n’ont rien compris



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises