Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Hèstes* : De Pampelune à Pau.

vendredi 10 août 2007 par Bernard Boutin


"Uno de enero, dos de febrero,
tres de marzo, cuatro de abril,
cinco de mayo, seis de junio
siete de julio, ¡SAN FERMÍN !

A Pamplona hemos de ir,
con una media, con una media,
a Pamplona hemos de ir
con una media y un calcetín."

Pampelune, Bayonne, Dax, Mont de Marsan mais aussi Nay, Lembeye ou encore Orthez etc. Le 7 juillet, à Pampelune, démarre le grand « déballage » festif de l’Eté dans notre région. Et Pau dans tout ça ?

Il y a bien « L’Eté à Pau » de mi-juillet à mi-août avec ses spectacles en soirée, principalement au Théâtre de Verdure. Succès assuré. Il y aura aussi exceptionnellement Interville cette année et surtout Hestiv’Òc qui fera de Pau en Béarn, le Carrefour de l’Occitanie

Bref, Pau bouge aussi en Eté. Mais certain diront insuffisamment. « L’Eté à Pau » par sa programmation limité et ses horaires en soirée n’attire que les palois. Interville, n’est qu’un événement occasionnel. Reste Hestiv’Òc qui grimpe d’année en année. Hestiv’ Òc, c’est avant tout une histoire de racines ; Béarnaises d’abord et ensuite du Grand Sud. Culture, chants et musique.

Un Festival bien ancrée dans la région mais qui ne tombe pas dans les excès de certains festivals. Voir du côté de Bayonne. Didier Fois son fondateur veut le festival populaire et ... élégant ; allusion au comportement des festayres et à leur coeur.

Pour plus d’informations : http://hestivoc.free.fr

Bayonne s’éloigne. Heureusement. Maintenant, reste aux Palois à se déplacer en force. Reste aux Gascons et Occitans à se passer le message et, peu à peu, Pau et son festival, prendront une place à part pour les « festayres ».

Rendez-vous Place Royale du 16 au 19 août.

Adishatz.

- par Bernard Boutin

* Hèstes : fêtes en béarnais


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



SLAM
29 septembre 2007  
SLAM

Ligne 13 du Métropolitain : ATTENTION DANGER !

« Le danger ferroviaire est réel »

ACAJA Association des Commerçants et Artisans de la rue de la Jonquière et des rues Adjacentes

vous souhaite la bienvenue

le mercredi 24 octobre 2007 à partir de 19 heures 45 à la Scène ouverte SLAM ligne 13 Entrée gratuite

Discothèque l’ASTROS 104, avenue de Clichy 75017 Paris

Coup de SLAM sur la ligne 13 avec les slameurs des associations

l’Art de l’AgorA SLAM Mousquetaires Paul CASH - Caroline CARL - UCOC - MURDER - PALOMA JP LHOMME « KANKASIA » - Rebecca BEHAR - AMARANTA TAMARA - JFKD et d’autres Le Collectif la Fourche - Les slameurs des quartiers Epinettes-Batignolles

Les poètes urbains de proximité dénoncent le calvaire quotidien des usagers de la Ligne 13

Inscription à la scène ouverte SLAM Ligne 13 : acaja17@orange.fr

ASSO L’ART DE L’AGORA GENERATIONSLAM (SLAM MUSIC ART) http://www.generationslam.com tamaraket@yahoo.fr (AMARANTA)

KANKASIA 2KS (MUSIC MODE CULTURE) http://kankasia.skyblog.com

ACAJA : 10, rue Boulay 75017 PARIS Tél. 06 07 19 86 88

> Hèstes !
20 août 2007  

Je n’aime pas du tout votre façon de parler de l’Eté à Pau :"programmation limitée et spectacles en soirée, donc, réservés aux palois". Pour avoir travaillé depuis qq années sur ces spectacles, pour avoir partagé avec des milliers de spectateurs palois, touristes, habitants des départements limitrophes ces soirées gratuites,évènement existant depuis 25 ans, je dis MERCI au Comité des Fêtes de PAU et BRAVO à Jacky BERT pour la programmation qu’aucune ville de France ne peut offrir comme à PAU ! Les artistes eux-mêmes redisent chaque soir le plaisir qu’ils ont à jouer dans ce théâtre de Verdure, devant ce public attentionné, dans cette ambiance de Fête.Alors,longue vie à nos Etés à Pau et à leurs organisateurs !

  • > Hèstes !
    20 août 2007, par Autochtone palois  

    Les soirées du théâtre de Verdure méritent quelques mots de remerciements et d’encouragement aux organisateurs smiley.

    Elles se passent presque sous mes fenêtres et j’aime bien aller y faire un saut, sauf, je l’avoue, lorsque qu’il s’agit de "musique boum-boum" smiley

  • > Hèstes !
    21 août 2007, par Bernard Boutin  

    Vous avez tout à fait raison et bravo à Jacky Bert pour son opiniâtreté. Ce que je voulais dire, c’est que les horaires d’animation à Pau sont tels que tous les palois n’y ont pas droit.

    Observons la taille grandissante de la population âgée sur la ville - qu’on le veuille ou non -. Croyez-vous que 21 h/minuit soit un horaire pratique pour eux ?

    Sans remettre en cause la tranche 21 h/minuit, il serait bien que l’été à Pau, on puisse se divertir aussi dans l’après-midi. Il y a un autre public pour cela. Les personnes âgées mais aussi les très jeunes. Ce sont eux que l’on voit apparaitre lors des 3 jours d’Hestiv’Oc.

  • > Hèstes !
    21 août 2007, par Pierre Dubruchou  

    Rappelons également que nous avions l’année dernière donné un "carton vert" pour l’Eté à Pau, signe que nous apprécions également cette animation :

    http://www.alternatives-paloises.com/article.php3 ?id_article=419

  • > Hèstes !
    22 août 2007, par Jean Jacques  
    On ne peut opposer l’Et à Pau et Hestiv’oc. L’un est l’accès populaire a de gros spectacles et une grosse ouverture culturelle, la participation est d’ailleurs significative (familiale, jeunes, moins jeunes, etc...) qui pour des raisons techniques notamment éclairage il est impossible de faire à un autre horaire. Hestiv’oc de son côté serait à prendre pour son côté festif et de ce côté là il est un réel succés. Quant aux spectacles présentés ils sont pour une grande partie d’entre eux les mêmes que ceux que l’on a vue l’année précédente. Bien souvent (ormis JP Verdier) ils ne sont que la redite de tous les spectacles qui ont écumés la région toutes l’année. Ce qui fait dire à certains que c’est le festival de tout ce que l’on a déjà vu... Mais n’entrons pas dans ce type de critiques car on aurait vite fait d’oublier que toutes ces manifestations reposent sur beaucoup d’énergie de bénévolat te que les palois s’y retrouvent apparement bien.

  • > Hèstes !
    22 août 2007, par Pierre Dubruchou  

    Je crois qu’une petite mise au point est nécessaire : il ne s’agit en aucun cas d’opposer "L’Eté à Pau" et "Hestiv’Oc". Bernard soulignait simplement que ces deux animations touchaient des publics différents, avec des objectifs différents, ce qui veut tout simplement dire qu’elle sont complémentaires !

    Nous avons aujourd’hui la chance d’avoir les deux, et c’est très bien ainsi : souhaitons longue vie aussi bien à Hestiv’Oc qu’à l’Eté à Pau !

    Concernant l’éventuel manque d’originalité de la programmation d’Hestiv’Oc, qui serait la copie de celles des autres festivals de la région : à voir, mais même si c’est vrai est-ce si génant ? Tout le monde n’est pas un fêtard invétéré écumant toutes les fêtes et festivals de la région. Pour de nombreux autres palois, Hestiv’Oc est la possibilité d’avoir aussi la fête "chez soi"...

  • > Hèstes !
    22 août 2007, par Pascale à Lescar  
    année

    Je suis désolée mais personnellement mon goût va vers l’Eté à Pau. Pour moi Hestiv’Oc c’est du bluff. Si on gratte un peu il n’y a rien derrière : la place Royale c’est une concentration de buvettes et de coins à bouffe comme il y en a à la Foire expo. Les concerts sont passés partout autour de Pau dans les mois qui précèdent. Je lui attribue donc peu d’originalité. C’est un sous produit des Fêtes de Dax ou de Mont de Marsan après la 3ème édition on doit s’interroger. Par contre l’Eté à Pau c’est l’ouverture culturelle depuis près de 25 ans avec tous les styles, toutes les découvertes, des vedettes confirmées que l’on ne peut pas, bien souvent s’offrir. C’est vraiment une manifestation populaire qui déplace sur beaucoup de soirées des milliers de personnes(voir cette Higelin, Sinclair, Babylon Circus, Thomas Dutronc....). Je ne rate aucun concert avec mes amis quitte à empiéter sur les vacances. Un grand merci au Comité des Fêtes de nous offrir cela et à Jacky Bert pour sa programmation

  • > Hèstes !
    23 août 2007, par Julien  
    Je suis tout a fait d’accord avec Pascale. Même si Hestiv’Oc de toute évdence sait "mieux se vendre" auprès des médias, sur le fond c’est malgrés tou beaucoup de "bluff".

  • > Merci Henri
    23 août 2007  
    Jean Jacques

    Merci à Henri Lambert fidèle Adjoint de Labarrère et président du comité des fêtes qui organise l’été à Pau.

  • > Merci Henri
    24 août 2007  
    Oui merci monsieur Lambert de permettre que l’Eté à Pau existe toujours, merci pour que la programmation de l’Eté à Pau soit de plus en plus riche en artistes, merci de croire à cette aventure, merci de maintenir cete manifestation depuis si longtemps. Les Palois sont fiers que ce festival d’Eté soit reconnu et apprécié d’année en année par les artistes qui s’y produisent.

  • > Merci Henri
    25 août 2007, par julia b  

    Il ne faut pas opposer Hestiv Oc et Eté à Pau ; surtout s’ils sont complémentaires tant au niveau de leur programmation que des publics touchés.

    Côté budget, il faut être prudent en les comparant, puisqu’on ne sait que ce qu’on veut bien nous dire. D’un côté une "association 1901" indépendante mais subventionnée par les contribuables, et de l"autre une structure Office du tourisme "faux nez de la mairie" payée par les contribuables.

    La programmation de l’un attire les groupes associatifs qui sont sans beaucoup de moyens ni relais pour se faire connaître, l’autre va chercher dans le circuit commercial des artistes déjà plus ou moins friqués mais qui n’attendent de Pau que ... le chèque avec des zéros. C’est un certain choix qu’on peut discuter.

    Dans sa logique clientéliste la Mairie subventionne presque tous ceux qui montent un projet. C’est une façon de ne pas faire de choix, mais probablement pas la meilleure façon d’affirmer une politique culturelle. Sans parler de l’argent public qui aurait pu avoir davantage de retombées notamment vers des groupes locaux ou régionaux.

  • > Merci Henri
    25 août 2007, par Evelyne  
    La culture occitane est elle riche au point de devoir lui consacrer davantage, on peut s’interroger. La ville de Pau lui octroi sur l’année une très large part. Des calendrettas, au carnaval béarnais, en passant par hestiv’oc, puis cet été Arraya à Ciné Cité, Le folklore, la Familha Artus et lo cor de la plagna à l’été à Pau, vous ne pensez pas que cela fait beaucoup ? On pourrait peut être estimé qu’à ce niveau la coupe est pleine et que l’on peut avoir une ouverture culturelle vers autre chose sans vivre en autarcie avec des oeuillères.

  • > Merci Henri
    25 août 2007, par Bernard Boutin  

    Evelyne,

    Dans quelle direction faudrait-il procéder à l’ouverture culturelle dont vous parlez ?

    Bernard

  • > Merci Henri
    27 août 2007, par Evelyne  
    C’est sans doute un peu cru, mais je trouve que rester dans la vision culture occitane est un peu "passeiste". Aujourd’hui la société a fortement évoluée et a reçu un apport très riche de cultures extérieures. Regardez ce qui s’est passé en juillet avec l’orchestral urbain : l’orchestre de Pau a fait une prestation très classique qui sur le fond amenait peu de chose, sinon jouer dans un stade et devant un public peu habitué à ce type de musique. La découverte réelle est venu de mettre en avant des groupes hip hop et surtout de slam. Il a fallu cette occasion pour s’apercevoir que dans leur coin des jeunes talentueux développaient autour du slam une expression nouvelle très musicale, autour de très beaux textes. Cet exemple montre tout simplement que sur Pau quelques secteurs sont irrigués mais beaucoup ne reçoivent aucun soutien aucunes aides. L’essentiel du financement passe au classique (lequel vient d’augmenter de 50% le nombre de soirée proposées et donc d’un pourcentage conséquent les besoins de son budget), la culture régionale est également bien servie. La danse et la diffusion moyennement. Quant au reste musique amplifiée, musique métisse, émergente, afro, théâtre,... c’est un vide sidéral. Tout cela s’est accentué depuis l’arrivée du maire actuel qui a permis la montée en puissance d’un responsable culturel qui a coupé la ville de tout le tissu associatif. Mme Iriart la très bien décrit lors du dernier conseil municipal. Aujourd’hui tous les acteurs culturels locaux, toutes les associations sont résignés et attendent patiemment le changement de donne de mars 2008. Il est de plus en plus évident que Mr Urieta s’est trop plombé avec un entourage de ce type et n’aura pas accès à la deuxième mi-temps des prochaines municipales.

  • > Merci Henri
    27 août 2007, par Bernard Boutin  

    Evelyne,

    Pouvez-vous me contacter sur ma boite e-mail ? Je suis en train d’organiser une table ronde sur la culture. J’aimerai en discuter avec vous.

    Bernard Boutin

  • > Merci Henri
    27 août 2007, par Pierre Dubruchou  

    Bernard a oublié de donner l’adresse email pour le contacter :

    contact@alternatives-paloises.com

  • Leclerc et le mépris
    27 août 2007, par Fred  

    Pour ceux qui se posent des questions sur la politique culturelle des supermarchés leclerc (Parvis de Pau et Tarbes).

    lire l’article d’Olivier Seguret

  • > Merci Henri
    20 septembre 2007, par Matèu  

    Désolé d’arriver un peu tard dans cette discussion, mais j’admets que les deux posts d’Evelyne m’ont profondément choqué... Je me permets donc de réagir.

    « La culture occitane est elle riche au point de devoir lui consacrer davantage, on peut s’interroger. » Hé ben oui ! Et le fait même de formuler cette phrase montre que vous parlez sans savoir... La culture occitane est riche d’une histoire, d’une langue, d’une musique, d’un littérature, d’une façon de voir le monde unique comme toute culture ! Dans ce cas là, la notion de "richesse" est vulgaire surtout si vous n’avez pas pris la peine de vous y intéresser et de vous renseigner. Purmèr punt (premier point, en occitan).

    « La ville de Pau lui octroi sur l’année une très large part. Des calendrettas, au carnaval béarnais, en passant par hestiv’oc, puis cet été Arraya à Ciné Cité, Le folklore, la Familha Artus et lo cor de la plagna à l’été à Pau, vous ne pensez pas que cela fait beaucoup ? » Et alors ? Votre politique culturelle a vous c’est déshabiller Pierre pour habiller Paul, c’est ça ? Chacun a sa place dans le grand tissu culturel palois et environnant. Il n’est pas question de niveler la culture par le bas. Réjouissons-nous que la culture occitane puisse avoir la place qu’elle mérite dans la région. Attristons-nous que d’autres associations issus d’autres milieux culturels ne soient pas davantage aidés. Mais il n’existe pas de liens de cause a effet entre ces deux états de fait. Cette "vitrine occitane", cette année et les années a venir, est le fruit d’un travail de terrain de plus de trente ans dans le coin, et n’est certainement pas a mettre au compte de Mr Urrieta dont l’une des actions culturelles majeures cet Eté a été d’organiser la venue d’Intervilles... pas de commentaires, si ce n’est que, s’il y a de l’argent a trouver, peut être qu’il faudrait chercher de ce côté là... Dusau punt (deuxieme point).

    « On pourrait peut être estimé qu’à ce niveau la coupe est pleine et que l’on peut avoir une ouverture culturelle vers autre chose sans vivre en autarcie avec des oeuillères.[...] C’est sans doute un peu cru, mais je trouve que rester dans la vision culture occitane est un peu "passeiste". » Ce n’est pas "cru", c’est juste un peu maigre... Là encore, c’est un manque flagrant de curiosité et de connaissance qui vous fait dire cela. Votre vision de la culture Occitane est passéiste, car rongée par les clichés et non informée. Il faut arrêter avec les affirmations gratuites et non renseignées. Il faut sortir, voyager et se rendre compte par soi même que l’on a encore la chance d’avoir une culture présente dans notre territoire et qu’il est bon de la mettre en avant. On n’appelle pas ça de l’enfermement chez moi mais bien de l’ouverture d’esprit. Je le répète il y a de la place pour tous. Arrêtons les clivages dangereux, il y en a bien assez tout autour de nous pour ne pas soi-même y succomber. Tresau punt (troisième point).

    Je n’ai rien contre vous. Vos affirmations sont creuses car injustifiées. Elles entrent tout net dans la politique actuelle de nous monter les uns contre les autres. Continuons comme ça, c’est la porte ouverte a la bêtise.

    Adishatz e a lèu, dilhèu.

    Matèu.

    Ps : je vous laisse l’adresse d’un site qui sert de portail a beaucoup de groupes et d’associations du milieu artistique occitan : http://www.estivada-rodez.com/. Puissiez vous y trouver de la matière pour étayer vos propos.

  • > Merci Henri
    20 septembre 2007, par Gaston  
    la guerre des cathares est relancée ?

  • > Merci Henri
    21 septembre 2007, par pehache  

    Sans juger des mérites relatifs de la culture occitane, il n’en reste pas moins, Matèu, que les budgets "culture" ne sont pas extensibles à l’infini (pas plus que les autres budgets en tous cas), et qu’en pratique habiller Pierre conduit souvent à déshabiller Paul. En termes plus techniques, ce sont des arbitrages.

    Juste un exemple pour moi assez frappant : en 2002 (je n’ai pas trouvé les chiffres plus récents), le CG64 a attribué aux 8 calendretas du département une subvention de 34000€, pour 215 élèves scolarisés (158€ par élève). Rappelons que les écoles primaires ne reçoivent habituellement rien des CG, puisqu’elles dépendent des mairies.

    Quand on voit parallèlement les difficultés énormes qu’ont les écoles primaires à mettre en place un enseignement correct des langues vivantes, par manque de moyens, quand on voit parallèlement qu’une école primaire typique tourne avec un budget annuel de l’ordre de 50€ par élève et que 158€ de budget supplémentaire ce serait Byzance, et bien on se dit -du moins je me dis- qu’il y a un truc qui ne va pas quelque part.

    Bien sûr, on peut dire qu’il ne sert à rien de retirer cet argent aux calendretas et qu’il faut réclamer les mêmes moyens pour les autres écoles. C’est peut-être satisfaisant pour l’esprit, mais au final on sait très bien que ça ne se fera pas : un CG n’a ni la mission ni les moyens de généraliser ce type de subvention (il doit y avoir environ 50000 élèves en primaire dans le 64, faites les comptes-->7M€). Ici le CG arbitre pour l’occitan (de même pour le basque), et ceux qui veulent qui veulent apprendre autre chose se débrouillent (plutôt mal en moyenne). Ce n’est pas tout à fait ce que j’appelle de l’équité.

  • > Merci Henri
    20 septembre 2007, par Un palois même pas "capétout"  

    Je me permets d’intervenir, car cette vision quelque peu manichéenne m’hérisse pour tout dire le poil. Il serait profitable de mon point de vue de juger sur pattes plutôt que de monter les uns contre les autres (les méchants et archaïques occitans d’un côté et les gentils " culturés " de l’autre).

    En tout premier lieu, je me réjouis que l’Été à Pau ne pratique pas ce genre de catégorisation pour bâtir sa programmation. Cela ne m’étonne qu’à moitié, vu l’ouverture d’esprit que pratique l’équipe de ce festival qu’il serait criminel de supprimer. En effet, il ne faut pas tout mélanger et juger sur des faits et non des procès d’intentions, voire, encore pire, des caricatures toutes faites. C’est pour cela que je ne mets pas tout le monde dans le même sac : la Familha Artus /Lo Cor de la Plana à l’Eté à Pau et Hestiv’oc. Si on reproche à la culture occitane d’être enfermée sur elle même (ce qui reste à prouver), il me semble qu’on ne peut se fonder sur les prestations scéniques de ces deux groupes. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont été programmés au Théâtre de Verdure cet été, vu que l’Été à Pau a toujours fait la part belle à des formations qui enracinent leur musique dans un territoire et qui sont traversées par des influences bien de leur temps. Je pense notamment à Desert Blues ou encore à Femi Kuti programmés il y a deux ans si je ne m’abuse. Je pense aussi à la Familha Artus et au Cor de la Plana. Ils chantent en occitan ( occitan de Gascogne pour la Familha et occitan de Provence pour Lo Cor), mais il serait heureux et pour tout dire, respectueux pour le travail des artistes de ne pas s’arrêter là. Ce serait penser la programmation d’un festival en termes de " quotas " et je vous avouerais que cette démarche me donne des boutons. Lo Cor de la Plana est un groupe vocal qui n’a rien d’un groupe folklorique tel que vous semblez le penser ; c’est un groupe de Marseille qui s’est payé le luxe de s’inventer une tradition. Je m’explique, il n’y a pas de tradition en Provence de polyphonies (ou du moins, comme on peut l’entendre pour la Sardaigne, la Corse ou le Piémont Pyrénéen oriental). Lo Cor de la Plana est un groupe issu du quartier de la Plaine à Marseille, véritable carrefour des cultures. Leur musique en est l’illustration : c’est le résultat du mélange de percussions maghrébines, de tarantelles napolitaines , de la tradition marseillaise de textes engagés du début du XX e siècle (le mouvement des poètes ouvriers) et de Human-Beat-Box issu du hip-hop américain. Voilà, on peut trouver mieux comme illustration d’une culture repliée sur elle-même. D’autre part, en ce qui concerne la Familha Artus, on peut vite se rendre compte en les écoutant que leurs influences viennent plutôt du rock progressif de Magma ou de King Crimson ou du " jazzcogne " d’André Minvielle que des prestations du Beth Ceu de Pau (je n’ai d’ailleurs rien contre le beth ceu de Pau, mais, en connaissance de cause, on ne peut pas dire que ce soit la même chose...). De plus, sachez que la dernière fois que Familha Artus s’était produit avant l’Été à Pau, c’était à l’université de Pau avec un groupe sénégalais. Il s’agissait du résultat d’une résidence de création avec le groupe " Bakh Yaye " et qui a donné un spectacle au nom " bien de chez nous " : Salaamadishatz .

    Cependant, on peut ne pas aimer Familha Artus ou Lo cor de la Plana (et encore heureux)... mais on ne peut pas les considérer comme les porte-parole d’une culture repliée sur elle-même, folklorisante et sclérosée (ou alors, ils ont oublié leurs sabots dans les loges...), ou encore, sorte de mafia opportuniste qui vole les scènes à ceux qui portent haut et fort les valeurs de notre identité nationale cher à notre président, ou , pis encore, qui vole les scènes aux indigènes venus d’ailleurs qui tels les " spécimens " des expositions universelles du début du Xxe siècle viennent présenter leur " culture " aux " civilisés " (depuis, il est vrai, on a inventé le Fipau et le Quai Branly et l’Été à Pau n’a rien à voir avec cela). Il faut arrêter de penser par catégories, par quotas, et prendre les musiciens comme des musiciens. C’est le moins qu’on puisse faire. Les artistes ne veulent de mon point de vue voler la place à ... ils veulent seulement avoir celle qui leur incombe, celle de musiciens qui font danser une foule jeune, bariolée et par forcément béarnaise (et tant mieux !) comme ce fut le cas pour le concert de la Familha artus en août dernier.

    Cordialement,

    un palois même pas "capétout"

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
    Lire - Ça passe ou ça casse
    Plus de musique !
    Au pays des rêves
    Pour les livres et les contes, le lieu compte
    Projet Frankenstein
    Pau - Histoire(s) de Printemps
    A découvrir ou redécouvrir : les champignons
    La grande migration
    « Les Musicales de Thèze »
    Demain samedi, allons danser !
    L’histoire de la Librairie Tonnet
    Une autre campagne ?
    Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
    Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
    Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
    Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
    Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
    A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
    Pau, les Etoiles au firmament



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises