Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Pierre SAUBOT

samedi 8 décembre 2007


Esquisse de propositions à destination des candidats à l’élection municipale

« Pau et son agglomération abordent l’avenir avec des acquis remarquables et des atouts importants.

Les générations plus anciennes ont su construire, devant un panorama naturel unique au monde un décors de rêve tout en gardant beaucoup d’espace disponible.

Les générations récentes ont pu se doter d’une série d’équipements publics dignes d’une très grande ville.

Aujourd’hui, dans notre région, la conjoncture économique est bonne dans des domaines aussi variés que l’agriculture, la viticulture, l’agroalimentaire, l’aéronautique, la mécanique de précision, la recherche pétrolière et bien d’autres... avec la présence, sur son sol, de leaders mondiaux.

Grâce à l’effort de certains, le désenclavement routier est en cours, le désenclavement ferroviaire est possible, le désenclavement aérien est déjà réalisé.

Les commerçants du centre ville ont fait preuve d’une patience exemplaire face à la destruction de valeur qu’ils ont subie.

Les contribuables palois acceptent, depuis plusieurs années, de financer tout cela par un taux d’imposition particulièrement élevé.

Les amateurs de sport continuent à soutenir leurs équipes malgré quelques revers récents au nom d’un passé prestigieux.

L’offre culturelle, en particulier musicale, est à un très haut niveau.

La vie associative est dense, créative et d’une bonne diversité, avec une intégration intelligente et subtile des financements publics et privés.

Bref, tous les ingrédients sont réunis pour que, collectivement, les Palois, avec le soutien actif des Béarnais, se fixent, pour les années à venir, des objectifs très ambitieux de développement harmonieux, respectueux de l’environnement et créateur de valeur donc d’emploi durable.

L’objectif central, à long terme, est simplement quantitatif et mise sur l’être humain. Pour financer l’entretien des infrastructures existantes et la création de celles à venir il faut que la population de l’agglomération paloise, au sens large, passe à 600.000 habitants à l’horizon 2030.

Cela est bien sûr possible au centre d’un triangle Bordeaux, Saragosse, Toulouse qui ne demande qu’à se remplir. Pour atteindre cet objectif, clef de tous les autres, il faut rendre ce territoire encore plus accessible et attractif. Pour cela, il est nécessaire de :

- prendre toutes les mesures possibles et imaginables pour que le chômage reste 1 à 2 points en dessous de la moyenne nationale.

- réaliser, à marche forcée, le désenclavement routier nord et sud et obtenir le passage du TGV par Pau pour mettre la capitale du Béarn à 50 mn de Bordeaux et Toulouse, 1h30 de Saragosse et 3h00 de Paris.

- multiplier les lignes low cost et autres au départ de Pau.

- réconcilier le centre ville avec la voiture, intelligemment domptée, avec des parkings accessibles et aux bons endroits et, en liaison avec le Conseil Général, une rocade adaptée aux contraintes de demain.

- ramener, en 5 ans, le taux d’imposition local 15% au-dessous de la moyenne nationale.

- contribuer, en concertation avec le conservateur et son équipe, à remonter le visitorat du château de Pau au-dessus de celui de 1960 soit 300.000 visiteurs.

- porter nos infrastructures sportives (stades) et économiques (parc des expositions) et leurs accès au niveau de nos ambitions.

Cette liste n’est bien sur pas limitative et doit inclure des objectifs pour les quartiers sensibles et pour des initiatives remarquables comme le réveillon solidaire...

En tant que béarnais de naissance, je souhaite de tout coeur que les Palois portent à leur tête, lors des prochaines élections, une personne et une équipe cohérente qui aient la capacité et la volonté de mettre en oeuvre ces projets et d’atteindre ces objectifs.

Le Béarn a besoin d’un moteur de cette qualité comme capitale. Nous retrouverons alors le sentiment de fierté et de cohésion qu’avaient nos ancêtres au temps de Gaston Phébus. »


- Pierre Saubot
le 8 décembre 2007

Président du Groupe HAULOTTE, 3° fabricant mondial de chariots élévateurs. Préside aux destinées de la Garbure à Paris. Président de Pau-Saragosse 2008. Propriétaire du Domaine du Cinquau à Artiguelouve. À activement participé à la mise en place de la Maison des Vignerons Indépendants à Lacommande.
Pierre SAUBOT crée actuellement dans sa propriété un espace de réception qui pourra accueillir plusieurs centaines de participants. Ouverture Mars 2008.



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Pierre SAUBOT
10 décembre 2007, par Jean  

Monsieur Saubot

Tout chef d’entreprise doit avoir une vision, et sur la vôtre on peut diverger sur les chiffres, mais pas sur l’ambition.

Entrepreneur moi même je sais toutefois que la vision doit être mise en application au quotidien.

Des trois candidats en présence quel est celui ou celle qui vous semble en mesure de combiner vision et réalisme ?

Nous aimons Pau et nous devons désigner le successeur d’André Labarrère.

Alors qui ?

> Pierre SAUBOT
10 décembre 2007, par Le Canard Masqué  

Analyser la situation, puis fixer un objectif clair, et ensuite tout faire pour le réaliser : voilà qui parait plein de bon sens.

On ne peut qu’être d’accord avec cette démarche, et effectivement cela tranche avec nos politiques habituels, qui s’arrêtent en général à l’étape "analyse" (mais brillante, l’analyse, attention !).

Néanmoins, dans l’enthousiasme collectif des messages postés ci-dessous, j’ai l’impression que personne ne s’est posé la question de la pertinence de cet objectif. Comme si tout le monde avait été bluffé par l’audace du chiffre : 600.000 habitants en 2030 !

Mais pourquoi 600.000 habitants ? En quoi cela peut-il constituer un objectif en soi ? Qu’est-ce que cela sous-tend ?

Passons sur les détails pratiques de 8% de croissance par an, soulignés par l’autochtone, et attachons-nous au résultat final :

Cela signifie-t’il que l’on ne peut pas vivre bien dans une ville de 160.000 habitants ? Si l’on ne peut pas vivre bien dans une ville de 160.000 habitants, cela veut-il dire que Tarbes, Bayonne, Aire-sur-Adour, devraient elles aussi viser les 600.000 habitants ?

Il va y avoir bousculade dans la région... Et il va falloir se remettre à faire 5 enfants par famille (le Béarn a besoin de toi !)...

J’ai l’impression, M Saubot, que vous plaquez tel quel sur un territoire un raisonnement de chef d’entreprise : une entreprise en milieu concurentiel doit croitre pour survivre, elle doit faire augmenter son chiffre d’affaire, elle doit gagner des parts de marché, c’est pratiquement une loi de la nature économique. Là vous nous dîtes aussi "il faut croître". Sceptique je suis...

POurquoi ne pas nous assumer tels que nous sommes, à savoir une ville de taille moyenne, avec ses inconvénients... mais aussi ses avantages ?

  • > Pierre SAUBOT
    10 décembre 2007, par jerlau  

    Le Canard Masqué,

    Une grande agglomération a l’avantage d’offrir un marché très profitable aux PME et TPE. Il y a un marché assez vaste qui donne les moyens de grandir et d’avoir une autre dimension.

    La Région Nantaise en est un exemple. Il y a quelques grandes entreprises, mais il y a aussi un très grand nombre de PME. C’est la richese de tout cet Ouest.

    C’est profitable aussi pour les grandes entités qui trouvent ainsi dans un rayon à une demi/heure de temps de trajet un très grand nombre de comprétences et de services.

    Avec un centre universitaire, cela donne une force de frappe encore plus importante.

    Mais il faut alors raisonner l’agglo de Pau jusq’à Nay, Oloron et Orthez, et améliorer tout le tissu de transport dans cet agglo, et peut-être même avant d’avoir l’Autoroute Pau-Langon. L’axe Orthez Nay est peut-être plus important.

    Sur le futur proche (les 10 à 15 ans), il y a également un autre facteur important. Il n’est pas sur que les grandes entités qui assurent aujourd’hui l’assise de Pau (Total et Aéronautique) soient toujours dans le même état. Aujourd’hui on voit des multinationales issues des pays émergents (low cost, et de qualité) envahir les marchés de nos multinationales. Ces mutlinationales peuvent alors s’écrouler comme un chateau de cartes.

    Pour répondre à ce risque il faut un réseau de PME très performante et en conséquence une agglo assez consistante.

    Je crois que la proposition de Saubot se place dans un tel cadre.

  • > Pierre SAUBOT
    11 décembre 2007, par François  

    Je suis d’accord avec vous Jerlau, le tout n’est pas de grossir Pau à 600 000 ha mais de constituer une entité humaine et un marché économique de 600 000 ha dans un bassin de vie qui peut même aller au-delà de Nay ou Orthez vers Tarbes et Lourdes notamment.

    La question est alors : qui des trois candidats sera capable de coopérer avec les collectivités du reste du Béarn et de la Bigorre ?

  • > Pierre SAUBOT
    11 décembre 2007, par Jerlau  

    François,

    Le drame de notre démocratie, c’est que les politiques ne peuvent pas adhérer à ces projets de grosse agglo car ils vivent de ce découpage qui est issu des vieilles taxes locales (jusqu’aux années 60 ) et octroi (jusqu’aux années 20/30. Cela a conduit Pau par exemple à forcer pour développer le Nord de Pau, contre toute nature, alors que le développement de Pau naturel se fait le long du gave.

    Chaque homme politique de petite localité vit en fait de son isolement. Du coup pour faire une grosse agglo il faut aller à l’encontre de centaines d’opposants d’hommes politiques.

    Bayrou ne peut pas le faire. Il s’attirerait les foudres de tous les Maires de France. Aucune chance d’être élu Président et encore moins de chances d’être élu Sénateur. Même problème pour MLC et Yves Urieta est dans une autre démarche.

    Aucun des 3 ne peut se placer dans ce genre de démarche.

    Saubot devrait y aller, et s’il n’a pas le temps, il met en place un vrai Directeur Général de Mairie ( le Secrétaire Général) qui est alors un opérationnel qui peut mener ce genre de projet.

    On a confondu dans notre pays décentralisation et miniaturisation. Il y a alors une déséconomie d’échelle et un appauvrissement certain.

    C’est un peu ubuesque. C’est pour cela que dans un post, j’écrivais que cela rappelait "les chaises" de Ionesco :un couple de vieux (le Net )qui fait parler les ombres (les internautes) sur la vision de la vie, du passé ( la vie de Pau) et cela tourne au cauchemard !

  • > Pierre SAUBOT
    12 décembre 2007, par François  

    Jerlau,

    je ne connais pas Saubot et je suis toujours un peu réticent sur le raisonnement qui consiste à penser qu’un chef d’entrprise est plus qualifié qu’un homme politique pour s’occuper de la chose publique. Je crois que c’est bien d’aller chercher l’avis, voire, le concours, de personnes venues "d’ailleurs" (i.e. de la société civile) mais je ne pense pas que leur demander de faire en politique ce qu’elles faisaient en entreprise (ou ailleurs) soit la meilleure solution. Mais bon ...

    Sur la capactié des trois candidats à travailler en coopération avec les autres, je suis d’accord avec vous sur Bayrou. La fuite de ses "amis" est, à mon sens, le signe d’une vraie difficulté à travailler en concertation avec les autres et son slogan de "Pau capitale" n’est pas de nature à séduire les villes autour qui nous voient déjà comme des snobinards prédateurs.

    Pour Uriéta, je ne sais pas s’il serait capable de coopérer avec les autres collectivités. A mon avis oui mais comme vous dites, il est dans une autre démarche, et je crois que finalement, ça ne l’intéresse pas (pour preuvre l’abandon de fait d’une présence politique de l’agglo aux instances du Grand Pau par exemple).

    Reste MLC que je crois capable de travailler en partenariat avec les autres collectivités, vu son mode de fonctionnement et la vraie réflexion qu’elle a été capable d’initier au PS pour construire un programme collectif au niveau de l’agglo. J’y crois d’autant plus que nombre de collectivités autour de nous sont aussi socialistes, ce qui facilite les choses tout de même (Grand Tarbes, Midi-Pyrénées, Aquitaine, District de Lacq ... etc.).

  • > Pierre SAUBOT
    12 décembre 2007, par Le Confiseur  

    Sur le post de François

    Sur quels critères peut-on dire qu’un homme politique est plus qualifié pour s’occuper de la chose publique que quelqu’un issu de la société civile ? Et cet homme politique on le juge à l’aune de ses années de cotisations, à son parcours dans les instances dirigeantes, à sa voiture ou d’après son efficacité sur le terrain ? Il y aurait donc des gens qui seraient exclus par avance parce qu’ils ont un autre parcours ? On revient à une vieille conception du candidat officiel ; inquiétant.

    De même penser que MLC aurait un avantage étant socialiste pour coopérer avec les collectivités socialistes autour de Pau ? MLC n’est pas en cause mais votre argumentaire date d’avant la chute du Mur de Berlin. Et si au contraire la solidarité socialiste, arbitrée rue de Solférino, décidait ce que le maire de Pau doit faire au nom de l’unité et pour le bien du Parti !

    Les hommes politiques, surtout s’ils ont derrière eux une carrière dans une entité en situation de monopole plus ou moins avoué ( fonctionnaire, société d’économie mixte, association gérant une activité par délégation, HLM, etc) sont rarement des adeptes de l’évalution de la qualité et du service rendu au meilleur coût. Et ils se complaient dans un empilage de structures interdépendantes où personne n’est responsable et où la rapidité n’a que peu de sens, sous le prétexte fallacieux qu’on doit respecter les procédures (quitte à chercher à les contourner toutes les fois où on y trouve un intérêt...).

    Alors un peu plus d’efficacité et de service au public (de préférence à service public) pourrait être gagné avec des entrepreneurs , ces gens (rares) qui prennent personnellement le risque une fois qu’ils ont recueilli l’avis de gens compétents chacun dans leur domaine.

    Pau est dans la m...ouise (population en déclin , commerce du centre ville en mauvaise situation, fac sans envergure et ridiculisée, impôts sans issue et endettement renvoyé généreusement sur la CDA, dépenses improductives ou clientélistes échappant à une analyse de pertinence ou d’efficacité) ce sont les compétences et les idées novatrices qui importent, plus que les confrontations d’ ego ou l’appel aux mânes de Labarrère.

  • > Pierre SAUBOT
    12 décembre 2007, par François  

    Le Confiseur,

    Merci de votre réaction argumentée. Ca fait plaisir de lire des messages dépassionnés. Je crois que vous m’avez mal compris. Je suis d’accord avec vous. De façon générale, l’enfermement sur soi est toujours improductif et il est nécessaire d’aérer nos "élites" régulièrement par l’apport de compétences nouvelles.

    Je dis en revanche que je suis sceptique sur un raisonnement qui consisterait à dire qu’un entrepreneur (ou un Président d’association, ou un exploitant agricole), parce qu’il a réussi dans son domaine, va forcément réussir en politique. La politique est une science mais loin de moi l’idée d’en fermer l’accès à quiconque. La société civile a donné à la France de très bons hommes politiques (Pompidou le premier). J’émets seulement deux réserves si vous lisez attentivement mon message précédent :

    1) la politique ça s’apprend (et je vous dis ça, moi-même je ne sais pas en faire) donc on ne peut pas catapulter qqn de la société civile directement aux plus hautes responsabilités. C’est pour ça que, même si j’apprécie son discours, je n’encouragerais pas M. Saubot à monter une liste hors partis. Je pense qu’il vaut mieux commencer plus bas, comme élément d’une liste existante par exemple ;

    2) attention de ne pas calquer purement et simplement le raisonnement entrepreneurial sur le raisonnement politique (au sens noble du terme i.e. la gestion de la cité). Ca n’obéit pas toujours aux mêmes contraintes et l’un n’est pas reproductible in extenso sur l’autre même si c’est vrai que les entrepreneurs ont souvent de bons réflexes de gestion.

    Voilà, voilà, c’est tout. Mais je crois que sur le fond de cette question on est d’accord.

    En revanche, sur la question des coopérations, il ne faut pas être naïf : c’est toujours plus facile de coopérer avec des responsables politiques ayant sa couleur : on se voit à l’Assemblée, on se voit au parti, on discute amicalement, on veut s’entraider pour aider le parti. Ca ne veut pas dire que des maires de couleurs différentes ne peuvent pas coopérer mais ça demande plus d’efforts ... et, vu son incapacité à garder ses propres amis, je ne pense pas que Bayrou soit capable de fournir assez d’efforts pour coopérer avec des politiques de couleur différente.

  • > Pierre SAUBOT
    12 décembre 2007, par Jerlau  

    François,

    Je ne parlais pas des qualités des uns ou des autres. Je parlais simplement de leurs positions dans le monde politique.

    Nous avons une pléthore de petits conseils dans tous les coins. Un futur sénateur ne peut pas s’y opposer. Une grosse agglo de Nay à Orthez en pensant par Pau et Oloron va se trouver confrontée à un très grand nombre d’opposants. Si cela reste dans un monde politique c’est infaisable. C’est pour cela que ce ne peut être mené que par un leader non issu du monde politique et sans visée quelconque type Sénat ou autre.

    Notre système est parfaitement verrouillé à l’image d’un système maffieux. Vous y rentrez, votre carrière est tracée, vous en sortez vous perdez tout. En cela c’est peut-être bon de sortir du cadre.

    C’est en cela que je ferai davantage confiance à quelqu’un venant de la société civile.

  • > Pierre SAUBOT
    11 décembre 2007, par Autochtone palois  

    Le Canard Masqué a écrit :

    J’ai l’impression, M Saubot, que vous plaquez tel quel sur un territoire un raisonnement de chef d’entreprise : une entreprise en milieu concurentiel doit croitre pour survivre, elle doit faire augmenter son chiffre d’affaire, elle doit gagner des parts de marché, c’est pratiquement une loi de la nature économique. Là vous nous dîtes aussi "il faut croître". Sceptique je suis...

    Le Canard a raison dans le sens où pour P.Saubot plus les habitants sont nombreux plus la collectivité voit ses ressources financières augmenter : les habitants constituent le marché. La question qui se pose alors c’est : "dans quel but" ? Le raisonnement de P.S. suppose, je l’espère, que c’est pour améliorer la qualité des produits/ du service aux habitants(pour rester dans le vocabulaire de l’économie de marché).

    Mais, comme le conteste aussi le Canard, faut-il nécessairement augmenter la population pour augmenter la qualité de la vie, au sens le plus large ? Non, mais il faut retenir que c’est une manière de répartir les charges déjà lourdes. Pour ce même objectif développons plutôt (ou aussi)la coopération avec les collectivités territoriales environnantes comme Tarbes -Lourdes (voir le cas de l’aéroport !), CG64, Région, BAB, Aragon, etc.

    Ce que je retiens surtout de la proposition de P.Saubot, c’est l’idée qu’il faut de l’ambition, des objectifs clairs, compris de tous, et alors le (ou la) leader peut arriver, par un travail d’équipe, au résultat espéré, qui n’est pas forcément de multiplier par 4 la population. Divisons plutôt par 4 nos émissions de gaz à effet de serre !

  • > Pierre SAUBOT
    10 décembre 2007, par Doudou  

    Doudou, on a du retoucher légèrement votre message. Il est inutile de blesser les gens. Cela ne fait pas avancer la réflexion. Les modérateurs d’A@P

    je pense que tout cela est bien dans l avenir mais le faire avec qui voila le problème je trouve que toutes vos idées sont bonnes et meme audacieuses mais il y a un hic dans votre déclaration d intention c est de savoir qui sera élu pour faire ce travail de TITAN je ne pense pas a HENRI IV car le pauvre il nous a fait connaitre PAU mais il y a une chose dont je suis sur que cela ne pourra se faire avec BAYROU car pour faire de grandes choses il faut un homme qui soit décidé et non un homme qui cherche fortune vers le PS et vers l U M P et etre comme l ane de BURIDAN aussi il faudra découvrir l oiseau rare.

  • > Pierre SAUBOT
    10 décembre 2007, par Christian Lemarcis  
    Monsieur Saubot, "un béarnais de naissance" c’est quoi ? Et quelles prérogatives, voire quels privilèges, a-t-il sur un "béarnais d’adoption" ? A l’heure où nous construisons péniblement l’Europe Unie, foin de ces locutions d’antan... Soyons accueillants, enrichissons-nous mutuellement, acceptons les différences d’origine et de culture et - surtout - soyons ouverts sur l’avenir. Car l’avenir n’attend pas : demain c’est aujourd’hui !

  • > Pierre SAUBOT
    10 décembre 2007, par Autochtone palois  

    M.Lemarcis, on peut être Béarnais de naissance et accueillant ; être fier de ses racines et accepter les différences d’origine et de culture, ce n’est pas du tout incompatible. Les Béarnais ne revendiquent aucun droit particulier, sauf celui du droit à la reconnaissance d’une certaine identité. Beaucoup des Béarnais qui ont quitté leurs pays n’ont pas oublié d’où ils viennent. "Savoir d’où l’on vient aide a savoir où l’on va".

    Un autre Béarnais de naissance.

  • > Pierre SAUBOT
    11 décembre 2007, par Christian Lemarcis  

    M l’Autochtone, J’entends bien, et ne vous accable pas de prèfèrer, à l’instar de Francis Blanche, à l’eau de là, le vin d’ici. Mais pour moi qui privilégie d’autres valeurs, ce n’est pas un but dans la vie qu’exhiber ses racines. Avec de telles formules, Barrès et Maurras ont construit une politique vraiment peu ragoûtante... Et qui justifie l’action militaire des indépendantistes de tout poil.

    Personnellement, il ne me déplairait point d’échanger l’hymne national avec une chanson, pleine de sens et d’humour, de notre bon vieux Brassens. Me comprenez-vous ?

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par Pierre GRAND  
    Tribune libre de Pierre SAUBOT

    Les propositions exposées répondent aux souhaits de très nombreux palois. Cependant face à la situation environnementale avec notamment l’augmentation inéluctable du prix des carburants, l’argument tendant à réconcilier le centre ville avec la voiture ne tient pas. Seule depuis des décennies la voiture a eu droit de cité au détriment des autres usagers que sont les transports en commun, les piétons, les cyclistes et malheureusement les handicapés. Non seulement il est grand temps de partager l’espace mais surtout de mettre en place un réseau de transport en commun digne de notre agglomération. Cela me paraît être la priorité des priorités de la nouvelle équipe qui prendra les rennes de l’agglomération. Avec des transports en commun adaptés, le centre ville piétonnier repartira comme cela a été le cas dans toutes les agglomérations qui ont fait ce choix depuis déjà longtemps, certaines depuis plus de vingt ans, les autres catégories d’usagers précités y ayant également trouvé leur compte. Alors pourquoi pas à Pau demain ? Pau le 10 décembre 2007 Pierre GRAND

  • > Pierre SAUBOT
    10 décembre 2007, par Jerlau  

    Pierre Grand,

    Si l’agglo prend à son compte l’objectif principal de Pierre Saubot ( les 600 000 habitants), cela demande la mise en place d’un véritable PLU (urbanisme) et PLD (déplacement). Cela remettra en cause le schéma actuel et on le verra différemment.

    Peut-être pourrait-il y avoir des transports très rapides d’Orthez à Nay, fréquents, genre Métro ? C’est le genre de choses qui peuvent permettre de diminuer le taux de chômage en augmentant le nombre d’emplois accessibles dans un temps raisonnable. Idem pour Pau/Oloron ou Orthez / Oloron.

    Un centre ville piéton n’a pas vocation à être un noeud routier !

    Je trouve que la proposition de Saubot devrait faire respirer les projets. Et les solutions sont alors multiples.

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par Autochtone palois  

    Le plaidoyer est presque convaincant, surtout pour un Béarnais, lorsque l’on fait référence à Gaston Fébus, le prince des Pyrénées, selon Tucoo-Chala. (Oui, laissons Henri IV à celui qui veut conquérir Paris en 2012...)

    Ce qui m’a intrigué c’est cette affirmation de la nécessité pour l’agglomération paloise d’atteindre la taille critique de 600.000 habitants en 2030, la taille de Saragosse. Cela veut dire une croissance de presque 8 % par an ! Vous avez certainement raison économiquement, en définissant une taille critique bien supérieure à la taille actuelle, qui est de 141 000 habitants.

    Mais cela me rappelle notre président Sarkosy disant péremptoirement "je veux 3% de croissance" sans nous dire comment il comptait y parvenir. M. Saubot, c’est bien de vouloir, mais nous aimerions savoir comment vous envisagez d’atteindre à cet objectif ambitieux. Vous êtes crédible et vos propositions seront accueillies avec intérêt.

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par Autochtone palois  
    je précise que j’ai perçu dans la liste des actions que vous avez donnée plutôt des souhaits (comme maintenir par tous les moyens le chômage à 1 ou 2 % en dessous de la moyenne nationale) plutôt que des actions.

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par Lou Tillous  
    Monsieur Saubot, votre esquisse a quand même une autre gueule et une autre hauteur de vues que ce qu’on a entendu pendant 35 ans.Ce manque de perspective à long terme remplacé par des "coups médiatiques" a été fatal à la ville.

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par Autochtone palois  
    Lou Tillous, il est normal pour le PDG du premier fabricant européen de nacelles télescopiques et appareils de levage, n°3 mondial, d’avoir une belle une hauteur de vue.

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par jerlau  

    Autochtone Palois,

    Pierre Saubot amène ce que n’amène plus depuis bien longtemps le monde politique. Sortis de la démocratie participative, version bureau des pleurs, et du « travailler plus », il n’y a pas beaucoup de lignes directrices proposées par les partis politiques.

    Pierre Saubot propose : viser les 600 000 habitants en 2030. Il propose des objectifs intermédiaires, -chômage, pression fiscale,- et un cadre de fonctionnement - transports, mesures diverses -.

    On peut calculer : 8% de croissance par an, c’est beaucoup. Mais je crois que Pierre Saubot est dans une autre logique. 600 000 habitants c’est viser la réunion de Pau/Oloron/Orthez. C’est installer entre autres des transports très rapides entre ces 3 pôles, c’est meubler le vide. Relier Orthez à Pau de façon rapide, avec Lacq entre les deux c’est multiplier les bassins d’emplois. C’est pour cela que Pierre Saubot vise 1 à 2 points de moins de chômage entre autres. On a alors de l’agglo une toute autre vision.

    Mais le plan de Pierre Saubot a un défaut. Il s’oppose aux petites structures locales (mairies, structures de pays..) qui font la joie des partis politiques. Chaque structure locale se replie sur elle. A Pau cela a donné entre autres les petits désastres tels les travaux du centre-ville, la Médiathèque...

    Je crois qu’il faut vraiment saluer la démarche de Pierre Saubot et espérer qu’une équipe s’empare de ce projet à Pau, l’améliore, se coordonne avec des équipes à Oloron et à Orthez, de façon à proposer à cet ensemble une vision commune pour avoir moins d’opposition des partis politiques en place.

    Cela devrait être l’objectif d’une liste hors partis.

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par mireille  

    C’est mal connaitre les Béarnais ...

     smiley

  • "Soyons réalistes, demandons l’impossible"
    9 décembre 2007, par Autochtone palois  

    Jerlau, l’idée de P.Saubot (il pourrait mieux l’expliquer que moi) n’est pas de relier Pau, Orthez et Oloron pour en faire une agglomération, mais de faire en sorte que la CDAPP (les 14 communes) représentent en 2030 l’équivalent de la population de tout le département des P-A aujourd’hui ou celle de la CUB, communauté Urbaine de Bordeaux, en 1999 ! L’objectif est extrêmement ambitieux, mais il est vrai que sans ambition, on n’obtient rien."Soyons réalistes, demandons l’impossible" disait le révolutionnaire.

    Jerlau, sois sérieux, ce n’est pas une équipe "hors partis" sortie d’un chapeau qui peut nous présenter subitement un projet avec une telle ambition. Par contre l’idée que le développement économique, social et culturel de l’agglo passe par un développement soutenu de sa population est juste dans les pays développés. On pourrait aussi dire que le fait d’avoir moins de chômeurs donnerait de la croissance économique à la communauté d’agglo.

  • > "Soyons réalistes, demandons l’impossible"
    9 décembre 2007, par Jerlau  

    Autochtone Palois,

    Comment croire aux 3 listes qui se présentent actuellement issues des partis ? C’est le pb. Depuis qu’il n’y a plus d’ideologie il n’y a plus d’objectifs.

    Saubot fait de l’ideologie au sens de Destutt : analyse des faits et mise sur pied d’une théorie. Cela a complètement disparu et le PS n’est pas en train de retrouver quelques idées.

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par Pierre Saubot  
    Je crois au travail en équipe, je crois au développement quelque soient les contraintes du contexte. Je crois à la nécessaire mise en ordre et en cohérence des énergies individuelles.Une lampe de 60W éclaire mal une pièce de 50 m2 ; un laser de 60W perce un blindage de plusieurs centimètres mais ne fait rien s’il est dirigé vers le vide. Pour qu’une équipe produise, il faut lui donner une direction générale et des étapes en cohérence. Vous avez dèja réagi positivement à ma proposition en calculant que cela fait 8% l’an. Maintenant il faut constituer une équipe qui analysera si,dans l’hypothèse où l’autoroute Langon Pau est terminée en 2010, la route Pau Saragosse améliorée en 2012, les impots baissant chaque année du bon %,le chomage baissant comme escompté...la croissance de la ville est sur la bonne trajectoire.Si non, il faudra corriger quelquechose quelquepart pour devenir cohérents. Plusieurs équipes pourront alors réfléchir et chercher les moyens d’atteindre les objectifs intermédiaires. L’avantage de la méthode est que chacun sait en permanence où il va , ce qu’il fait et pourquoi.Et au bout du compte, comme par miracle, on arrive où on voulait aller. En 1997, ma société fabriquait 600 nacelles. Je connaissais le contexte et de façon un peu ambitieuse et provocante, j’ai proposé à mon équipe de se fixer comme objectif d’atteindre le chiffre de 2000 en l’an 2000. Malgré une incrédulité générale, tout le monde a joué le jeu. Les idées ont fusé, les contraintes ont été identifiées. On est parti comme un laser dans une direction choisie. Nous en avons fait 3000, beaucoup plus que 8% l’an. Tout le monde rit encore de mon manque d’ambition .Mais ce n’est pas moi qui ai dépassé l’objectif,c’est l’équipe qui l’a voulu et qui l’a fait.

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par Francine Dehail  
    Pierre Saubot

    Je crois aussi à la culture par objectifs ambitieux et précis. Cela marche dans l’industrie et Pierre Saubot le prouve. Dans le domaine politique, les équipes perdent souvent beaucoup d’énergie à gérer les conflits internes de pouvoir. Les objectifs sont souvent remplacés par des promesses électorales vagues et démagogiques. Le contact avec les problèmes concrets des palois est, par exemple, insuffisant. Gardons la vision conquérante de cet industriel béarnais et ami pour croire à un avenir palois à partir des prochaines municipales.

  • > Pierre SAUBOT
    9 décembre 2007, par Autochtone palois  
    Pierre Saubot, pour avoir vécu (pas comme PDG...) une performance industrielle semblable à la votre (du 15° rang mondial au 3° dans le monde extraordinairement compétitif de la micro-électronique) je partage votre optimisme, mais sous certaines conditions. D’abord l’existence d’un leader qui motive ses équipes pour travailler dans un but commun. Pour cela il doit faire partager des valeurs communes, des méthodes, et savoir écouter. Dans les méthodes il doit y avoir, pour un vrai travail d’équipe, des objectifs clairs pour chacun, des indicateurs, de la transparence et de la cohérence ... à l’image du laser.

  • > Pierre SAUBOT
    10 décembre 2007  
    M. SAUBOT, vous êtes un battant, vous êtes un chef qui saurait motiver son équipe. Comme les vrais chefs vous êtes fidèle au principe :"Voir loin, commander court". Il n’est pas encore trop tard, vous êtes l’homme issu de la société civile qu’il faut à la tête de la ville. Pourquoi ne lancez vous pas une liste ? Les soutiens de qualité ne vous manqueraient pas ! smiley smiley smiley

  • > Pierre SAUBOT
    10 décembre 2007, par Symposium  
    Pau 2030

    600.000 !! J’aurai 56 ans... plus de coteaux sur jurançon, l’automne et le printemps auront la même couleur. Le Pont Long remplacé par des tours. Le bois de Pau parc municipal (fermé la nuit). Un avion qui rate son décollage à Uzein et qui écrabouille 3000 personnes dont deux écoles primaires. La zone commerciale de Lescar sur 4 étages. La route de gan en 2x4 voies. Une centrale nucléaire à Lacq, 2 réacteurs. L’usine d’incinération multipliée par 12. Le traitement des eaux privatisée. Et Trespoey... restera Trespoey...

    Et bien je vote pour, rien que pour le coup d’oeil et la belle prose enthousiasmante de M. Saubot. Et puis avec l’espoir que je pourrais refaire ma vie dans une ville de 150.000 habitants, à moins de 2 heures de trajet d’une grande métropole.

    Question subsidiaire : et si plutot que de mettre la population de Pau au niveau de ses équipements, on mettait les équipements de Pau au niveau de sa population ? C’est peut-être aller dans le mauvais sens de l’entropie, mais on peut ouvrir le débat !

  • > Pierre SAUBOT
    11 décembre 2007, par Jerlau  

    Symposium,

    La vision de Saubot n’est pas obligatoirement verticale et à surface identique. La qualité des transports joue sur la surface de l’agglo. Une aberration : Mourenx s’est crée il y a plus de cinquante ans. Lacq est moins actif aujourd’hui mais c’est un bassin d’emplois. Pau a-t-il tout à fait profiter de ce bassin d’emploi ? Non, en cinquante ans, on n’a pas su assurer des transports corrects avec Lacq/Artix/Mourenx.

    600000 habitants c’est Nay/Oloron/Pau/ Orthez. Les villes se développent le long des rivières dans les vallées. Le Nord de Pau se développera toujours difficilement.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Max Moreau
    Martine Lignières-Cassou
    Marc Cabane
    Georges Labazée
    Nathalie Chabanne
    Jean-François Maison
    Gérard Trémège
    Jean-Paul Matteï
    Jean Glavany
    Yves Urieta
    Christian Pèes
    Mariano
    L’or ne pourrit pas.
    Nathalie Chabanne
    Questions à Jean-Pierre Bel
    Pascal Boniface et Julien Pardon
    Georges Labazée
    Sylvie de Sury
    André Cazetien
    Xavier CEYRAC



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises