Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Les candidats et le sport pro à Pau

lundi 11 février 2008 par Pierre Dubruchou


Dans son édition du 29 janvier, Sud-Ouest a questionné les candidats sur la politique sportive, et donc entre autre sur le sport professionnel.

Rappel : la communauté d’agglomération subventionne quatre équipes professionnelles : la Section Paloise (Rugby), L’Elan Béarnais (Basket), le Pau FC (Football), et le Billère Handball. Cela semble beaucoup pour la taille de l’agglomération. Par ailleurs les communes peuvent ajouter leurs propres subventions à celles de l’agglo. Enfin, il y a les subventions déguisées, sous forme des fameux "achats de prestations". Au total quelques millions d’euros partent probablement dans le sport pro.

Qu’en disent nos candidats ?

François Bayrou :

« Les équipes pros sont un bienfait et une chance pour notre ville, surtout quand elles gagnent. Elles « tirent » l’image de Pau vers le haut. Il est excellent que nous ayons plusieurs équipes professionnelles et pas, comme dans d’autres villes, une seule équipe dans un seul sport. L’émulation entre ces équipes doit jouer tout son rôle. Pour cela, il faut qu’elles se parlent, échangent leurs expériences et peut-être un jour qu’elles acceptent de mutualiser certaines de leurs charges. Je les y aiderai ».

Traduction : je ne touche à rien, je ne veux me fâcher avec personne. Il est même envisageable de les soutenir plus si ça peut leur être agréable.

Laurent Latour :

« Compte tenu des clubs d’élite de notre ville qui coûtent de plus en plus cher, il y aurait lieu, pour ne pas puiser dans une fiscalité déjà conséquente, d’inciter les clubs professionnels à se tourner vers des modes complémentaires de financement auprès de mécènes. Ceci constitue actuellement une orientation prise par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Ce mode de financement pourrait être encouragé par une réduction de la fiscalité ».

Traduction : si les clubs pros veulent se développer, il faudra qu’ils trouvent d’autres financements ailleurs. Par contre je ne remets pas en cause le financement actuel.

Martine Lignières-Cassou :

« La notoriété sportive de Pau s’est bâtie sur le rayonnement de ses clubs de haut niveau : la Section Paloise, l’Élan béarnais et le FCP. Ceux-ci sont aujourd’hui professionnels et gérés comme des entreprises. Ils nécessitent cependant un accompagnement financier de la collectivité, à bâtir dans le cadre de contrats d’objectifs. Nous définirons avec eux les missions qu’en contrepartie de notre soutien financier, les clubs accompliront auprès des jeunes et des associations. La transparence de la répartition financière envers le monde sportif dans le cadre de l’équilibre financier actuel est pour nous un objectif ».

Traduction : je ne touche à rien, je ne veux me fâcher avec personne (tiens, j’ai déjà entendu ça...). Je rajoute quelques voeux pieux sous forme de contrats d’objectifs pour que les sportifs aillent signer des autographes dans les écoles, et hop...

Éric Schatz :

« C’est davantage une question de choix politiques qu’une question de moyens ! Nous considérons que les subventions municipales doivent financer des missions d’intérêt général : participation à des actions d’éducation ou de cohésion sociale. Or, il y a aujourd’hui un amalgame malicieux entre le sport-spectacle (activité marchande et lucrative) et la pratique individuelle ou collective d’activités sportives. Nous nous engageons à récupérer ce qui appartient aux Palois. Des millions d’euros sont absorbés chaque année par les clubs professionnels. Nous proposons de réserver les subventions publiques aux clubs sportifs amateurs, dont les missions relèvent de l’intérêt général ».

Traduction : c’est la grande lessive. Avec l’essorage final à 1500t/mn je récupère l’argent des clubs pros et je le donne aux clubs amateurs.

Yves Urieta :

« La Ville de Pau a les moyens de subventionner les structures professionnelles, mais dans la limite de ce qui est pratiqué actuellement. Toutefois, la démarche d’accompagnement initiée avec les clubs professionnels doit donner lieu à une contrepartie réelle pour la commune. Il est essentiel de mettre en place, avec ces partenaires, des conventions d’objectifs contrôlables. Le retour ne doit pas seulement se faire en terme d’image : les clubs doivent jouer un rôle éducatif et social et montrer leur rigueur au niveau financier par un véritable contrôle de gestion ».

Traduction : pendant l’interro, j’étais à côté de FB et de MLC. Ils ont copié sur moi, même si eux disent que c’est moi qui ai copié.


Commentaires :

La justification des subventions au sport pro réside en général dans l’image que les clubs donnent de la ville. C’est un investissement en communication, en somme. Mais alors, ne vaudrait-il pas mieux privilégier une équipe, deux au maximum, plutôt que de saupoudrer sur quatre équipes qui finalement obtiennent toutes des résultats assez moyens ?

L’autre justification, moins souvent entendue, est d’ordre plutôt sociétal : le sport de haut niveau, même dit "spectacle", agit comme un fédérateur : on peut retrouver au stade une espèce de communion, mélangeant toutes les classes sociales. Mais tous les sports se valent-ils de ce point de vue là ? N’y en a-t’il pas qui correspondent mieux à l’"identité" locale que d’autres, et qui sont plus à même de rassembler ?

Dans tous les cas, une remise à plat du financement du sport pro me parait souhaitable. Force est de constater que cela ne semble pas préoccuper les 3 candidats "principaux".

Et le tour de France ?

Le tour de France a également été abordé par Sud-Ouest. Là encore on dirait que nos 3 ténors ont lu le même texte : le tour de France c’est formidable et c’est une chance pour la ville. Si ils le disent il faut les croire sur parole, n’est-ce pas ? Laurent Latour, en demandant qu’un audit soit réalisé pour mieux évaluer les retombées positives par rapport aux sommes consacrées, ce qui parait tout à fait raisonnable et normal, serait-il un affreux mécréant ? Quant à Eric Schatz, il se démarque encore plus en proposant une deuxième tournée de lessive : pas de subvention publique à une activité commerciale.

Curieusement, la question du Grand Prix automobile n’a pas été abordée : ferait-il l’unanimité parmi les candidats ?

PS : photo http://www.sectionpaloise.com


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Les candidats et le sport pro à Pau
11 février 2008, par Jean Aymard  

Le sport à Pau coûte 15 M€ soit 10% du budget, mais surtout 25% du disponible une fois mis de côté la masse salariale et les frais de fonctionnement. C’est énorme dans le budget de la ville. Il faut souligner que le coût qui relève du sport pro s’élève à la moitié. Ces chiffres personne ne les souligne.

Alors aller s’enferrer dans un nouveau créneau : le bassin d’eau vive est une pure folie, même si cela ne relève pas de la ville mais de l’agglo. A l’étranger des villes (plus importante que Pau) s’y sont essayées et abandonné, le coût de fonctionnement était trop élevé.

Avec Bayrou, je crains le pire il s’est entiché des deux plus gros budgétivores : Estanguet et Fayçal Karoui. Avec eux on peut être sûr que sur les budgets culture et sports, les autres vont devoir apprendre à se serrer la ceinture. Le tram, a piscine olympique, les tribunes du stade du Hameau, la salle de spectacle, les réseau de micro crèches, les éco-quartiers, ça tiendra jusqu’au 16 mars, après on verra...

> Les candidats et le sport pro à Pau
11 février 2008, par AML  

Une simple "petite" allusion au sport "professionnel" comme "outil de propagande" :

-  j’ai connu, dans les années 60, en Espagne, une "dévotion" très particulière à un certain type de sport : le football !

Pendant que les foules parlaient des exploits ou adhérents et se mobilisaient dès qu’un peu de temps libre le leur permettait, "les" dirigeants avaient "les mains libres".......

> Les candidats et le sport pro à Pau
11 février 2008, par marcmo  

Au passage, un truc qui me fait marrer, c’est l’incohérence de beaucoup de personnes « de gauche » qui critiquent abondamment le salaire des responsables politiques et le système capitaliste et qui vont voir jouer ces sportifs professionnels qui gagnent souvent des fortunes. Quel est le salaire moyen et les avantages d’un joueur dans ces 3 clubs professionnels ?

Enfin, difficile de se prononcer sérieusement sur le sujet (comme sur bien d’autres) sans étude précise : combien touche chaque club de la part de la municipalité, combien de gens vont voir les matchs, quel est le prix des places, quelles sont les retombées directes et indirectes pour la ville, combien touchent les associations en comparaison pour combien de pratiquants etc.

Ce genre d’étude est-il au pg des candidats (hormis LL pour le Tour de France) ?

  • > Les candidats et le sport pro à Pau
    11 février 2008, par Cuffies  
    FUTUR ADJOINT AUX SPORTS

    Heureusement nous aurons peut etre la chance extreme d’avoir un sportif de haut niveau, compétent qui a un emploi, qui a des diplomes d’entraineur et surtout qui a réussi un concours très difficile : celui de prof de gym ; qui a une expérience de la gestion de l’oms.... QUI EST CE ???

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
    Lire - Ça passe ou ça casse
    Plus de musique !
    Au pays des rêves
    Pour les livres et les contes, le lieu compte
    Projet Frankenstein
    Pau - Histoire(s) de Printemps
    A découvrir ou redécouvrir : les champignons
    La grande migration
    « Les Musicales de Thèze »
    Demain samedi, allons danser !
    L’histoire de la Librairie Tonnet
    Une autre campagne ?
    Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
    Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
    Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
    Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
    Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
    A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
    Pau, les Etoiles au firmament



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises