Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

L’Homo sapiens n’est plus

lundi 12 novembre 2012 par Georges Vallet


L’Homo sapiens n’est plus, des mutations culturelles l’ont modifié profondément. Par exemple, les évènements économiques et financiers actuels montrent qu’un fossé de plus en plus profond se creuse entre deux types d’hommes : l’un, dont l’espérance de vie est limitée, l’autre, dont l’espérance de gains est infinie. Ils sont devenus irréconciliables.
 

Homo démographicus est l’homme en général. Jadis, on a beaucoup compté les hommes, mais seulement certains d’entre eux : les citoyens d’Athènes mais non leur femme, enfants, esclaves, pas plus que les commerçants (métèques), artisans, ouvriers ; les possesseurs de biens à Rome (taxés au cens, d’où le terme de recensement), mais non leur famille, leurs esclaves. Il semblait aussi étrange d’additionner citoyens et esclaves qu’artichauts et petits pois !
Il faut attendre 1661, à Londres, pour que l’on compte tous les hommes, qu’on les ventile par sexe et par âge. Le mot démographie apparaît en 1855. Dans le « Leviathan » Thomas Hobbes donne la première définition universelle de l’égalité des hommes, lugubre d’ailleurs : « les hommes sont égaux parce que chacun est capable de tuer l’autre, soit directement, soit par machination. » !! Pour faire une statistique, il faut postuler leur égalité. L’Homo demographicus est donc l’homme égal à tous les autres, l’homme soumis à des risques sur lesquels il a peu de prises.
L’homo œconomicus prend sciemment des risques, qu’il choisit par calcul. Donné comme naturel, il est uniquement dirigé par son intérêt. « C’est une machine compliquée doublée d’une machine à calculer » Marcel Mauss. L’égoïsme que les Anciens, et les Chrétiens considéraient comme la source du mal, devient progressivement le seul fondement culturel crédible, car « naturel », de la morale et de la politique. On assiste à une démolition de tous les vieux discours fondés sur la primauté de la vertu et de l’honneur. Puissance et jouissance font que l’homme pense avoir le droit de frapper ou de tuer des femmes dont il pense qu’elles sont à sa disposition ! « Il a le triste privilège d’être la seule espèce dont les mâles tuent les femelles de leur espèce ! » Françoise Héritier.
Pour Daniel Cohen, l’économie tend à imposer son propre modèle, celui où la compétition l’emporte sur la coopération ; où la richesse acquise renforce le besoin d’en accumuler davantage ; où, au final, une espèce étrange, celle des Homo œconomicus, se hisse au dessus des autres, propageant partout sa logique néo-darwinienne.
L’homo religiosus est destitué. L’intérêt est un principe d’actions, aussi bien sur le plan individuel que social. Dans la fable des abeilles, en 1714, Bernard de Mandeville écrit :
« Les vices privés font la vertu publique »
Le néolibéralisme repose sur le fondement normatif de l’intérêt, et ceci dans tous les domaines. Il suffit de considérer les mutations actuelles de l’Ecole et de l’Université, passées d’un lieu de diffusion de la culture à un outil de l’économie.
En contrepartie, cette normalité fait que le lien social se défait, notre vie perd son sens !
« Le système de valeurs dominant aujourd’hui est létal. Les civilisations meurent par suicide, écrivait Arnold Toynbee, .
Il ne tient qu’à nous, collectivement, de construire un autre monde que celui régi par la soif d’acquisition. Notre dépendance à cette « normalité », véritable addiction entretenue par la politique et notre éducation, ne pourra être sevrée que par une autre éducation et d’autres valeurs transmises par la politique. Aujourd’hui, un élément humain hybride est apparu : Homo democraticus. Minoritaire dans le monde, c’est un modèle à suivre. Il peut choisir, au moins théoriquement ( !!!), dans un éventail allant des valeurs de l’homo demographicus à celles de l’homo œconomicus. Il fait concurrence, pas toujours victorieuse, à Homo religiosus. Hérité de la Grèce antique, Il s’accommode de diverses variantes encombrantes comme Homo politicus dont l’échelle de temps est la prochaine législature ! Si cette prévalence démocratique est un bien en soi, cela reste seulement valable pour les quelques prochaines années. Devant les bouleversements planétaires et les perturbations climatiques dont l’homme économique est en grande partie responsable, il n’est pas à la hauteur d’un tel défi. « Il faudrait trouver une autre essence humaine pour les 50 prochaines années. Quel sera le nouvel Aristote ou le futur J.J.Rousseau capable d’inventer l’inédit concept universel que requiert la survie de ses semblables ? » Le Roy Ladurie. « Ces redresseurs de l’espérance », (E.Morin), seront ceux qui réussiront à médiatiser une conscience écologique pour repenser notre planète, donc nous repenser nous-mêmes. Une révolution culturelle s’impose. « Une politique nouvelle nécessiterait l’action conjointe de l’Etat, des collectivités publiques, des associations privées et des citoyens. Elle devrait affronter les lobbies et corporatismes mais aussi l’apathie et les indifférences, donc développer une ego-régulation. » Edgar Morin.
« Il y a urgence à repenser de fond en comble le rapport entre la quête du bonheur individuel et la marche des sociétés. La compétition sans la coopération ne fonctionne pas. » D.Cohen 
Il sera donc un Homo ecologicus. ou il ne sera pas ! »
Hélas ! L’Aristote nouveau n’a pas fait partie des 4 ténors pour la Présidence ! D’ailleurs, formatée, la majorité d’entre nous n’y est pas prête ! Ne perdons pas espoir ; comme disait l’un d’eux, évoquant Shakespeare
«  Ils ont échoué parce qu’ils n’avaient pas commencé par le rêve ».

- par Georges Vallet


Crédit photo : astrosurf.com


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> L’Homo sapiens n’est plus
13 novembre 2012, par le coq  

En votre qualité de "Chevalier du Dahu" vous avez oublié les meilleures histoires des Pyrénées.

> L’Homo sapiens n’est plus
12 novembre 2012, par peyo  

Monsieur Vallet,

Je n’ai pas accroché à votre prurit du classement à tout crin (pas du tout systématique) en espèce, genre et sous-genre, Homo sapiens, Homo demographicus, homo œconomicus, Homo democraticus, etc . Si ça marche pour les papillons (le grand amour de toute votre vie) c’est parfaitement nul en approche socio-politique.

Par ailleurs votre frénésie à nous sortir des "citations" vous joue un tour, une fois encore.

Vous vous raccrochez à Shakespeare pour ce ’’ ils ont échoué parce qu’ils n’avaient pas de rêve " alors que vous l’avez repris d’une mauvaise répartie de F Hollande

je me permettrai de citer Shakespeare, qui rappelait cette loi pourtant universelle : « ils ont échoué parce qu’ils n’ont pas commencé par le rêve »

qui s’y était également pris les pieds.

Shakespeare comme référence ça fait sérieux. Sauf qu’en l’occurrence ça ne vient pas du "grand" Shakespeare, William, mais d’un journaliste contemporain Nicholas Shakespeare (un de ses lointains arrière-petit-cousins) comme l’a dévoilé le Daily Telegraph .

Manier à tire larigot le dictionnaire des citations ça nécessite (à défaut de culture et de franc jeu) un brin de précaution. Vous nous sortez, dans les mêmes guillemets

"Le système de valeurs dominant aujourd’hui est létal. Les civilisations meurent par suicide, écrivait Arnold Toynbee"

Sauf que c’est l’économiste Alain Grandjean que vous plagiez avec "votre" citation où vous amalgamez deux auteurs : si Arnold Toynbee (1889-1975) a effectivement écrit (à propos de l’empire romain)

"Les civilisations meurent par suicide"
vous avez clairement "pompé" cette citation chez Grandjean . En effet c’est lui Grandjean qui a écrit
"Le système de valeurs dominant aujourd’hui est létal"
où il cite Toynbee et prévoit un Noocène à venir après notre actuel Anthropocène.

Rendons à Caesar ce que G Vallet lui a "emprunté"...grâce à google.fr

  • > L’Homo sapiens n’est plus
    13 novembre 2012, par Georges Vallet  

    Monsieur « peyo »

    1°)« Je n’ai pas accroché à votre prurit ... »

    Ce n’est pas grave, je n’en souffre pas ; la lecture de beaucoup d’auteurs montre qu’ils ont la même « pathologie », et ils ne semblent pas parfaitement nuls dans leur approche socio-politique. D’ailleurs, je n’ai pas évoqué de mutations génétiques mais culturelles !

    2°)« ils ont échoué parce qu’ils n’ont pas commencé par le rêve »

    C’est vrai que je faisais allusion à cette phrase évoquée par F.Hollande. Que ce soit de N. Shakespeare et non de W.Shakespeare, c’est sans doute vrai, mais ce qui m’importe c’est le fond , l’importance du rêve dans le militantisme politique car l’histoire est jalonnée d’exemples où les rêves se sont finalement réalisés, c’est une question de temps !

    3°)"Le système de valeurs dominant aujourd’hui est létal. Les civilisations meurent par suicide, écrivait Arnold Toynbee"

    A la relecture de mon texte j’ai eu tort, pour raccourcir, de modifier le texte initial qui était : « En contrepartie, cette normalité fait que le lien social se défait, notre vie perd son sens ! « Le système de valeurs dominant aujourd’hui est létal. Les civilisations meurent par suicide, écrivait Arnold Toynbee, non par meurtre » Alain Grandjean,et J.M. Jancovici ».

    3)« Rendons à Caesar ce que G Vallet lui a "emprunté"...grâce à google.f »

    Désolé de vous contredire, je n’ai pas consulté Google pour faire ce texte ni « Manier à tire larigot le dictionnaire des citations » mais :

    H.Le Bras : démographe, Ecole des hautes études en sciences sociales Christian Laval : sociologue Université de Paris X Nanterre Emmanuel Le Roy Ladurie : Historien, Collège de France Françoise Héritier : anthropologue, Collège de France Edgar Morin, François Hollande, etc...

  • > L’Homo sapiens n’est plus
    14 novembre 2012, par Georges Vallet  

    Monsieur "peyo"

    J’oubliai un

    5°) Je constate, fréquemment, que le forum, lieu d’échanges, devient un ring ou un site de psychothérapie.

    « à votre prurit, votre frénésie à nous sortir des "citations" , clairement "pompé", a "emprunté"...grâce à google.fr"

    La gentillesse et la courtoisie de vos propos, vos jugements de valeur péremptoires non justifiés, montrent à quel point le fond du problème vous indiffère ou vous dépasse.

    De même que vous dépasse :"pour les papillons (le grand amour de toute votre vie" Ce n’est pas grave ni méchant, mais taisez-vous quand vous ne savez pas de quoi vous parlez ! Vous avez été mal initié.

    « Je n’ai pas accroché » montre bien que chacun à ses limites !

    Si vous souhaitez vraiment des échanges fructueux entre nous, je vous propose de changer de forme. Sentiments les meilleurs.

  • > L’Homo sapiens n’est plus
    14 novembre 2012, par Oscar du Pont  
    Bonne idée, mais ce qui serait bien, Georges, c’est que de temps en temps vous nous proposiez autre chose que vos contines à base de citations, dont le formalisme sied sans doute, je vous l’ai déjà dit, à un mémoire universitaire, mais n’apporte pas grand chose au débat. A moins que vous ne nous proposiez un jour un texte qui partirait de citations d’auteurs respectables mais qui ne partageraient pas votre point de vue. Ce ne doit pas être difficile à trouver. Et que grâce à la puissance de vos arguments, sans polémique ni invectives, vous emportiez l’adhésion enthousiaste de vos lecteurs et les ralliez à vos, allez je me lâche, fumeuses théories.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Il est urgent d’écrire une autre symphonie du nouveau monde !
    Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
    Suicides durables pour compétitivité et croissance durables. Est-ce soutenable ?
    De l’importance du mot
    Mariage d’amour
    De la transparence à l’opacité programmée !!!
    Multiplions les divisions !
    Le maïs peut-il nourrir l’humanité tout en protégeant la planète ?
    Jusqu’où et jusqu’à quand ?
    Partir en Suisse ?
    Pourquoi se taire ?
    Si la femme est l’avenir de l’homme, l’homme est un avenir incertain pour la femme !
    Mariage ou union pour tous ?
    Je ne discute jamais politique avec des gens qui ne font pas eux mêmes leurs confitures
    La justice fiscale (suite et fin)
    La démocratie en spectacle...ou la dernière tentation de Don king
    Histoires de famille
    « C’est un grand agrément que la diversité. L’ennui naquit un jour de l’uniformité »
    Voitures brulées la nuit de la Saint Sylvestre
    Justice fiscale



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises