Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

O.G.M. : une fausse symétrie

lundi 26 mai 2008 par Jean Paul Penot


Comme l’écrivait un contributeur au forum de ce site, il n’est pas facile de se faire une opinion sur la question des organismes génétiquement modifiés. Les avis des scientifiques divergent. Les hommes politiques se déchirent sur la question, et il n’est pas certain qu’ils aient plus de lumières sur le sujet que les simples citoyens.

Or la question a une importance cruciale pour la région. La culture du maïs, d’abord confinée dans le Sud-Ouest, s’est étendue largement. Il n’empêche que cette culture joue un rôle crucial dans la vie économique de la région.

Il semble avéré que les modifications génétiques permettent une protection efficace contre les insectes qui s’attaquent aux cultures. Si l’agriculteur qui adopte ces semences en obtient l’avantage double d’un meilleur rendement et d’une moindre dépense en pesticides (économie qui profite aussi au consommateur), qu’en est-il pour les agriculteurs voisins qui ont fait le choix de cultures biologiques ? Dans leur article des « Echos » M. Kuntz (1) et J.-P. Oury (2) écrivent :

« Reste le problème de faire cohabiter champs bio et OGM. Des solutions existent : distance de sécurité, accords locaux entre agriculteurs, coexistence assistée par ordinateur ou encore castration de la plante OGM. »

A l’inverse, des scientifiques de renom émettent des doutes sur ces solutions, comme le rapporte Sciences citoyennes :

http://sciencescitoyennes.org/spip.php ?article1692

De nombreux sites proposent des pétitions ou des lettres aux parlementaires. Par exemple le site cyberacteurs.org a préparé pour l’Aquitaine la lettre

http://www.cyberacteurs.org/actions/lettre_rapide.php ?id=239

La loi que les députés ont votée en ce 21 mai et que les sénateurs devraient vraisemblablement entériner le 22 prévoit deux dispositions. Un délit de fauchage d’une part et d’autre part la possibilité pour les agriculteurs dont les champs sont contaminés par des plantes issues d’organismes génétiquement modifiés de procéder à des poursuites. Cependant, de telles contaminations pouvant s’exercer à des dizaines de kms de distance, comme l’expérience l’a montré, la recherche des responsabilités risque de s’avérer bien délicate. Il y a donc fort à parier que bien des agriculteurs ne se lanceront pas dans une telle aventure.

Pour aider à y voir clair, une universitaire paloise, Catherine Regnault-Roger, a écrit le livre : « Enjeux phytosanitaires pour l’agriculture et l’environnement », éditions Tec & Doc, Lavoisier, 2005, ISBN : 2-7430-0785-0.

Bonne lecture, et bonne réflexion !

- par Jean-Paul Penot

(1) directeur de recherche, auteur du livre « Les OGM, l’environnement et la santé »,
éditions Ellipses.
(2) docteur en histoire des sciences et technologies, auteur de « La Querelle
des OGM », PUF, 2006.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> O.G.M. : une fausse symétrie
27 mai 2008, par Minel Laurent  

Monsieur, les qualités que vous attribuez aux OGM me semblent plus relever du slogan publicitaire que de la réalité. Malheureusement, les pays qui ont déjà eu recours aux OGM insecticides (notamment Chine dans le cas du coton BT), font l’amer constat qu’après peu de temps l’on est obligé d’utiliser davantage de pesticides, à cause de l’apparition (qui était bien prévisible, car on a déjà l’expérience des insecticides et des antibiotiques...)de ravageurs dits ’secondaires’.

Quant aux OGM dits ’roundup ready’, leur raison d’être est clairement de permettre un usage intensifié des pesticides. Dans les pays du Sud, conjugué à une pauvre application des précautions élémentaires de protection de l’environnement et des individus, ceci a créé depuis plusieurs années déjà des conséquences humaines et écologiques désastreuses (voir lien web ci joint).

En conclusion : je suis tout à fait prêt à me laisser convaincre de la capacité des OGM à apporter un progrès quelconque, mais, outre le fait qu’à mon amis la nature est bien faite, et qu’on a grand tort de prétendre en quelques années de recherches, inventer une espèce plus optimale que le produit de millions d’années d’évolution, jusqu’à présent les effets dont j’ai pu prendre connaissance ne sont que des effets pervers : rendements de production non améliorés. usage augmenté des pesticides dans tous les cas, à terme. Intérêt sans doute momentanné en termes d’économies de personnel sur les grandes exploitations (comme si le nombre des chômeurs, dans tous les pays, nétait pas suffisant) risque élevé d’une appauvrissement de la biodiversité et de conséquences sanitaires, au moins sur les animaux d’élevage avant d’en arriver aux humains qui s’en nourrissent contamination inévitable de tout l’environnement autour (notamment les ruches,auquelles nous sommes nombreux à vouer de l’affection), la pollinisation et le vent ignorant notoirement les limites des propriétés agricoles. Le seul intérêt avéré, mais qui concerne une minorité, est celui des producteurs et vendeurs de ces semences, qui savent fort bien créer les conditions pour créer une situation de monopole et l’exploiter ensuite à fond.

Si jamais l’apparition des OGM en plein champ dans notre région ne pouvait être empéchée malgré les réticentes légitimes d’une majorité de nos concitoyens, j’espère qu’au moins la dissémination pourra être contenue et freinée, malgré les pressions de tous ordres, afin que les différents acteurs puissent se rendre compte de fait de la réalité, et faire machine arrière en bon ordre si, comme je le crains, cette ’technologie ’s’avérait être une impasse.

Cordiales salutations.

> O.G.M. : une fausse symétrie
26 mai 2008, par Un OGM qui doit s’ignorer  

Pour le maïs en particulier, les OGM servent sur 2 fronts :

1 - comme insecticide.

On integre un insecticide directement dans le génome du maïs. C’est le maïs lui-même qui produit son insecticide. Techniquement, et sur le papier, comme le disait un maître de conférance à Jussieu à la fin du siècle dernier,c’est génial ! Plus besoin d’épandages de poisons !!

L’insecticide n’est plus en surface des grains (dont la peau pouvait être évacuée en minoterie), mais dans la chaire même.

Bien-sûr, comme tout insecticide, OGM ou pas, des resistances apparaissent. Il faut donc créer de nouveaux OGM insecticides. On imagine les investissements en recherche sur leur toxicité pour l’homme en macro et micro doses qui ne seront pas faits.

2 - resistant aux herbicides.

On met moins d’herbicide dans les champs, la nature respire.... Oui, sauf que le seul herbicide qui ne tue pas les OGM, c’est le Rond-Up de Monsanto, celui là même qui veut nous mettre de l’OGM dans l’assiète.

Et son Rond-Up n’a rien à voir avec un produit écologique ou biodégradable. C’est un poison pour tout être non génétiquement modifié, humains inclus. D’autre part leur maïs a des problèmes de randement (comme leur coton "BT")

Donc, et sur ce deuxième point en particulier, M. Penot, la question ne se pose pas entre agriculture OGM / agriculture bio, mais entre agriculteurs soumis à Mosanto / agriculteurs non soumis à Mosanto. Ce n’est pas parcequ’on ne veut pas faire d’OGM qu’on veut faire du bio !

Et pour finir, 95% des espèces mexicaines de maïs, considérés par tous les spécialistes comme la reserve génétique du maïs, sont déjà contaminées. Dès la génération 2 une part des plans sont monstrueux.

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Pleure ô pays bien aimé
Adage des gens de justice
Thank you London 2012
La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
La mondialisation
Questions
L’abstention.
Petit trou deviendra grand
Démission ou renoncement
Pau - « Semaine du développement durable »
Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
Expulsions locatives
Obsolescence
Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
« Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
Oui et non
Un sociologue et l’occitan
Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
Parents : Vous êtes tous des assassins ???



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises