Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

L’Ennemi Public N°1

jeudi 4 décembre 2008


L’Ennemi Public n°1

avec Vincent Cassel dans le role de Jacques Mesrine


Source : commeaucine.com

Ici, Mesrine est la légende Mesrine. Mégalo, grandiloquent, parfaitement conscient du personnage qu’il est devenu, il joue un rôle, profite des médias ou, comme lui dit si justement son acolyte, « pète plus haut que son cul ». Ce n’est clairement pas le même Jacques que dans le premier film, et c’est tant mieux ! Tout la force de L’Ennemi Public n°1 réside en effet dans sa différence. Il ne constitue pas une simple redite ou continuation de ce qui a déjà été montré, mais un film bien distinct avec sa propre identité, plus légère.
Des scènes absurdes hilarantes ponctuent ainsi un long-métrage brutal et intense, qui prend aux tripes. On ne sait plus bien quelle part de vérité accorder à ce que l’on voit, mais le regard que porte Richet sur son principal protagoniste a le mérite de soulever les problématiques qui ont contribué à la construction du mythe : ses revendications, sa personnalité, sa réputation, ses jeux... Vincent Cassel compose à merveille avec cette métamorphose, même si parfois la limite entre grandiose et grotesque est presque franchie...Il donne la réplique au toujours exceptionnel Mathieu Amalric qui vient donner un peu plus de saveur à la palette de personnages secondaires qui entoure Mesrine.

Richet parvient encore à poser sa marque sur ce long-métrage et nous régale visuellement, aidé en cela par une photographie magnifique. Mais, c’est du côté du scénario que cela pêche un peu. L’histoire est ainsi rattrapée par la caricature que Mesrine était lui-même devenu. Difficile parfois de dissocier le ridicule du personnage du ridicule du film...Cependant, tout le talent de Richet nous est une nouvelle fois exposé lors d’une scène finale fabuleuse, redite de la toute première de la saga : la mort du gangster. Épurée d’une musique jusque-là trop présente, au ralenti, elle est d’une grande intensité et conclue le destin de Jacques Mesrine avec majesté.

Bien qu’il soit un peu caricatural et moins subtil que L’instinct De Mort, on sort de ce second opus enlevé et dynamique en se disant que la tant attendue Saga Mesrine n’aura finalement pas déçu... C’est déjà fini ?


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Pierre Palmade et Michèle Laroque "Ils se RE-aiment"
L’écume des jours
Le temps de l’aventure
Lendemains de fête
The place beyond the pines
Anne Sofie von Otter avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse
Sunderland
Memori Terhapus
Babx
"A Yiddishe Mame"
« Étudier, aimer, révéler, Pyrénéistes protestants au XIXe siècle »
L’avare de Molière
Jean Michel Pilc
Khaos
Laure O "La Femme "
Camille Claudel 1915
Les Amants Passagers
La nuit tombe...
Beijing Danse Theater
"Apache"



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises