Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Jean Jacques CAZALA

lundi 13 juillet 2009 par Bernard Boutin


Jean Jacques CAZALA est un artiste peu ordinaire. Il peut faire des fresques en cacao qui mesurent jusqu’à 4 mètres de haut et pèsent 6 tonnes. L’humanisme conduit sa démarche. Il a décidé de faire partager au monde sa passion. Son projet : « l’Odyssée Monumentale » doit le conduire à Dubaï, Shanghai, Vancouver, New York et Paris. Sur place, face au public, il compte réaliser de nouvelles fresques représentant le moi profond des peuples rencontrés. Rattrapé par la crise, il a perdu un sponsor. Son combat actuel : le remplacer. Rencontre avec un homme rare.

Alternatives Paloises - A 15 ans, vous avez les mains dans le chocolat plutôt que dans les livres ?
Jean Jacques CAZALA - Après mon certificat d’études, j’ai commencé à la Maison Herré, ce métier qui m’a donné tout ce que j’ai aujourd’hui. Je devais étudier le dessin aux Beaux-Arts et c’est le chocolat qui est devenu ma passion. Dès que j’ai terminé l’armée, je suis parti en Belgique 5 à 6 ans où, de « job en job », j’ai beaucoup appris sur le chocolat. La Belgique à cette époque travaillait davantage le chocolat que chez nous en France. J’y ai appris la façon de pouvoir tremper du cacao, d’extraire de la couverture des sujets etc.

Je suis revenu dans ma ville de Pau où j’ai commencé à travailler avec mon frère dans la Maison Blasco. J’y ai mis en avant tout ce que j’avais appris en Belgique.

En 2005, on vous découvre dans tous les medias avec cet « Hommage aux Planteurs de cacao »...
C’est un aboutissement dans ma vie. J’étais responsable d’une grande maison et j’ai eu une offre de sponsoring pour travailler sur une œuvre. On m’offrait 10 tonnes de cacao. J’y ai mis tout mon côté artistique et ai réalisé au final une pièce qui pesait plus de 6 tonnes en cacao et mesurait environ 4 mètres de hauteur.

Elle représente quoi ?
Toute l’histoire du cacao en Amérique Latine avec les Aztèques, les Olmèques, les Mayas, les Mayas. Cet « Hommage aux Planteurs de cacao » est visible sur mon site www.cazala.fr.

Vous ne voulez pas vous arrêter à cette premières œuvre et travaillez actuellement sur un nouveau projet que vous appelez « l’Odyssée Monumentale ». De quoi s’agit-il ?
C’est un tour du monde de capitale en capitale avec chaque fois un projet « gigantesque ». Cela commence par une ville très actuelle. Il s’agit de Dubaï où je souhaite réaliser ma première pièce. Après je partirai sur Shanghai puis à Vancouver en Amérique du Nord qui a une histoire d’autochtone très forte. Toutes mes pièces sont destinées à retracer l’histoire humaine. Sur place, il y a un musée sur les totems et j’ai envie de travailler sur ces dessins là.

Après Vancouver...
Bien entendu New York, la ville des artistes. La ville idéale pour montrer ce que l’on a à mettre en avant. Ensuite, l’odyssée se termine à Paris.

La première étape, c’est Dubaï. Vous évaluez votre présence sur place à deux mois avec un budget de 50.000 euros. Il vous faut des sponsors. Vous pensez à qui ?
J’en reviens. J’ai vu des sponsors internationaux qui peuvent me suivre dans tous le périple. Ce sont de grosses pointures. Je veux créer cette pièce devant le public. Elle sera visible tous les jours dans un espace libre et le sponsor sera mis en avant systématiquement.
J’ai vu la Maison Audi, Nestlé. La crise a rendu les négociations difficiles, j’ai été un peu déséquilibré mais son effet est passé. J’ai remis sur le projet sur les rails.

Au niveau local, vous cherchez des soutiens pour la logistique...
Il le faut pour fonctionner là-bas. Les soutiens sont absolument nécessaires. On travaillera comme les conducteurs automobiles, avec des tenues noires au nom des sponsors. Cela peut intéresser des partenaires locaux qui veulent développer leur image à l’international.

A Dubaï, que voulez-vous offrir aux yeux du public sur place ?
D’abord cette nouvelle folie de travailler sur des pièces gigantesques. Ils adorent tout ce qui sort de l’ordinaire. Ils ont cette culture là. Ils ne seraient pas étonnés de me voir travailler un bloc de cacao de 8 à 10 tonnes avec une image locale. C’est très sensible car il faut que mes partenaires me suivent pour le reste du périple. La première sculpture doit être à la hauteur de tout ce que j’ai en moi. Le prince de Dubaï est très attiré par le sport équestre. Je pense qu’il y aura en majorité sur la pièce des chevaux et tout ce qui tourne autour.

Vous parlez de votre « générique final »...
J’ai eu un croque-en-jambe dans ma vie sur lequel je ne veux pas m’étendre. J’ai besoin de me relancer sur le côté artistique avec ce projet qui pourrait faire partie de mon « générique final ».
Je n’ai pas de fin d’histoire. Il faut une fin d’histoire qui ne soit pas celle que je connais aujourd’hui.

Dans l’immédiat, vous avez quelques projets...
J’ai un projet qui devrait se concrétiser et qui est plus dans mon métier premier. Il s’agit d’aider des jeunes qui veulent s’implanter au Brésil à Bahia sur toute la filière du Cacao. Je vais les accompagner sur place dans des plantations de cacao pour mettre en place des filières d’importation vers l’Europe.

Tout en continuant du lobbying ici pour démarrer « l’odyssée »
Cela reste ma priorité. C’est ma nouvelle vie. Mon côté artistique que je veux réaliser.

Comment me soutenir ? Apportez votre soutien : apportez une garantie sur l’intérêt de mon projet. Contactez-moi et rejoignez moi : contact@cazala.fr


-  propos recueillis par Bernard BOUTIN


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Jean Jacques CAZALA
13 juillet 2009, par paul64  

un peu de serieux, j’ai bien connu jj cazala tous ces ecrits me laissent reveur. Il est vrai qu’il possede un esprit creatif mais que cet homme soit un humaniste, permettez de douter (il est vrai qu’i n’y a que les anes qui ne changent pas)

> Jean Jacques CAZALA
13 juillet 2009, par Jean Mi  

Je connais Jean Jacques Cazala depuis plus de 28 ans et je peux vous assurez qu’il fait partie des rares personnes a avoir un grand respect de l’autre et de l’humain il a donnait toute sa vie pour cela que se soit dans son travail ou dans tout se qu’il a entrepris...

Il est aussi un Artiste Créateur qui respecte l’environnement...

Alors si vous avez quelques minutes découvrez cette homme artiste qui est exceptionnelle

A bientôt

et continue encore à nous faire rêver !!!

  • > Jean Jacques CAZALA
    13 juillet 2009, par bearnais  

    Cherchez l’intrus dans cette liste :

    humanisme respect de l’environnement Dubai

  • > Jean Jacques CAZALA
    13 juillet 2009, par Marc  

    Chacun a les passions qu’il veut, y compris sculpter du chocolat, mais je ne vois pas bien en quoi ce que fait M. Cazala relève d’une démarche "humaniste" comme nous le dit BB.

    A la différence d’autres matériaux, le chocolat est d’abord un aliment. Est-ce que le chocolat sculpté par M. Cazala est ensuite réutilisé, ou bien est-il jeté ? Dans ce cas, ce serait un gâchis difficilement acceptable.

    Est-ce que M. Cazala achète son cacao au prix le moins cher, ou essaye t-il de favoriser des filières dites "équitables" qui permettent une meilleure rémunération des petits producteurs ? Voilà qui pourrait fournir les prémisses d’une démarche humaniste.

    Bien à vous.

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Max Moreau
    Martine Lignières-Cassou
    Marc Cabane
    Georges Labazée
    Nathalie Chabanne
    Jean-François Maison
    Gérard Trémège
    Jean-Paul Matteï
    Jean Glavany
    Yves Urieta
    Christian Pèes
    Mariano
    L’or ne pourrit pas.
    Nathalie Chabanne
    Questions à Jean-Pierre Bel
    Pascal Boniface et Julien Pardon
    Georges Labazée
    Sylvie de Sury
    André Cazetien
    Xavier CEYRAC



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises