Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Contribution à la notion « climat énergie »

lundi 21 septembre 2009 par Georges Vallet


Deux grands fléaux s’abattent sur notre société : la pollution et un changement climatique ; le premier, le plus important dans l’immédiat, a une répercussion rapide, d’abord régional, l’autre est plus lent et mondial.

Comme pour tous les problèmes liés à notre société, il n’y a pas une seule solution car il n’y a pas une seule cause. Il faut une politique axée sur le déplacement prudent d’un équilibre économique et social. Il y a un réseau d’inter-actions incitatives à mener, comme dans toute gestion d’un système complexe. Gouverner, c’est prévoir et organiser !!

La dernière mesure prise, trop partielle, inéquitable, et peu utile au niveau environnemental car pas assez dissuasive ; va renforcer le déséquilibre social, économique, politique et la recherche de l’alternatif reculera. Diminuer les impôts et donner un chèque vert sera compensé par des suppressions d’emplois ! On ne tient pas compte des autres gaz à effet de serre comme les oxydes d’azote, le méthane, puisque l’élevage n’est pas concerné ; en ne taxant pas l’électricité, on favorise la croissance énergétique vers le nucléaire ce qui conduit à réaliser un transfert de pollution et les risques de catastrophes planétaires.
Le problème est de salut public, il doit être mené auprès de tous :
1°) Citoyens : instruction, éducation, comportement. De la maternelle à l’Université, le contenu de l’enseignement doit expliquer le danger, à tous les niveaux, de la croissance du consommable et du jetable, en définissant la vraie place de l’homme dans la nature.
2°) Entreprises : La production doit être adaptée aux nécessités sanitaires. Remplacer la quantité par la qualité. Lutter sans faiblesse contre les pollueurs.
3°) Élus : Ils doivent recevoir une instruction en écologie scientifique pour adapter la politique communale, départementale, régionale, nationale, aux contraintes de notre milieu de vie, en connaissance de cause !
4°) Gouvernemental : Volonté active, et non en paroles, d’enrayer la spéculation pour mettre l’argent au service de l’économie ; développer une politique d’équité sociale, d’instruction de tous, dans le domaine écologique. Prévoir de grandes réformes dans l’agriculture, l’industrie, l’habitat, la recherche dans les énergies de substitution. Dans le domaine du transport, il est prioritaire de substituer le rail à la route pour les marchandises et les hommes. À la place des LGV, aménageons l’existant, retrouvons un tissu de lignes à petite vitesse désenclavant les campagnes et leur redonnant vie (petits commerces), permettant aux habitants de tout âge, de tout métier, de gagner la grande ville en laissant la voiture au garage ou à la gare le plus proche. Dans le domaine de l’eau, il y a des ruptures à mettre en place ! Des sous pour cela ? Il n’en manque pas :
• Abandonner les projets de LGV et de multiplication des autoroutes.
• Appliquer la directive « Eurovignette » prévue par l’Europe, afin que les poids lourds payent les dégradations qu’ils provoquent au niveau de la pollution de l’air, la congestion, les accidents, le bruit, la perte de la biodiversité, les atteintes aux paysages, etc. Ces nuisances sont aujourd’hui gravement subies et payées par l’ensemble de la société, non par ceux qui les engendrent.
• Exiger le retour de l’argent prêté aux banques qui font des bénéfices.
• Faire payer des impôts sur les heures supplémentaires.
• Considérer les stock-options comme un salaire.
• Supprimer le bouclier fiscal, réinstaurer les taxes professionnelles.
• Augmenter considérablement le prix de la publicité sur la consommation.
• Moins de centrales nucléaires, de constructions de prestige,... etc,etc..... Si la qualité achetée est durable, si chacun comprend qu’il faut vivre dans un autre monde de consommation, les dépenses dîtes nécessaires baisseront, donc les difficultés financières. L’argent étant plus équitablement réparti, la consommation de ceux qui ne peuvent pas vivre décemment relancera l’économie. La croissance sera remplacée par un développement de la diversité ; ce sera une source de créativité.. Des emplois seront créés, le trou de la sécu se comblera.

Alors, en parallèle, puisque le choix deviendrait possible, afin d’avoir un réel effet dissuasif, on augmenterait sensiblement et progressivement, mais pour tout et tous, sans compensation, le prix des énergies non renouvelables (hydrocarbures et nucléaire).

Cela paraîtra utopique à certains, pourtant, nous n’avons pas le choix. « Après que le dernier arbre aura été coupé, après que la dernière rivière aura été empoisonnée, après que le dernier poisson aura été attrapé, alors seulement vous vous rendrez compte que l’argent ne peut être mangé. » (Sitting Bull, 1834-1890).

- par Georges VALLET


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Contribution à la notion « climat énergie »
21 septembre 2009, par Marc  

Tous ces "ya qua" c’est bien joli, mais, même en admettant que cela mène quelque part, ce serait un projet impossible à porter politiquement compte tenu de la baisse du niveau de vie et de l’augmentation du chômage que la prise de ces mesures entraineraît.

  • > Contribution à la notion « climat énergie »
    21 septembre 2009, par pehache  

    Oui, alors que si on ne se préoccupe pas de "sauver la planète", le niveau de vie va augmenter continuellement et le plein-emploi sera vite atteint.

    Sacré Marc smiley

  • > Contribution à la notion « climat énergie »
    21 septembre 2009, par Marc  
    Ca n’est pas la question. Aucune formation politique ne prendra le risque de s’aliéner la population en mettant en oeuvre un programme impliquant des sacrifices substantiels pour tous, même s’il est dicté par ce que l’on sait de l’avenir. Et si elle prenait ce risque, elle serait éliminée du pouvoir.

  • > Contribution à la notion « climat énergie »
    21 septembre 2009, par Georges Vallet  

    "Aucune formation politique ne prendra le risque de s’aliéner la population "

    Je vous l’accorde volontiers ; c’est ce qui montre à quel point le monde politique est irresponsable, peut-être même coupable. Ou c’est l’ignorance de la réalité, ce qui est prouvé par de nombreux sondages auprès des hommes politiques, ou, ce qui est encore plus grave, de la désinformation volontaire et, pourquoi pas, de la "non assistance à humains en danger" ! Il y a du travail pour les futurs tribunaux internationaux.

  • > Contribution à la notion « climat énergie »
    21 septembre 2009, par Georges Vallet  
    La baisse du niveau de vie et l’augmentation du chômage ne sont-elles pas, déjà, en pleine expansion en ce moment, sans ces mesures !! Et là, ce ne sont pas des possibilités mais des certitudes !

  • > Contribution à la notion « climat énergie »
    21 septembre 2009, par truitefario  

    Le problème, c’est que celui qui mange du raisin australien à la terrasse du Bristol avec sa Rollex au poignet, il n’en a rien à cirer des gouttes d’eau économisées au robinet ou des quatre épluchures mises de côté au fond du jardin et qui sont "bonnes pour la planète".Lui il consomme et c’est "bon pour l’économie", tout lui est donc pardonné. Tant qu’on raisonnera ,dans ce domaine de la protection de la planète en terme d’argent, de taxes et d’impôts, il y aura toujours ceux qui "peuvent" et qui mettront à bas les efforts des autres avec toute la bonne conscience que donne le pouvoir de l’argent.Il faudra bien qu’un jour on impose des mesures plus drastiques... à tous.. . Laisser sa voiture et à fortiori le jet privé et aller plus souvent au restau d’à côté, à vélo manger des haricots tarbais avec du mouton de Laruns et le coup de rosé du Béarn qui va avec... Et le bonheur sera dans le pré. Egalitaire et salvateur.

  • > Contribution à la notion « climat énergie »
    21 septembre 2009, par Autochtone palois  
    Pourquoi manger des haricots tarbais avec le mouton, alors que nous avons un meilleur haricot, le haricot-maïs du Béarn, fondant, dont la peau est plus fine, donc plus digeste ? La différence est dûe au fait que le béarnais pousse avec comme tuteur le pied de maïs, alors que le tarbais pousse sur des filets. Grâce à l’ombre du maïs le béarnais a une peau plus fine. Heureusement il est fini le temps où les Tarbais venaient acheter les haricots-maïs aux Halles de Pau... pour en faire du tarbais...

  • > Contribution à la notion « climat énergie »
    21 septembre 2009, par Georges Vallet  

    "aller plus souvent au restau d’à côté, à vélo, manger des haricots tarbais avec du mouton de Laruns et le coup de rosé du Béarn qui va avec..."

    un bon fromage de brebis de la vallée d’Ossau !

    Faites moi signe, je suis de la sortie !!!

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Offre d’emploi
    Alexandre - Il n’y a pas de mot
    Je suis partout... un media à part
    La boussole des politiques : Le pouvoir
    Habemus Papam !
    Réformer la France : Un travail de Titan
    Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
    Jaurès, m’entends-tu ?
    Le couple Algérie France
    Déjà demain !
    Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
    Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
    Noël en famille
    Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
    Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
    Les Français sont-ils des ânes ?
    Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
    Les terriens n’ont rien compris



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises