Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Musique en Côte basque : Un festival de transition mais de découvertes

jeudi 17 septembre 2009 par Jacques Saury


Il aura régné sur cette quinzaine de festival comme une atmosphère impressionniste : on y rendait hommage à Albéniz avec de très intéressants programmes de ses œuvres et de celles de ses maîtres et pairs.

On retiendra une lumineuse Sonate de Debussy où le violon généreux et profond, riche et ample de Teddi Papavrami resplendit dès le premier coup d’archet et où J-F. Neuburger irradie du piano par une sensibilité, une attention et la vigilante écoute de son partenaire. Leur Debussy fut un modèle de limpidité et de transparence de ses savantes harmonies. Même dans la densité du Concert de Chausson, le piano de Neuburger est clair et d’une redoutable précision : ce qui différencie le bon musicien du grand artiste, c’est l’intelligence de la musique.

A chaque nouveau concert, on découvre l’orchestre de Pau transformé. Fayçal Karoui a de nombreux talents, dont celui du verbe, et surtout celui de faire travailler la phalange paloise. Précision des cordes, cohérence des timbres, netteté des nuances, tout est là pour séduire l’oreille avertie. Leur programme Fauré fut de toute beauté, avec un superbe Pelléas et un Requiem inspiré, les plus beaux récemment entendus. Le chœur amateur de Pascale Verdier montre ses qualités de précision, de justesse et de musicalité, de cohésion aussi malgré le nombre, entre et dans les pupitres. Deux formations dont la Côte basque ne dispose malheureusement plus et dont elle n’est (« allo, Monsieur le Maire ? ») pas près de disposer.

Que dire du Quatuor Talich qui n’ait déjà été écrit ? Qu’un solo du violoncelle vous bouleverse, qu’un trait du violon vous saisit ou qu’un duo de violon et alto vous chavire ? Que les tempos sont justes, ni trop lents ni trop rapides ? Non : que c’est ici et maintenant que vous êtes plus heureux que jamais ni nulle part ailleurs ! Le temps ne passe plus ou alors il passe trop vite. On est sorti de l’ultime Quatuor de Mendelssohn ravagé. Ravagé par tant de beauté, par tant de cohésion, par tant d’élévation et de sublimes accents, ravagé par cette constante tonalité de fa mineur enfin, entêtante, sombre et triste, si terriblement triste. Une terrible splendeur !

Et puis il y eut Olivier Chauzu. Et ce pari osé de l’intégrale d’Ibéria. Car si tout le monde en a entendu parler, si tout le monde en a entendu « un bout » [sic] on l’a rarement entendu in extenso. Tout Albéniz est là dans ces douze impressions de soleil levant, couchant, clair, rayonnant, irradiant puis subitement de plomb. L’œuvre a ses âpretés et ses longueurs. Mais elle a aussi une unité et une densité qui n’ont pas échappé à la pâte de Chauzu ni à sa tête bien pleine, encore moins à son talent. C’est une perle, ce garçon : de la masse sonore, il sait extraire le fragment mélodique que l’on n’avait pas remarqué, il fait chanter son piano avec une infinie poésie, puis grogner et rugir sauvagement, il le malmène sans retenue et pourtant l’air de rien. Sous la main unique d’un pianiste d’exception, ces quatre monumentales sonates modernes saisissent, emportent pour finalement paraître faciles : un cadeau.

On nous annonce un cinquantième festival d’exception. S’il est de cet acabit, on y va.


- par Jacques Saury


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Musique en Côte basque : Un festival de transition mais de découvertes
17 septembre 2009, par AK Pô  

Merci pour ce magnifique compte-rendu. smiley smiley

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
Lire - Ça passe ou ça casse
Plus de musique !
Au pays des rêves
Pour les livres et les contes, le lieu compte
Projet Frankenstein
Pau - Histoire(s) de Printemps
A découvrir ou redécouvrir : les champignons
La grande migration
« Les Musicales de Thèze »
Demain samedi, allons danser !
L’histoire de la Librairie Tonnet
Une autre campagne ?
Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
Pau, les Etoiles au firmament



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises