Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le bridge palois, uni pour construire et grandir

mardi 15 juin 2010 par Hélène Lafon


Il y a peu, la presse locale annonçait la volonté des deux clubs de bridge palois de fusionner pour construire, ensemble, une structure dédiée au bridge. L’information serait banale si les deux clubs ne finançaient cette construction d’un coût de 520 000€, en empruntant et cela sans subvention de la ville ou d’un autre organisme public. Nous avons voulu en savoir plus et avons rencontré le Président du Bridge Club de la Paix, Claude Pintureau.

Tout d’abord, Claude Pintureau a rappelé que ce n’est que depuis 1992 que Pau a deux clubs de bridge.

Antérieurement n’existait que le « Bridge Club Palois » dont le siège était à l’Hôtel Gassion. De légers troubles de jouissance dérangeants pour les autres occupants du Gassion expliquent leur départ de ce lieu prestigieux. Des divergences sur la stratégie du Club que certains voulaient plus élitiste, expliquent la scission en deux clubs.

Vingt ans plus tard, et après la réussite des Championnats d’Europe de Bridge 2008 au Palais Beaumont, résultat de l’implication commune des deux clubs, Jacques Créange, président du Bridge Club de la Ville de Pau et Claude Pintureau, président du Bridge Club de la Paix décident de « bosser » ensemble et en parfaite harmonie pour créer un club plus puissant, plus efficace et mieux équipé.

Les deux clubs réunis, c’est 370 joueurs, donc pour les joueurs des parties plus ouvertes, plus intéressantes ; c’est une école de bridge contre deux, donc plus d’efficience ; c’est un grand local dans lequel le Club Palois pourra organiser les compétitions régionales qui réunissent pendant 48h tous les joueurs Aquitains. Enfin, à 370, il sera plus aisé de réunir chaque jour, vingt tables de quatre joueurs ce qui permet de couvrir les frais de fonctionnement du club.

Et le côté financier ?

Actuellement les deux clubs louent de vastes locaux pour organiser leur activité. Un tournoi de régularité chaque jour. Et plus exceptionnellement, faute de place, certaines compétitions locales ou régionales et quelques tournois inters clubs sont organisés. Le montant des deux loyers est de 3900€ mensuel.

Le coût de la construction du bâtiment « Club de bridge », 500m² au sol est de 520 000€ TTC. Le financement se fait en totalité par un emprunt bancaire avec un remboursement mensuel de 2760€. Difficile de faire autrement, l’adhésion pour devenir membre du club n’étant que de 50€ annuel et la Fédération Française de Bridge ne participant pas à ce type d’opération.

Et le terrain ?

C’est la ville de Pau qui l’apporte dans la corbeille de mariage : ZAC du Parkway, Boulevard du Cami Salié. « Il a fallu convaincre Madame la Maire et on a dû négocier pendant un an » souligne Claude Pintereau. Un moyen de pression inattendu : James Chambeau, Maire de Lons, sollicité, avait un terrain à offrir !  Mais ce sont les 250 personnes qui assistent à la présentation du projet architectural, qui donnent un coup d’accélérateur au projet. La ville de Pau cède un terrain, pour 40 ans et ensuite terrain et bâtiment lui reviennent. Plus, alors que la banque demande pour accorder le prêt une caution, la ville se porte caution de la moitié de l’emprunt (l’autre moitié la banque l’assumera sans grand risque). Le 22 avril 2010, le permis de construire est accordé.

Martine Lignières Cassou a très certainement aussi pris en compte le rôle social du bridge. C’est un sport cérébral, un jeu complexe, mais qui accueille toutes sortes de publics, ceux qui sont là pour se battre en compétition mais aussi ceux qui veulent seulement prendre du plaisir. Il sort de l’isolement de nombreuses personnes âgées qui se retrouvent pour jouer et disputer pour 4 euros, les tournois de régularité et Il les oblige à exercer leur mémoire.

Aujourd’hui le dossier est bouclé et la construction va commencer. Nous attendons déjà l’inauguration ! Mais la leçon à retenir de cette histoire, est qu’une association peut vivre, grandir et même devenir propriétaire de ses locaux sans appel à subvention. Espérons que de nombreuses autres l’imiteront !

 - Par Hélène Lafon

 


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le bridge palois, uni pour construire et grandir
15 juin 2010, par Pâle Oie  

Vous dites que le terrain et le bâtiment reviendront à la ville ? Que cela n’a-t-il été fait pour le terrain offert à l’EISTI !

Il est vrai que le délai est bien long : en gros, tout reviendra à la ville lorsqu’il y aura des frais d’entretien...

Et qu’avec un loyer comparable à celui qui est payé par ces clubs, on amortit en 10 ans le côut de la construction. Et que l’on pourrait ouvrir le bâtiment à d’autres clubs (échecs...)

> Le bridge palois, uni pour construire et grandir
15 juin 2010, par Maximo  

Eh bien, en effet, voilà qui est excellent. Et une leçon pour de nombreuses associations et surtout pour leurs adhérents. C’est en effet leur régularité à participer aux activités du club, leur implication, comme l’on dit désormais, qui permet d’envisager une telle entreprise. C’est parfait. Pas besoin d’autre chose, et surtout pas de ce

...le rôle social du bridge...
que vous nous balancez à la fin, comme si le mot social était un sésame. Pas besoin de démagogie.

Ce qui a été fait est très bien, n’en rajoutez pas.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    15 juin 2010, par Marc  
    Tout à fait d’accord avec Maximo. C’est très bien que les clubs de bridge palois se soient pris en main avec l’appui de la mairie, mais ne nous faites pas rigoler avec le rôle social du bridge...

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    15 juin 2010, par Carola  

    Les clubs de bridge ont un rôle social ne vous en déplaise, même si on n’est pas bridgeur, le social ne se limite pas aux secteurs de la difficulté et aux statistiques de personnes concernées.

    Constater qu’un réseau social va bien, on ne peut que s’en réjouir. smiley

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    15 juin 2010, par pehache  

    Constater qu’un réseau social va bien, on ne peut que s’en réjouir.

    Les réseaux sociaux de la bourgeoisie vont bien, merci pour eux. C’est même à ça qu’on les reconnait, on va dire presque par définition. Voir "Sociologie de la bourgeoisie", de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot.

    Cela dit je n’ai absolument rien contre les joueurs de bridge, qui qu’ils soient.

    Mais j’attends avec impatience qu’un club de foot de quartier aille solliciter un emprunt à la banque pour se contruire un stade. Juste pour voir smiley

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    15 juin 2010, par Carola  

    Je partage votre point de vue Pehache mais à une différence majeure près. Ce n’est pas à ceux qui vont bien qu’il faut s’en prendre mais aux raisons qui font que d’autres vont mal.

    Et là est un grand débat dans lequel l’opinion est manipulée pour se dresser les uns contre les autres. A votre avis, ça fait le jeu de qui et de quoi ?

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    15 juin 2010, par Maximo  

    Mais bien sûr, Carola, vous avez aussi raison. Et Marc et moi aussi.

    Mais vous savez très bien ce que signifie ce terme avoir un role social, voyons !

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    15 juin 2010, par Carola  
    au bridge est plus que jamais pour moi un faux problème dans le climat ambiant

    Je sais bien que vous n’avez pas complètement tort non plus sauf qu’un rôle social est fonction du contexte dans lequel il s’exerce.

    Si certains vont bien et se mettent en projet par le bridge, que celui-ci leur sert à briser leur isolement, à exercer leurs compétences cognitives etc...il s’agit là de préserver la santé d’un groupe humain et son plaisir, parce que ces choses-là vont ensemble.

    La question de la classe sociale qui joue au bridge est plus que jamais pour moi un faux problème dans le climat ambiant.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par pehache  

    La question de la classe sociale qui joue au bridge est plus que jamais pour moi un faux problème dans le climat ambiant.

    Vous êtes passablement lourdingue à toujours tout ramener au "climat ambiant".

    La classe sociale des joueurs de bridge n’est pas un "problème" en soi, mais on en revient au sujet de départ de l’article (oui je sais que vous avez du mal à rester sur un sujet sans divaguer vers vos obsessions), à qui fera t’on croire que les classes sociales dont sont généralement issus les joueurs de bridge sont totalement étrangères au fait qu’ils aient pu obtenir un emprunt et une caution pour construire leurs locaux ?? Faut quand même pas être naïf...

    Ce n’est pas du tout une critique envers les joueurs de bridge, juste un constat réaliste.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par Marc  
    C’est pas un constat réaliste c’est de la connerie. Les banquiers se fichent complétement de votre origine sociale. Ils veulent simplement être sûrs qu’ils vont gagner de l’argent et pour cela ils ont besoin d’un projet qui tient la route. En ce qui concerne la caution du prêt, elle n’a bien entendu pas été apportée par les membres des clubs concernés à titre personnel. C’est vous en l’occurence qui avez des obssessions, Pehache.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par pehache  

    Les banquiers se fichent complétement de votre origine sociale. Ils veulent simplement être sûrs qu’ils vont gagner de l’argent et pour cela ils ont besoin d’un projet qui tient la route.

    Et bien sûr les deux choses n’ont rien à voir smiley

    Vous connaissez Bourdieu ?

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    17 juin 2010, par Marc  
    Pehache, Au lieu d’invoquer Bourdieu dont les thèses n’ont rien à voir avec ce qui nous occupe, je vous suggère de prendre un rendez-vous avec le responsable de la clientèle professionnelle de votre banque qui vous expliquera comment il monte des dossiers de financement. Bien à vous.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    17 juin 2010, par pehache  
    Vous avez certainement raison, Marc. D’ailleurs il est bien connu que si les pauvres restent pauvres, c’est de leur faute.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    17 juin 2010, par AK Pô  
    Avec Le club de Paulo, ça marche ?

    Bon, Paulo, on monte un club et on file à la banque ! smiley

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par Contribuable Palois  

    La différence existe, Pehache, mais pas là où vous semblez la placer.

    Prenez 2 associations qui souhaitent contracter un emprunt. L’une où la subvention municipale assure 95% du budget et l’autre qui s’autofinance pour l’essentiel de son fonctionnement depuis des années grâce à des adhérents fidèles qui versent une participation.

    Ce n’est pas déplacé de dire que la seconde semble plus solide pour contracter un emprunt, puisque cette association est pas ou peu dépendante des aléas politiques, des changements d’orientation de la politique municipale envers les associations culturelless ou simplement de l’évolution dans la distribution des subventions publiques. De plus si ses dirigeants présentent un projet d’investissement où l’économie en loyers versés permet le remboursement des échéances on pourra avancer que ça semble tenir la route avec de bons gestionnaires.

    Des gens responsables et avec leur argent ; une "race" à encourager ! Donc que la municipalité accorde une garantie ne paraît pas constituer un anomalie, surtout avec un bail amphitéotique et un investissement mobilier qui gardera sa valeur

    nota : je n’ai pas une sympathie particulière pour le bridge (que j’ai un peu pratiqué durant mon service militaire) et ne connais pas les clubs en question. Mon post est uniquement pour remarquer qu’à Pau il y a (exception ?) des associations qui se démarquent de cette course à la subvention

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par pehache  

    La différence existe, Pehache, mais pas là où vous semblez la placer.

    Si, car tout est lié.

    Ce n’est pas un hasard complet si un club de bridge peut se présenter comme sérieux, solide, responsable, avec un dossier bien ficelé, et faire valoir tout cela devant un banquier.

    C’est aussi parce que les membres de ces clubs sont en moyenne issus de milieux "privilégiés", dans lesquels ils ont reçu une bonne éducation, oú oú on trouve une certaine stabilité, oú on a accès à des réseaux sociaux forts utiles, etc... Toutes choses qui permettent d’arriver avec assurance devant un banquier.

    Beaucoup de gens ne sauraient même pas par où commencer pour une telle démarche.

    Il ne s’agit pas de reprocher quoi que ce soit à quiconque, mais vouloir nier les déterminismes sociaux est un peu ridicule.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par pehache  

    Je partage votre point de vue Pehache mais à une différence majeure près. Ce n’est pas à ceux qui vont bien qu’il faut s’en prendre mais aux raisons qui font que d’autres vont mal.

    Vous avez entièrement raison : par exemple il ne faut pas s’en prendre aux grands financiers ou aux spéculateurs, il faut plutôt faire comme eux.

    Et là est un grand débat dans lequel l’opinion est manipulée pour se dresser les uns contre les autres. A votre avis, ça fait le jeu de qui et de quoi ?

    Vous avez vu quelqu’un se dresser contre les joueurs de bridge dans cette discussion ?

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par Marc  

    "Mais j’attends avec impatience qu’un club de foot de quartier aille solliciter un emprunt à la banque pour se contruire un stade"

    Toujours aussi fin Pehache... Comme si la construction et la gestion d’un stade avait quelque chose à voir avec celle d’un club de bridge. N’importe quoi, comme d’habitude.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par pehache  

    Comme si la construction et la gestion d’un stade avait quelque chose à voir avec celle d’un club de bridge. N’importe quoi, comme d’habitude.

    Personnellement la "construction d’un club de bridge" je ne sais pas ce que c’est...

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par Marc  
    Vous savez Pehache, une maison avec un toit une porte et des fenêtres, et puis des tables et des chaises aussi. Je vous envoie un dessin ?

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    8 avril 2011, par clipo64  
    Je trouve que vos propos sont assez limites...Vous semble t’il que votre projet soit supérieur à ceux de beaucoup d’associations de personnes qui se battent depuis des années pour avoir le quart de ce que vous avez là ? Effectivement un terrain de foot n’a pas de porte, de fenêtres, de chaises comme vous dites d’une façon si ironique ! les erreurs de français discréditent la personne qui s’adresse à vous ? bravo, c’est un bel exemple je trouve...Beaucoup de projets changent la vie de beaucoup de personnes :des projets créant, soutenant le lien social...sans coup de pouce de cet ampleur... Peut être n’arrivez vous pas à assumer cette aide et vous permettez vous alors de dévaloriser ceux pour qui "la négociation" dure depuis plus d’une année... Enfin, je dis ça, je dis rien, je suis juste très surprise des propos tenus dans cette discussion ayant pour titre "uni pour construire et grandir" : 3 mots qui ne semblent être QUE des mots dans vos propos.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    9 avril 2011, par AB  
    Pardonnez-moi... J’ai fait une erreur. La date de l’inauguration est vendredi 14 avril 2011.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par pehache  

    Ah, vous vouliez donc dire : la "construction d’un local pour un club de bridge".

    Mais où est la différence fondamentale avec un stade pour un club de foot ? Je ne parle de construire le stade de France, hein... Juste un terrain pour jouer, des vestiaires, et des douches.

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par Marc  
    C’est ça, Pehache, vous vous enfoncez de plus en plus dans votre terrain de foot... Votre argumentation est tellement nulle que je suis sur que vous ne croyez pas un mot de ce que vous écrivez...

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par Marc  

    Je ne parle de construire le stade de France, hein... Juste un terrain pour jouer

    Ah bon ? vous ne comprenez pas quand je parle de construire un club, mais vous vous en êtes à construire des terrains ? smiley smiley

    Et vous voulez donner des leçons de français ? smiley smiley

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par Marc  
    Mon Dieu, Carola joue au bridge ! Je comprends mieux maintenant pourquoi les meilleurs bridgeurs palois préfèrent jouer chez eux ou sur internet plutôt que de se risquer dans les clubs ! smiley smiley

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    16 juin 2010, par Carola  
    non je ne joue pas au bridge

  • > Le bridge palois, uni pour construire et grandir
    19 juin 2010, par Maximo  

    moi non plus.

    Et encore moins au foot.

    D’ailleurs, je ne sais pas ce que je viens f... dans cette discussion.

    pas brillante, hein ? cette équipe de France, à ce que j’ai entendu (de foot, hein, pas de bridge smiley ).

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
    Lire - Ça passe ou ça casse
    Plus de musique !
    Au pays des rêves
    Pour les livres et les contes, le lieu compte
    Projet Frankenstein
    Pau - Histoire(s) de Printemps
    A découvrir ou redécouvrir : les champignons
    La grande migration
    « Les Musicales de Thèze »
    Demain samedi, allons danser !
    L’histoire de la Librairie Tonnet
    Une autre campagne ?
    Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
    Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
    Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
    Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
    Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
    A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
    Pau, les Etoiles au firmament



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises