Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Je vais t’expliquer...

samedi 18 septembre 2010 par AK Pô


Je vais t’expliquer. Au début, il n’y a rien, ou presque. Juste une machine à écrire et une mouche qui lèche la vitre en bourdonnant. Alors, ça se met en route. Sans préméditation. La mouche devient soudain l’actualité du monde qui m’environne. Pour que son bruit cesse, j’attaque les touches du clavier avec véhémence. Je rafale des mots, des mots qui me rendent fou quand je les entends, xénophobie, racisme, injustice, crime contre l’humanité, guerre, misère, des mots semblables à cette mouche que je voudrais écraser, mais la tapette est dans la cuisine et j’ai la flemme de me lever, cette même flemme qui me cloue sur mon siège et m’interdit d’aller manifester mon désespoir et ma colère dans la rue, dans la vie, dans les tribunes de la gare ou au sommet de l’Ossau.

Tu vois, je t’explique. Reconnais que ce n’est pas compliqué. Enfin, bien moins que si je te disais que la mouche contre la vitre est une fée qu’un vilain garnement s’amuse à faire souffrir, alors qu’il lui serait si simple d’ouvrir la fenêtre pour la laisser s’échapper. Mais il préfère entendre son bruit intolérable, car c’est la garantie de son pouvoir sur elle, la garantie de sa force à lui par rapport à son épuisement à elle. Toute l’actualité assujetie par son plaisir à régenter, à décider, à frapper quand cela lui sied. Mais tant que le frottement des ailes reste audible, son amusement se perpétue, sa capacité à supporter sa propre véhémence invente une musicalité autre qu’un simple grésillement, fait sourdre à ses oreilles un chant de sirènes policières ; la mouche fredonne, la mouche barytonne, qu’il accompagne au rythme de son piano canardant, de sa Remington pétaradante.

Tu vois, je te raconte. Je n’explique plus. La mouche est une fée, le garnement un crapaud. Dans un autre pays, celui où je me trouve encore, avec ma flemme et ma machine à écrire, les vitres sont brisées. Des millions de mouches voltigent et se posent un peu partout, au gré du vent et des remugles que les corps meurtris, déchiquetés, dégagent dans les rues, sur les parapets des ponts, les rebords des immeubles crevassés, libres et assoiffées de sang. Le crapaud les gobe à satiété, devient énorme. Le charnier les nourrit, les attentats les entretiennent. Au son des bombardements , ils font bombance. La mouche est une fée parfaite comme le sont les faits : manipulables à souhait. Reconstruire un pays après l’avoir détruit.

Tu vois, je te raconte. Mais tu doutes, tu veux que je m’explique. Alors, je recommence : au début, il n’y a rien, ou presque. Juste un pays en paix et un persécuteur en puissance qui rédige un discours en lèchant bien ses mots. Alors, ça se met en route. Sans concertation. Le pays devient soudain l’actualité que son petit monde entourloupe et façonne. Pour que cesse la rumeur, il attaque les fondements de la démocratie avec fureur. Il rafale des mots, des mots qui rendent craintifs et obséquieux les peuples de ce pays en paix : ordre policier, expulsion, népotisme, lumpen prolétariat, romanichels, identité nationale, outrage à ..., mots capables de nier cette volonté humaine qu’il voudrait niveler, mais l’arrogance est dans la cuisine politicienne et il rugit sur cette usine à gaz qu’il voudrait remplir de sa puissance, dès lors que les démocrates dans la rue lui clouent le bec en gazouillant, manifestant leur désespoir et leur colère dans la ville, écoutant les tribuns de la gare et les sommités de l’Ossau.

Tu vois, c’est facile. Il suffit de remplacer des mots par d’autres. Reconnais que ce n’est pas compliqué. Un pays en paix ne se reconstruit pas sur des ruines. Dans d’autres pays, cela se pratique, hélas. Les faits sont moches et les conflits dévastateurs. Et l’effet que produisent ces guerres fait mouche sur l’opinion. Protégeons-nous. De tout et de tous. Refermons nos frontières, armons nos milices, bloquons les accès, élevons des murs de béton jusqu’aux sommets du ciel, barricadons les océans, les mers. La misère puante est un nuage de Tchernobyl, une brume cendreuse islandaise, un feu de toundra.

Juste une machine à écrire et une mouche qui lèche la vitre en bourdonnant.

-par AK Pô

05 09 10


chaise électrique (fabrication française) vendue sans piles.

[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Je vais t’expliquer...
18 septembre 2010, par Maximo  

C’est bien. C’est intelligent. Et c’est bien écrit. Ce serait très bien si certains mots n’étaient outranciers : ignominie, dictateur en puissance.

Vous les justifierez, certes. L’actualité le fait déjà pour vous. Ça se défend, c’est vrai. Notez cependant que jamais un président de la République ne fut attaqué de la sorte, par des mots d’une violence jusque-là inconnue dans la presse écrite et audiovisuelle, mots qui traduisent une démocratie en pleine santé et une liberté jusqu’ici inconnue.

Il y a à critiquer. Mais sur ce sujet-là..... smiley

  • > Je vais t’expliquer...
    18 septembre 2010, par AK Pô  
    Maximo, j’ai suivi votre reflexion. Il vaut mieux ne pas tenter le diable smiley et rester calme. J’ai donc remplacé les mots de trop... smiley

  • > Je vais t’expliquer...
    18 septembre 2010, par Maximo  
    Ah mais non, justement !!!!!!!!!!! smiley ma démonstration repose sur le fait que vous puissiez tout écrire... donc surtout, n’otez rien, puisque votre bourreau lui-même l’autorise smiley

  • > Je vais t’expliquer...
    18 septembre 2010, par Maximo  
    Et en plus, un homme qui s’affiche dans l’hebdomadaire Le Point (du 16 septembre, n° 1983, p. 58) au côté de son fiston vêtu du maillot du Biarritz Olympique ne peut être foncièrement mauvais smiley

  • > Je vais t’expliquer...
    18 septembre 2010, par Maximo  
    ...le fait que vous puissiez tout écrire.
    ...que vous pouvez tout écrire, justement

  • > Je vais t’expliquer...
    18 septembre 2010, par Bertrand  

     smiley smiley smiley smiley

  • > Je vais t’expliquer...
    18 septembre 2010, par claudiqus  
    Voila qui prouve qu’on peut faire mouche par une envolée . smiley Entre bourreau et supplicié, le rapport est ambigu, et c’est le second qui porte les ailes de la liberté ...

  • > Je vais t’expliquer...
    18 septembre 2010, par Carola  
    Il n’y a qu’auprès des poètes dans l’âme qu’on croise les mots de la colère sereine...C’est superbe bravo smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Obsolescence de la publicité
    Le complot
    Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
    Les oiseaux
    Le corbeau
    L. l’entrepreneur
    Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
    Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
    Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
    Petit conte à rebrousse-poil
    Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
    Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
    Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
    Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
    Feuilleton (chap 16) : la carte postale
    Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
    Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
    Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
    2035 : la ville des trois mirages
    Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises