Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le transport urbain à Pau : 2 - que faire ?

lundi 12 février 2007 par Bernard Boutin , Pierre Dubruchou


Seconde partie de notre article sur le transport urbain à Pau.

Dans la première partie, nous avons vu que le réseau de bus palois était moins performant que dans d’autres villes, et que sa structure restait très classique. Sans doute trop.

Plusieurs petits pôles autour du centre-ville

Plutôt que d’avoir un pôle d’échange unique en plein centre-ville, avec les inconvénients associés, pourquoi ne pas faire pas des pôles d’échange plus réduits, mais ceinturant le centre-ville ? Un au sud à la gare SNCF, un au nord-ouest sur la place de Verdun, et un à l’est, pourquoi pas à Bosquet (mais avec moins de lignes !). Pôle reliés entre eux par une ou plusieurs petites navettes traversant l’hyper-centre.

Ces pôles sont aussi à concevoir dans un esprit « relais ». Relais avec la SNCF (il est incroyable que la gare soit aujourd’hui desservie par une seule ligne !). Relais avec la voiture, à côté de parkings pour les automobilistes venant de l’extérieur. A Verdun et Bosquet ces parking existent déjà, resterait à en faire un vers la gare. D’autres parking relais peuvent être envisagé plus à la périphérie, le long des lignes ou en bout de ligne : vers Auchan à L’Est, à la sortie de l’autoroute au Nord, etc...

Le mot-clef : interconnection des moyens de transports Auto-Bus-Rail.

Et les TCSP (Transport en Commun en Site Propre) ?

André Labarrère en avait fait une de ses "promesses" lors de sa campagne en 2002 : Pau allait avoir son tramway. Sitôt l’élection passée le sujet a disparu. De fait, un tramway semble une solution surdimentionnée actuellement (encore que Mulhouse, qui a son tramway, n’est guère plus grande que Pau), et surtout qui réclame des travaux de voirie énormes (il faut déplacer tous les réseaux enterrés sous le passage d’une ligne). Après les travaux du centre, on a envie d’un peu de répit !!

Mais sans aller jusqu’au tramway, on peut commencer par une ou plusieurs lignes de bus en site propre, c’est à dire qui circulent sur des rues ou des voies isloées qui leur sont strictement réservées. L’intérêt est qu’au delà des lignes concernée, cela permet de repenser complètement le réseau : comme les lignes en site propres sont plus efficaces, les autres lignes ne convergent plus vers le centre mais ont pour rôle de rabattre les voyageurs sur les lignes en site propre, seules à se diriger vers le centre.

Ensuite, si ces lignes ont du succès, on peut passer soit à des trolleybus soit directement à des tramways : le site propre de circulation est déjà disponible, les riverains s’y sont habitué, ne reste plus à ce moment-là que les travaux complémentaires de déviation des réseaux enterrés (mais d’ores-et-déjà il faudrait penser à tout cela quand une rue et ses réseaux sont refaits : cette vision à long terme existe-t’elle ?)

Les petites initiatives font aussi le succès des réseaux

Et enfin, ce sont aussi les petites idées qui font les succès des réseaux.

A Chambéry, certains des bus qui desservent les hauts de Chambéry ont des emplacements pour transporter des vélos : ainsi on peut descendre en vélo et remonter en bus. En Amérique du Nord, on voit des bus équipés de "cornes de taureau", permettant d’accrocher des vélos. Les reliefs de Pau ne sont pas ceux de Chambéry, mais quand on vient du sud il faut quand même se taper une bonne côte pour accéder au centre... Et puis on aimerait aussi pouvoir partir en vélo le matin et revenir en bus le soir si il pleut. Ou tout simplement aller près du centre en bus puis se déplacer à vélo dans le centre.

C’est l’interconnection Auto-Vélo-Bus-Rail qu’il faut penser.

A Chateauroux, le réseau de bus a doublé sa fréquentation depuis la mise en place de la gratuité totale en 2001. Il faut dire que la billeterie ne représentait que 15% des recettes, et a été compensée par une petite taxe locale sur les entreprises. De nombreuses villes de pays anglo-saxons appliquent également la gratuité dans le centre-ville. Sans aller jusqu’à la gratuité totale sur tout le réseau (ce qui convient à Châteauroux ne convient pas forcément à tous les réseaux, et la gratuité peut avopir des effets pervers), on pourrait aller à la gratuité sur les navettes de centre-ville.

Un travail de professionnels

Bien entendu tout cela engage beaucoup de modifications dans notre système de transport et est complexe à mettre en place.

Une seule solution : laisser la conception du projet à de vrais professionnels. En allemagne, la conception et la gestion des réseaux de transport urbain fait l’objet d’une filière universitaire !

On voit les errements actuels municipaux pour régler les problèmes du centre. Les gens compétents pour ce genre de sujet sont-ils ici ? Si oui, le pouvoir politique sait-il les écouter ?

Ces thèmes, fondamentaux pour notre ville, devront être abordé tôt ou tard. Il faudra écouter les besoins exprimés par l’ensemble des personnes circulant dans la CDA, demander à des « pro » de faire des propositions et, avec transparence, décider de celle à mettre en place... Une méthode « révolutionnaire » pour notre ville.

PS1 : pendant ce temps, je reçois des mails de la STAP m’invitant à "jouer pour gagner des forfaits de ski". Misère...

PS2 : en icône, une carte postale représentant l’ancien tramway de Pau sur le cours Bosquet. L’image en taille normale : http://www.carto-passion.com/images-cartes/types-tramway-pau.jpg


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le transport urbain à Pau : 2 - que faire ?
12 février 2007, par Jerlau  

Vous parlez et vous écrivez d’or.
-  laisser la gestion des bus à des professionels
-  mettre en place quelques principes : petites navettes gratuites en ville, des bus circulaires fréquent reliant, 3 ou 4 poles, des bus à la gare,..

Il y a quelques évidences qu’on est toujours étonné de pas trouver dans l’action municipale.

Vous citez le cas de l’Allemagne. C’est un pays où le Maire a bien moins de pouvoir qu’en France. C’est un Président de Conseil d’Administration sans prise directe sur le quotidien. Il n’ a pas le carnet de chèques.

Cela change beaucoup de choses : moins de clientélisme direct, pas d’embauches directes...Pas de Stap pour y mettre un président malléable....

Ce type de fonctionnement pourrait exister dans les Mairies françaises ; rien n’oblige le Maire à truster tous les pouvoirs.

Ne serait-ce pas le premier engagement que devrait prendre un Maire à Pau ? Prendre du recul, donner les orientations générales, clarifier les principes ....

La calamité c’est le Maire à plein temps, au bureau à 5H du matin ; il n’a plus le temps ni l’énergie de réfléchir.

Il nous faut donc un Maire fainéant !

3 H de travail par jour, et 10 h de sieste.....coq.....

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Au pays de Poulit l’Enchanteur
L’électricité : enjeux et défis
Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
Pau - Accès automobile au parking Aragon
L’inanité des politiques ?
Pau - Qui trop embrasse mal étreint !
Pau - L’heure des choix
Pau - Médiathèque André Labarrère : Question de détail !
La Puyoô-Pau rénovée en 2013
Route ou rail en vallée d’Aspe ?
Pau - Culture pour tous : Y compris pour les handicapés ?
A 65, le dessous des cartes...
La nouvelle Pau-Bordeaux arrive !
Péage Pau Bordeaux Pau = 43,80 €. Faisons payer les élus !
BAP : « Pour l’administration française, Saragosse n’existe plus »
Bordeaux-Pau : L’autoroute de la prospérité
‪Pau - La vache qui implorait Miséricorde ! (acte 5)‬
IDEcycle, ma chère idée...
Avec le trésor, certains continuent de rêver...
Idelis, Idecycle, Idelib, idées fixes !



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises