Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Au Nouvel an, triste bilan ; à la St-Valentin, la fin

jeudi 8 mars 2012 par Jean Lafitte


Dans Alternatives Paloises du 9 janvier, j’avais proposé une réflexion sur les vœux de nouvel an des lecteurs publiés par nos quotidiens La République et l’Éclair du lundi précédent : alors qu’à la St-Valentin 2004 et au Nouvel an 2005 un ou deux messages sur plusieurs centaines attestaient encore d’une timide présence sociale du béarnais, le seul de 2012 qui n’était pas en français était en italien.

J’en concluais que quel que soit le nom dont on la désigne et la façon dont on l’écrit, la vieille langue romane du Béarn ne peut plus être considérée comme vivante.

Les commentaires et réactions qui ont suivi ont porté sur plusieurs sujets connexes, mais aucun n’a contredit ce triste bilan ; un ami m’a simplement fait remarquer que ce n’était vrai que pour l’écrit, mais que l’on continue à parler la langue. Certes, mais en dehors des militants qui la parlent entre eux, surtout devant des non-militants pour montrer que la langue est vivante, les locuteurs habituels sont très âgés pour la plupart et n’en ont pas transmis l’usage à leurs descendants.

Pourtant, je m’attendais à une réaction dans les messages des amoureux que nos journaux allaient publier pour la St-Valentin : j’imaginais que les militants de l’« occitan » et du béarnais allaient activer leurs réseaux pour provoquer une déferlante de messages dans cette langue : naïveté d’un Béarnais éloigné du Pays ! Des 300 messages publiés sur huit pages du journal du 14 février PAS UN SEUL en béarnais ou « occitan » !

Les amoureux de notre langue connaissent le proverbe des paloumayrës : A la Sén Miquèu, / l’apèu. / A la Sén Luc, / lou gran truc. / A la Sén Grat, lou gran patac. / A Marterou, la flou. / A la Sén Martîn, / la fîn. (À la St Michel - 29 septembre -, l’appeau. À la St Luc - 18 octobre -, le grand coup. À la St Grat, premier évêque et patron d’Oloron, - 19 octobre -, le grand coup. A Toussaint, la fleur. À la St Martin - 11 novembre - , la fin). Il a inspiré mon titre... que j’aurais aimé plus gai.

Mais cette réalité s’impose aux élus de nos collectivités territoriales (communes, département et région) à qui la Constitution confie la garde de leur patrimoine linguistique : les vieilles recettes auraient pu réussir il y a 100 ans quand une grande majorité de la population parlait béarnais plus que français ; elles sont aujourd’hui totalement inefficaces pour former des locuteurs, et c’est autrement qu’il faut employer l’argent public consacré à conserver l’âme et l’identité du Pays. Les fonctionnaires de l’Éducation nationale ont certainement la compétence professionnelle pour les aider à trouver des pistes, comme dans l’enseignement de l’histoire et des traditions de chez nous.

Aux électeurs béarnais de faire passer le message.


- par Jean Lafitte
crédit photo : http://www.lebearn.net/page7.bearnais.html


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Au Nouvel an, triste bilan ; à la St-Valentin, la fin
8 mars 2012, par Emmanuel Pène  

Le réalisme et le défaitisme sont deux choses différentes. Dire que le béarnais est en déclin est du réalisme. Dire qu’il est mort et qu’il faut le laisser mourir est du défaitisme. C’est ce même sentiment qui a poussé l’assemblée à donner les pleins pouvoirs à Pétain en 1940 pour demander l’armistice. Cette langue a des lettres de noblesses ; elle fût langue officielle de ce pays dont nous avons conservé les fors. Elle fait partie de notre patrimoine commun, à nous pyrénéens gascons.

Mais cette humeur de jean Lafitte est somme toute très.. béarnaise ? les chants béarnais traditionnels sont souvent des complaintes, des lamentations, tel le berger se lamentant sur la fin des transhumances ou sur le rejet de son amoureuse, promise à un meilleur parti. Jean Lafitte serait-il le troubadour béarnais mélancolique de ce début du XXIème siècle ? Peut-être serait-il inspiré d’écrire une chanson en béarnais..

> Au Nouvel an, triste bilan ; à la St-Valentin, la fin
8 mars 2012, par Daniel Sango  

Tout ceci est d’un grand réalisme, les temps changent... Il n’y a plus de "gran patac" car les palombes ne passent plus au dessus de la forêt du Bager ou des filets de Lanne, elles préfèrent les immenses champs de maïs des Landes...

Ceci ne veut pas dire qu’il faut tout oublier, ni empêcher les derniers amoureux de cette langue de vivre leur passion.

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Offre d’emploi
Alexandre - Il n’y a pas de mot
Je suis partout... un media à part
La boussole des politiques : Le pouvoir
Habemus Papam !
Réformer la France : Un travail de Titan
Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
Jaurès, m’entends-tu ?
Le couple Algérie France
Déjà demain !
Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
Noël en famille
Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
Les Français sont-ils des ânes ?
Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
Les terriens n’ont rien compris



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises